Conversation Edward - Jorhgar

Image
Répondre
Avatar du membre
Elyatan
Timonier Korrigan Timide
Messages : 34
Enregistré le : mer. 24 sept. 2014 10:05
Date de naissance : 09 févr. 1993

Conversation Edward - Jorhgar

Message par Elyatan » dim. 23 oct. 2016 00:02

Conversation Edward - Johrgar
=> Lors du voyage avec les colons vers la plaine à l'Est de la Pyramide.

Le convoi commençait à reprendre la route après le bivouac de midi. Johrgar se mit en selle et aida Halima à grimper sur l'auroch. Sitôt installée, il rejoignit Alyrias et Edward à la tête de la colonne. Les grandes plaines verdoyantes d'Ys s'étendaient devant eux alors qu'il empruntaient un chemin qu'ils commençaient à bien connaître.

Johrgar (au groupe):
"Vous pourrez dire ce que vous voulez mais je maintiens que notre cher Edward devrait combattre en première ligne!" Déclara Johrgar en riant. "Il a réussit à survivre, aveugle, dans des herbes hautes remplies de hibours et en est ressorti sans une égratignure!!! Je suis persuadé qu'il est entièrement recouvert d'une armure divine impénétrable semblable à celle d'Astrid l'Implacable dans la légende ... A côté de lui, ceci, dis-t-il en désignant son plastron, ne m'est guère plus utile qu'un pagne face au souffle d'un dragon" Ajouta t'il ne riant de plus belle.

Avatar du membre
Ecume
Markjannette Rocailleuse
Messages : 279
Enregistré le : jeu. 26 juil. 2012 14:03
Date de naissance : 21 avr. 1991

Re: Conversation Edward - Jorhgar

Message par Ecume » mar. 25 oct. 2016 16:31

Edward sourit prèsque amuser par cette remarque

"oh vous savez, se n'est pas tant une armure, qu'un peut de ruse. Savoir se cacher, être a l'écoute de son environnement, et savoir aussi avoir des allier pour se protéger est bien plus dans mes cordes. Pas de récit héroïque comme vous Johrgar, pour ma part, se fut de la discrétion et de la fuite qui me permit de survivre. Vous savez, je laisse le combat frontal a ceux pour qui c'est le seul art. "

Avatar du membre
Elyatan
Timonier Korrigan Timide
Messages : 34
Enregistré le : mer. 24 sept. 2014 10:05
Date de naissance : 09 févr. 1993

Re: Conversation Edward - Jorhgar

Message par Elyatan » mar. 25 oct. 2016 17:57

"Un art?" Répéta Johrgar, pensif, "Hum... je ne le vois pas ainsi... Là ou j'ai grandis, combattre n'était qu'un autre terme pour survivre, qu'il s'agisse de sa propre personne comme du clan... Je considère ceci comme une manière de survivre à laquelle je dois bien reconnaître avoir pris goût. Après... cela regroupe t'il l'ensemble de mes talents? Qui sait? ;)
Quant aux récits héroïques, je ne crois bien n'avoir évoqué que la Légende d'Astrid l'Implacable." A l'attention du groupe "Si vous vous intéressez aux mythes fondateurs des guerriers d'Ys, je me ferais un plaisir de vous la conter, un soir autour d'un bon feu, vous n'aurez qu'à me la demander."
Après un instant il repris sur un ton beaucoup plus sérieux: "Quant-à moi je n'ai encore vécu qu'un seul combat qui pourrait être qualifié d'héroïque... Une victoire au prix d'un grand sacrifice..."
Il était emprunt d'une immense fierté en prononçant ces mots...

Avatar du membre
Ecume
Markjannette Rocailleuse
Messages : 279
Enregistré le : jeu. 26 juil. 2012 14:03
Date de naissance : 21 avr. 1991

Re: Conversation Edward - Jorhgar

Message par Ecume » lun. 31 oct. 2016 22:16

"Deux culture bien différente, du haut de nos ville et de nos cité volante, jamais la Balthyr Aman n'a eu a lutter pour la survie ou pour son peuple. Chaque chose est contrôle par la magie et nous nous vouons donc aux connaissances et a la perfection. Le combat est un art avec des codes par chez mois, mais je comprend que pour des endroit plus hostile cela peut prendre une autre forme."

Edward écoutât attentivement l'histoire de Jorgard, et son histoire de combat et de sacrifice.

" un grand sacrifice? et bien, je dois avouer que je peut me trompé, mais une victoire en est elle une si elle demande un aussi grand prit? "

Avatar du membre
Elyatan
Timonier Korrigan Timide
Messages : 34
Enregistré le : mer. 24 sept. 2014 10:05
Date de naissance : 09 févr. 1993

Re: Conversation Edward - Jorhgar

Message par Elyatan » mer. 9 nov. 2016 13:11

"Je me rallie à ton point de vue mon cher Edward, cela n'avait de victoire que par le fait que certains de miens étaient encore en vie... Mon frère aîné et moi pour être précis..."

Pour avoir vécu avec lui pendant un certain temps, vous avez compris que Johrgar n'est pas quelqu'un à avoir des secrets. En outre, il n'apprécie que très peu le fait que son clan est lui soient plus ou moins considérés comme des sauvages par Alyrias, Halima et Edward. Pour cette raison il reprend sur un ton neutre à l'attention du groupe:

"Puisque nous avons le temps et que cela semble vous intéresser, permettez-moi de remettre en cause vos préjugés à mon égard. Je serais par ailleurs ravis que tu en fasses de même ensuite Edward. A mon sens, abandonner les idées préconçues par notre éducation ne devrait pas être un mal pour notre équipe."

Rassemblant ses souvenirs, Johrgar commença son histoire:
"Dans les confins des terres sauvages d’Ys, mon clan était un peuple de chasseur. Nous nous déplacions dans la Toundra au gré du gibier pour rejoindre les Monts du Crépuscule aux premières neiges de l’hiver. La jonction des racines de Falhor Arnstrod et du Pic de Vendor nous abritait des vents polaires et constituaient une position stratégique imprenable. En effet, la tombée des premières neiges engendraient un blizzard impénétrable qu’il était nécessaire de franchir pour accéder à notre demeure hivernale. Or c’est à cette période que les hordes de créatures déferlaient dans la région. Elles attaquaient les premiers êtres vivants qu’elles trouvaient pour dérober leurs réserves de nourriture et se délecter de leur chair afin d’assurer leurs subsistances infectes.
C’est au cœur de ce Blizzard qui était le nôtre que nous les affrontions. Broyant chitine et os et tailladant organes et peau, nous ne laissions derrière nous qu’un paysage immonde de cadavres et de sang, retrouvant inexorablement l’harmonie sous la forme d’une couverture blanche et pure."

C’est au début de mon quinzième hiver que mes frères d’armes rejoignirent notre dieu dans sa demeure légendaire...

Alors qu'il prononçait ces derniers mots, la voix du barbare commençait à se napper de chagrin. Il s'arrêta à ce moment et fit mine d'avoir la gorge sèche. Saisissant sa gourde, il prit une gorgée d'eau, s'éclaircit la voix, avant de reprendre d'un ton emplis de fierté:

"Les premières gelées étaient arrivées et, chargé de gibier, nous nous dirigions vers les Monts du Crépuscule pour y installer notre campement et y passer la saison glaciale. Nous étions menés par mon père, Thorvald le Vaillant, le chef du clan ainsi que mon frère ainé Ufrir et n’étions plus qu’à une demi-journée de marche. Cependant, craignant d’être rattrapés par la neige, nous avions forcé le rythme depuis plusieurs jours. Les hommes étaient épuisés mais néanmoins heureux, la chasse avait été bonne, nous aurions assez de viande pour l’hiver et le cuir serait de qualité. Nous étions engagés dans le sentier sinueux menant à notre demeure ancestrale quand soudain le fracas terrible d’un tronc qu’on éclate secoua la forêt. L’instant suivant, des hordes de sauvages jaillissaient des bois et nous attaquaient de toutes parts alors que les pins qui bordaient la route s’écartèrent sous la poigne d’un géant de la taïga. Impensable !!! Jamais pareille alliance n’avait été observée depuis l’aube des temps !!! La rigueur de l’année passée engendrait trop de convoitise sur le produit de notre chasse... Désorganisés et épuisés nous combattîmes vaillamment. Leur nombre était écrasant, et notre position précaire. Les assauts frénétiques de la créature surpuissante nous infligeaient des pertes considérables, brisant de fait toute forme de cohésion. Alors que tout semblait perdu, nous entendîmes un hennissement de cheval incroyablement puissant. A cet instant précis, la foudre s’abattit sur le marteau de Gulfhiv qui vint s’écraser sur la hanche du monstre. Le choc fût phénoménal et arracha la jambe droite ainsi que partie des vertèbres du titan qui s’écroula dans la neige. Enhardis par cet exploit, nous poussâmes des cris de rage qui firent trembler la forêt et reculer de peur les sauvages. Craignant notre fureur, les premières lignes ennemies hésitaient à se risquer devant nos lames. Cette confusion nous permit enfin de nous rassembler et de former le Skhord : le mur de bouclier. Après une lutte qui parue interminable, nous finîmes par jeter à bas les derniers ennemis qui roulèrent dans le fossé putride. Cette victoire eu un goût amer, car trop peu d’entre nous respiraient encore. Plusieurs frères d’armes se tenaient encore debout mais étaient, pour la plupart, grièvement blessés. A mesure que nous progressions pour gagner un endroit sûr ils s’écroulaient un à un dans la neige, mort. Rares furent ceux qui gagnèrent l’abri. Bientôt les veines de certains devinrent violâtres. Du poison,… alors que le remède était à des lieues.... Au matin du jour suivant, il ne restait plus que mon père, mon frère et moi.
Je pensais que nous étions les seuls survivants lorsque père se dirigea vers une petite clairière et retira son armure. Des veines violacées sillonnaient sa chair et, alors qu’il s’agenouillait je pus voir le début d’une grimace de souffrance sur son visage. Il leva un regard déterminé vers Ufrir et lui fit fermement empoigner son coutelât : « Je veux rejoindre Gorum dans l’Honneur ». Nous savions tout deux ce que cela impliquait… L’aigle de Sang… l’ultime preuve de Détermination, de Courage et de Férocité au Père des Loups. N’ayant d’autre option que de respecter son choix, nous ne lui firent pas l’affront d’une hésitation: Ufrir trancha la peau au niveau de la colonne vertébrale que nous tirâmes vers les épaules, laissant la chair à nu. Il désolidarisa alors chacune des côtes et nous les fîmes ressortir une à une par le dos. Enfin, nous accrochâmes les poumons sur ces « ailes », l’aigle de sang était achevé. Notre Père s’effondra tandis que son âme prenait place glorieusement aux côtés de son dieu."

Ces mots semblèrent laisser à Johrgar un mélange de chagrin et de profonde fierté. Se rappelant comment la plupart des autres peuples considèrent les Yssiens, Il finit par dire sur un ton neutre, le regard vague, semblerait-il pour lui même:

"Au final qui est le plus civilisé? Celui qui y est contraint par son éducation? Ou celui qui y revient après avoir traversé des ténèbres?"

Répondre

Retourner vers « Pathfinder "Sang sauvage" par Makina »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités