Saison 2 - Journal de Campagne

Image
Avatar du membre
Samash
Vouivre
Messages : 450
Enregistré le : mer. 16 sept. 2015 14:53
Date de naissance : 01 févr. 1991

Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Samash » sam. 21 mai 2016 12:02

PROLOGUE
Dans la nuit du 7 juin 2035...

La nuit tombe sur la Nouvelle Orléans… La nuit tombe dans l’État vampirique.

Théodore Caufield, accompagné d’Elizabeth Doll, conseillère, amie et amante de Théodore, a été mandaté par le roi d’Angleterre, Richard d’Albion. Ils doivent demander conseil au fondateur de l’État vampirique, le Prince Augusto Vidal pour sortir l’Angleterre de la prise d’otage dont le pays est victime, depuis la chute de la Mascarade.

Théodore a néanmoins insisté concernant l’utilité de sa présence. En effet, son passif vampirique Orléanais peut-être un obstacle à la réussite de cette mission. Le Roi, en connaissance de cause, a indiqué à Théodore qu’il était nécessaire que ce dernier se rendre sur place et lui a réaffirmé toute sa confiance. La délégation anglaise se rend alors sur le lieu de rendez-vous pour rencontrer leur contact, un bar accueillant un spectacle de magie, le Lady's Night.

Ce spectacle est réalisé par Djamil le Magnifique. Ce dernier, grâce à sa nature vampirique, cumule les tours de passe-passe avec une efficacité certaine et étale ses talents de magicien. Il en profite même pour faire participer certains spectateurs, notamment Théodore.

Djamil le Magnifique continue alors ses tours et fait apparaître des lapins par dizaine. Une petite fille s’exclame alors et cherche à approcher les lapins.

« - Alicia, reviens ici, maintenant » indique une jeune femme aux cheveux de feu. Alors que Sarah Launay cherche à récupérer sa fille, Djamil le Magnifique se rapproche de la petite fille, sous le regard dur de son père, Eric Shon, Djamil fait apparaître encore plus de lapin se dirigeant vers la petite Alicia. Après cette rencontre, Sarah et Alicia reviennent au côté du père de cette dernière et quittent le Lady’s night.

Après être rentrés chez eux, Sarah et Eric passent un moment ensemble. Sarah décide ensuite de partir explorer les rues de la Nouvelle Orléans, à la recherche de sa sœur jumelle, Aline Launay, qui aurait été vue pour la dernière fois au sein de l’État vampirique. Cette dernière, malgré son non-état vampirique et les possibles dangers de la Big Easy, prend les risques nécessaires pour retrouver sa sœur jumelle.

Commençant cette recherche nocturne, Sarah passe près du parc Louis Amstrong, aux abords du quartier français. Au sein de ce parc, une silhouette émerge de l’eau, celle de Wata. D’une grâce certaine, elle observe au loin la jeune femme au cheveux de feu, qui semble, selon elle, faire part d'une détermination certaine. Wata hésite alors à suivre la jeune femme. Cependant, après avoir entendu des explosions au loin, Wata décide alors d'aller à la source de ces explosions.

En effet, alors que Elizabeth commence à s’impatienter du retard de leur contact, Théodore, la rassurant et se moquant d'elle, en profite pour aller lui chercher un verre de sang et faire connaissance avec le Prestidigitateur. Après quelques échanges entre les protagonistes vampiriques et le nouveau directeur du Lady's Night et avoir trinqué, la porte d’entrée explose. Fumigènes et rafales de tir ne se font pas attendre.

Des hommes, armés jusqu’au dent et croix autour du coup, tirent alors dans la foule. Théodore essaye de retrouver Elizabeth qui semble avoir disparu tandis que Djamil met à mal les opposants grâce à sa magie. Ce dernier trouve un compagnon de fuite avec Théodore tout en lançant un sort pour endormir l’audience combative. Djamil en profite également pour appeler la police de l'état vampirique. Il dévoile alors son identité, son matricule et indique qu'il a utiliser ses compétences vampiriques pour protéger les gens au sein du Lady's Night.

Alors que Sarah explore le quartier français, un homme sous l'empire de drogue l’apostrophe et la prend pour sa sœur jumelle. Cette dernière enivrée par l’idée de retrouver sa sœur, n’hésite pas à suivre cet homme vers son repère en vue de rencontrer "le chef" qui semble connaître Aline.

Elle se retrouve alors dans une vieille chapelle, sale et empestant le renfermé. Elle y observe de nombreux drogués addicts au sang vampirique. Le chef fait alors son apparition. Habillé d’un manteau en cuir où ses cheveux long se déposent, le vampire au charisme certain comprend tout de suite la supercherie mais répond de manière succincte aux interrogations de Sarah. Il connait bien Aline. Cette dernière a quitté ce lieu depuis quelques mois pour rejoindre les hautes strates, sphères, de la société vampirique. Le chef est ensuite transcendé par l’odeur de ses cheveux de Sarah. Il l'oblige alors à rester dans la chapelle en l'asseyant sur le trône de l’église. Insistante sur la nécessité de partir pour protéger son enfant, Sarah arrive à quitter les lieux. Le chef est cependant certain que Sarah reviendra de son plein gré dans la chapelle.

Alors qu’ils se retrouvent dans l'arrière cour, Théodore, Djamil et un jeune stagiaire de la délégation anglaise que Théodore a essayé de sauver malgré son état de décomposition, observent un autre 4X4 se rapprocher de leur position. En effet, une seconde attaque surprise était prévue.

Wata se dirige alors vers le Lady’s Night. Une sensation étrange la parcourt alors, comme un vieux parfum, une étrange sensation, une madeleine de Proust... Activant sa compétence vampirique lui permettant de dissimuler son état vampirique, elle décide alors de se laisser guider par cette sensation. Aimé est alors transit, il voit un fantôme, Théodore est en face de lui. Malgré que ce dernier soit en plein danger et essuie une rafale de balles avec Djamil, Aimé est incapable de bouger, pétrifié par ces retrouvailles.

Théodore, suivi par Djamil, retourne alors dans le bar et décide de s’enfuir jusqu’à l’hôtel de Djamil dans le but de trouver refuge avec l'aide du premier 4X4 utilisé par les assaillants. Après avoir déposé Djamil à l’entrée de son hôtel, Théodore décide d’aller cacher la voiture et essaye de contacter Elizabeth. Cette dernière ne répond pas, le téléphone sonnant sur occupé. Théodore se dirige alors vers l’entrée de l’hôtel.

Une nouvelle nuit comment à la Nouvelle Orléans… Une nuit au sein de l’État vampirique…
"Look at what she did to my Gibson - Only Lovers Left Alive"

Avatar du membre
ileuad
Chimère
Messages : 571
Enregistré le : mer. 22 févr. 2012 19:30
Date de naissance : 13 nov. 1973

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par ileuad » lun. 30 mai 2016 19:09

Dans la nuit du 8 juin 2035...

Sarah rentre chez elle, énervée, excitée, apeurée. Elle parle à Eric du vampire qui prétend connaitre sa soeur. Il lui donne une pilule pour dormir. Elle ne se réveille qu'à la fin de la journée. Ni Eric ni Alicia ne sont là. Elle panique car Eric n'a pas l'habitude d’emmener l'enfant et qu'il lui a promis de rester auprès d'elle pour veiller sur elles deux. Dans la cuisine, sur le frigo, un mot d'une belle écriture manuscrite. Un rendez-vous dans un restaurant chic. Elle pense au vampire et s'y rend, craignant qu'il n'ait enlevé sa famille. Mais il nie et devant son état, lui remet un rendez-vous le soir suivant sur les quai. Sarah, toujours affolée, fait la tournée des garages. C'est dans l'un d'eux qu'elle trouve Eric. Elle lui fait une scène devant ses potes et rentre avec la petite en cherchant un taxi.

Wata est habillé d'une robe avec un décolleté plongeant, qu'il a extrait d'un tronc d'arbre. Sa démarche est dangereuse, fatale... Une fleur vénéneuse. Avant de suivre Sarah, elle est passée par le cimetière Saint-Louis, un lieu de son passé qui lui donnera de la force. Elle va devant la tombe de Marie, là où il a rencontré sa Sire la première fois. Une tombe importante pour ceux qui font du vaudou, sur laquelle il est coutume de tracer 3 croix. Wata prie en mémoire de sa Sire et de sa grand-Sire. Il remarque un fait étrange: la tombe de Marie, Chloé, Nathaniel, ... sont fraichement fleuries. Il s'interroge. Tous ces souvenirs lui procurent de la colère. Il passe au Lady's Nigth et cherche à revoir Sarah. Il l'aperçoit avec sa fille et prend un taxi pour la suivre.

Sarah ne se rend pas compte que Wata a croisé son chemin et l'a suivie. Alors qu'elle a couché la petite, assise dans la cuisine, perdue et pensive, une lettre tombe de sa boite aux lettres. Wata, d'une écriture enfantine, lui offre sa protection en lui avouant que sa détresse et sa détermination l'ont ému. Il laisse son numéro et elle téléphone, éberluée... Le rencontrera-t-elle? Peut-être... En attendant, il va falloir subir la colère d'Eric...

Théodore et Djamil sont dans la chambre d’hôtel. Le soleil va bientôt se lever. Djamil boit et essaye de se calmer. Il vient de voir des vampires fanatiques appartenant au Saint -Ordre et fait un lien avec le meurtre de sa famille... Les visions d'horreurs qu'il a à l'esprit sont très pénibles. Théodore frappe à sa porte et décide de passer la journée dans la même chambre. Il n'a pas l'air d'aller bien non plus. Les 2 vampires se réveillent et discutent. Ils évoquent le passé de Djamil, la magie, puis le passé de Théodore. Il y a 20 ans, ils étaient un groupe de 5 amis, puis sa meilleure amie s'est faite enlever, ils sont partis à sa recherche et c'est là qu'ils sont devenus vampires et ont rencontré Vidal. Ils se sont par la suite opposés à lui. Un prénom de femme passe, évoquant une blessure... Joy. Mais Théodore poursuit par son départ pour l'Angleterre. Il s'est lié au roi et est aujourd'hui son émissaire envers Vidal. Mais l'attaque remet les choses en question. Elisabeth, qui l'accompagnait, a disparu.
Ils échangent sur la question du Saint-Ordre (des vampires sous cette tenue?!) et décident de poursuivre un bout de chemin ensemble pour éclaircir les mystères qui les entourent. Ils évoquent le fait de se rendre à la mairie, bien qu'elle soit sous l'autorité du Prince. Mais dans le hall de l’hôtel, le gérant discute avec les forces de l'ordre vampiriques. Ils sont recherchés, comme le montre les affiches que ces derniers tiennent dans leurs mains! Ils s'éclipsent par les toits. Pas moyen de reprendre la voiture, les forces de l'ordre sont partout. Djamil propose à Théodore de changer d'apparence. Ils se transforment en un petit couple de papy-mamy. Ils fuient et se rendent dans un manoir colonial, plein de poussière, lié au passé des 5 amis. Théodore révèle à Djamil son don vampirique: la domination. Ils discutent de leurs possibilités pour élucider l'affaire pour laquelle ils sont recherchés.

Ce soir là, Sarah se rend au rendez-vous du vampire qui règne sur la clique de drogués.

Djamil hérite de la chambre d'Aimé. Il se rapproche d'un miroir et voit son reflet, qui commence à se déformer... Dans un monde onirique, il rencontre Wata qui marchait dans la rue en pensant à la relation d'Eric et Sarah. Wata, pris de frissons, craque. Il ne répond pas à Djamil et envoie des serpents le repousser dans le monde réel. Mais cela le décide à rentrer au Manoir. Théodore présente Djamil et dit à son ancien ami, Aimé, que Vidal doit les rechercher. Cela laisse un peu septique Wata. Il propose son aide en attendant le départ de Théodore. Un Théodore bien triste et une étrange émotion entre Aimé et lui, une difficulté de communiquer, une peur d'envenimer les choses... Djamil parle de l'évènement survenu à son spectacle et des suites...Puis Théodore parle brièvement de son parcours, du fait que le roi d’Angleterre l'a envoyé au sujet du problème du Saint-Ordre vers Vidal.

Quant à Wata, il souligne qu'Aimé est mort. Il est Wata désormais.
Ils discutent du problème de Djamil et Théodore et du plan à suivre. Wata téléphone à un adjoint du maire qui l'apprécie.

Le vampire reçoit Sarah en tentant d'effleurer sa lèvre blessée. Il interroge Sarah en lui demandant si son mari la frappe. Sarah se hérisse tandis que le regard du vampire se fait dur sur le nom d'Eric. Elle tente de parler d'Aline. Le vampire essaie de nouer une conversation courtoise mais dangereuse. Sarah ne se fait-elle pas balloter par la vie? Ne voudrait-elle pas devenir plus forte? Il insinue que devenir un vampire lui permettrait de se propulser où elle veut, de se débarrasser de ses chaines... Sarah ne veut pas. Elle a une famille, une merveilleuse fille... "Un homme qui te bat?" "Seulement quand je fais des conneries". Ensuite, il lui propose de rentrer en prédateur et non en proie dans le cercle des hautes sphères vampiriques, pour retrouver sa jumelle. Sarah refuse. Elle veut voir Alicia grandir, le soleil sur son visage... L'éternité ne la tente pas. Mais le vampire se lève, la prend par les épaules d'une poigne de fer, et la nargue sur sa faiblesse. Oui, il va lui présenter quelqu'un comme il l'a promis, mais sera-ce un diner? Il la boit. Noir. Elle reprend vaguement conscience. Ils sont à quai. Un italien en costume qui appelle le vampire Armand. Armand qui souhaite l'étreindre malgré les règles... Chaleur riche dans sa bouche... Voile.

Le parc. En totale détresse, elle appelle Wata. Elle vomit toutes ses tripes. Se sent horriblement mal. Wata finit par arriver, assez rapidement. A l'écart, Djamil et Théodore. Djamil les a téléporté à l'aide de sa magie.

Wata caresse et berce Sarah pendant sa transformation. Ils parlent de son enfant. Wata lui demande quel conte Alicia préfère et cela l'aide un peu... Quand elle a fini de se vider, il l’emmène jusqu'au lac. Elle se dénude et se lave, comme si elle pouvait chasser le sang vampirique de son corps. Mais elle ne le peut. Wata lui tend un long manteau noir. Il lui parle aussi d'utiliser Armand s'il peut la présenter dans les hautes sphères. Mais c'est trop tôt pour Sarah, qui ne se raccroche qu'à la pensée de sa fille. Wata lui promet qu'elle la reverra le lendemain soir, quand elle se sera nourrie, qu'elle pourra se maîtriser.

Théodore et Djamil, à la demande de Wata, partent en quête d'une poche de sang. Malheureusement, ils se font contrôler. Ils réussissent à s'en tirer sans accroche, grâce à leurs faux-papiers, quand une voiture surgit bruyamment et un type, Doggie, leur hurle de monter à la grande surprise des flics. Doggie leur dit qu'ils sont recherchés comme terroristes. Puis le conducteur fou va récupérer Wata et Sarah. Dans la voiture, l'odeur humaine de Doggie rend folle Sarah qui tente de l'attaquer, heureusement retenue par Théodore. Lorsqu'ils arrivent au manoir, elle est piteuse. Wata essaie de la rassurer.

Il l’emmène à une chambre, revient avec du sang. Elle se rue dessus sans pouvoir faire autrement. Wata continue à tenter de l'apaiser, elle finit par se jeter dans ses bras. Il l'étreint. Elle lui demande de ne pas la laisser seule et il passe la journée avec elle.

A la télévision, on parle de manifestation en Louisiane, à la frontière de l'état vampirique, contre l'état vampirique, pour une refonte avec le Texas.


Dans la nuit du 9 juin 2035...

Le lendemain, réunion de la résistance. Doggie débarque avec une vingtaine de ses gars dans un entrepôt. Il commence par dire qu'aujourd'hui, ils ont la chance d'avoir le chef. Tout le monde se retourne vers Wata. Doggie poursuit en disant que Vidal est un salaud, un dictateur... "Le chef dit qu'il faut le renverser et je suis d'accord"Wata prend la relève. Il précise qu'actuellement, ils sont dans une phase d'observation. Apparemment, des vampires sont liés au Saint-Ordre, trop tôt pour l'action. Doggie dit qu'il y a dans le milieu underground un rappeur aux textes engagé et qu'il doit y en avoir encore d'autres... Et que feront-ils de la cargaison d'armes commandée? Le bateau va arriver. Wata décide de s'en occuper.
Dim VTM Chandini
Lun DA Rhea
Mar DD5 Lysandre
Jeu DA Isolena

Avatar du membre
Xiam
Goule
Messages : 240
Enregistré le : ven. 2 oct. 2015 09:33
Date de naissance : 24 mars 1985

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Xiam » ven. 10 juin 2016 07:40

Épisode 3, Gloria Victis


Théodore propose à Djamil de s’installer dans l’ancienne chambre d’Eliot. Lui-même s’apprête à ouvrir la porte de celle qu’il partageait avec Joy mais renonce de peur d’être submergé par l’émotion qui s’y trouve. Il reporte. Il s’y rendra lorsque le manoir sera vide.

Sarah et Wata partagent toujours la chambre rouge. Wata lui demande la date de son dernier don du sang lorsqu’elle était encore vivante. C’était il y a 4 jours ce qui en laisse encore 3 avant que les autorités ne réalisent son absence, les dons étant hebdomadaires. Wata la questionne ensuite sur son Sire. Sarah se souvient qu’il n’avait pas le droit de la transformer, il en avait été averti par « l’homme au costume » qui voulait l’en dissuader. Elle aussi est une bâtarde née d’une infraction à la loi de Vidal. Pourquoi l’a-t-il étreinte? Pourquoi prendre le risque de contrarier le Prince et de s’attirer sa colère? Comment l’a-t-elle rencontré? Elle cherchait sa soeur, Aline. Ses traces lui ont fait croiser le chemin d’Armand qui la connaissait bien et qui lui a promis son aide pour l’aider à la retrouver. Charmé par leur grande ressemblance il a appelé Sarah « Victoria », est-ce le nouveau nom d’Aline? Sa jumelle est une vampire et elle a ses entrées dans la haute société des damnés de la ville. En quête de renseignements Sarah s’est jetée dans la gueule du loup...il l’a étreinte de force.
la jeune vampire s’enquiert de sa fille et de son compagnon! Mais avant qu’elle puisse les revoir il faut qu’elle apprenne à se maitriser... elle doit apprendre à contrôler sa soif.
Elle refuse de faire du mal à un être humain et demande à Wata de lui laisser boire son sang afin d’apprivoiser la morsure. Wata craint que ce ne soit pas suffisant mais cède, n’osant annoncer l’horreur des tristes réalités de la non-vie vampirique à une jeune femme encore pleine d’innocence.

Théodore questionne Djamil sur les regrets, en a-t-il? « Oui, beaucoup... tout le temps en fait...» puis le magicien se lance à nouveau dans quelques tours de passe-passe «...mais bon, ça ne m’empêche pas d’avanner, et toi? »
Théodore parle alors d’avoir essayé d’avancer, coûte que coûte, mais de réaliser de plus en plus clairement qu’il a fait le mauvais choix. Le regard un peu vide Théodore demande à nouveau « Et ça peut te ronger jusqu’à l’os les regrets? » Djamil tire une carte. « Oui et non, en fait quand ça va pas je pratique la magie et puis ça va mieux. Disons que c’est mon truc, ça me permet de me vider le crâne! Et disons que je me vide le crâne souvent. » Par magie il coupe la carte en deux sur la tranche, la dédoublant.
Théodore le questionne sur l’existence du pardon, y croit-il?« C’est des questions un peu compliquées pour moi, disons que d’habitude je pense surtout à avancer et à me poser le moins de questions possibles pour être tranquille. »
Théodore se sent à l’aise pour se confier auprès de Djamil qui attribue ça à son côté magicien auquel les gens viennent facilement raconter leurs vies. Le prestidigitateur reste à l’écoute mais esquive adroitement les questions trop personnelles, s’abstenant d’en dire d’avantage à son propre sujet. Djamil conseille à Théodore de laisser le passé de côté et de se concentrer sur ce qu’il doit faire maintenant.
Ils décident d’aller voir où en sont les autres dans la chambre rouge afin de se concerter à propos de « la Résistance ». Théodore laisse Djamil rejoindre Sarah et Wata et se dirige vers l’ancienne chambre de ses amours.

Rien n’a changé, il est le premier à y perpétrer depuis leur départ. Son absence y est omniprésente... Joy
Les souvenirs et la tristesse associée à ces derniers sont insoutenables et, la main encore sur la poignée de la porte qu’il vient d’ouvrir, il referme cette boîte à musique avant de se noyer dans la lancinante mélancolie de sa mélodie aux accords mineurs. Désolé, il referme la porte derrière lui et part retrouver les autres. Djamil l’a attendu et, témoin du désarroi lisible sur son visage, lui lance un clin d’oeil appuyé d’un sourire.
« On va de l’avant! » Théodore a repris ses mots.

Lorsque Sarah absorbe le sang de Wata elle absorbe aussi des souvenirs anciens... autour d’elle quatre personnes, trois hommes dont Théodore, et une femme. Entre dans la pièce un autre vampire, majestueux et à la puissance incroyable. Soudain, alors que ce dernier lui tourne le dos, ou plutôt après s’être glissée derrière lui, elle lui perfore le coeur d’un pieu. Le vampire tombe à genoux et lâche l’épée ouvragée qu’il tenait en main. Elle s’en saisit et le décapite...
Wata se laisse aller à la morsure de Sarah, à cette douleur qui se transcende en don de soi, une forme étrange de transmission. Des images lui viennent... une maternité, un homme et une femme en plein labeur. Eric la soutient, il encourage une Sarah à bout de forces. Enfin la délivrance; un couple amoureux et uni autour de leur nouveau-né. Un instant apaisé. Quelque chose qu’elle ne connaitra jamais.
Suite à la vision meurtrière Sarah lâche le poignet de Wata et pousse un cri d’effroi.

Djamil et Théodore entrent dans la chambre. Sarah est sur le sol en train de pleurer.
Emue par les pleurs du nouveau-né qu’est Sarah Wata se met à son niveau et la prend dans ses bras.
« J’ai vu des choses quand je buvais ton sang. Je me suis vue tuer quelqu’un! Le décapiter, c’était horrible...»
« Ah, on dirait pas comme ça mais c’est un bel enculé » Djamil est choqué par ce qu’il vient d’apprendre de la bouche de Sarah et laisse son écœurement s’exprimer. Wata vient de profiter de son ascendant sur la jeune vampire pour la lier au sang. C’est un acte d’une grande perversité.
Théodore s’approche « Je ne sais pas si c’était une bonne idée. »
Comme à son habitude lorsqu’ils se trouvent dans la même pièce ensemble Wata ne le regarde pas, son regard préfère rencontrer celui de Djamil malgré sa remarque désobligeante. Ce dernier ajoute « T’es fier de ce que t’as fait?! »
Wata décèle du dégout dans les yeux d’un Djamil choqué qui jusqu’ici n’avait manifesté que des émotions de surface, un sourire inextinguible aux lèvres. Son sourire s’est éteint pour passer le relais à des yeux qui s’allument de mépris; cette déception dans le regard lui rappelle quelque chose, ou plutôt quelqu’un...
L’incompréhension règne et empoisonne tout.
Théodore se porte garant de l’intégrité de Wata et réfute l’hypothèse d’une intention d’aliénation dans son acte. Djamil n’est pas convaincu et le manifeste par des regards très durs vers la créature qu’il accuse intérieurement de traitrise mais accepte de se concentrer sur l’aide à apporter à Sarah.
Théodore en est certain, il va falloir qu’elle apprenne à se nourrir, cette expérience n’est pas suffisante pour lui offrir de la maîtrise sur sa bête. « Il n’y a qu’en chassant que l’on peut apprendre à se contrôler. »
Il ose affirmer à voix haute et intelligible ce que Wata n’a pas osé dire... Impossible d’édulcorer la réalité plus longtemps, les mensonges pieux que l’on fait aux enfants ne font qu’accroitre les déceptions inévitables de la maturité.
Pour la première fois le regard de Wata se pose dénué de rancune sur Théodore; sa gratitude reste intérieure mais elle l’amène à appréhender son ancien ami d’un regard différent. Cette sensation s’était déjà esquissée lorsque Théodore avait empêché une Sarah affamée de se jeter sur Doggie. Wata avait essayé mais n’avait pas réussi à l’en empêcher, sans lui... heureusement il avait été là.
La réflexion de Djamil commence à faire son chemin dans la tête de Wata, le lien de sang... comme Joy ayant été liée à Vidal en buvant son sang. Comment avait-elle pu faire l’impasse sur cela?! Avait-elle à ce point été émue par la candeur de Sarah à ne pas vouloir blesser d’être vivant et à se raccrocher à son humanité perdue ou était-elle à ce point rongée de solitude que la perspective d’être liée de façon profonde et durable lui avait fait perdre la raison?
Sarah ne comprend pas ce qu’elle vient de voir lorsqu’elle buvait son sang et fond en larmes. Wata cherche à les essuyer avec sa manche pour la préserver encore un peu, pour ne pas qu’elle réalise que ses larmes sont faites de sang. Mais Sarah en voit la tâche rouge sur sa robe et se relève, cherchant un miroir. Elle en trouve un éclat sur le sol, parmi les morceaux du grand miroir détruit par Wata la veille, et s’y mire; elle n’a plus de reflet. Elle reste tétanisée.
« Ce que j’ai vu, c’est quelque chose que je vais faire?! »
« C’est quelque chose qu’on ne peut faire que pour les gens qu’on aime. »
« J’ai vu que je tuais quelqu’un, je tuais quelqu’un! Je le décapitais en plus! »
« Ce n’est pas toi qui a fait ça, c’est ce que tu pourrais faire si tu ne te raccroches pas à l’humanité qui reste en toi... encore. »
Wata évite de s’attarder sur la vision qui s’est imposée à la jeune vampire apeurée et reste évasive sur le sujet...
« explique-moi! »
Théodore perçoit le trouble dans celle qui fut son ami et prend la parole, s’agenouillant auprès de Sarah « Des fois pour protéger sa famille » Ses yeux se tournent vers Wata lorsqu’il prononce le dernier mot. « Des fois on fait des actes qui peuvent paraitre horribles, mais on fait tout pour protéger sa famille. »
« Je ne veux pas tuer quelqu’un! »
« C’est pour cela qu’on va t’apprendre à chasser » la voix de Théodore se fait rassurante.
Djamil partage son expérience de jeune vampire, comme elle il refusait de se nourrir. « Tu sais Sarah, moi au départ je ne voulais absolument pas me nourrir de sang et je pensais plutôt à mourir. Et je dois dire que ce serait beaucoup plus intéressant pour toi d’apprendre à chasser que de passer par l’étape où tu refuses et où tu souffres... beaucoup. Et où au final c’est la bête qui prend le dessus. » Il ajoute. « Et il n’y a qu’ici que l’on propose du sang en bouteille. Moi auparavant je me nourrissais sur des humains sans qu’il y ait de... de soucis. Ce n’est pas du tout l’image que tu t’en fais, tu n’attends pas des gens la nuit derrière un arbre pour leur sauter dessus et prendre leur vie; c’est pas ça! »
Théodore lui tend la main pour l’aider à se relever. « Ce ne sera pas difficile, on sera là à tes côtés. » Sarah saisit sa main. « Je pense que Wata va aller t’aider et va te montrer comment faire. »
Wata accepte mais demande à Sarah de commencer à apprivoiser l’idée qu’elle a de nombreuses choses à apprendre de son Sire, quoiqu’il ait pu faire par le passé... Notamment à propos de ses capacités vampiriques, parfois liées à la personnalité du vampire nouveau-né mais parfois aussi héritées de son prédécesseur.
Sarah grimace. « Il m’a fait un coup de salaud et je devrais dire Sire?! »
« On ne choisit pas ses parent. »
« Ben là pour le coup si, en fait! » La voix de Djamil est emplie d’ironie lorsqu’il vient répondre au commentaire de Wata sur la filiation.

Les habitants du manoir grimpent dans une voiture en direction du centre ville. Sur la route une interview passe à la radio entre deux spots publicitaires. La voix de Vidal... son charisme passe à travers les ondes et terrasse Théodore et Wata sur leurs sièges. Une jeune journaliste, Deborah Mahels, le questionne à propos des bons résultats de baisse de la criminalité dans la capitale qu’il attribue aux nombreuses fouilles et atteintes à la vie privées dont sa politique est responsable, tout cela enrobé de bienveillance et d’esprit de paix. Il parle de la lutte contre le Saint Ordre et mentionne l’attentat ayant eu lieu au Lady’s Night, la mort de la délégation britannique envoyée pour signer des traités et la responsabilité de deux terroristes Djamil le Magnifique et son complice Théodore Caufield, un désequilibré, trublion de longue date impliqué dans la chute de la mascarade et qui cherche à nouveau à troubler l’orde public. La VSPD, Vampire State Police Department, est sur leur piste.
Théodore arrache la radio et la balance hors du véhicule. Djamil a envie de fuir mais la piste d’en découvrir un peu plus sur le Saint Ordre responsable de la mort de sa famille de cirque comme de coeur et de l’attentat du Lady’s Night le retient encore pour le moment. Décontenancé par la mention de son nom à la radio il se lance dans un tour de passe-passe, faisant apparaitre un nouvel autoradio et le remet à sa place. « Tiens c’est bizarre, c’est la première fois qu’on me dit que je suis un terroriste, ça sonne bien! »
Sarah vient de découvrir qu’elle est entourée de deux terroristes. Elle regarde Wata qui lui enserre la main et ne peut la rassurer, encore sous les ondes de choc de la voix de Vidal. Le véhicule arrive à destination.


Djamil et Théodore les déposent à Storyville, le quartier des prostitués. Théodore propose de rester tous ensemble mais Wata décline. « Disons qu’il ne faut pas faire peur aux clients! »
Ce soir elle va lui apprendre ce qu’elle sait.
Sarah ne semble pas bien comprendre. « Tu espères qu’on va se faire attaquer? »
« Quand j’étais vivant c’est ici que je venais travailler. Et c’est le lien que j’ai gardé avec... ici ça me rattache à ce que j’étais.»
Wata lui parle de l’importance de rester en contact avec sa part d’humanité, l’importance du respect de la vie. Le baiser du vampire est un échange, le sang on ne le vole pas. Ce que le vampire prend il doit le rendre autrement, en puisant dans ses ressources personnelles, en apportant sa valeur ajoutée. Il lui faudra découvrir ce qu’elle a à offrir, ce présent qui fera de cette étreinte une connexion où chacun donne et reçoit. Ce que Wata, elle, sait donner c’est de l’écoute et de l’attention, du plaisir, du désir; c’est ce que les hommes viennent chercher ici.
« Mais tu ne vas pas me laisser seule?! »
« Non. Tu vas regarder et si tu te sens à l’aise, et j’espère que tu en trouveras le courage, je t’inviterai à prendre part... »
« Je vais pas devoir coucher avec quelqu’un?! »
« Non, mais ce sera tout aussi intime. »

Djamil transforme son apparence et celle de Théodore pour se rendre incognito au Lady’s Night. C’est un couple élégant qui marche vers la salle de spectacle, le premier en femme particulièrement laide mais très bien habillée, aux talons hauts complètement silencieux et le second en époux dévoué lui proposant le bras pour avancer.
« Darling, allons-y! »
Tout le quartier a été bouclé et délimité par des rubans de police. Le Lady’s Night est vide. De l’extérieur une forte odeur de chlore est perceptible, comme si le sol et les murs du lieu avaient été désinfectés. C’est la même odeur qu’après le meurtre de la famille de Djamil. Ses traits se durcissent en même temps qu’un intérêt apparait sur son visage, il est sur le coup, il va peut-être bientôt en savoir plus! Ils décident de faire le tour pour pénétrer le bâtiment par la sortie des artistes. Tout a été nettoyé. Djamil observe les anciens impacts de balles comblés par du plâtre et repeints. Il creuse mais les balles ont disparu. Théodore veut vérifier s’il n’y a pas d’indices oubliés sous la scène. Ils entendent des pas derrière eux.
Une silhouette bourrue assez imposante apparait. Un vampire avec des cheveux mi-longs et un air assez dur. Il plisse les yeux.
« Vous avez mal caché ces quelques cheveux! » son accent est italien.
« Mes yeux percent la nuit. Vous ne pouvez pas duper ces yeux là. Que faites-vous là? Vous êtes tous les deux métamorphes? »
Théodore tente de le convaincre de leur identité d’emprunt grâce à sa discipline de domination. Le massif vampire fait un pas de recul mais résiste mentalement à l’intrusion psychique.
« Qu’essayez-vous de cacher? Vous êtes des sbires de Vidal? Montrez-moi vos vrais visages! »
Djamil dissipe l’illusion.
Le vampire cherche à lire dans leurs pensées puis finit par se décrisper. Il plisse les lèvres et dit « Vous avez vraiment fait tomber votre couverture parce-que je vous ai demandé que vous étiez des sbires de Vidal? Vous êtes vraiment les terroristes que la radio annonce? Et si j’étais avec Vidal? » Il semble s’amuser de leur naïveté. « Vous avez de la chance ce soir, je ne suis pas du côté du tyran.»
Il leur tend la main « Gregorio Dandini, journaliste. Que cherchez-vous?»
Les deux compagnons d’infortune lui parlent de leurs recherches sur l’implication de vampire en tant que membres de Saint-Ordre. La curiosité de Gregorio est piquée.
L’endroit n’étant pas propice aux confidences Gregorio leur propose de poursuivre la conversation ailleurs. Après négociations ils conviennent de se rendre dans le véhicule du vampire...

Sarah serre fort la main de Wata qui dégrafe son manteau pour libérer ses formes et attirer le chaland.
Un jeune homme de bonne famille aborde timidement Sarah. Il a peut-être 16 ans et vient visiblement de rassembler tout son courage et ses économies pour ce qui doit être une première fois. Il vient s’encanailler dans un quartier sulfureux de la ville.
« C’est combien? »
Sarah est mal à l’aise, elle ne veut pas se retrouver seule avec lui « C’est pour les deux. »
Les yeux du jeune homme brillent d’intérêt.
« Je pense que tu vas passer un bon moment. Mais si ça t’ennuis c’est la première fois pour ma copine, ne soit pas étonné si elle est un peu timide. »
« Non, pas de problèmes. »
« Il n’y a rien de mal à ce que ce soit la première fois...»
Wata les prend par la main et les entraine loin de la lumière des réverbères, dans l’obscurité de la rue.
« Il sent bon! Il sent très bon.» L’appétit de Sarah commence à se manifester.
« Elle va commencer par regarder si ça ne te dérange pas. »
Wata s’adosse à la porte d’un immeuble et tire l’adolescent vers elle tout en gardant Sarah du regard qui se trouve derrière lui. Elle commence à le mettre à l’aise, il ne faut pas le brusquer. Elle encourage ses gestes incertains et attend patiemment qu’ils s’affirment. Enfin le désir monte à en perdre la raison, il commence à perdre un peu l’équilibre et à se laisser aller à l’émotion du moment; Il sera bientôt temps de le mordre sans même qu’il ne s’aperçoive d’autre chose que du plaisir qu’il ressent.
Wata lui donne un dernier baiser avant d’encourager Sarah à lui en donner un autre, d’une toute autre nature.
« Est-ce que tu aimes bien qu’on te mordille l’oreille? » Wata l’embrasse dans le cou, penche sa tête de côté et invite Sarah du regard.
« Ca ne te déranges pas si ma copine se joint à nous? »
« Non, au contraire... »
Wata l’embrasse à nouveau pour l’inviter à se perdre dans la sensualité.
Sarah s’approche doucement. Elle a peur mais la jugulaire l’appelle, la pulsation est irrésistible. Elle hésite un instant puis elle mord.
Un afflux de chaleur dans sa bouche la remue profondément. Ce n’est pas comparable avec le sang vampirique de Wata, c’est une extase différente. Elle s’accroche un peu au corps de l’adolescent, elle passe ses bras autour de son cou pour mieux boire et commence à perdre le sens de toute mesure; elle ne peut ni ne veut s’arrêter de boire...
Wata est restée alerte aux signes vitaux du jeune homme et perçoit son pouls diminuer. Elle interpelle Sarah, ça suffit, il faut arrêter!
Sarah, perdue dans les sensations, ne réagit pas, elle va le vider!
« Sarah, tu n’es pas une meurtrière! »
Elle est perdue entre la bête et sa personnalité, avide de ce sang chaud qui pulse au rythme des battements du coeur qui se ralentissent légèrement. C’est un moment de paix qu’elle ne veut pas rompre.
« Pense à ses parents! » Aucune réaction. « Il va rentrer ce soir avec un souvenir merveilleux, il ne peut pas mourir! » Rien. « Pense à Alicia, sa mère n’est pas une meurtrière! » Au nom de sa fille quelque chose est remué en Sarah mais sa mâchoire refuse de lâcher la gorge qu’elle étreint. La soif, ce plaisir, cette condition vampirique qu’elle ne connait pas, cette bête au fond d’elle, tout cela prend le dessus.
Wata enserre alors sa gorge de ses deux mains, essayant de l’empêcher de boire par strangulation. Ce faisant elle est obligée d’abandonner les soins portés au jeune homme et de rompre la forme d’hypnose qui le préservait des sensations de douleur, c’est dans la souffrance qu’il revient à lui. Sarah réagit enfin. Elle repousse Wata puis prend conscience de sa perte de contrôle et la regarde d’un air effaré. « Qu’est-ce que j’ai failli faire? »
L’attention de Wata est portée sur l’adolescent.
« Oh mon dieu, il va mourir? Est-ce qu’il va mourir?! » Sarah attend une réponse.
Il est quasiment vidé de son sang. Ses yeux s’ouvrent sur une expression de douleur et d’incompréhension. Sa plaie suinte encore et il s’attrape la gorge des deux mains pour essayer de contenir le sang dans un geste paniqué. Wata déplace ses mains pour venir lécher les incisions laissées par les crocs de Sarah et les refermer. Elle ne sais plus quoi faire pour le sauver.
« Il est anémié, il a besoin de sang! tend-lui ton bras... »
Sarah accepte « Ca va pas le transformer, hein?! »
« Je sais pas, je n’ai jamais transformé personne! »
« D’accord, d’accord, c’est ma faute, d’accord! »
Sarah donne son sang au moribond. Elle sent son âme être aspirée par ses goulées. Elle ressent ce plaisir de donner. Lui non plus ne parvient plus à s’arrêter de boire. Wata retire le bras de Sarah de sa bouche vorace. Allongé au sol sur le dos il se met à ramper en arrière. Il les regarde haletant, le t-shirt couvert de sang.
Son ventre fait soudain un bruit monstrueux et il se met à vomir. Il est en train de mourir, sa transformation commence...
Sarah court vers lui « Pardon, pardon, je voulais pas, je voulais pas! »
Sa transformation est inhabituelle, du sang suinte par les pores de sa peau ainsi que par sa bouche, ses oreilles et son nez.
« C’est moi qui t’ai dit de faire ça, on aurait peut-être mieux fait de le laisser mourir! »
Ses dents poussent et il commence à crier, ses yeux sont pleins d’incompréhension.
« Wata, je veux continuer à boire ton sang! »
Le cauchemar se poursuit, l’innocent pleure du sang et s’accroche à Sarah; il commence à pâlir, à devenir froid. Puis sa peau se décompose et commence à partir en lambeaux, son odeur est celle de la pourriture.
« Qu’est-ce qui lui arrive? Wata?! »
« Il faut que tu m’aide à le soulever. »
« Wata il est tout jaune, je ne veux plus jamais chasser! »
Wata a dans l’idée de l’amener au lac mais le corps est déjà saisit de rigidité cadavérique. Son coeur s’est arrêté. Ses yeux sont restés ouverts, son poing est resté crispé autour des vêtements de Sarah qui tombe en sanglots.
Les mains de Wata fouillent son sac à main et agrippent nerveusement son téléphone portable pour composer le numéro de Théodore qui ne décroche pas. Wata n’a pas la force de laisser un message sur le répondeur mais la voix de Sarah est audible en fond sonore « Jamais plus je ne toucherai un humain, jamais plus! »

Un téléphone sonne dans le chapeau de Djamil. Il le tend vers Théodore.
« Je crois que c’est pour toi! »
Théodore écoute le message.
Gregorio est surpris de voir Djamil sortir un portable de son chapeau!
« Je peux discuter avec ce monsieur pendent que tu pars à la rescousse... »
« Est-ce que tu peux juste , tu sais! »
« Pas de soucis, prend la prochaine porte à gauche! »
Théodore entre dans l’une des portes de la rue et en ressort par une autre, du quartier de Storyville. Djamil lui a donné l’apparence d’une prostituée.


Djamil de son côté entre dans la voiture de Gregorio, une vieille BMW des années 90. Le journaliste doute des bonnes intentions officielles de Vidal. « Vous êtes des terroristes bien singuliers! »
Djamil se présente, il est magicien; le vampire avait deviné! Gjamil poursuit, il faisait un numéro au Lady’s Night quand des hommes ont ouvert le feu. Des membres du Saint Ordre, parmi eux des vampires.
« Et votre Théodore il fait partie de la délégation anglaise qui c’est faite décimée? »
« Tout à fait. »
« Parce-que parmi les gens de cette délégation je vois une Mme Caufield mais je ne vois pas de Mr Caufield. Une certaine Elisabeth Caufield.»
« Et elle serait décédée cette dame? »
« Son corps n’a pas été retrouvé. »
 « Elle est sur la liste de noms... »
« ... mais pas sur la liste des corps retrouvés. »
« Est-ce que vous pourriez me donner une copie la liste de noms? Parce-que ça pourrait être intéressant à garder sous le coude! »
« Qu’est-ce que vous avez à me donner en échange?! »
Les deux vampires sont durs en affaires. Gregorio propose la liste mais Djamil en veut plus à propos du Saint Ordre. Finalement Gregorio propose l’adresse du lieu où sont entreposés les corps des membres du Saint Ordre abattus par la police lors de l’attentat, en échange Théodore viendra se confier sur ses rapports avec Vidal et lui parlera du point faible du dictateur.
« Ca me semble pas mal comme deal! Et je vous laisse gracieusement cette liste. » Le vampire la tend à Djamil. Le nom de Théodore n’y apparait pas, comme s’il ne faisait pas partie de la délégation officielle. Elizabeth y porte son nom de famille. C’est la photocopie d’un papier officiel tamponné et cosigné par l’ambassade anglaise et l’administration de Vidal. C’est un ordre de mission pour faire arriver des limousines à l’aéroport, venir chercher la délégation anglaise et les emmener auprès de Vidal. Or cette nuit-là la délégation s’est retrouvée au Lady’s Night!
« Je ne peux pas m’engager pour mon ami. (...) Ce que je propose c’est qu’on prenne nos numéros et qu’ensuite... »
« Non, pas les numéros, c’est trop dangereux. Vous savez que Vidal contrôle la compagnie de téléphonie. Il peut très bien faire surveiller les lignes, même portables. Je vous donne rendez-vous demain soir à la même heure ici. »
Djamil lui tend sa carte, si Gregorio cherche à le contacter il lui suffit de dire trois fois son prénom.
« Vous vous foutez de moi?! »
« Pas du tout, comme je vous l’ai dit je suis magicien! »
« Je me demande si la radio n’avait pas raison et si vous n’êtes pas des illuminés. »
Les deux vampires se serrent la main avant de se séparer.

Théodore, sous l’apparence d’une prostituée, arrive à proximité de Wata, Sarah et d’un cadavre sur le sol. Wata est penchée sur le corps de l’adolescent, dépassée par les événements elle ne réagit plus. La soif travaille encore Sarah qui se jette vers la gorge de Wata pour s’y abreuver. Elle est arrêtée par une femme qui la bloque et la retient par les épaules.
« Regarde-moi Sarah, calme-toi. »
Sarah se débat, elle ne connait pas la prostituée qui l’appelle par son prénom.
« Alakazam, alakazam, alakazam » Théodore reprend son apparence devant une Sarah au bord de la folie et qui hurle de terreur.
Théodore recouvre sa bouche de sa main pour l’empêcher de crier.
« Regarde-moi c’est Théodore. C’est pas grave...»
Sarah retire sa main. « C’est pas grave?! J’ai tué un humain! »
« On va trouver une solution. »
« On ne peut pas le ressusciter, c’était un gamin, il n’avait rien fait! Je veux plus boire du sang humain, je veux plus votre truc. Au moins avec Wata ça s’était bien passé. Et qu’est-ce qu’on va faire pour lui? Sa famille, ses ami... est-ce que t’as pensé à ses parents?! »
« J’y pense. Malheureusement on ne peut pas refaire le passé, même si ce passé est très proche... »
« Mon sang ça n’a pas marché! »
« Comment ça ton sang ça n’a pas marché?! »
« Wata m’a dit de lui donner du sang et il n’est pas redevenu comme nous. »
Théodore se tourne vers Wata.
« Aimé? Aimé ressaisi-toi on a vraiment besoin de toi!»
Wata reste immobile toujours penchée sur les restes du jeune homme, des larmes de sang coulent de ses yeux et goutent dans la bouche ouverte du martyr.
Théodore sort la carte de visite de Djamil qu’il avait dans la poche de son costume et appelle trois fois son nom.
Pour calmer Sarah Théodore lui parle de sa famille « Pense à ta fille! Ta fille c’est ta force. Ta fille c’est celle qui te protège. Tu seras toujours là pour elle et elle sera toujours là pour toi. Ce qui a été fait a été fait mais pense à elle, on a tous quelque chose dans nos têtes et dans nos... »
« J’ai tué quelqu’un. Vous aviez dit que ça arriverait pas. Et c’était un gamin, c’était un pauvre gosse! »
« Et c’est mieux que ce soit lui que ta fille, non?! »
Silence.
« Je veux voir ma famille et je risque de les tuer! »
« Non, parce-que je vais t’apprendre à te contrôler. »

Djamil perçoit l’appel de Théodore et y répond. Il connecte à nouveau deux portes pourtant situées dans des parties différentes de la ville et surgit de l’une de celles de la ruelle sombre. Pour le laisser sortir la porte s’entrebâille sur un autre décors trahissant une forme d’incohérence spatiale. Là où devrait se trouver l’intérieur de l’immeuble se trouve un autre paysage.
S’en est trop pour Wata qui retrouve en ce sortilège la magie de Papa Legba, Loa du passage entre les mondes et de la croisées des chemins, qui y retrouve la touche de Blacksad.
Elle sombre dans une passivité totale, laissant la bête s’emparer d’elle. Son corps se fige autour de la jeune dépouille à ses genoux, tous deux liés par la rigor mortis dans une attitude de statue; immobiles comme le marbre. L’image évoque une piéta, cette représentation de la Vierge en Mater dolorosa, pleurant la mort du Chris qu’elle tient sur ses genoux après le martyr de sa crucifixion. Mais contrairement au Christ il n’y aura pas de résurrection.
Djamil regarde la scène « C’est quoi ce bordel encore?!!! »
Thédore lui demande de les transporter au manoir le plus rapidement possible.
Djamil claque des doigts « Alakazam!» De la fumée commence à sortir de son corps et à entourer tous les personnages. Ses yeux habituellement noirs changent de couleur et passent au bleu fluo.
Quand la fumée disparait tous se retrouvent dans le parc du manoir.
Théodore saisit le cadavre.
Djamil propose de le faire disparaitre par magie mais Théodore préfère aller creuser un trou dans le parc pour l’y ensevelir.
Au bout d’un long moment Sarah a un sursaut. Elle saisit son téléphone portable et compose le numéro de celui qu’elle Aime.
Eric décroche « Sarah c’est toi? Bordel, t’étais où?! »
« Mon amour... Je peux pas te le dire.»
« Putain, tu disparais pendant deux jours comme ça! T’es où? Je viens te chercher! Putain ces bonnes femmes!»
« Je suis dangereuse, je suis dangereuse tu entends?! »
Eric insiste pour obtenir l’adresse.
« D’accord. Mais tu ne comprends pas, je ne suis plus comme toi. »
« Tu vas me donner ton adresse maintenant ou ça va barder! »
« J’ai tué quelqu’un! »
« Putain de bordel de... bon allez, donne-moi ton adresse on va... je... écoute-moi Sarah, on va faire comme d’habitude, je vais m’occuper de tout, ça va bien se passer. Maintenant tu me donnes ton adresse. »
« Mets Alicia chez la nounou alors! »
« Je mets Alicia chez la nounou. Et tu vas me donner ta putain d’adresse! »
« Oui, oui, je suis dans un manoir. Je ne suis plus comme avant. »
Sarah lui donne l’adresse.
« Putain je vais venir te chercher. T’as intérêt, t’as intérêt à ne pas avoir fait de conneries. »
Il raccroche.
Sarah repleure de plus belle et l’attend car elle a besoin de le voir. Elle a cedé sous la pression mais elle a très peur de lui faire du mal. Elle s’installe sur les marches du porche du manoir.
Théodore termine d’enterrer la victime et lorsqu’il retourne vers le manoir il aperçoit une voiture dans l’allée. C’est Eric, venu chercher Sarah.
Il a l’air ivre et enervé. Il attrape Sarah violement.
« Bon t’étais où?! Je me suis occupé de ta fille pendant deux jours. Allez viens on rentre à la maison! »
Théodore dégage brusquement Sarah de la poigne d’Eric.
« Oh t’es qui toi connard? »
Théodore ne répond pas et lui lance une domination. « Arrête de bouger. »
Théodore se tourne vers Sarah « Dans ta chambre tout de suite! »
« Non, qu’est-ce que tu lui as fait? Qu’est-ce que tu vas lui faire? Non, je le laisse pas!»
Sarah s’interpose.
« Est-ce que tu veux le mettre en danger? Alors laisse-moi, je vais juste lui dire de rentrer chez toi et de s’occuper de ta fille ».
« Je veux lui parler. Je veux le calmer. »
« Et connard! » La voix d’Eric surprend à nouveau Théodore qui pensait l’avoir figé complètement en lui ordonnant de ne pas bouger mais qui a uniquement immobilisé son corps; le problème du mot juste...
« Qu’est-ce que tu m’as fait connard? Putain de vampire de merde! Dès que je peux bouger je te colle un pieu dans le cul! Connard!»
Théodore tourne autour d’Eric incapable de bouger. « Ben écoute, là c’est moi qui vais te mettre un pieu dans le cul là mon gars! »
« Non, je te laisserai pas!» Sarah ne compte pas laisser qui que ce soit lui faire du mal.
« Putain mais c’est qui ces barges? Sarah! »
« Ecoute Eric, calme-toi. »
« Putain, tu me dis de me calmer, je peux plus bouger! »
« Oui, mais ça va passer, si tu te calme ça va passer. »
« Peut-être! » La voix de Théodore est moqueuse.
« Eric tu te souviens, le vampire qui avait des infos sur Aline? Il a fait quelque chose... que je voulais pas.»
« Putain mais pourquoi t’es allée le revoir? C’est ça que t’as fait pendant deux jours? T’es allée voir des vampires? Tu fricotes avec des vampires?! »
« C’est pire que ça... »
« T’as abandonnée ta gamine putain. Pour aller fricoter avec des putains de vampires?»
« J’étais dangereuse pour Alicia, pour toi aussi! Eric il faut que tu comprennes! »
« Je sais pas là si j’ai envie de comprendre. »
« Tu n’as pas le choix et moi non plus. »
« T’es quoi là maintenant? T’es comme eux? »
Sarah acquiesce de la tête, des larmes plein les yeux.
Le visage d’Eric se décompose.
« Putain si t’es comme eux tu remets plus jamais les pieds à la maison. »
« Attends non, Eric. Je vais, je vais me contrôler! Je peux vous revoir. Je veux élever Alicia! C’est ma fille autant que la tienne.»
« Tu crois vraiment que... là tu oublies tout, il n’y a pas de vampires chez moi. »
« Eric, les vampires avant tu ne les détestais pas autant que ça! »
« Non, mais maintenant que je vois ce qu’ils sont capables de faire... vous êtes des putains de monstres en fait. Putain c’est quoi cette merde? C’est quoi ce pays? »
« Eric j’ai rien demandé. »
« Moi j’ai rien demandé non plus, par contre toi t’es allée chercher la merde. »
« Je veux revoir Alicia. »
« Ouais tu la reverras devant le juge! »
« Me fait pas ça, écoute je sais bien qu’au fond de toi tu m’aimes.»
« J’aimais Sarah ouais. Ouais, ouais... une petite rouquine, une humaine quoi! La j’ai quoi devant moi? J’ai un monstre! »
Eric interpelle à nouveau Théodore « Hé connard, tu vas maintenant me lâcher s’il te plait! » Face au refus du vampire il commence à crier à l’aide. « Et? il y a quelqu’un? Il y a des vampires qui m’attaquent! »
Quelques fenêtres de maisons du voisinage commencent à s’éclairer.
« Eric tu ne peux pas m’enlever ma fille. Et puis je t’aime bordel! »
Djamil prend la parole « On va régler les choses simplement... » la lueur fluorescente brille toujours dans son iris. « J’aime pas du tout faire ça mais bon, on va le faire! »
Il se place devant lui, le regarde dans les yeux et murmure à Eric « Tes paupières sont lourdes...lourdes, lourdes... » Djamil n’est plus magicien, il se fait Magie. Les yeux d’Eric se ferment et il s’effondre au sol. Son sommeil est très profond, trop profond?
La Magie s’est échappée de l’iris de chaque oeil de Djamil pour contaminer la totalité de ses globes oculaires.
Sarah a peur mais lui pose tout de même une question « Tu peux lui enlever ses souvenirs? Qu’il oublie ce que j’ai dit? Que je suis une vampire!»
Djamil ne répond pas et soulève Eric pour le transporter à l’intérieur du manoir et le soustraire à la curiosité du voisinage. Ce faisant il ne réalise pas qu’au lieu de marcher il lévite au dessus du sol, cette façon de se déplacer lui semble évidente.
Théodore enlace Wata toujours figée, agenouillée sur le sol.
« Je suis là, ne t’inquiète pas... »
La chaleur amicale de son étreinte adoucie son corps et fait disparaitre la rigor mortis, mais son corps dépétrifié reste inerte.
Les autres entrent dans la pièce.
« Djamil, c’est normal? Tes pieds ne touchent pas le sol! »
« Ben si! »
« Non »
« Non » le non de Sarah vient faire écho à celui de Théodore. Elle se précipite vers Wata et la secoue en vain, elle a l’air dans le même état qu’Eric.
Théodore s’adresse à Sarah « Eric maintenant il a compris ta nature vampirique. Tu as vu sa réaction. Tu as deux choix. Je vais te parler franchement, peut-être durement mais il faut que tu entendes ces mots. Il y a une chance qu’Eric rejète totalement ta nature, et du coup s’en aille loin avec ta fille et que tu ne la revoies pas, mais dans un sens ta fille sera en sécurité. D’un autre côté tu peux chercher à récupérer ta fille mais avec ce qui s’est passé ce soir tu peux aussi la mettre en danger, et Eric ne sera pas forcément d’accord pour que tu la vois. Là il est important de faire un choix. »
Sarah s’effondre, ses espoirs réduits en poussière. Elle est prise d’asthénie et ne répond plus.
Djamil dépose Eric sur le canapé, il commence à réaliser qu’il perd pieds. Il a besoin de s’isoler pour consulter le Livre légué par son Mentor. C’est la seule chose capable de l’apaiser dans ces moments là. Il le sort de sa cape et commence à lire son langage hermétique à tout autre que lui-même et feu son maître.
Sarah se relève et se tourne vers Théodore avant de sortir du manoir. « Je veux protéger Alicia.»
Elle se dirige vers le parc où elle compte attendre le lever du soleil pour libérer sa famille du poids de sa malédiction.
Théodore pense qu’elle ne fait que s’isoler un instant dans le jardin et lui demande son adresse. Elle la lui donne d’une voix atone.
Il dépose le corps endormi d’Eric dans la voiture et le raccompagne chez lui, le laissant allongé sur son canapé.
Quand il revient au petit matin il réalise que Sarah n’a pas bougée. Elle regarde le ciel, le soleil ne va pas tarder à se lever.
Sarah se débat alors que Théodore la tire vers l’intérieur du manoir.
« Laisse-moi, je veux mourir! »
« Est-ce que tu penses que ta fille te voudrais vraiment morte? »
« Elle ne peut plus me voir! »
« Elle pourra te voir plus tard.  Avec le temps...»
« Laisse-moi! »
« Je ne te laisserai pas. Je ne veux pas que tu fasses comme moi. Je regrette déjà tout ce que j’ai fait dans ma vie, dans ma non-vie. Je ne laisserai pas quelqu’un avoir les mêmes remords. Tu comprendras peut-être avec le temps ce que j’ai fait, au fond tu ne me connais pas. Mais pense à ta fille. »
Il referme la porte du manoir derrière elle.
Sarah se jète dessus pour tenter d’en sortir et se bat jusqu’à l’aube pour essayer d’aller s’immoler aux rayons du soleil. Mais Théodore est plus ancien qu’elle, il tient bon devant la porte jusqu’à ce que le jour commence à la figer. Lorsqu’elle se réveillera il fera à nouveau nuit.
Lui-même, après l’avoir sauvée, s’adosse à la porte et se laisse sombrer dans le sommeil.
Lorsque la Magie s’est apaisée en Djamil il retourne dans la salle commune, il y voit Wata gisant sur le sol. Il pousse un soupir, la soulève puis la dépose sur son lit dans la chambre rouge. Il fait le tour du propriétaire et s’assure que toutes les ouvertures du manoir soient fermées et ne laissent pas passer la lumière puis il se dirige dans sa nouvelle chambre dont il bloque l’entrée. A l’intérieur une vieille bouteille de bourbon avec un verre vide si ce n’est un léger amas de poussière déposé par le temps. Des gants de boxes sont accrochés au mur...

La nuit à été longue. Encore une nuit à la Nouvelle-Orléans et peut-être la dernière dans ce manoir.

Avatar du membre
Onixyon
Goule
Messages : 242
Enregistré le : mar. 26 avr. 2016 23:04
Date de naissance : 18 mars 1994

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Onixyon » ven. 1 juil. 2016 16:58

Gloria Victis 4 :

Nb : afin d’être en lien avec ce qui a été fait précédemment, le personnage de Wata sera décrit au féminin.

Dans la nuit du 10 juin 2035...

Résumé :
Alors que Théodore s’éclipse pour récupérer de la nuit précédente, la Princesse, le Serpent et le Magicien s’interrogent sur leur programme nocturne. Les protagonistes sont un peu déboussolés. Sarah et Djamil briffent Wata sur les évènements de la veille… Et horrifiée, cette dernière donne un pieu à son infant d’adoption, afin qu’elle puisse se protéger. Elle lui conseille de rencontrer son Sire, pour apprendre à se connaître et à maîtriser sa nouvelle nature.

Djamil, lui, évalue les conséquences que peut entraîner la nouvelle condition de Eric. Il est persuadé que, quand ce dernier se réveillera, il pourra révéler leur emplacement à la police, ce qui les mettra tous en grand danger. A ce titre, Wata lui propose de faire un repérage dans la ville, afin de trouver éventuellement, une planque de secours.

Entre deux mots, Wata explique à Djamil qu'il voit clair dans son jeu. Malgré son sourire, le Serpent a su lire la douleur derrière son masque…
Finalement, Wata exprime le désir de partir se ressourcer et quitte rapidement les lieux.

Pendant ce temps, Djamil profite de l’occasion pour expliquer à Sarah les différentes conséquences du lien de sang… Et lui indique également différentes pistes à explorer pour développer ses capacités vampiriques.

Ensuite, Sarah passe un coup de téléphone à la nounou de sa fille. Celle-ci lui apprend que des policiers sont venus chercher Alicia… Et que ces derniers proposent un rendez-vous au commissariat, si Sarah souhaite prendre connaissance de la localisation de sa fille.
Djamil pense à un coup monté, pour les capturer. La Princesse décide donc de contacter son Sire, pour récupérer sa fille par un moyen détourné.

Pendant ce temps, Wata réalise un étrange rituel vaudou, et flirt avec le monde des rêves, pour assurer à l’âme de leur victime, un passage vers l’autre monde. Pour se faire, sous forme de femme-serpent, elle se dirige vers l’étang du parc Louis-Armstrong. Malheureusement, elle y rencontre un fantôme de son passé. Cette femme, Cassandra Vidal, n’est plus que l’ombre d’elle même. Ses yeux sont injectés de sang, son visage est déformé par un rictus de haine… Et elle traîne derrière une large épée, qui grince au contact du sol.
Le passif entre les deux vampires est bien lourd.
Après un duel acharné, où la danse s’est mélangé à la violence et à la magie, le Serpent sort victorieuse… mais à jamais défiguré, par la bénédiction de sa déesse. Son corps est désormais couvert de cicatrices noires, qui décorent sa peau comme des tatouages barbares.

Dans un autre lieu, Sarah part à la cherche de son sire. Ce dernier est au port, dans un bateau où se déroule une soirée. A l’entrée du bateau, elle rencontre une vampire, nommée Jean. Cette dernière, lui donne quelques conseilles, mêlées d’humour sarcastique.
Puis, elle rencontre son Sire, qui, tout en perversité, lui propose de passer la soirée avec lui. Il lui offre une robe, et lui fait rencontrer ses « proches ». L’un d’entre eux, un certains Gentle Belini, lui propose de devenir modèle, pour son frère. Ce vampire tout en hypocrisie, semble masquer un coté très menacent.
Plus tard, son Sire ne manque pas de lui rappeler combien elle doit être lui en être très reconnaissante. Il lui apprend également que son mari est à l’hôpital, en soin intensif.

De son coté, au détour d’une ruelle, Djamil rencontre deux étranges dames. Elle se nomment tous d’eux « madame », pour brouiller leur identité. L’une d’entre elle semble s’être entiché de Djamil. En secret, cette dernière lui fixe un rendez vous pour le lendemain. L’autre “madame”, semble avoir un caractère bien plus dur…
Le Magicien s’interroge sur cette rencontre, en ne sachant pas trop quoi penser. Cette rencontre pourrait avoir beaucoup d’impact sur leur situation actuelle.

Sarah, à l’aide de sa petite carte, invoque Djamil, pour réveiller Eric. Après avoir prit quelques temps pour se recentrer, sous l’apparence d’un infirmier, Djamil réveille Eric… Mais l’humain sort tétraplégique de son réveil.
Djamil pense qu’il faudrait demander à Théodore d’ordonner à Eric de « bouger » pour contrer le mauvais sort.
Sarah est horrifiée par la nouvelle.
Ils décident finalement de rejoindre Wata, au lac. Aussi, en voiture, ils rejoignent le Serpent, qui est en détresse et en manque de sang. Au final, ils retournent au manoir. Après quelques quiproquos, Djamil chasse pour Wata, pour lui permettre de reprendre des forces.

Ensuite, Sarah retourne voir son Sire. Elle lui propose d’être plus « sociable » si ce dernier lui ramène sa fille, qui se trouve être dans un orphelinat. Le vieux vampire ne manque pas de profiter de la situation pour augmenter son emprise sur son enfant. Il emmène Sarah rechercher sa fille, à un orphelinat. Au cours de la conversation, la Princesse apprend que cet orphelinat est sous la protection de « madame ». Au final, Sarah récupère sa fille… qui partira finalement dans les griffes de son Sire.

En rentrant au manoir, Sarah à sa première vision. Elle y voit sa fille, accro au sang d’Armand, alors qu’elle même est réduite au rang d’esclave.

Alors que Wata brûle rituellement la tête de Cassandra Vidal, Sarah, en détresse vient demander de l’aide par rapport à sa vision.

Mais alors, la porte du manoir s’ouvre en grand, et les deux « Madames » apparaissent dans le seuil. L’une d’entre elle semble contrôler l’autre, comme une marionnette. Elles viennent rechercher Alicia, et sont très insistantes et menaçantes. La colère monte dans la « marionnettiste » quand elle apprend qu’Alicia est entre les mains d’Armand. Après plusieurs explications, « Madame » partira, pour récupérer Alicia.

Avatar du membre
Samash
Vouivre
Messages : 450
Enregistré le : mer. 16 sept. 2015 14:53
Date de naissance : 01 févr. 1991

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Samash » dim. 3 juil. 2016 13:07

Gloria Victis (3) - Part 2 :
Pendant ce temps, Théodore est allé à la salle de sport dans laquelle il avait fait quelques passements de jambes avec Eliot, il y a quelques années…

En effet, après avoir affronté sa peur et être allé dans la chambre qu’il partageait avec Joy, trop de souvenirs sont revenus. Théodore repense notamment à cette nuit ou il avait offert un collier à Joy. Les sentiments se bousculent en lui. Quelque chose se détache de son corps. Il décide alors de quitter le manoir pour rejoindre la salle de sport.

Dans la salle de sport, Théodore se déchaine, contre lui-même, contre ses remords, jaugeant les lueurs de la NOLA, jugé par cette lueur bleue le représentant. Ses coups s’abattent sur le sac, la lueur se détache de plus en plus. Théodore crie, frappe de plus en plus fort, jusqu'à ce que le sac se détache. Théodore s’adosse alors contre un miroir et se demande alors ce qu’il a fait pendant ses vingt années ? Théodore se rend compte qu’il a fui et qu’il n’a pas accepté ses responsabilités. Sur les hauteurs de la NOLA, Théodore se rend compte qu’il appartient à la Nouvelle Orléans et qu’il n’a rien pu faire pour sauver les gens autour de lui, les orphelins de la Nouvelle Orléans.

Après s’être habillé, Théodore se rend au cimetière de la NOLA. Il cueille des roses rouges et cherche si certains noms sont inscrits sur les stèles fleurissant le cimeterre. Le nom de Joy Salor n'est pas inscrit. Au contraire, celui de Chloé Price l'est. Tout comme celui de Enzo « Maldonato » Pretti, Antoine de Savoie. Ces tombes sont ornés de roses blanches. Théodore en profite donc pour déposer une rose au pied de l'arbre ou le défunt Eric Ford a été enterré. Mort de sa main. Il se dirige ensuite vers la tombe de Chloé. La tristesse et la culpabilité l'envahissent. Après un certain temps, Théodore quitte le cimeterre et décide de rejoindre le manoir. Il y retrouve Sarah et Djamil.

Théodore s’approche et s’excuse pour son absence. Théodore soulève l'état fébrile de Sarah. En effet, cette dernière à le visage inondé de larmes de sang et indique à Théodore qu’elle a fait une terrible erreur. Théodore essaye alors comme il peut de rassurer Sarah. Sarah blâme Théodore pour la paralysie d'Eric. Théodore essaye de lui expliquer que ce n'est pas possible. Cependant les faits sont là. Sarah précise aussi à Théodore que deux femmes sont venues pour récupérer Alicia, que cette dernière a laissé à Armand. Selon les Madames, Alicia retournera à l'orphelinat. Pourtant Sarah semble avoir une autre idée pour assurer la sécurité d'Alicia. Elle sort alors son téléphone et décide de passer un coup de téléphone à sa Mère. Théodore lui demande tout de même de prendre le temps de la réflexion et décide d'aller chercher Wata.

Théodore toque alors à la porte de Wata et attends une réponse, qui ne vient pas. Wata rapproche seulement l’épée de Gabriel de son corps. Il ne souhaite pas se déplacer. Cependant, la voix de Théodore réussit à le faire se mouvoir. Théodore observe alors l’épée de Gabriel dans la main de Wata. - « Richard est revenu ? ». Au prononcé de ce prénom, Théodore observe de la douleur sur le visage de Wata. - « Mais que c’est il passé en mon absence ? » demande Théodore tout en observant les dessins en écailles sur le corps d’Aimé. Sans réponse de Wata, Théodore lui demande de l'aide vis à vis de Sarah. Wata n'est pas convaincue qu'elle soit la meilleure personne, au vue des épisodes récents, pour aider Sarah. Théodore en profite pour faire une analogie avec leur jeunesse vampirique et qu'une aide ne doit pas se refuser, même si ils ne sont pas les meilleurs conseillers. Théodore propose à Wata de lâcher l’épée. Wata refuse et préfère garder cette dernière auprès de lui.
 
Tout proche de Sarah, Wata cherche alors à comprendre la situation. Sarah lui explique alors son plan. Elle souhaite appeler ses parents pour qu’ils s’occupent d’Aline. Sarah souhaite mettre sa fille à l’abri des vampires. Wata soulève cependant la complexité de son plan. Alors que THéodore propose une procédure d'adoption internationale, Djamil en profite pour raconter sa rencontre avec les Madames et notamment celle qui lui a dit qu’on pouvait rester au manoir, qu'ils seraient en sécurité. Djamil évoque également son rendez-vous avec l'une des madames le lendemain soir.

Wata s’appuyant sur cette protection acquise explique alors à Sarah qu’Alicia sera surement en sécurité dans cet orphelinat. Sarah, malgré les interrogations de Wata et de Théodore sur le danger de cette situation et le fait que de nombreuses personnes puissent être impliquées ou être en danger, décide d’appeler sa mère, qu’elle n’a pas eue au téléphone depuis de nombreuses années.
 
La mère de Sarah est étonné d'avoir "enfin" des nouvelles de Sarah. Sarah évoque la situation concernant Alicia et demande de l'aide à sa mère. Cen 'est qu'après avoir mentionné l'Etat Vampirique que la mère de Sarah, choquée par ce fait, décide d'envoyer quelqu'un pour récupérer Alicia. Les numéros sont échangés et la mère de Sarah raccroche. Sarah se lève d'un bond et essaye de frapper le fauteuil sur lequel elle était assise. Théodore la retient lui expliquant que trop de meubles ont déjà été brisés. Sarah explique alors ce qui va se passer pour Alicia. Ils font alors le point sur les conséquences de ce choix. Sarah souhaite avant tout que sa fille soit en sécurité, quitte à ce que sa fille vienne à la détester. Sarah évoque ensuite la raison de sa présence dans l’État vampirique, la recherche de sa sœur jumelle, présente dans les hautes sphères de l’État vampirique. Théodore souligne alors le fait qu’elle est avec Vidal.

Le soleil va se lever sur la NOLA. Nos amis se dirigent alors vers leurs chambres respectives. Sarah suit Wata dans sa chambre et elles s'allongent sur le lit, séparées par l'épée. Théodore s’allonge sur le côté, comme si il regardait quelque chose, quelqu’un. Djamil va dans l'ancienne chambre d'Eliot.


Dans la nuit du 11 juin 2035...

La nuit se lève sur la NOLA.
 
Théodore joue un morceau au piano et attire l'attention de ses amis. Sarah souhaite se rendre à l'orphelinat. Pendant que Théodore l'accompagnera, Djamil se rendra à son rendez-vous et Wata se rendra chez une de ses fidèles, Drew.
 
Déposée, Wata arrive devant un salon de beauté. Ce dernier est entouré d’un jardin fermé par des planches en bois. Wata en fait pivoter une et passe par l’arrière du bâtiment. Drew gère la boutique et s'empresse d'aller parler avec Wata. Elles évoquent le prochain rites et les préparatifs nécessaires. Wata quitte ensuite les lieux, déposant un baiser sur les lèvres de Drew.

Alors que Djamil s'est rendu sur son lieu de rendes vous, Sarah et Théodore arrive à l'orphelinat. Ce dernier est situé sur l'ancien emplacement du Crossroads. Bar fréquenté par Wata et Théodore et les orphelins de la NOLA. Théodore est pris de nostalgie. Un malêtre se dégage de sa personne, ce qui semble inquiété Sarah. Théodore la rassure et Sarah frappe à la porte de l'orphelinat. Madame Thérèse ouvre la porte et Sarah lui demande si Alicia a regagné l’orphelinat et demande à la voir, prônant l'autorisation conférée par les Madames. Deux Madames se présente devant Sarah et Théodore. Théodore ressent la présence de Vidal. Elles les invitent à rentrer. Théodore observe que le bar a été totalement aménagé, peinture d'enfants au mur, des jouets étalés sur le sol. Sarah arrive alors devant la porte d'Alicia. Théodore reste devant la porte, les deux Madames devant lui.

Sarah reste un moment à contempler sa fille et elle lui caresse doucement le front. Elle en profite pour réveiller Alicia. Sarah lui demande si elle s'amuse, ce que semble acquiescer cette dernière. Sarah utilise ensuite la métaphore de l’histoire de la princesse et du garçon arc en ciel à Alicia pour expliquer à Sarah qu’elle va devoir aller habiter avec sa grand-mère. Aline commence à pleurer car elle ne veut pas quitter sa mère et son père. Sarah essaye de rassurer Alicia quant à l’amour qu’elle porte envers elle jusqu’à ce que cette dernière se rendorme, un peu en boudant. Sarah est toute remuée. Elle ne sait pas comment expliquer à son enfant toute cette situation…Sa situation...

Théodore, désorienté par les souvenirs et cette sensation qui semble l'entourée, décide d'aller observer les lieux de l'ancien Crossroads. Une des Madames suit Théodore au pas. Théodore se retourne alors et exprime un "Oui?". Aucune réponse. Théodore touche quelques objets et revient devant la porte de la chambre d'Alicia. Deux souvenirs sont présents dans son esprits. Sa première nuit au Crossroads et sa rencontre avec Joy. Quelqu'un, surement la Madame, semble vouloir lire les pensées de Théodore. Une voix dans sa tête, méconnaissable, lui indique qu'elle sait déja tout. - "Vraiment tout" demande Théodore. - "Vraiment tout" lui répond la voix. Théodore cherche alors à savoir à qui il s'adresse. Il s'adresse à Madame. Il lui demande alors si le temps est compté avec qu'il voit Vidal du fait qu'il est apparemment un "terroriste". -"Vraiment?" lui demande la voix. Théodore lui répond que si elle sait vraiment tout, elle sait très bien que non. Théodore entend un petit rire dans sa tête. Théodore décide ensuite de se fermer en attendant que Sarah revienne. - "Ne touche à rien" sont les derniers mots que Théodore entendra. La porte de la chambre d'Alicia s'ouvre.

Après être descendus, une des Madames évoque le retour d'Alicia à Sarah, comme cette dernière l'avait demandé. Avant de partir, les Madames lanceront à Sarah et Théodore, - « Méfiez vous de ceux à qui vous faites confiance ». La porte de l'orphelinat claque. Sarah se jette contre Théodore, perdue. Théodore la repousse. Sarah refrappe à la porte, elle a besoin de demander quelque chose d'autre aux Madames. Théodore, après que Thérèse, sérieusement lassé et refermé la porte pour requérir l'avis des Madames, essaye de calmer Sarah. La porte s’ouvre à nouveau et invite Sarah et Théodore à entrer.

Les Madames semblent exaspérées. Sarah souhaite comprendre la raison de l'intérêt autour de sa fille. La situation de Sarah ne leur a pas laissé le choix. Théodore essaye alors d’intervenir pour savoir si la fille de Sarah sera protégée. - « Si vous savez tout vous savez que c’est la chose qu’elle demande ». Madame indique alors à Sarah, encore une fois, que sa fille est en sécurité, ce qui n'aurait pas été le cas chez Armand. Théodore indique alors - : «  on fait tous des erreurs Sarah ». Théodore propose à Sarah de partir maintenant qu’elle a eu sa réponse. Théodore remercie les Madames. - « Effectivement on fait tous des erreurs, c’est amusant de ta bouche ». Théodore se retourne, décontenancé. Celle qui est en haut des escaliers passe devant Théodore. Théodore a l'impression d'avoir reçu un coup de poignard dans le vente. ses émotions explosent. Alors qu'il se retourne pour quitter les lieux avec Sarah. L'apparence spectrale de Théodore reste sur les lieux, entouré d'une aura bleue. La Madame semble être pétrifié par ce spectre.

Sarah demande alors à Théodore si tout va bien. Ce dernier est pressé de quitter les lieux. Sarah cherche alors à comprendre les raisons de sa présence et pourquoi ce dernier est considéré comme un fugitif. Théodore lui expliquera plus tard. Sarah se dirige alors vers son rendez-vous avec Armand. Théodore rejoint alors Wata, qui lui demande de la retrouver au cimetiere Saint-Louis. Sur la route, Théodore entends les voix de ses anciennes connaissances lui faisant des onces de reproches. Après avoir rejoint Wata, ils se dirigent vers la tombe de Marie Lavau. Wata essaye de prendre la main de Théodore, qui refuse systématiquement. Wata souhaite ouvrir le tombeau pour pouvoir y caché l'épée. Ils s’exécutent et Wata y insère l'épée. Théodore demande alors comment Wata s'est appropriée cette épée. Wata explique alors à Théodore que c’est Cassandra Vidal qui est revenue. Elle a souhaité venger Antoine de Savoy. Elle n'a pas réussi son acte de vengeance. Théodore demande ensuite à Wata si elle est retournée au Crossroads. Cette dernière répond par la négative. Théodore demande alors si elle a eu des ses nouvelles, et de celle de Black Sad. Wata demande alors d'arrêter de la torturer. Théodore décide alors de retourner au manoir. Le spectre de ce dernier reste avec Wata devant la tombe. Wata décide de prendre ce dernier dans les bras et est immédiatement envahi par une tristesse infinie. Le spectre se dissipe, comme Théodore l'a fait il y a 20 ans.

Au moment ou Wata sort du cimetière, une voiture arrive en trombe, les pneus crissant. Wata entend une musique infernale dans la voiture. La vitre se baisse et Doogie se présente à sa grande déesse.

Sarah, de son coté, en profite pour récupérer la voiture d’Eric chez elle. Sur la porte, Sarah peut voir des « do not cross » dans le domicile. La police semble avoir fait l’objet d’une enquête. Sarah se dirige alors au restaurant en vue de son rendez- vous avec Armand. Sarah va voir le réceptionniste. Ce dernier indique qu’Armand n’est pas arrivé. Sarah ne souhaite pas attendre et décide de s'en aller. Sarah soulagée, compose alors le numéro des Bellini. Sarah a rendez-vous la prochaine nuit à 23h avec Monsieur Bellini. Sarah roule ensuite jusqu’au manoir.

Elle retrouve Théodore ainsi que la chaise ou elle était assise, brisée. Théodore ne la regarde pas alors que Sarah lui lance un regard triste. Sarah est obnubilé par le futur de sa fille et prie pour prendre le bon choix. Elle aimerait avoir quelque chose pour la guider. Sarah en pensant à sa fille, voit alors Eric, sur un lit, toujours paralysé, plein de haine, plein de rancœur. Il parle tout seul dans sa chambre, insultant Sarah et à tous ceux de sa race. Il jure de les tuer jusqu’au dernier. Sarah est sous le choc. Elle aimerait aller le voir mais elle est sure qu’Éric la hait.

Sarah finit par se relever et descend lentement l’escalier se dirigeant vers Théodore. Théodore, au piano, joue une note diffuse, en répétition. Il semble entendre quelque chose. Sarah essaye alors de demander de l’aide à Théodore en le secouant. Théodore demande à Sarah de le laisser tranquille. Sarah a besoin de son aide et accuse Théodore d’avoir rendu Eric paraplégique. Théodore indique à Sarah que ce n’est pas possible, que sa compétence ne peut pas durer indéfiniment. Théodore souffle et décide néanmoins de suivre Sarah. Théodore essaye cependant de lui expliquer que sa compétence à des risques, qu'Eric peut en mourir. Sarah est determiné. Théodore acquiesce. Après quelques reflexions sur l'état de fugitif de Théodore, il demande d’attendre pour aller aider Eric, et pour qu'il lui explique toute sa situation. Sarah étouffe et sors du manoir et décide d’aller faire un tour à pied.

Pendant ce temps, dans la voiture de Doogie, ce dernier explique à Wata que la vente d’arme a été avancée. Wata est très surprise de cette décision. Elle baisse le volume de la musique et essaye de réprimander Doogie. Ce dernier prend beaucoup trop d’initiative sans demander l’avis de Wata. Wata demande ensuite à Doogie de revenir au manoir...
"Look at what she did to my Gibson - Only Lovers Left Alive"

Avatar du membre
Xiam
Goule
Messages : 240
Enregistré le : ven. 2 oct. 2015 09:33
Date de naissance : 24 mars 1985

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Xiam » lun. 18 juil. 2016 01:32

Épisode 6: Au coeur de la nuit

Partie 1:

Djamil se prépare pour aller à son rendez-vous. La préparation pour lui est extrêmement simple. Il se rend vers le bar après s’être renseigné sur le bar et son emplacement. Il cherche néanmoins une issue de secours. Djamil aimerait en apprendre plus sur sa situation et sur ce qui s’est passé au Lady’s Night. Il existe peut-être un probable lien de causalité entre ces deux évènements. Il aimerait également en savoir plus sur l’orphelinat et pourquoi pas sur Armand. Djamil cherche des réponses.

Arrivé sur place, Djamil jette un coup d’œil afin d’observer s’il connaît quelqu’un. Djamil décide de se poser tranquillement au comptoir et commande une coupe de sang. Le barman sert Djamil sans problème. Djamil attends que quelqu’un vienne le chercher. Après avoir attendu une dizaine de minute, un serveur, propre sur lui, demande à Djamil de le suivre. « Madame rejoindra Djamil en haut ». Par une porte, Djamil se retrouve dans un grand couloir. Le serveur ouvre une porte à droite et invite Djamil à s’installer. Pour l’instant personne n’est présent dans cette pièce épurée. Le Djamil à l’impression d’observer du papier plutôt que des murs. Sur le mur, Djamil peut observer un grand dessin représentant un cerisier en fleur. Toutes les pétales sont dessinés. L’artiste à fait cela avec minutie. Djamil s’installe avec sa coupe en attendant Madame, au son d’une musique douce. Djamil peut observer des ombres passant autour de la pièce. 10 minutes plus tard, la porte s’ouvre avec Madame. Toute pressée, elle enlève sa capuche et s’excuse de son retard. Elle pose sa cape et s’assoit sur l’autre bout du canapé en face de Djamil. La conversation s’engage entre Djamil et Madame.

Djamil évoque l’incident avec l’autre Madame au manoir, puis l’orphelinat. Madame évoque alors l’orphelinat et évoque la fille de Sarah qui semble s’amuser. Un serveur apporte deux vert commandé par Madame. du B+. Après avoir entrechoqué leurs verre, Djamil demande le véritable prénom de Madame. Emilia dévoile son prénom à Djamil. Djamil cherche à savoir comment Emilia a pu le rencontrer. Emilia a vu quelque fois Djamil en spectable et elle prend beaucoup de plaisir à observer Djamil et sa magie. Djamil lui propose alors de faire un tour de magie. Djamil regarde le cerisier et demande à Emilia si elle sait qui a fait ce dessin. Djamil s’approche du dessin, et grâce à sa magie, la couleur des fleurs changent. Le passage des gens autour de la salle ne cesse pas. Djamil demande alors à Emilia si elle a de l’autonomie avec Madame. Emilia rassure Djamil en lui indiquant, qu’au contraire, c’est Madame qui lui permet d’avoir des activités. Djamil semble néanmoins confus. C’est une question de sécurité et de jalousie comme le précise Emilia. Les ombres se font de plus en plus présentes. Emilia demande alors à Djamil ce qu’il fait demain soir. Djamil rétorque que pour l’instant il essaye de survivre. Emilia semble surprise de cette réponse. Djamil rappelle à Emilia qu’il est un terroriste. Emilia lui indique alors que Djamil à un bon protecteur. « Vous voulez parler de qui » lui demande Djamil ? Emilia change alors de sujet et demande depuis combien de temps il est à la NOLA. Deux jours lui rappelle Djamil. Emilia est confuse d’avoir redemandé cette information à Djamil. « Et vous ? » lui rétorque Djamil. 20 ans lui réponds Emilia en enchainant sur sa vie normale. Djamil revient ensuite sur l’épisode du Lady’s Night. Djamil explique alors que le Saint Ordre est en cause. Emilia lui confie que c’est « l’époque » qui veut ça. Emilia propose un nouveau verre à Djamil. Djamil prend alors l’initiative de commander les verres, pour lui offrir la coupe. Djamil et Emilia trinquent à nouveau. Emilia demande alors à Djamil, s’il arrive à survivre, si il souhaiterait rejoindre demain soir Emilia à la fête foraine. Djamil accepte avec plaisir. En effet, Emilia à l’autorisation de Madame. Emilia viendra le chercher au Manoir. Emilia pose une dernière question relative à la jeunesse de Djamil. Djamil y réponds difficilement en évoquant le Saint-ordre. Djamil et Emilia se séparent ensuite après un dernier regard échangé. Djamil se téléporte ensuite au manoir. .

Pendant ce temps-là, Wata est en compagnie de Doogie. Il demande à Wata la direction qu’il doit prendre. Wata souhaite se rendre au manoir. Wata lui demande alors pourquoi la vente d’armes a été avancée. Doogie ne sait pas, il a eu cette information. Le mec qui organise la vente, selon les termes de Doogie, a demandé à ce dernier de venir plus tôt. Doogie vient donc plus tôt. Wata demande alors qui d’autre est au courant de cette vente. Seulement Wata et deux, trois gars de la Resistance. Pour des renforts précise Doogie. Wata est exaspérée. Wata aimerait que Doogie comprenne que s’il y a des morts ce soir et des vies humaines perdues, elle tiendra Doogie pour responsable. Doogie et Wata arrive devant le manoir. Il laisse le moteur tourné et la musique à fond. Avant de descendre Wata baisse la musique et se rend au manoir.

Dans le hall, Théodore est au piano, assis. Wata vient s’asseoir à coté de Théodore. Il regarde Wata, sans lui répondre. Il ne dit rien et détourne un peu le regard. Théodore semble absent. Théodore s’excuse pour l’épisode du cimetière. Wata requiert l’aide de Théodore. Théodore accepte après que Wata lui ait expliqué la situation. Où sont les autres ? demande Wata. Théodore lui indique que Sarah est dans sa chambre alors que Djamil est à son rendez-vous. Wata se dirige alors vers sa chambre tandis que Djamil descend dans le salon.
.
Sarah est dans un fauteuil de la chambre. Wata s’accroupit près de Sarah. Sarah lui indique qu’il faudrait qu’elle rapporte son doudou à Alicia. Sarah se demande si le « cerbère » la laisse rentrer. Sarah explique également qu’elle a rendez-vous avec Bellini demain. Wata explique sa situation à Sarah. Elles iront alors totues deux à la vente d’arme et ensuite chercher le doudou de la fille de Sarah. En descendant, Sarah demande à Théodore s’il n’a pas oublié pour l’hôpital ? Il ne semble pas avoir oublié. Djamil accepte également d’accompagner la joeyuse troupe à la vente d’arme. Après avoir retrouvé Doogie dans la voiture, Théodore lui demande si ces derniers ont des armes pour se protéger. Ce n’est pas le cas. Un passage au QG de la Résistance est donc nécessaire.

Tout le monde arrive sur les quais du port, lieu de la vente d’armes. Doogie a oublié de passer au QG de la Résistance. Doogie est confiant et se repose sur Wata. Wata demande alors à Doogie de se rendre seul sur le lieu de rendez vous puisque c’était sa décision. Les vampires attendront groupés autour du lieu de rendez-vous. C’est alors que Vladimir, le Russe, se présente près de Doogie. Un autre homme se présente, Milo Costa. Les conversations semblent tourner autour de l’argent, ce qui intrigue Wata, qui décide de se rapprocher. Selon elle, tout à un prix pour l’argent, encore plus pour des armes. Milo cherche à connaître l’identité de Wata. Une joute orale commence alors après que Wata ait écrase la cigarette de Milo. Milo a reconnu Wata, chef de la résistance. Ces derniers concluent sur le fait qu’ils ont un ennemi commun. Le chargement des armes commencent.

Au loin, quelqu’un frappe des mains. Wata se tourne vers le bruit. Wata voit un homme blanc, mèches-en arrière se diriger vers lui. C’est Mike. Il est accompagné par plusieurs de ses hommes. L’homme se prétend être la vraie Résistance. Il souhaite récupérer les caisses. Wata demande alors à Doogie de charger toutes les armes et de se rendre au QG. Finalement, les deux intéressés, après une certaine négociation, pendant laquelle Vladimir et Milo sont paris, décident de partager les armes

Arrivé au QG de la Résistance, les caisses sont présentes. Wata demande à Doogie de les charger dans la voiture et lui indique qu’elle va emprunter sa voiture. Wata essaye de rassurer Doogie en expliquant que Sarah sait très bien conduire. Théodore essaye de communiquer avec Doogie tout en chargeant les caisses. Il lui demande quel est son histoire. Doogie refuse pour ne pas tomber dans le sentimentalisme. Wata indique à Théodore que ce n’est pas le truc de Doogie. Ou est ce qu’on emmène les armes demande Wata. Théodore lui en profite pour demander qui sont les hommes qui sont arrivés sur place. Il est rejoint par Djamil. Wata explique qu’une autre forme de résistance existe et à leur tête, c’est Wake up, Mike. Théodore demande de faire attention à Wata, car Mike était affilié à quelqu’un de pas recommandable. Josez Vasquez. Théodore demande alors si on retourne au manoir. Djamil lui indique qu’une caisse les attends là-bas. Djamil explique à Théodore qu’il a fait disparaître et réapparaitre une caisse. Le coté pragmatique de Théodore semble s’opposer à cette explication. Sarah prend le volant. Théodore demande à Wata comment il a connu Doogie. Wata lui explique que Doogie l’a accosté et qu’il n’a pas été poli. Wata regrette d’avoir vu du potentiel en lui. Théodore lui explique que les erreurs de jeunesses sont normales et que Doogie cherche juste à impressionner Wata et à bien faire.

Djamil s’inquiété sur le fait de rester au manoir avec les armes du fait de son nouveau statut qu’il partage avec Théodore. Djamil propose de cacher les armes à un endroit extérieur, qui ne serait pas le QG de la Résistance. Théodore propose de creuser des trous et d’enterrer les armes. EN entendant le mot creuser, Wata repense au dernier trou que Théodore à creuser dans le jardin. Théodore évoque la protection dont le groupe bénéficie comme les autres le lui ont raconté. Cela le laisse perplexe d’être recherché et en même temps protégé. Théodore demande également à Djamil comment c’est passé son rendez-vous. Djamil indique que ce rendez-vous était bizarre ? Sarah demande si il a pu apprendre des choses sur les Madames, ces dernières tenant l’orphelinat ou sa fille est présente. Djamil explique que la Madame semblait être bien proche des enfants et notamment de la fille d’Alicia. Wata demande si elle était brune ou blonde. Djamil répond brune. Wata cherche à savoir comment étaient ses yeux. Bleu répond Djamil. Il rétorque à Wata s’il veut son CV. Djamil explique qu’elle a l’air d’être relié à celle qui est venu en pétard hier. Théodore explique qu’elle était en pétard à l’orphelinat également. Théodore en profite également pour demander à Sarah si il n’y avait pas quelqu’un qui devait récupérer sa fille, suite à son appel téléphonique vers la France.

Partie 2:


Sarah décide d’appeler sa mère qui feint de ne pas la reconnaitre au téléphone.
Bien que sa mère prétende ne rien entendre elle lui annonce que sa petite fille n’est plus dans l’Etat vampirique, son père l’a emmenée avec lui.
Sarah a besoin de retourner chez elle une dernière fois.
Elle y écupère le doudou de sa fille accompagnée de Theodore que Djamil a transformé en jeune femme pour passe incognito.
Sur place elle récupère la veste d’Eric encore chargée de son odeur.
Sarah demande à aller le voir à l’hôpital mais Theodore lui conseille d’attendre encore quelques nuits.

Pendant ce temps Wata choisi une robe de soirée pour Sarah, ce qui lui rappelle le premier bal et le souvenir de Blacksad.
Djamil de son côté part en repérage à la fête foraine où il a rendez-vous avec Emilia le lendemain soir. Puis il profite de la fin de la nuit en solitaire pour se ressourcer...

Sarah et Theodore arrivent a manoir et y retrouvent Wata.
Theodore l’emmene dans la chambre qu’il partageait avec Joy. Il lui explique son départ et son arrivée en Angleterre, sa faiblesse, le baiser avec Elizabeth. Wata en avait déjà eu quelques bribes en rêve. Il lui parle des voix qui ne cessent de lui faire des reproches dans sa tête. Mais il est de retour et pour de bon. Wata lui fait promettre de ne plus jamais repartir. Lorsqu’il accepte elle serre Théodore dans ses bras. Il lui fait part de sa volonté de retrouver les autres mais Wata pense que « s’ils voulaient être retrouvés ils ne seraient pas partis ».

Sarah est assise par terre dans la chambre rouge et tient une poupée dans ses mains. Lorsque Wata la rejoint Sarah lui montre son ancien album, des images d’elle et sa soeur plus jeunes, avant que leurs chemins ne se séparent. A l’apparition d’Eric dans l’album Aline en disparait...

Djamil vient de rentrer. Lui et Théodore sont en retard au rendez-vous avec le journaliste Gregorio. Il se rendent sur pace mais n’y trouvent qe sa viture vide sur laquelle ils lui laissent un message pour reprendre rendez-vous le lendemain.


Dans la nuit du 12 juin 2035...

Le lendemain soir Theodore accompagne Sarah à l’orphelinat.

Pendant ce temps Djamil et Wata discutent stratégie dans le grand salon.
Djamil la questionne sur la résistance et Wata lui confie que sa vision initiale était sur du long terme... encore plusieurs dizaines d’années...
Faire perdurer les traditions creoles pendant que Daniel Lorneau, l’actuel adjint au maire, gravit les échelons de a vie politique. Dans la perspective qu’un jour i puisse reprendre la place de Vidal. Mais l est encore trop tôt, pour le moment si Vidal tombe l’Etat vampirique s’effondre avec lui!

A l’orphelinat Sarah retrouve sa fille et lui rend sa girafe en peluche!
Théodore entend une voix, des paroles de comptine sur un air qui lui rappelle quelque-chose.. C’est une Madame qui a chante pour bercer un enfant.
Théodore se met au piano de la salle de jeu pour y jouer la mélodie pour la jeune femme encapuchonnée qui n’a pas l’air de comprendre.
Les vraies paroles de la mélodie reviennent à l’esprit d’un Théodore qui se dédouble. C’est une chanson de Jazz qui parle du Crossroads...

Partie 3

Alors que Théodore a une mystérieuse air de musique dans la tête, il dépose une fleur sur le piano de l’orphelinat. Il s’assied sur une chaise et son spectre apparaît à coté de lui.

Sarah attend la fin du roi Lion, et va coucher sa fille en lui racontant une histoire merveilleuse. Elle aperçoit le double de Théodore et l’interroge à ce sujet. Ce dernier bote en touche.

Ils repartent au final vers le manoir, alors que Wata et Djamil parlent des meilleurs moyens de remplacer un tirant.

Emilia vient sonner à la porte et emmène Djamil en voiture. Après un petit périple en voiture, les deux anciens ado’s vampiriques arrivent à la fête foraine où ils enchaînement les attractions, mangent de la barbe à papa au sang et s’amusent comme des petits fous.
Elle le ramène ensuite au manoir et se refixe rendez vous pour le lendemain.

De son coté, le Serpent se dirige vers son soupirant engagé en politique, Daniel. Le pauvre homme est complètement sous l’emprise de Wata. Cette dernière lui soutire quelques informations, un peu de sang et quelques billets. Le pauvre Daniel note sur un petit papier « Nb : se marier », ainsi que « se présenter aux prochaines élections », sans élever la voix. Ils regardent alors un film ensemble, bras dans les bras. Wata profite d’un moment pour laisser une trace de baiser sur l’une des bouteilles de cette homme, qui semble boire plus que de raison.

Pendant ce temps, la Princesse et la Terreur rentre au manoir, en prenant le Wata au passage. Ils discutent ensemble de leur statut et de la « protection » dont ils semblent jouir.
Sarah se prépare, en empruntant du maquillage à Wata. Après qu’une limousine soit venu la chercher, la princesse va à la rencontre des Bellini’s, où on lui propose de se fait peindre par Fransceco, le frère de Gentile Bellini. Ce dernier insiste pour peindre un « nue ». Après insistance, Sarah se fait déshabiller et pose pour le peintre, qui fait quelques sous entendus sur sa sœur.

Au même moment, Théodore et Wata vont rendre le « bébé » de Doggy. Ils lui apprennent également que des micros ont étés placés dans ses gentes.
Wata rassemblent tous le monde et leur annonce que tous les résistants vont être amené à faire une formation commando dans le Bayou. Avec l’aide de Théodore et après maintes efforts et incompréhensions, les deux compères parviennent à convaincre la Résistance à partir s’entraîner. A ce titre, Wata leur donne de l’argent obtenu de Daniel. Théodore profite de la situation pour se rabibocher avec Doggy.
Le Serpent trouve ensuite les mots pour motiver son lieutenant.

Ailleurs, Sarah contemple son portrait esquissé par Fransceco. Elle essaye de lui soutirer des informations sur sa sœur. La pêche est maigre. Avant qu’elle puisse aller plus loin, Gentile revient chercher la Princesse. Quand à son tour, Sarah essaye d’obtenir des informations sur sa sœur de Gentile, ce vampire la renvoie à Armand. Les deux vampires s’interrogent sur l’absence du sire de Sarah. Au final, Sarah repart en limousine.

Après avoir déposé Wata, Théodore et Djamil partent rencontrer leur informateur journaliste.
La Terreur interroge le Magicien sur son mystérieux rendez vous. Djamil, à son habitude, reste très évasif. Ils se posent beaucoup de questions.
Emilia pourrait être un moyen d’y répondre mais le Magicien n’osent pas les lui poser, car selon lui, ils ne se connaissent pas encore suffisamment pour que ça ne brise pas la magie de la situation.

Partie 4:

Théo interroge Djamil sur les « Madame ». Apparemment, ces femmes qui ne laissent pas voir leur visage sont destinées à protéger l'épouse de Vidal, masquée dans cet ensemble. Théo s'étonne aussi de l'intérêt particulier que porte une de ces Madame à Djamil et du danger que cela présente. Mais il semblerait qu'elles soient au fait de leur refuge. Théo l'incite à poser plus de question à Emilia, « sa » Madame.

Après cette discussion, ils s'approchent de la voiture pour voir si le journaliste est présent. Effectivement. Il est dos contre le mur un peu plus loin. Ils se rendent dans un bar pour parler posément. Il travaille pour un journal non-officiel et veut comprendre pourquoi ils ont un ressenti contre Vidal, un point qui leur est commun. Theo explique qu'il faisait partie de la délégation mais ne figure pas sur la liste. Lorsque le Lady's Night a été attaqué, Théo devait y rencontrer un contact qui ne s'y est jamais présenté. Théo parle du Saint-Ordre puis du massacre de la famille de Djamil qui n'évoque rien au journaliste. Il accepte de se renseigner. Le journaliste aimerait connaître un moyen de faire tomber Vidal, un tyran que « tout le monde » aimerait voir tomber mais qui a mis la main sur l'arme nucléaire…

Bandini a obtenu la liste par un contact à la police, affirme-t-il.

Suite à l'entretien, Djamil et Théo se demandent si ce Bandini est vraiment journaliste.

Théo parle de Vidal à Djamil, soulignant qu'il se nourrit de sang de vampire.

Théo parle aussi du fait de rendre visite au compagnon de Sarah, sur sa demande, pour tenter de le faire remarcher, d'ici 2 jours.

Ils rentrent au manoir.

De l'autre côté, quand Sarah et Wata arrivent au manoir, Sarah peut voir un matériel d'enregistrement disposé par Wata pour qu'elle puisse enregistrer des contes pour sa fille et rester toujours d'une certaine façon, présente pour elle. Sarah est très reconnaissante et saute au cou de Wata. Il lui explique que certains de ses anciens amis étaient musiciens et qu'il auraient voulu aider des jeunes artistes à l'époque. Sarah explique le métier qu'elle avait à Wata, lectrice et interprète de contes et légendes, en général, créatrice pour Alicia, pour l'aider à aborder le monde et la distraire. Wata l'écoute attentivement lorsqu'elle évoque Croc-et-croc-et-croc, la petite pomme magique, puis qu'elle commence son conte pour son enfant.

Elle raconte aussi sa pose pour le Francesco Bellini. Elle a tenté de faire passer un message à sa sœur par l'intermédiaire de Gentille. Quant à Armand, son bateau est désert. Elle a été impressionnée par les Bellini, désireuse de ne pas commettre d'impairs. Et cela faisait si longtemps qu'elle n'était plus entrée dans le beau monde ! Elle n'a pas osé négocier le prix de sa pose.

Quand Théo revient, il propose à Sarah d'ajouter un peu de musique à ses contes.

Les quatre vampire décident d'aller le lendemain à la morgue pour examiner les corps du « saint-ordre ».


Dans la nuit du 13 juin 2035...

Le lendemain soir, Sarah va avec Théo (et Wata qui reste dans la voiture) à l'orphelinat, puis ils entendent un gros boum à la porte. Un homme tente de forcer le passage. Sarah comprend et son coeur est étreint d'angoisse : est-ce le résultat de son coup de fil à sa mère ? Elle sort. L'homme est mandaté par la présidente de la République française. Sarah se fait passer pour la directrice de l'orphelinat, examine le papier, voit que cela concerne bien Alicia, gifle l'homme en lui disant de partir. Elle demande ensuite à Thérèse de faire venir une Madame et explique la situation en s'excusant. La Madame, quoique de mauvaise humeur, clame qu'Alicia restera dans l'orphelinat.

De son côté, Djamil dessine une boite bizarre de magicien. On frappe à la porte du manoir. C'est Emilia. Il lui sert un verre de b+ et puis joue avec elle, en utilisant des cartes, car elle sait faire léviter des objets. Ils font ensuite un billard plus reposant. Emilia s'éclipsera grâce à l'aide de Djamil sans être vue par les vampires qui rentrent au manoir.
Modifié en dernier par Xiam le mer. 3 août 2016 10:17, modifié 4 fois.

Avatar du membre
Xiam
Goule
Messages : 240
Enregistré le : ven. 2 oct. 2015 09:33
Date de naissance : 24 mars 1985

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Xiam » lun. 18 juil. 2016 01:32

Épisode 7: Au coeur de la nuit (2)


Partie 1 :

Théodore essaye de forcer la porte de la morgue. Il y arrive, suivi par Djamil et les filles. Théodore avance prudemment et en jetant un coup d’œil dans la pièce, observe des présences.
Théodore décide d’entrer, suivi par Djamil. « Bonsoir ». Les trois personnes sur place semblaient chercher quelque chose. Théodore leur demande alors s’ils cherchaient quelque chose. Une jeune femme, Emily, connue de Théodore et de Wata, toise du regard Théodore, sans crainte et répond à Théodore : « Et vous ? ».
Théodore répond par l’affirmative. Théodore demande la raison de la présence des trois individus. Les individus derrière Emily se prépare de manière belliqueuse. Théodore décide de s’approcher, ignorant cette attitude et commence à regarder les corps. « On ne restera pas longtemps, ne vous inquiétez pas ».
« Vous êtes là par rapport au Lady’s Night ? » demande Djamil. Emiliy répond par la même question et semble reconnaître Djamil, ou bien Théodore qu’elle suit toujours du regard. « Il est magicien » répond Théodore. Djamil explique qu’il est placardé sur les murs, tout comme Théodore. Djamil raconte alors l’épisode du Lady’s Night. L’attitude belliqueuse des personnes dans la salle semble s’effacer.
Emily révèle alors à Djamil la bizarrerie de la scène du Lady’s Night. Théodore évoque même la présence de vampire dans le Saint-Ordre. Djamil aimerait maintenant qu’Emily partage également des informations. Emily explique que l’ordinateur de la marie a été forcé pour rentrer des noms et qu’Augusto Vidal a été étonné par cette situation. Djamil semble étonné de cette information. Tout comme Théodore, restant muet. Djamil semble étonné du fait de l’accusation orale de Vidal. Emily explique que les gens cherchent à être rassurés. De plus, pourquoi Monsieur Caufield chercherait-il à revenir alors que son épouse était membre de la Délégation. Théodore est surpris par cette information. Emily indique pourtant à Théodore qu’Elizabeth se vante de sa situation. Théodore demande alors si Emily a revenu Elisabeth. Cette dernière indique qu’Elisabeth se trouve à la Cour.
Il est certain que la situation au Lady’s Night semble étrange selon Emily. Djamil à la même sensation. De plus, il était persuadé que Vidal était derrière tout ça. Emily, si elle peut prouver l’innocence de Théodore et de Djamil, le fera. En attendant, elle n’a pas de preuve. Emily demande alors à Djamil et Théodore si leurs deux amies comptent se cacher longtemps derrière le mur.
Wata et Sarah se révèle. Sans prévenir Théodore veut se diriger vers les salles d’autopsie. Un des hommes bloque Théodore. Théodore essaye de lui explique de manière diplomatique la situation. L’homme pousse Théodore et souhaite que tous les éléments soient posés et clairs.
Wata en s’approchant reconnait Emily. Wata la regarde dans les yeux et lui dit qu’elle a tenu parole mais qu’elle ne pouvait pas choisir à leur place. Emily se ferme et son visage s’assombrit. Bref répond Emily. Théodore demande alors à Emily de demander à « Madame Caufield » d’éclaircir la situation du fait de sa présence. Emily indique à Théodore qu’Elisabeth aurait juste eu peur et qu’elle se serait enfuit. Emily demande à Théodore s’il a des soupons envers Elizabeth. Théodore réfute l’information.
Djamil ne comprend pas comment la « femme » de Théodore ne soit pas suspecte alors que Théodore le soit. Emily réfute cette Théodore. De plus Elisabeth est en négociation depuis de longs mois avec Augusto Vidal. Théodore semble surpris par la durée des négociations. C’était le but de leur venue. Théodore demande alors si il ne serait pas possible d’aller visiter les deux salles pour trouver « des indices » à moins qu’il croit Théodore capable d’un « acte de terrorisme ». Cette blague ne semble pas passer auprès d’Emily et Théodore peut apercevoir l’homme en face de lui mettre la main sur son pistolet. Djamil lui indique qu’il ne pense pas que ça soit nécessaire.
Emily décide alors d’explorer les autres pièces de la morgue. Emily se déplace vers la porte menant vers les autres salles d’autopsie. Théodore propose son aide à Emily. Cette dernière l’attend. Emily observe le corps dans la première salle. Rien de spécial. L’odeur de chlore est cependant toujours présente. Théodore est Emily se dirige alors dans la seconde pièce. Un autre cadavre leur fait face. Théodore trouve le téléphone d’Elisabeth dans une des poches du cadavre. Théodore montre le téléphone à Emily. Des texto suspects sont présents dans le téléphone. Théodore le donne à Emily et lui indique que peut être des éléments de réponse y figureront. Théodore ne pense qu’Emily suspecte Elisabeth. Elle trouve assez bizarre que Théodore ne soit pas au courant qu’Elisabeth soit sa femme. Emily indique qu’elle va chercher à savoir qui a forcé les ordinateurs. Théodore propose à Emily de rester en contact. Théodore évoque le passé familial de Djamil. Emily cherche ensuite à savoir quand Djamil a subit une attaque de ce genre. Djamil lui explique.
Après avoir échangé leurs numéros, Emily et les hommes de Vidal se retirent. Théodore va passer brusquement près de Djamil en ignorant la question de Sarah et va calmer sa colère dans le meuble à l’opposé de la pièce. Djamil lui demande ce qu’il se passe. Théodore évoque « le mariage », de plus le téléphone trouvé est le téléphone d’Elizabeth. Théodore semble être un peu confus. Djamil précise à Théodore que c’est quand même étrange qu’on trouve le téléphone d’ Elizabeth sur des corps nettoyés. Djamil y voit un coup monté.
Théodore se propose d’aller regarder le registre informatique pour avoir le nom des corps présent dans la morgue. Djamil essaye de trouver d’autres indices sur les corps présents. Wata de son coté repense à son passé, en partie partagée avec Emily et ressasse sa colère envers Eliott. Sarah de son coté, regarde dans un regarde de fascination et de dégout les cadavres et va se réfugier à l’accueil. Avant d’y arriver, Sarah observe un corps qu’elle a rencontré, dans l’église d’Armand. Sarah va l’effleurer et sa colère envers Armand remonte. A ce contact, Sarah est prise d’une vision. En fixant le visage de cet homme, Sarah, plongée dans une vision, se retrouve dans sa peau. Sarah sent une odeur de pourriture autour d’elle, entend des rats. Deux personnes d’un pas très rapide rentre vers l’Eglise et se dirige vers le trône. Ces personnes ont le visage masqué et se précipitent sur le trône. Une bataille débute entre les femmes et Armand. Sarah ne peut pas percevoir la rapidité du combat du fait qu’elle observe à travers les yeux d’un humain. Sarah voit énormément de feu, des objets qui se lève, puis plus rien. Après avoir ouvert les yeux, une des femmes tient Armand en l’air, son bras enfoncé dans son torse, puis ressort son bras, avec quelque chose de gluant dans la main.
Sarah pousse un hurlement et Wata se dirige vers le cri. Wata s’agenouille auprès de Sarah et lui demande ce qu’il se passe. Wata soupçonne les visions. Sarah lui explique la situation et sa vision. Théodore de son coté, ne trouve rien dans la base informatique. Théodore et Djamil se retrouve ensuite dans l’accueil alors que Wata et Sarah sont sortis. Djamil évoque encore le possible coup monté lier au téléphone. Djamil et Théodore décide de rejoindre les filles. Sarah est toujours choquée par sa vision. Sarah veut se rendre sur place. Théodore et Djamil retrouve les filles et s’inquiètent de la situation de Sarah. Les amis se dirigent alors vers l’Eglise D’Armand.
Arrivé, Sarah se dirige vers le trône, suivi par Wata alors que Théodore et Djamil reste en retrait. L’homme sur le trone semble ressemblait à Armand. Sarah peut observer le trou dans la poitrine. Armand est mort. Wata est attristé de la situation d’orpheline de Sarah. Wata et Sarah quitte les lieux à la demande Sarah. Théodore et Djamil, de leur coté, vont jouer les enquêteurs pour observer de quelconques indices. Rien de spécial n’est à observer.

Partie 2 :


Tout le monde rentre au manoir.
Sarah demande s’il est possible aux vampires de consommer de l’alcool. Elle a l’intention de mêler du sang à quelque chose de fort! Djamil la met en garde, ce mélange aléatoire peut être dangereux et rejeté par un organisme vampirique, il vaut mieux ingérer de l’alcool déjà assimilé par un être humain directement sur un « alcoolique » ou dans une bouteille de sang qu’il aura donné.
Théodore s’installe seul sur les marches du manoir, la tête entre les mains.
De son côté Djamil se saisit de son téléphone portable pour appeler Emilia et découvre les textos qu’elle lui a envoyé. Elle l’invite au bal d’anniversaire de mariage du prince Vidal, un bal costumé et masqué. Ses amis peuvent l’y accompagner.
Il va annoncer cette nouvelle à Théodore qui se ressaisit aussitôt.
Pendant ce temps wata, toujours perdue dans ses souvenirs et sa rancoeur envers Eliot réactivée par sa rencontre avec Emily, se dirige vers la chambre de Djamil...l’ancienne chambre du patriarche.
Elle décroche ses anciens gants de boxe du mur et de rage, saccage la chambre avec. Dans un dernier sursaut de colère elle explose la bouteille de bourbon du vieil homme contre le mur avant de s’effondrer en pleurs.
En entendant le vacarme Théodore se précipite dans la chambre de Djamil. La vision des affaires d’Eliot saccagées le met en colère et lui fait mal mais il est également ému de voir son amie prostrée sur le sol. Wata lui reproche alors d’avoir toujours été le préféré d’Eliot qui a toujours été beaucoup plus indulgent avec lui. Théodore lui répond que parfois vouloir trop ménager les gens n’est pas un cadeau à leur faire... Théodore a trouvé le mot juste, son argument fait mouche et rappelle à Wata ses erreurs commises en voulant être trop conciliante avec Sarah. Théodore tend une main à Wata qu’elle saisit.
Wata se demande alors où est Sarah et elle a juste le temps de la voir quitter le manoir pour se perdre dans l’obscurité de la rue. Sa première intuition est de la suivre, puis finalement elle décide de ne pas la surprotéger et de la laisser faire sa propre expérience de la nuit...

Sarah se rend dans un bar où elle commende verre sur verre de sang alcoolisé. La mort de son Sire la travaille, la culpabilise.. Elle pense aussi à sa soeur Aline, à Eric... à ces visions morbides qui la harcèlent! Il faut que ça cesse!
Un homme l’observe assis à une table, le sourire aux lèvres, il s’agit de Gentile Bellini.
Il semble s’amuser de l’état de Sarah et l’invite à le rejoindre. Éméchée Sarah se confie sur ses états d’âmes... lui, semble parfois légèrement moqueur, parfois compatissant.
Il l’invite à être sa cavalière au bal du prince Vidal. Sarah accepte dans l’espoir de se rapprocher un peu plus de sa soeur. Elle le questionne aussi sur son frère qui semble l’intriguer.
Elle finit par lui demander pourquoi il se montre gentil avec elle et il répond qu’il a de l’affection pour elle et qu’il le fait également par égard pour son ami Armand qui le lui a demandé.
Au nom de son Sire Sarah ne peut s’empêcher d’annoncer sa mort à son ami.
Gentile se lève si vite qu’il semble disparaitre sous les yeux éberlués de Sarah.
La jeune vampire continue à noyer son chagrin dans l’alcool, au grand damne du barman.
Théodore et Wata finissent par venir la chercher pendant que Djamil demeure imperturbable, happé par la lecture du livre de Magie de son Sire.
Il finira par reprendre conscience du monde extérieur pour retrouver ses compagnons réunis dans le grand salon. Théodore joue des airs au piano pendant que Sarah chantonne, toujours ivre, et que Wata écoute à la chaleur des flammes de la cheminée.


Dans la nuit du 14 juin 2035...

Le lendemain soir Sarah se réveille avec un mal de crâne terrible! Elle se souvient avoir rencontré Gentile mais ne se souvient pas de toute leur conversation...
Wata retrouve Djamil dans le salon et ensemble ils parlent des éléments qu’il ont en leur possession pour comprendre ce qui se trame à la Nouvelle-Orléans. Djamil lui demande aussi pourquoi elle porte de la rancune envers Vidal et elle lui parle de l’exécution de sa Grand-Sire par ce dernier et de l’interdiction de pratiquer le Vaudou dont il avait été à l’origine en bon catholique de l’ancienne Espagne, patrie de l’Inquisition.

Partie 3:

"Wata et Djamil discute de l’invitation de Emilia. Le Magicien est persuadé qu’un coup monté est en jeu, alors que Wata pense qu’Emilia est amoureuse et ne se rend pas compte des enjeux politiques et du danger de la situation.

Théodore descend des escaliers et amène les autres à aller chercher une tenue pour le bal costumé. Le groupe décide d’aller faire du « lèche vitrine » et achète différentes tenues vénitiennes pour le bal.

En dehors de la boutique, des vampires en costume traînent un autre vampire par le col. Cet homme essaye de se défendre. Les vampires en costumes l’interrogent, et finissent par le tuer. Ces hommes vont prelever un doigt du vampire décédé et raye un nom sur une liste.

Théodore insiste auprès des autres pour partir le plus vite possible. Ils emmènent le groupe jusqu’au manoir, afin de les mettre en sécurité.

Une fois la tension redescendu, Théodore et Sarah discutent du meilleur moyen à utiliser pour sauver son mari. Wata et Djamil discutent également de leurs sujets habituels. Le groupe cherche à penser à autre chose, et se préparent pour leur lendemain.


Dans la nuit du 15 juin 2035...

Le lendemain, le groupe s’apprête et enfile leur tenue de soirée. Ils partagent leur attente ensemble. L’atmosphère est lourde et pleine d’appréhension.

Un homme toque à la porte et demande à voir Sarah. C’est le voiturier de Gentile, qui accompagne cette dernière dans sa limousine. M. Bellini l’y attend et n’hésite pas à la complimenter ouvertement. Milo Costa regarde la scène avec un œil dégoûté.

Un autre voiturier se présente devant la porte et vient chercher le reste du groupe. C’est un homme des Madames, qui les conduit en direction du palais de Vidal.

Une fois tous arrivés au palais, Sarah est présentée sous son vrai nom à l’entrée, au bras de Gentile.

Le reste du groupe se présente ensuite à l’entrée du palais… et donne également leur vrai nom… Théodore et Djamil, recherchés par la police, se retrouvent aussitôt mit à l’écart, isolés dans une pièce où Vidal viendra les « rencontrer »

Partie 4:

Au bal, Francesco danse avec une magnifique jeune femme. Elle interroge Gentile qui lui dit qu'il s'agit de Teresa, sa femme. Gentile lui n'a pas officialisé son union. Francesco s'approche de Vidal. On sent une certaine tension entre eux deux. C'est froid. Le peintre offre le tableau de la pose nue de Sarah à Vidal. Si Vidal reste impassible, sa femme fait un pas en arrière, elle semble désagréablement surprise. Sarah est ravie d'avoir un masque en se voyant exposée de la sorte. Plus que jamais, elle s'interroge sur sa sœur...

Wata cherche Emilia. Elle se rapproche d'elle.
« Votre magicien a des problèmes »
Wata lui explique que Théodore et Djamil ont dévoilés leur identité en rentrant et qu'ils ont été mis à l'écart… Wata lui suggère d'en parler à sa maîtresse.

Vidal quitte la salle.

Emilia parle à Madame.

Théo stresse un peu dans le petit salon, mais Djamil s'amuse de tout, bien qu’embarrassé. Théodore est dans l'expectative. Il attend. Et Vidal apparaît, sans masque. Djamil et Théo enlèvent également leurs masques. La conversation prend vite une tournure malencontreuse. Vidal digère mal le fait que 2 terroristes viennent ouvertement dans son palais. Djamil essaie de l'interroger sur leur statut de criminels, mais Vidal le prend mal. Il n'a pas oublié le passé, notamment la tentative d'assassinat. Theo évoque sa qualité de missionné mais il n’apparaît pas sur la liste des émissaires. Or, Djamil fait remarquer que les dossiers de Vidal ont subi une intrusion. Vidal rétorque que ses lieutenants mènent l'enquête. Théo lui suggère de contacter le roi d'Angleterre. Vidal dit que son administration n'a pas confirmé. Et souligne que la présence de Theodore est une insulte. Celui-ci argue qu'il est invité. Théodore propose de quitter les lieux, Vidal rit. Théo et Djamil sont emmenés par Lu Wei dans un cachot.

Dans la salle de bal, Sarah essaie de sentir la présence d'Aline en vain. Gentile la fait danser. Ils vont saluer Francesco et Teresa. La conversation reste volontairement anodine.

Pendant ce temps, Wata songe à son premier bal… Puis il repère Elisabeth. Elle l'observe… Elle voit Emilie qui s'approche de lui. Wata est heureux qu'elle n'ait pas perdu Lu, son conjoint. Elles dansent ensemble. Wata aimerait qu'elle puisse créer une diversion mais Emilie ne peut se permettre de faire confiance…

Vidal revient dans la pièce et s'approche de sa femme.

Madame et Emilia quittent la salle.

Emilie et Wata continuent à parler. Si Wata veut la revoir, il saura faire la différence entre les bars fréquentés par les gens de Vidal et ceux fréquentés par… d'autres (elle regarde les Bellini). Wata s'excuse ensuite et la quitte.

Dans le cachot, Djamil voudrait partir. Ils sont hélés par quelqu'un dans une cellule à côté. Il est là parce que son sire n'est pas apprécié de Vidal, c'est Calage. Il s’appelle Nicolas. Théo lui dit que Calage est également son sire. Théo ne veut pas partir.

Des personnes approchent. Il s'agit d'Emilia et de Madame Vidal. Emilia ouvre la porte et se rue dans les bras de Djamil. Madame Vidal s'approche de Théo. Elle le sonde.

Théo la reconnaît comme étant Joy, son amour perdu. « Peut-être... »
« Je suis content de te voir. »
« Vraiment ? »
« Oui. »

Elle lui demande ce qu'il est venu faire ici. Théo revient sur les choses qu'il aurait dû faire naguère : ne pas partir. C'est trop tard, réplique Joy. Elle lui reproche de s'être jeté dans la gueule du loup.

« Si tu meurs ce soir ici, c'est comme si ce que j'avais fait pendant 20 ans était inutile... »

Théo avait besoin de la voir. Il précise qu'il n'est pas marié. Qu'il est là pour elle. Joy lui reproche de mettre ses amis dans les ennuis.

Théo continue sa déclaration d'amour… Joy lui dit qu'il ruine ses efforts, elle a tout fait pour les protéger.

Des gouttes de sang salissent le bas de son masque.

Les deux femmes commencent à détacher les vampires. Djamil finit seul comme Houdini. Emilia est surprise et nerveuse.

Joy va aussi libérer Nicolas. Elle sort un revolver de sa robe. « J'ai pas trouvé une explication plus plausible que quelque chose manigancé par Calage. Il portera le chapeau, ça m'en fera un de plus à protéger... »

Ils remontent un escalier vers un couloir. Joy demande à Nicolas de lui tirer dessus. Il n'hésite pas.

Les 3 vampires fuient, passant notamment devant des croix exposées à l'air libre.
Des chiens aboient sur leurs traces…

Dans la salle de bal, une Madame se rend près de Vidal et lui parle à l'oreille. Francesco va auprès de Vidal, puis les Bellini quittent le palais, emmenant Sarah avec eux. Il expliquent à Sarah qu'une personne a tenté de tuer la femme de Vidal. « ça va saigner ! » Il semble content.

Elle monte dans la limousine de Gentile.

Wata se retrouve bientôt pratiquement seule dans la salle de bal. Elle s'approche d'Elisabeth.
« Votre époux m'envoie vous saluer... » Wata lui dit que Théo l'a chargé de poster un courrier au roi d'Angleterre pour exposer la situation. Si elle a la curiosité de savoir le contenu de la lettre, qu'elle la retrouve à la fête foraine le lendemain…

Wata s'éclipse.

Théo et Djamil suivent Nicolas en courant. Ils sèment leurs poursuivants. Ils arrivent sous un pont, dans un espace plutôt désert et lugubre. Ils voient deux yeux rouges briller là-dessous. Une voix familière à Théodore s'exclame :

« Tiens, comme on se retrouve ! »
Modifié en dernier par Xiam le mer. 3 août 2016 10:13, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Xiam
Goule
Messages : 240
Enregistré le : ven. 2 oct. 2015 09:33
Date de naissance : 24 mars 1985

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par Xiam » lun. 18 juil. 2016 01:44

Résumé épisode 8- Au coeur de la nuit (3)

Les Bellini quittent le bal du Pince Vidal dans la hâte. Ils emmènent Sarah avec eux pour rentrer « à la maison ».
Ils ont déposé toutes ses affaires dans leur manoir où ils lui ont installé une chambre.
Thérésa Bellini lui demande de la suivre. Elle l’invite à prendre une infusion de sang en sa compagnie. Sarah la questionne à propos d’Armand et de Gentile mais Thérésa dit ne pas vraiment connaitre les affaires des hommes.
Sarah lui confesse qu’Armand était son Sire et Thérésa lui demande si ce que l’on dit est vrai... l’infant ressent-il la mort de son Sire avec autant d’intensité que si cela avait été la sienne?!
Sarah répond qu’elle n’a rien ressenti de tel lors de la mort d’Armand et Théresa s’excuse de sa curiosité et conclue que ce doit être une légende romantique.
Alors qu’elles conversent un homme frappe à la porte du salon. Gentile arrive avec des documents pour la régularisation de sa situation et liés à son autorité parentale qu’il lui faudra aller faire signer à l’orphelinat. Il lui présente leur avocat, Gregorio, qui plaidera sa cause.
Sarah perçoit une présence familière passer près d’elle, dans le couloir qui jouxte le salon.. comme quelqu’un qu’elle connaîtrait déjà mais à la fois différent.. quelque chose qui lui ressemble.
Elle se lève brusquement mais lorsqu’elle arrive au niveau de la porte elle ne voit personne de familier.
Elle s’isole dans sa nouvelle chambre avec les papiers administratifs et téléphone à Wata...

De son côté Wata quitte le bal et retourne à la Nouvelle-Orléans en train, puis prend un taxi pour se rendre au Manoir afin de récupérer les effets personnels de chacun avant un déménagement imminent.
Mais le Manoir est en flammes!
Des hommes sortent du bâtiment après l’avoir fouillé et repartent en limousines.
Le téléphone sonne, c’est Sarah! Wata lui annonce que le Manoir a brûlé et que Théodore et Djamil sont captifs de Vidal mais qu’il reste un espoir quant à leur survie en la personne du grand amour de Théodore...
Des pompiers finissent par arriver, suivis par la police. Le jour va bientôt se lever et Wata décide d’aller trouver refuge au garage tuning, repaire de Doggie.
Sur place elle y fait la rencontre de sa grand-mère, Nanny, avec qui elle se découvre de nombreux points communs. Toutes deux sont inquiètes par le côté téméraire du jeune voyou et Wata découvre comment sa grand-mère arrive à le contrôler en le tirant pas les oreilles!

De leur côté Djamil et Théodore, suivant Nicolas dans leur fuite, se retrouvent en présence d’un Francis Calage détruit. Le vampire se cache de Vidal et vit sous un pont. Ce n’est plus que l’ombre de lui-même.
Visiblement il ne s’est pas nourri depuis longtemps.
Théodore lui fait boire de son sang en prenant maintes précautions.
Calage semble alors reprendre de la vigueur à en juger par sa répartie assassine qui fait son retour!
Djamil et Théodore lui annonce que Vidal, à leurs trousses, ne va pas tarder à arriver et ils arrivent à le convaincre de se laisser téléporter hors d’atteinte par Djamil.
Calage, Nicolas, Théodore et Djamil se retrouvent téléportés dans l’ancienne maison de campagne de Naomie Dumaine, l’ancien mannequin vedette. Ils décident d’y passer la nuit.


Dans la nuit du 16 juin 2035...

Le lendemain soir, au réveil, les anciens habitants du Manoir reviennent tous à leur sens dans des lieux différents. Sarah chez les Bellini, Wata au QG de Doggie et Djamil et Théodore là où ils se sont téléportés la veille.

Bien que séparés une annonce radio les réunit dans la stupéfaction, une allocution officielle du Prince Vidal.

Les terroristes Théodore Caufield, Djamil le Magnifique et leurs alliés de la résistances se sont introduits chez le Prince et ont tiré à bout portant sur son épouse Juliana. Il déclare la guerre contre le terrorisme et la résistance. Des proches de ces terroristes ont été capturés et seront exécuté à l’aube. Personne n’a le droit de mettre en péril la paix en construction dans l’Etat vampirique...

A l’annonce de proches des terroristes capturés Djamil pense immédiatement à Emilia. Il cherche à la contacter par téléphone mais elle ne répond pas. Il cherche ensuite à contacter Sarah qui ne décroche pas, étant en présence de l’avocat des Bellini. Par texto Djamil lui demande de prendre des nouvelles d’Emilia et de Joy à l’orphelinat.

Sarah était justement en route vers l’orphelinat pour rendre visite à sa fille et faire signer les papiers officiels. Sur le chemin elle s’arrête chez un fleuriste pour acheter un bouquet. lorsqu’elle l’offre à Thérèse, cette dernière ne boude pas sa joie. Ça lui fait visiblement plaisir!
Elle retrouve sa fille et lui offre un costume de princesse puis improvise un conte auquel elle mêle chaque enfant en personnages... ils sont ravis.
Puis vient le moment de s’occuper des démarches administratives. Elle croise une Madame, c’est Emilia. Sarah partage avec elle les inquiétudes de Djamil mais cette dernière n’est au courant de rien.
Emilia épluche les documents administratifs qu’elle finit par signer quand un fracas terrible se fait entendre de la porte d’entrée. Thérèse pousse un cri suivi du bruit d’un corps qui s’effondre sur le sol. Elle est morte. Des hommes cagoulés entrent dans le bâtiment... ils se saisissent d’Emilia.
Sarah compose le numéro de Djamil pour le prévenir.
Grégorio insiste Sarah à quitter les lieux mais elle refuse de partir sans sa fille. Ayant Sarah sous sa responsabilité vis à vis des Bellini il l’attrape de force par le bras et la tire hors de l’orphelinat. Sarah se débat, mord, griffe, rien n’y fait!
Kidnappée, Emilia est conduite de force dans un véhicule.

C’est alors que Djamil et Théodore apparaissent devant l’orphelinat. Djamil ne pense qu’à Emilia et vole une voiture qu’il démarre en trombes pour la retrouver... plus rien d’autre ne semble avoir d’importance à ses yeux... au volant il se met à suer du sang, la bête resserre son emprise!
Théodore, lui, est sensible aux cris d’inquiétude de Sarah qui l’incite à aller surveiller les enfants. Il disparait dans l’orphelinat pendant que Sarah est emmenée de force chez les Bellini.

A l’intérieur les enfants sont terrorisés, Théodore arrive à les rassurer, leur disant que des personnes vont arriver pour s’occuper d’eux. En effet la police s’infiltre déjà dans le bâtiment.. Théodore doit partir! Un petit garçon s’accroche à lui et ne veut plus le lâcher. Pour l’apaiser Théodore lui promet de revenir le lendemain soir. Il s’éclipse par une fenêtre de l’immeuble et finit par semer la police qui le poursuit en se dissimulant sous une bouche d’égout...

Wata aussi a été secouée par l’annonce radio, mais également rassurée. Elle ne s’inquiétait pas pour Djamil qui, comme une autre personne, est insaisissable...
Mais elle était morte d’inquiétude pour Théodore et ne pouvait prendre le risque de l’appeler et de tomber sur Vidal! Or si un « terroriste » de l’acabit de Théodore était mort, le Prince n’aurait pas manqué d’en parler pour exhiber l’efficacité de ses actions à ses concitoyens. Théodore est donc vivant, une seule personne est capable de la renseigner à son propos... Elizabeth, si elle se rend au rendez-vous suggéré la veille.
Mais avant Wata cherche à prévenir Nanny du danger de la résistance, elle doit quitter les lieux. Mais lui en dire plus consiste peut-être à l’impliquer davantage et à mettre sa vie encore plus en danger. Ceci dit elle mérite aussi des explications.
Nanny ne semble pas plus effrayée que ça en apprenant que Vidal en veut à la résistance, elle semble préparée à l’idée depuis longtemps. Il s’avère qu’elle a travaillé pour lui il y a une vingtaine d’années.. Avant de partir Wata prend son adresse et l’incite à ne pas revenir à l’entrepôt.

A la fête foraine, lieu de rendez-vous avec Elizabeth, aucun signe de la présence de la vampire britannique. Jusqu’à ce que Wata l’aperçoive à un stand de tir, explosant un à un tous les ballons...pour exhiber ses compétences? Elle gagne une petite peluche qu’elle malmène et se dirige vers Wata d’un pas sensuel et assuré, menaçant...
Wata se félicite d’avoir choisi un lieu public pour cet entretient car si les deux vampires ne font que converser à tout moment leurs ongles vernissés pourraient se transformer en armes. Mais ce soir les armes sont verbales et les deux partis ne trouveront pas de terrain d’entente.
Elisabeth aime Théodore, c’est maintenant une certitude.. pourtant elle n’a pas bougé lorsque celui-ci a été fait prisonnier.. Wata pensait qu’elle en avait après le trône de Vidal mais les choses s’éclaircissent.. le Nouveau-Monde l’indiffère, tout comme se placer à la tête de l’Etat Vampirique... ce qu’elle cherche c’est à évincer Joy dans le cœur de Théodore et tant qu’elle sera « en vie » jamais il n’en aimera une autre.. elle le sait. Ainsi elle s’est trouvée des alliés à la N-O cherchant à faire tomber Vidal, ils reprendront le pouvoir et ce sera d'une pierre deux coups!
Il n’y a rien de plus à apprendre d’elle.. avant de partir Wata remue une dernière fois le couteau dans la plaie amoureuse de cette beauté glacée...
Puis son portable se met à vibrer, c’est Daniel Lorneau.
Wata est-elle aussi manipulatrice qu’Elizabeth? Voilà la question qu’elle se pose en lisant son texto...

angeldust
Guthiste Thermoformé
Messages : 1370
Enregistré le : ven. 3 févr. 2012 11:10
Date de naissance : 05 déc. 1988

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par angeldust » sam. 23 juil. 2016 15:59

Tome 2: Le Faiseur de pluie
Chapitre 1: Afraid to shoot strangers

Djamil fonce au travers des rue de la Nouvelle Orléans, à la poursuite des ravisseurs d'Emilia. Dans une folle course poursuite, où le feu et les auras bleutés s’entremêlent, Djamil enchaine les tours de force. Une vision de Raoul, son Sire, lui apparaît, moqueur. Depuis quand le jeune magicien risquait sa vie pour les autres ? C'est bien la première fois, non ? Pour ne pas fuir comme à l'accoutumé ? Les questions de son inconscient, cristallisé sous les traits de Raoul, fusent. Djamil fait son choix: il sauvera Emilia, un point c'est tout. Raoul disparait alors, laissant sur le siège passager une carte représentant un Roi de Pique. Le magicien se prend et continue sa course jusque la voiture qui enferme sa bien aimée. Impossible de la mettre en sécurité à cause des gorilles qui peuplent le véhicule. En désespoir de cause, Djamil, dans un dernier effort, téléporte toute la voiture dans la planque de Calage. L'opération ne se passe pas comme prévu: la voiture atterrit à moitié dans un mur, Djamil est écrasé contre le pare brise et de nombreux éclats de verres sont téléportés dans le corps d'Emilia. Djamil s'évanouit alors.

Wata rend visite à Daniel. Elle a certains remords quant à manipuler encore une fois la vie de l'employé de mairie. Lorsque la prêtresse arrive, elle apprend que l'ordre de légaliser l'entrée des réfugiés texans provenait d'instances supérieures. Daniel propose de craquer le mot de passe de l'ordinateur de la mairie pour découvrir de qui provient l'ordre mais cela est trop dangereux d'après Wata. La conversation tourne ensuite vers le choix de la future femme de Daniel. L'homme semble prendre cela comme une tâche mécanique, ce qui attriste Wata. Cette dernière lui demande de choisir au final une femme proche de ce qu'il est vraiment, en dehors de l'emprise de la vampire. C'est un renoncement, un abandon qu'elle exprime de ses voeux. Dans un ultime moment de tendresse, elle se laisse aller dans les bras de Daniel, sans rien attendre en retour, sans vouloir le manipuler encore une fois. Il allait être heureux et oublier Wata. Cette nuit d'amour sera donc un adieu au terme de laquelle Wata se réfugiera dans le lac, soulagée d'un lourd fardeau: celui de la destinée d'un homme.

Théodore file dans les égouts. Il rencontre un groupe d'enfant qui joue "au Prince et au Terroriste". L'un d'eux se prend pour Théodore et le considère comme un héros. Ces enfants qui jouent dans les égouts font en réalité partie du groupe de résistants (ou devrait on dire de la cours des miracles) de Mike "Wake-up" Burns. Théodore décide d'aller confronter le chef de cette résistance et de lui demander de l'aide. Ce dernier n'a pas l'air concerné par les requêtes de Théodore et soutient que lui et ses hommes font un travail de fond depuis 20 ans tandis que le jeune vampire débarque fraichement pour mettre le bazar. Ne souhaitant pas aller plus loin dans la confrontation, Théodore repart des égouts et se demande ce qu'il doit faire maintenant. La carte de Djamil se teinte en rouge lorsque Théodore essaie de l'appeler. Sans signe de vie de Wata, ni de Sarah, Théodore se dit qu'il n'a pas le choix. Et si Vidal finissait par exécuter Joy ? Tant pis, il se rend chez Vidal pour faire sortir Joy... En tout cas c'est ce qu'il croit !

Sarah est dans la voiture des Bellini qui la ramène vers le manoir ce ceux-ci. A côté d'elle, Gregorio joue sur son portable. Soudain, elle a une vision. Parmi tout le champ des possible, sa vision l'emmène dans un monde où les Bellini ont gagné. Elle voit Francesco et Theresa s'avancer dans le palais de Vidal tandis que tout le monde s'agenouille devant leur nouveau Prince. Le chef de famille s'assoit sur le trône de Vidal et semble tenir dans sa main un soleil éclipsé par la lune. Arrive alors Wata, en robe de soirée, accueillie comme une amie de la famille, une alliée. Soudain, Milo Costa poignarde Wata dans le coeur. La vision s'emballe et Sarah voit Théodore, Djamil, Wata, Burns, Doggie et d'autres brûler sur des croix. La vision s'estompe alors que la limousine arrive à destination. A l'intérieur du manoir, Sarah essaie de crier son désespoir, et son inquiétude pour sa fille après l'attaque de l'orphelinat. Si Milo Costa n'est pas très réceptif, Gentille, lui, se montre particulièrement compréhensif. Chose étrange, Sarah ne ressent plus que de la sympathie pour Gentille lorsqu'il est à proximité, oubliant toute sa colère. La jeune rousse est ensuite emmenée dans sa chambre.

Djamil se réveille. Il voit Francis Calage et Nicola en train de soigner Emilia, en vain. Ils n'ont pas les compétences pour ne pas mettre la jeune femme en danger. Calage connait une guérisseuse mais il ne compte pas donner l'information gratuitement. Djamil lui devra une vie, à un moment ou à un autre. Le pacte est scellé et Emilia est transporté chez Cynthia, une shamane.

Théodore s'infiltre chez Vidal. Etrangement, il n'y a pas de gardes et le jeune vampire parvient à se rendre dans le palais sans difficulté. Evidemment, c'est un piège du Prince, dont les hommes appréhendent Théodore une fois dans le hall de réception. Augusto demande à Théodore de vendre la mèche. Ce dernier, impuissant, se résigne et donne le repère de Mike "Wake up" Burns au Prince qui envoie immédiatement des hommes. Puis, après un long moment d'attente, Théodore est emmené devant le lieu de l'exécution. Les chaines de télévision sont présentes. Ce ne sera pas lui qui sera exécuté mais ses proches. Théodore, au lieu de la potence, sera soumis à la question.

Pendant ce temps, Sarah ressort du manoir, avec toujours Gregorio sur les talons, pour aller voir Eric à l’hôpital. Les urgences sont débordés à cause du carambolage provoqué par Djamil... Peu importe pour Sarah: elle monte voir son ex. Ce dernier refuse littéralement de lui parler. Il ne peut pas lui pardonner car pour lui, elle a mis sa vie en l'air. Désespérée, Sarah retourne au manoir des Bellini et se noie dans l'alcool. Les propriétaires du manoir sont tous rassemblés devant la télévision pour assister à l'exécution.

En effet, l'évènement, accompagné d'un discours de Vidal, est diffusé dans tout le pays. Théodore assiste alors impuissant à la mise à mort de Mike "Wake up" Burns et, comble de l'horreur, de son vieil ami Eliot. Vidal a retrouvé la trace du vieux boxeur et le voici maintenant sur le bucher. Désemparé, Théodore assiste à la scène sans pouvoir réagir.

L'aube se lève sur ces évènements tragiques.


Dans la nuit du 17 juin 2035...

Le soleil se couche à nouveau.

La shamane termine son travail et Emilia se lève en sursaut. Ravi et soulagé, Djamil accoure à son chevet, l'aide à se relever et l'embrasse fougueusement. Après ces retrouvailles, Djmail, aidé d'Emilia, parvient à joindre Joy au téléphone. Celle-ci est restée alitée dans sa chambre est n'a donc pas eu vent des récents évènements. Concernant l'enlèvement d'Emilia, Joy explique qu'il est très peu probable que ce soit Vidal qui ait organiser une agression contre ses propres "Madames". Elle explique également que c'est elle qui a tué Armand pour récupérer la fille de Sarah. D'ailleurs, elle est en rogne de savoir cette dernière chez les Bellini, les ennemis de Vidal. Enfin, concernant l'exécution, Joy essaiera d'en savoir plus avant de recontacter Djamil.

De même, Djamil téléphone à Sarah et celle-ci lui passe Gentille Bellini. Ce dernier propose de libérer Théodore contre le soutien de la résistance. Djamil devra en plus laisser Emilia aux Bellini. Acceptant dans un premier temps à l'oral, le magicien se dérobe par sms...

Wata, sortie de son lac, décide de rendre visite à Vidal. De toute façon, elle n'a pas de nouvelles des autres et son portable a pris l'eau. N'ayant pas regardé la télévision la veille, elle ne sait pas non plus qu'Eliot a été exécuté. Durant son entretien avec le Prince, elle exprime sa compréhension des émotions que peut ressentir Augusto, car elle y a été elle-même confrontée en tant que chef de la résistance. Comment concilier un idéal et la vie des gens ? Comment ne pas faire d'eux des instruments ? Agir pour un idéal, ce n'est pas forcément faire des choix moralement juste. Cette empathie dont fait preuve Wata touche le Prince. Comble de l'ironie, il semblerait que seule Wata puisse comprendre les tourments du régent. La prêtresse négocie la mise à l'abri de Sarah et de Daniel en cas de confrontation physique et directe. Elle mettra la Résistance au service de Vidal pour descendre les Bellini, et surtout Elisabeth. Maintenant que Wata comprend mieux le Prince, elle est prête à l'aider pour remettre de l'ordre à la Nouvelle Orléans...
Mon site

MJ Qin (Campagne TianXia)
MJ Appel de Cthulhu (Campagne Les Masques de Nyarlathotep)
MJ Warhammer (La Campagne Impériale - Hammer of Fate)
PJ Pathfinder (L'éveil des Seigneurs des Runes)
MJ Vampire (Campagne "Géhenne" - "Le Faiseur de Pluie")
MJ SENS

Avatar du membre
ileuad
Chimère
Messages : 571
Enregistré le : mer. 22 févr. 2012 19:30
Date de naissance : 13 nov. 1973

Re: Saison 2 - Journal de Campagne

Message par ileuad » mar. 2 août 2016 07:50

Djamil réussit à faire soigner sa dulcinée mais elle lui est enlevée par Calage. Ne s'est-il pas engagé à lui offrir une vie ? Il se retrouve plusieurs minutes figé, dans l'impossibilité d'agir. Lorsqu’il parvient à bouger, son cri de désespoir fait exploser toute les vitres de la demeure de la chaman. Il est mis à la porte et se retrouve seul, dans la rue déserte. Malheureux, perdu, il cherche un moyen de retrouver Emilia…

Sarah accepte de se ranger aux côtés des Bellini, elle reçoit une bague, symbole de sa loyauté et de son appartenance à la famille, notion chère au clan. Elle apprend que sa sœur est une Madame, probablement liée contre son gré à Vidal. Les Bellini montent une expédition pour sauver sa fille des griffes de Vidal.

Théo reçoit la visite de Joy dans son salon-prison. Les regrets et l'amour interdit s'écoulent tristement entre eux jusqu'à ce que Vidal mette un terme sèchement à l'entrevue.

Djamil, grâce à une carte et un pendule, réussit à localiser Emilia et se rend chez les Bellini. Après discussion, ceux-ci lui proposent de prouver sa loyauté au clan en… lui suggérant de mettre un terme à l'existence de ces Madames qui sont actuellement en ville.

Wata essaie de négocier avec Vidal, qu'elle trouve plus sympathique que ce à quoi elle s'était attendue. Elle lui propose de devenir une Madame, dans le but de pouvoir fréquenter Joy. Elle tente de trouver une solution pour que Théodore soit épargné par la colère de Vidal, proposant une mission quasi suicide pour qu'il se rachète, mais celui-ci, peut-être jaloux, ne veut rien entendre sur ce point. Elle tente aussi de demander que l'on épargne Sarah si Vidal décide d'attaquer le clan Bellini. Il lui répond que l'attaque frontale n'est pas d'opportunité tant que les Bellini se tiennent à carreau.

Sarah participe à une expédition pour récupérer Alicia et Théodore, en se faisant passer pour Aline. Raoul, le sire de Djamil, exécute devant elle les 2 Madames qui gardaient les enfants. Horrifiée, elle entraîne sa fille hors de la pièce mais entend de nombreuses cartes mortelles partir de la main de Raoul… Cet enfoiré a aussi tué tous les enfants ! Révoltée, Sarah fige le temps, un pouvoir qui se manifeste pour la première fois... Fille d'un cauchemar éveillé, elle tue Raoul avant que le temps reprenne son cours. Les autres fidèles des Bellini, accompagné de Théodore qu'ils ont délivré, ne comprennent pas pourquoi Raoul s'est effondré et poursuivent leur fuite… Les voitures font crisser leurs pneus et s'éloignent dans la nuit…

Pendant ce temps, Joy, Wata et Vidal découvrent le carnage. Joy est effondrée.
Dim VTM Chandini
Lun DA Rhea
Mar DD5 Lysandre
Jeu DA Isolena

Répondre

Retourner vers « Vampire le Requiem by Angeldust »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités