Rapport d'investigations- Saison 2

Image
fox p
BenScottiste obstiné
Messages : 460
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » mer. 17 mai 2017 20:56

Super résumé.
Pour le résumé de l'Orient modifiable, c'est dispo sur le drive
Pour le résumé de la saison 2 , l'accès roll20 est ouvert :)
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

Avatar du membre
Zoug
Wyvern Bigyosaure
Messages : 526
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » mer. 17 mai 2017 21:24

Récupéré pour l'OE. Yapluka !
Et mis en ligne pour Deltagreen.
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

fox p
BenScottiste obstiné
Messages : 460
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » mer. 17 mai 2017 22:07

Elle est pas belle la vie :) (d'investigateurs).
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

Avatar du membre
Zoug
Wyvern Bigyosaure
Messages : 526
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » mar. 15 août 2017 17:23

New York le 05/10/200)

Encore une fois, Chan décide de rester avec le sénateur. Il espère toujours pouvoir en apprendre plus. Mac, de son côté, continue à examiner les vidéos pour comprendre ce qui s’est passé chez le colonel.

Élise et moi sommes donc seuls pour aller voir la Mercedes. Élise nous conduit dans une ruelle à Brooklyn. Les flics sont déjà là et ont installé un cordon de sécurité pour éviter les curieux. La voiture est là, sans roues. Les petits futés du coin n’ont pas mis longtemps à récupérer des pièces détachées avant que la police ne débarque.

Élise examine la ruelle pendant que je m’occupe de la voiture. La porte est entrouverte, mais pas de traces de fracture. Avec mon révélateur je détecte quelques empreintes, mais aucune sur le volant qui a donc été nettoyé pour ne pas laisser de preuves. Rien d’autre ne me saute aux yeux dans la bagnole, mais en sortant je vois quelque chose de blanc sur le sol. Une dent. Elle a été cassée par un choc.

Pendant que je demande à Élise comment elle a pu la rater en fouillant la ruelle, histoire de la chatouiller un peu, on cherche des marques de sang. Élise en trouve près de la poubelle avec quelques cheveux collés. Elle soulève le couvercle et découvre le cadavre d’une femme blonde le visage écrasé. Au vu des fringues, c’est sûrement la pute partie avec Valiant, qu’on a vue sur les vidéos. Élise trouve un fragment de peau sous ses ongles. Elle s’est au moins défendue la pauvre.

Aucune fenêtre ne donne sur l’impasse, donc on n’aura pas de témoins. Par contre, nous allons voir le prorio du resto dont la porte arrière débouche là. Il est arrivé, vers 6 heures, au moment où la voiture s’est pointée. Il a dit au gars qu’il devait dégager sa tire, mais devant le regard halluciné du bonhomme, il a préféré ne pas insister. Cinq minutes après, il a entendu la fille hurler, mais, n’écoutant que son courage, il n’a pas bougé.

Quand Gladys, sa serveuse est arrivée à 6 h 15, elle a vu une voiture conduite par une blonde aux cheveux courts s’arrêter devant la ruelle. Un homme y est monté et ils sont repartis rapidement après s’être roulé une pelle. On décide de l’envoyer au poste pour qu’elle nous fasse un portrait-robot de la fille.

Nous retournons à la morgue pour qu’Élise puisse autopsier les corps trouvés chez le colonel. Le corps de ce dernier est totalement desséché. Les tissus et les os sont friables. Pour Élise, l’eau de son corps a été évacuée d’un seul coup.

Pour les autres corps, ils ont reçu de nombreux chocs, mais ce qui est étrange, ce sont les éclats divers (bois, verre, ciment, etc.) qui sont à l’intérieur sans que l’on puisse distinguer par où ils sont entrés. Les fusions que nous avons constatées sur les lieux entre les corps et les murs ou les meubles ont visiblement fonctionné dans les deux sens. Comme si les deux choses avaient été au même endroit au même moment.

Nous apprenons que le cristal a été envoyé à l’université, puis nous allons voir le résultat du portrait-robot fait par Gladys, la serveuse. Lorsque je vois le portrait, je sens mon cœur manquer un ou deux battements. J’ai devant les yeux le visage d’Helen Balwin, la meurtrière de Buena Vista Park, la femme qui avait disparu dans le parc du Yosemite qui a blessé Debbie. Putain ! Comment est-ce possible ? Nous l’avons tuée dans la maison aux cristaux.

J’appelle le Doc à San Francisco, il me dit qu’il travaille toujours sur le corps trouvé dans les débris de la baraque que l’on a fait exploser. Mais pour lui, c’est bien le corps d’Helen Balwin. Le test ADN sur les cheveux est formel. Je lui demande de fouiller un peu plus et de nous le confirmer avec d’autres tests.

Je sens bien au regard d’Élise qu’elle aimerait comprendre ce qui me prend. Je lui raconte un peu dans le désordre, ce qui nous est arrivé à Chan et moi. La plateforme, la prise d’otage, les disparitions... C’est alors que je reçois un texto qui me demande si je suis sûr de vouloir en raconter autant dans un lieu où des oreilles peuvent trainer. Je suis sur le cul. Comment font-ils pour savoir ?

Nous décidons d’aller fouiller chez Walters/Valiant. Dans la voiture, on entend la nouvelle chanson de Mike Houston : « Diamonds are best girl's friends ». Qu’un des disparus du Yosemite (comme Balwin) se mette à chanter sur des diamants ne me dit rien qui vaille. En plus, il projette un grand concert dans quelques semaines.

Élise reçoit un coup de fil avant que l’on arrive à destination. C’est l’université qui lui dit qu’elle n’a pas signé le bon de sortie lorsqu’elle est venue prendre le cristal, il y a deux heures. Étonnée, l’agent du FBI déclare que ce n’est pas elle qui a pris le cristal. Pourtant l’un de ses collègues lui confirme qu’il l’a bien vue.

Du coup, nous allons d’abord à l’université pour régler cette histoire. Sur les bandes de surveillance, c’est bien Élise que l’on voit emporter le cristal. Ce qui est impossible puisque nous étions ailleurs ensemble. Nous visionnons donc les vidéos des caméras extérieures. Là, nous voyons Élise qui se transforme en une autre femme, qui elle-même devient ensuite Helen Balwin. Comment allons-nous faire si l’on ne peut avoir confiance en personne ? Je dis à Élise qu’au cas où nous en ayons besoin, elle me confirmera son identité en disant un mot de passe : ornithorynque.

Direction Brooklyn pour aller chez Walters qui vit dans le local des éditions Enolsis à New York.
Nous sommes accueillis par Sarah et Diane, deux jeunes femmes charmantes, mais un brin illuminées qui nous font l’article sur leur association. Toutes deux portent un cristal qu’elles ont tendance à effleurer de la main et qui semble leur procurer un certain plaisir pour ne pas dire un plaisir certain.

Elles nous disent qu’il leur sert de focus pour se concentrer et que si nous adhérons à Enolsis nous pourrons aussi avoir le nôtre et participer aux différentes réunions pendant lesquelles les membres se ressourcent avec leur cristal. Tout cela dans un discours très new age. Elles nous disent qu’une réunion est en cours et nous demande si nous voulons faire un essai et voir par nous même.

Nous acceptons bien volontiers et elles nous font pénétrer dans une grande pièce. Au centre, il y a un gros cristal et autour une quarantaine de personnes sont dans la même position où nous avons retrouvé le colonel. Tous ont un cristal dans les mains et chantent un mantra avec un sourire d’extase sur les lèvres. Élise et moi, nous sentons très bien dans cette atmosphère de recueillement.

Diane et Sarah nous font ressortir et nous donnent quelques prospectus en précisant que la cotisation est de 100 $. Pour ce prix, le cristal et un livre nous seront offerts. Nous sortons du magasin légèrement groggy et avec un sentiment de manque.

Nous décidons d’attendre que tout le monde s’en aille pour aller fouiller l’endroit. Pour cela, nous allons diner dans le petit restaurant italien qui est installé en face dans ce quartier commerçant.

Vers 23 h, après avoir vu Sarah et Diane sortir et fermer la porte à clé, nous pénétrons discrètement dans les lieux. Je suis heureux de constater qu’Élise a la même approche que moi par rapport à l’application stricte de la loi. Nous nous en arrangeons très bien.

Une fois à l’intérieur, nous visitons le débarras en premier. Nous y trouvons un coffre-fort ouvert dont la taille nous fait penser que le gros cristal devait y être entreposé. Sur les étagères nous en trouvons d’autres petits ceux-ci, de la même taille que ceux portés par les deux hôtesses.

Curieux, je ne résiste pas à l’envie d’en effleurer rapidement un, pour voir si je ressens quelque chose. L’effet est immédiat. Je sens monter en moi une énorme bouffée de plaisir qui se répend dans mon caleçon sans que j’aie le temps de dire ouf. Élise devant l’expression de mon visage me rappelle à l’ordre en me donnant un coup dans les côtes. Ce qui me fait lâcher le cristal que je ne voulais qu’effleurer.

Nous continuons dans la partie privée. La fenêtre y est peinte pour éviter de voir au travers. La pièce est assez grande avec un banc de musculation, un grand matelas à eau et un écran de tissu. Derrière l’écran nous trouvons des armes, des cassettes vidéos et un ordinateur en train d’envoyer un fichier sur un serveur. Il en est à 30 % au bout de deux heures d’envoi.

Nous appelons Mac pour voir s’il peut faire quelque chose avec cet ordinateur. Pendant ce temps, nous examinons les cassettes. Elles ont un prénom, une date et un certain nombre d’étoiles sur la tranche. La plus récente porte un X comme prénom. Nous pensons aussitôt au carnet de notes retrouvé chez le colonel avec le rapport de ses ébats.

Mac nous communique que le pc fait état d’une centaine de cotisations et d’environ 140 contacts. Un mailing a été envoyé pour donner rendez-vous ce soir aux adhérents pour une réunion exceptionnelle à minuit dans un entrepôt du port.

Puis, il nous passe la vidéo qui est en train d’être envoyée sur un serveur externe. Valiant s’adressant au monde dans un monologue pénible à suivre. Il y parle d’extra-terrestres déguisés en dirigeants d’Enolsis qui pomperaient l’énergie des humains à travers la fondation, ainsi que les autres religions crées par eux. Il dit que grâce aux Réservoirs Spirituels, il a pu acquérir des pouvoirs et grâce à ces derniers dominer Hope.

Qui est Hope ? Nous avons rapidement la réponse en visionnant la cassette notée X. Nous y voyons Helen Balwin entièrement nue face à Valiant le demandant de venir sur le lit en l’appelant Hope. S’ensuit un accouplement étrange et violent où l’on voit la jeune femme se transformer et des tentacules apparaitre avant que je coupe la vidéo pour ne pas avoir à supporter ces abominations plus longtemps.

Nous visionnons ensuite rapidement les cassettes de Diane et Sarah. Les rapports y sont plus normaux même s’ils dégagent quelque chose de malsain.

Nous sortons de la boutique vers minuit et quart. Mac nous rappelle pour nous dire que le serveur en dans l’Upper Eastside dans le Club Apocalypse. C’est le club d’où était parti le dernier appel téléphonique pour le professeur Finley. Juste avant qu’elle aille tuer ses collègues. Nous n’avons pas encore eu le temps d’y aller, mais ce club m’intrigue de plus en plus.

Pour l’instant, nous devons aller au port. Nous sommes déjà en retard, leur réunion a déjà commencé. Nous nous arrêtons pour prendre des boules quies dans un drugstore et nous y allons sans attendre.

Nous sommes à quelques centaines de mètres de l’entrepôt lorsque l’on sent un énorme choc et que nous sommes projetés dans nos airbags respectifs. Une voiture nous a percutés. Je me précipite à l’extérieur avec mon arme pour voir Helen Balwin, alias Hope, sortir de la Ford Taurus et se diriger vers nous.

Dès que je la reconnais, je tire. Ma balle lui effleure la tête, mais je vois avec horreur, la blessure se refermer d’elle-même pendant qu’Hope sourit, sûre d’elle. Elle m’attrape et m’enserre avec un tentacule. Elle s’approche de moi en ouvrant la bouche et quelque chose commence à en sortir. Je tire dans le réservoir de sa voiture et arrive à y mettre le feu, ce qui lui fait relâcher son étreinte et me permet de me libérer. Pourtant un morceau de sa chair est resté sur moi et il commence à monter vers mon visage.

À son tour, Élise tire avec son fusil, mais elle rate son coup et est à son tour enserrée par un tentacule. De mon côté, je balance le morceau de chair au feu ce qui fait hurler Hope. Totalement libéré, je tire sur le tentacule qui bloque Élise et cette dernière jette le résidu de chair au feu provoquant le recul de la créature. Désespérés parce que nos armes ne servent pas à grand-chose, nous trouvons 3 sprays dont nous nous servons comme lance-flamme, Hope recule et se transforme en flaque de chair pour s’échapper par les égouts.

Elle nous a fait perdre un temps précieux, mais Élise a compris que nous n’avions pas affaire à des adversaires normaux. Nous cherchons de quoi pouvoir les combattre et donc de quoi faire du feu. Nous récupérons sur quelques bateaux quelques nourrices d’essence et deux pistolets avec trois fusées d’alerte. Puis nous prévenons Mac avec qui Élise reste en contact pour qu’il fasse venir les secours.

Lorsque nous arrivons à l’entrepôt, la porte est entrouverte et je distingue Hope à une fenêtre du premier étage. Je vois à l’intérieur un homme en blanc au centre d’une quarantaine de personnes tenant leurs cristaux. C’est Valiant qui harangue l’assistance avec un papier à la main. Il leur explique que c’est une remise en cause par les autorités de leur statut d’association.
Il ajoute qu’ils sont une famille et qu’ils ont une fois qui peut déplacer les montagnes. Il leur demande de se concentrer pour donner naissance à une puissance terrible. Je ne veux surtout pas qu’ils puissent commencer leur concentration et je tire sur lui.

La balle ne fait que l’effleurer à la tête, mais un des assistants se retrouve asséché, son énergie absorbée par son cristal, puis passant à celui de Valiant. Quelques personnes paniquent, mais d’autres restent concentrées. Valiant commence à luire. Sarah et Diane sont derrière lui. Elles portent le gros cristal qui semble envoyer de l’énergie à Valiant.

Ce dernier fait quelques gestes et des caisses qui étaient stockées le long des murs s’envolent pour venir me percuter violemment.

Pendant ce temps, Hope est descendue et Élise a engagé le combat. Elle tente sans succès de mettre le feu au monstre.

De mon côté, je tire sur Diane pour qu’elle lâche le gros cristal. Celui-ci tombe, mais malheureusement, il ne se brise pas.

Hope et Élise sont au contact. Un pseudopode sort de la bouche de l’abomination et pénètre dans celle de l’agent du FBI. Hope tente de la soumettre à sa volonté.

Quant à Valiant, il flotte vers moi pendant que le doute m’assaille. Je me demande pourquoi je devrais le combattre. Pourquoi voudrais-je lui faire du mal ? Ce n’est pas mon ennemi. Je commence à baisser mon arme pendant qu’il s’avance. Mais ma volonté revient et j’arrive à tirer sur mon assaillant.

Élise, pour sa part, ne s’en laisse pas compter et blesse gravement Hope. Cette dernière tente une dernière attaque qui réussit et elle prend le contrôle de ma comparse.

Libéré de l’emprise de Valiant, je tire sur le gros cristal. L’onde de choc est terrible et nous projette à terre. Les membres de la fondation perdent leur énergie vitale et sont asséchés. Valiant subit le même sort.

Je suis encore au sol lorsque je vois Élise se précipiter vers moi le regard fou. Je ne peux pas la laisser faire et je lui tire dans l’épaule, priant pour que cela ne la blesse pas gravement, mais il faut absolument qu’elle revienne à elle.

Hope, de son côté, se précipite vers Valiant, mais c’est trop tard. Elle se retourne alors vers moi. Lâchant mon fidèle Glock, j’empoigne le pistolet d’alarme et tire une fusée, qui enflamme le monstre. Enfin !

Élise reprend ses esprits et vomit une écœurante substance verdâtre. Nous pouvons entendre les sirènes. La cavalerie arrive... En retard, comme d’habitude.
Élise devra faire un rapport à son big boss et sera sûrement suspendue. Il est 4 h du matin lorsque nous rentrons enfin pour un sommeil plein de mauvais rêves peuplés par Helen/Hope.

Le lendemain matin, un grand ponte du FBI est dans un bureau à nous attendre. C’est un type impressionnant. Un bon mètre quatre-vingt, 90 kilos, des yeux bleus acérés. Il nous parle du scandale qui fait les gros titres : le nouveau Wacko. Il veut des explications. Et c’est vers moi qu’il finit par se tourner, sans plus tenir compte d’Élise.

En fait, je me fais littéralement engueuler pour mon manque de discrétion. Je comprends qu’il est de Delta Green, mais j’aurais voulu l’y voir. Bordel, on aurait difficilement pu faire autrement. Adam, c’est son nom de cellule, nous explique qu’il a du griller quelques cartouches et demander des services pour arriver à ce que ce qui c’est passé dans l’entrepôt se tasse. Normalement, les cellules doivent être étanches entre elles et il n’apprécie pas de devoir intervenir pour sauver nos fesses.

Une fois qu’il nous laisse, je dis à Élise que nous allons devoir parler, mais pas ici.

Un agent du FBI vient nous débriefer et nous demande si nous sommes bien tombés sur un suicide collectif suite à une simple filature. Un coup de chance d’accord, mais rien que de très normal. Élise acquiesce. Elle a très bien compris que tout n’est pas à dire à tout le monde et je n’ai pas eu besoin de lui faire un dessin.

Nous sommes ensuite dans un resto discret et au calme. En attendant le repas, nous entendons à nouveau la chanson de Mike Houston. Il fait vraiment un carton. Une pub précise que le concert aura lieu dans quelques semaines. Un CD collector, avec un cristal symbolisant les diamants de la chanson, sera en vente une semaine avant. Tout en mangeant, je lui parle de Delta Green et du peu, finalement, que j’en connais et de l’importance de notre combat. Puis nous commençons à établir des plans pour la suite. Combattre Enolsis, empêcher la sortie du CD et du concert...

À la caisse, nous entendons un gamin parler à sa mère en lui demandant si cela va être comme dans Armaguedon. Nous pouvons voir dans le journal un communiqué de la NASA. Un objet stellaire a été découvert dans le système solaire, son passage sera au plus près de la terre le jour du concert... Putain ! Je ne le sens vraiment pas ce concert !
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

fox p
BenScottiste obstiné
Messages : 460
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » mar. 15 août 2017 21:11

Excellent résumé, j'ai revécu toutes les scènes!
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

fox p
BenScottiste obstiné
Messages : 460
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » mer. 16 août 2017 22:26

Mis sur TOC
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

Avatar du membre
Zoug
Wyvern Bigyosaure
Messages : 526
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » jeu. 17 août 2017 08:06

Ah oui, il faut que j'y pense pour les prochains de la saison 2.
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

Répondre

Retourner vers « Delta Green par fox p »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité