Background de Gilianna

Image
Répondre
Auriel
The Duke Jr
Messages : 42
Enregistré le : mer. 6 sept. 2017 04:05
Date de naissance : 07 mai 1989

Background de Gilianna

Message par Auriel » dim. 23 sept. 2018 05:45

Gilianna

Tout commence dans une petite chaumière de la vallée de Corwey. Il était alors tôt le matin en cette période plutôt froide de l’année. La neige était tombée à quelques reprises depuis quelques semaines, ce qui était une première dans la région depuis l’arrivée de Torel et ses hommes.
Image
Une petite fille aux cheveux d’or sommeille alors paisiblement sur une paillasse chaude, au grenier d’une petite cabane ordinaire dans laquelle on peut entendre quelques chuchotements nerveux à l’étage d’en dessous… Les chuchotements se font de plus en plus forts, bien que la fillette se roule confortablement dans sa petite laine de mouton douillette, parfaitement endormie.

< Je te dis que si nous n’agissons pas tout d’suite, alors nous ne le ferons jamais… > dit une voix d’homme sur laquelle réplique la voix douce mais brusque d’une femme :
< Elle est beaucoup trop jeune, n’a tu vraiment aucun amour pour elle ? >

< Ne joue pas cette carte avec moi, tu sais très bien ce qu’elle représente à mes yeux. > réplique alors la voix d’homme.
< Tout comme je sais ce qu’elle représente aux tiens ma douce, mais il ne revient à aucun de nous deux de décidé de son destin… Nous ne pouvons interférer avec sa volonté, tu le sais aussi bien que moi >
Dit l’homme d’un ton peiné, ayant complètement oublié de maintenir un ton doux, ce qui réveilla alors la jeune fille qui ne fit aucun geste, toujours dans sa paillasse, et écouta comme elle en avait l’habitude le charabia dont ses parents discutait…

La femme répliqua en sanglot ces quelques mots :
< Fais donc, mais jamais nous nous le pardonnerons… j’espère que tu le sait.. > Dit -elle, baissant le regard au sol, pour qu’une larme viennent s’y poser…

< Non… Jamais mon cœur, mais tel était sa volonté…> Dit l’homme qui regarde alors au plafond, pensant à la jeune fillette qui était alors totalement réveillé, mais n’avais toujours pas bougé de la paille chaude dans laquelle elle était si bien.

< Peux-tu me garantir qu’il la protègera de toute sa vie… ? Le peux-tu ? dit la femme alors en sanglot.
‘’ Bam Bam Bam ! ‘’
On frappa alors à la porte..

La femme releva la tête pour échanger un long regard craintif avec l’homme qui se retourna alors et ouvrit la porte.
Un homme en armure lourde entra alors dans la petite chaumière. Le guerrier était si grand qu’il remplissait à lui seul la moitié du modeste espace commun de cette maison de paysan, et dût ainsi se pencher vers l’avant lorsqu’il pénétra le cadre de la porte afin de ne pas accrocher la poutre avec l’énorme heaume de fer qu’il portait sur la tête. L’homme ne portait étrangement aucune arme à sa ceinture. Seule une pipe balançait quelque peu à son flanc gauche, à côté de ce qui paraissait être une petit sac à herbes étant donné l’odeur enivrante qui pénétra la pièce en même temps que lui.
Image
Il mit un genou au sol et pris la main tremblante de la dame, la mise doucement au creux de ses gantelets, puis releva la visière de son heaume de sa main droite avant de la replonger sur la sienne.

Une grosse barbe d’un blanc de lait et parfaitement coupée affichait le visage d’un vieil homme, dont le temps semblait avoir épargné puisque malgré son âge avancé, aucune trace de cicatrice ne fût visible sur sa peau parfaite. Pas le moindre bouton perceptible, l’homme affichait un charisme sans égal et la femme releva la tête aussitôt, un sourire rassuré collé aux lèvres.

Il sortit de sa sacoche brune une feuille de parchemin bleue enroulée d’une une corde aux filaments d’or, puis la glissa dans la chemise de l’homme qui était lui aussi, sur le point de pleurer, pensant à ce qui se passerait très bientôt.

< Tu peux descendre petite, n’ai pas peur… > dit l’homme en armure en se redressant pour s’asseoir sur la petite chaise en bois qui se situait autour de la table.

Les deux adultes se retournèrent vers les escaliers qui se trouvaient alors au fond de la pièce, surpris de voir qu’il ne s’adressait pas à eux.
A ce moment-là sortie du noir la jeune fille, emmitouflée dans la laine de mouton qui lui servait d’oreiller la nuit.
Image
< Approche, n’ai pas peur > répliqua le guerrier d’un ton doux.

La jeune fille jeta un regard en direction de sa mère et de son père, attendant un signe d’acquiescement, ce qu’ils firent, hésitant. Puis elle avança doucement vers le bout de la table, se cachant la moitié du visage timidement avec le dossier d’une deuxième chaise qui s’y trouvait.

< Votre voix… C’était-vous à la fontaine l’autre fois ? > dit la fillette, toujours cachée..
<Oui, c’était moi > dit le vieil homme en affichant un sourire sincère.

Quelques secondes s’écoulèrent pendant lesquels personne ne parla, puis le visage de la fillette se déplaça vers la droite afin que l’homme puisse l’observer un peu plus, et dit :

< Et au puits quand j’aidais Mère, c’était vous? >

L’homme lui sourit à nouveau : <Oui mon enfant, ainsi que la fois où tu étais tombée dans la rivière, et lorsque tu avais escaladé la falaise derrière la colline. C’était moi. >

La fillette se tue, regardant longuement la scène, ses parents et le vieil homme, puis dit de sa petite voie déjà bien portante :
< Je dois partir, c’est ça ? Vous m’emmenez quelque part, comme dans mes rêves ? >

Sa mère la prit alors dans ses bras, sanglotant à nouveau, murmurant à l’oreille de l’enfant < Ma fille… >

Le vieil homme répondit < Oui, tu dois partir ma belle, seulement, tu ne viendras pas avec moi, je ne peux t’accompagner. >

Le père dit alors à sa fille, la prenant elle ainsi que sa femme dans ses bras < Je vais t’amener dans cet endroit magnifique dont tu m’a si souvent parlé ma puce, tu verras, aller remonte te coucher, il est encore tôt.. > dit l’homme en essuyant une larme à sa joue.
< Oui Père > Dit la fillette qui s’exécuta aussitôt.

L’homme en armure sortit alors de la maison lorsque la fillette qui venait tout juste de s’extirper de l’étreinte de ses parents se retourna pour crier au guerrier :
< Vous m’aviez promis que vous me diriez comment je m’appelle ! >
Puis le guerrier se tourna vers la porte encore ouverte, et dit en souriant.

< Je te le dirai lorsque nous nous reverrons >
Puis il se retourna, et parti.



Quelques dizaines de minutes plus tard, le soleil venait tout juste de se lever lorsque la femme n’eut d’autre choix que de se soumettre à des adieux déchirants. La petite charrette dans laquelle allait être transporté la fillette était remplie de biens divers à travers lesquels on pouvait voir quelques vieilles peluches brunies par la saleté. La gamine n’avait jamais bien su pourquoi elle ne devait jamais se montrer. Depuis toujours, ses parents avaient tout fait pour la cacher des yeux du public, ainsi, cette situation lui paraissait une fois de plus normale, puis après tout, elle aimait bien se cacher sous les couvertures du chariot lors des nombreux voyages dont elle avait fait partie.

En quittant le village, l’homme remarqua les quelques affiches que l’on s’était mis à afficher un peu partout dans la vallée : ‘’ Le conseil est dissout par ordre du roi ‘’.
Image
< Juste à temps… Ils quitteront bientôt la ville… Yahhh ! Yahh ! >
cria-t-il aux chevaux qui mirent les bouchées doubles sous les coups de reines.

Quelques heures plus tard, alors que le soleil était à son zénith, la charrette s’arrêta en plein milieu d’un boisé, à quelques pas de la forêt de Sénin.

Des sanglots pouvait s’entendre < On as passé le mur… on a passé le mur.. >
Puis quelques minutes plus tard, le chariot s’arrêta. Plus aucun son hormis le chant des oiseaux et du vent à travers les feuilles des arbres entourant ce petit coin paisible, mais inanimé..
La fillette releva la couverte de sa tête pour jeter un œil, mais ne vit personne.

Elle se mit debout, puis sauta hors du chariot pour jeter un regard aux alentours.
La forêt dans laquelle elle se trouvait était intacte, bien que l’endroit lui semble étrangement familier.

Soudainement, l’homme en armure qui lui avait rendu visite très tôt ce jour-à sortit d’un buisson, puis fit signe à la fillette d’avancer vers lui et de le suivre, ce qu’elle fit.

Elle atterrit alors face à une petite chute d’eau qui jaillissait d’un souterrain entouré de roches de toutes les couleurs, arborant une petite colline en plein milieu du bois. L’endroit était radieux et seul le bruit de l’eau ruisselant à travers les cailloux pouvait être entendu. Bien qu’aucune trace du guerrier ne fût visible, la fillette se sentait observer.

Elle n’était pas du tout nerveuse, mais se demandait ou son père était, ainsi que le vieil homme.
Puis, elle se mit soudainement à avoir soif, très soif. Elle s’agenouilla vers le petit étang dans lequel s’écoulait la source afin d’y tremper ses mains pour s’abreuver, mais au moment où elle allait les plonger, elle vit dans le reflet de l’eau un visage au-dessus d’elle.
Image
C’était le visage d’une femme d’une trentaine d’année aux cheveux aussi blond comme les siens. Le reflet la fixant du regard, une vision l’envahit de tout son être, elle vit alors ce qu’elle deviendrait et sans savoir pourquoi, elle se mit à boire l’eau qui lui ruisselait toujours entre les doigts, puis elle perdit toute conscience avec la réalité.
Seul trois mot résonnait dans sa tête lorsque la lumière disparût…
‘’ Gil ‘ y Yahnà ‘’


A son réveil, elle se trouvait dans une charrette rempli d’enfants, autour d’eux, des centaines et des centaines de chevaux montés par des créatures humanoïdes tous aussi différents les uns que les autres. Les enfants jouaient à se cacher les uns des autres à travers les tonneaux et les barils qui bougeaient sur la charrette mouvante..

La fillette quant à elle, allait se mettre à observer tout autour d’elle, ils étaient des dizaines de milliers de cavaliers à quitter vers l’Ouest avec à leurs bords des centaines de charrettes transportant nourriture, outils et caisses qui pouvaient être aperçues jusqu’à des kilomètres derrière, d’où s’élevait le Grand mur d’Ébène.

< Vers l’Ouest > Cria alors un homme dans la foule, pour que des centaines de voix répliquent en chœur
< Vers l’Ouest !!!!! >
Image


Lorsqu’on lui demande son nom, la première chose que la fillette répondit fût ces 3 mots qui lui était resté imprimé dans l’esprit ‘’ Gil’ y yahnà ‘’.

Baptisé alors par sa nouvelle et gigantesque famille depuis ce jour, Gilianna se démarquera durant les années à venir de tous ses confrères et sur tous les plans, ralliant les différents êtres de la terre de l’Ouest à une seule et même cause mieux que quiconque. La cause Arianne prendra grâce à elle une toute autre tournure, jusqu’au jour où ayant acquis suffisamment d’honneur et de respect vis-à-vis ses hommes et ce qui sera devenu son propre empire, elle fera construire une cité qui portera son nom, dans laquelle tous pourrons enfin se sentir chez soi, et accueillir dignement les nouveau arrivants dans le besoin, tout cela sous la grâce et selon la bienfaisance de Gilianna qui ne connait aucune limite.
Image
Jusqu’au jour où frapperons aux portes de sa Cité, La Confrérie du temps…

Répondre

Retourner vers « D&D 5 "Arianna's World" par Auriel »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité