Le journal de la Compagnie Noire

Image
Répondre
Avatar du membre
Troll Traya
Lamia
Messages : 289
Enregistré le : mar. 6 déc. 2016 11:17
Date de naissance : 17 juil. 1985

Le journal de la Compagnie Noire

Message par Troll Traya » lun. 9 avr. 2018 19:11

... hum, non, mauvais univers, et y'à pas de Doc avec vous.
Enfin, ce topic servira aux courageux qui voudront faire des résumés écrits des sessions.
MJ (sur JDR virtuel) :
Jeudi (21h30) : D&D 5 "Le Tombeau d'Andromède"
Samedi (14h30 une semaine sur deux) : AdC "Le rejeton d'Azathoth"

Mon blog sur le JDR : Averse de dés prévue dans la soirée

Ma chaine youtube

Vlad
Namtaroupette des clochers
Messages : 227
Enregistré le : mer. 8 sept. 2010 01:00
Date de naissance : 09 janv. 1986

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par Vlad » ven. 20 avr. 2018 01:17

Thagan Dagol VonWunderbar, le champion éternel de Sarenrae, et ses compagnons d'armes, sont recruté par le Capitaine de la compagnie des scorpions pourpre, Odion de Questen, pour lui servir d'homme de mains et pour démanteler un trafic de skooma dans l'auberge de la sirène rougissante.
Requête bien trop petit bras pour sa compagnie de mercenaires.
Tâche hautement approuvé par les considérations morales de notre noble héro!

Image
Odion de Questen

L’enquête se poursuit donc à l'auberge, ou Thagan, et ses compagnons, glanent des informations de ci de là.
On se rend compte bien vite qu'un mot de passe est requis pour commander la dose: Brailler à tue tête quelques chose à propos de la bière qui à un gout de pisse de chat.
Mot de passe approximativement bien compris par les compagnons du héro, ce qui aura des conséquences par la suite (oui lorsque quelques chose est raté, ce n'est jamais de la faute de Thagan).

Image
l'auberge de la sirène rougissante

-Le clerc découvre qu'un des clients a mis sa dose à sa ceinture, le voleur fait son boulot et lui dérobe, puis la dépose naïvement dans les mains innocentes de notre merveilleux paladin.

-Merveilleux paladin qui commence à faire tache dans la taverne de pirate, et qui est poussé, relativement gentiment et fermement vers la sortie par Roberto, videur attitré.
Au passage il vide le contenu de la bourse de skooma dans sa poche et la fait tomber à terre près de son précédent propriétaire et lui fait remarqué.
Le dit drogué ramasse et s'énerve, il fait une scène et se retrouve éjecté dehors (grâce au message télépathique d'Hori qui se fait passer pour le barman et qui lui donne lui en donne l'ordre)
à la place de notre Thagan bien aimé qui en profite pour s'isoler à une table à l'écart.

Image
Roberto

-à force de poser des questions le clerc ce retrouve à être amener aux cuisines par une serveuse qui se trouver être la patronne et un homme de main.
Il se fait rudement questionner par l'homme de main, le clerc lui offre l'absolution à coup de masse à lui en décrocher la mâchoire.

Image
Helena, la patronne de l'auberge

-le roublard sort du bâtiment pour en faire le tour et se fait poursuivre par Roberto qui n'arrive pas à toucher l'anguille semi elfe qui riposte en l'empalant de son épée courte.

-Thagan, et sa douce compagne compagnonne Hori en profite pour faire encore le coup du message télépathique pour accéder au bureau et piquer le livre de compte frauduleux.
Puis pendant que la bagarre continue ailleurs dans l'établissement, les deux tourtereaux sortent du bureau sans savoir ce qui se trame ailleurs.
Et c'est alors que l'ensorceleuse va voir ce qui se passe.
Le magnifique apollon, lui, harangue la foule avec livre de compte à l'appui pour foutre le bordel, et ça marche.
il en profite pour passer dans la réserve, rencontre deux gardes, charge sans réfléchir, en accord avec son plan initial, charge les deux malfrats.
Ratant lamentablement sa première attaque, leur laisse le temps de dégainer pour plus de fair play, fair play qui n'est pas réciproque puisqu'il se fait prendre en tenaille.
Le chevalier prend une blessure au dos, que le pouvoir de sa déesse résorbe rapidement, puis, d'un allé retour d'épée à deux mais, éventre le premier et égorge le deuxième.

-Theodred le jeune demi elfe, ayant terminé son Roberto, décide d'entrer en cuisine par la porte arrière.
Il voit une scène de crêpage de chignon entre la patronne et la belle ensorceleuse qui a eu le temps d'arriver en renfort, et le prête qui essaie de ramper pour prendre un peu de distance.
N'écoutant que son intuition, il attrape l'arme la plus approprié pour le combat rapproché, et verse un bol de soupe brulante au visage de l'ennemi.
Quelques coups de surins de la jolie chatte plus tard, la méchante est à terre.

Les malendrins n'ont qu'a bien se tenir, Thagan Dagol VonWunderbar, le champion éternel de Sarenrae, et ses compagnons d'armes est dans la place!

Image
Thagan Dagol VonWunderbar, le champion éternel de Sarenrae

Avatar du membre
Troll Traya
Lamia
Messages : 289
Enregistré le : mar. 6 déc. 2016 11:17
Date de naissance : 17 juil. 1985

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par Troll Traya » ven. 27 avr. 2018 00:52

Un très bon résumé^^ Très objectif aussi^^

Pour ceux qui désirent les continuer, vous pouvez organiser des roulements pour que nous ayons différents points de vue^^
MJ (sur JDR virtuel) :
Jeudi (21h30) : D&D 5 "Le Tombeau d'Andromède"
Samedi (14h30 une semaine sur deux) : AdC "Le rejeton d'Azathoth"

Mon blog sur le JDR : Averse de dés prévue dans la soirée

Ma chaine youtube

fabienh38
Anarchiste Damnyesque
Messages : 18
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 14:07
Date de naissance : 28 nov. 1977

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par fabienh38 » mer. 2 mai 2018 23:17

Chère Maman, t'ai-je déjà dit que les voies de Sarenrae étaient impénétrables ? J'en ai eu à nouveau la preuve... Port Péril est une ville étrange, elle est ramassée dans une baie surmontée d'un gigantesque anneau de pierre défiant les lois de l'architecture (pour ce que j'en connais) qui pourrait tout aussi bien être un portail dimensionnel qu'une banderole d'annonce publicitaire. Mais tout le monde s'en moque apparemment. On y passe et repasse maudit ou béni, va savoir... Il y a toutefois quelque chose de plus étrange encore que tout cela : c'est le groupe dont je fais maintenant partie. De galère en échec j'ai tissé des connaissances pour le moins hétéroclites et qu'importe comment et pourquoi nous voilà réunis pour le meilleur et si j'ose dire pour le pire. Plus j'y repense et plus je sens venir le traquenard, vois plutôt :
Je t'avais déjà parlé de Thagan, nous partageons le même culte, même un sort d'invisibilité ne le cacherait pas, il a sûrement été créé avec un mélange de foutre, d'hormones et d'arrogance... La fougue de la jeunesse surement. Mais je dois reconnaitre que son intervention fortuite aurait pu me tirer d'un mauvais pas si je ne m'étais pas obstiné. Je t'en reparlerai après.
Il y a un homme corbeau (Suave) barde aphone (quelle ironie !!) je suis curieux de voir ce qu'il aura à dire quand il aura retrouvé la voix .
Une femme chat ensorceleuse... Hori
Un jeune demi elfe mi voleur - mi roublard Theodred
Vlà la bande !

Bon et bien sache qu'un personnage important d'une guilde de mercenaires souhaite nous recruter, et pas des pequenods, tiens toi bien il s'agit des scorpions pourpres. Oui maman ! Il faut croire qu'après avoir bien cherché il a estimé que nous formions l'érquilibre parfait d'un groupe aguerri. Ou alors il n'a trouvé personne d'autre, ou alors c'est un jeu pervers dont nous sommes les perdants.

Nous avons passé un test il s'agissait de débarasser un quartier de son trafic de drogue dont le centre nevralgique était une auberge "la sirène rougissante". Avec notre groupe la discrétion était assurée (si si relis bien la description ci-avant), oui Maman c'est de l'ironie. Remarque si chacun prend l'autre sur ses épaules nous pourrions passer pour un totem, ça pourrait toujours servir. Je m'égare...

Après avoir fait un foin pas possible c'est en douceur que nous nous sommes fait repérer tranquillement par la patronne/matrone de service. Pourtant l'idée n'était pas si mauvaise mais nous sommes rouillés et nous avons manqué de précision dans les mots de passes et les jugements. Nous nous étions rapidement aperçu qu'il y avait un petit manège entre les clients et le barman. Mais l'erreur ne pardonne pas.

De mon côté, sûr de ma couverture, je me laissais attirer dans un piège par la patronne qui m'entrainait dans une arrière salle mais pas pour un tango, j'envoyais ad patres un païen qui voulait me présenter sa massue et suite à un manque de vigilance ou peut être par péché d'orgueil je me faisais cueillir la gorge par madame aux main écarlates.

Heureusement Theodred qui était sorti pisser (enfin je crois) a eu la riche idée de faire le tour (surement pour voler dans les cuisines, tu sais les jeunes maintenant) j'ai quand même eu le temps d'avoir un retrécissement de trachée car mon jeune ami a du faire face à un importun. Pendant ce temps Thagan comptait fleurette à Hori qui distribuait des injonctions à distance aux clients histoire de mettre un peu plus le bazar dans l'auberge. Tu comprends rien à mon histoire ? C'est normal j'ai moi même du mal à suivre et puis je n'ai pas tout vu, enfin chacun raconte des trucs un peu différents alors j'essaye d'en tirer quelque chose d'à peu près cohérent. Mais accroche toi ça n'est pas fini :

Alors que je commençais à émettre un sifflement inquiétant suite à la pression exercée sur ma pomme d'adam, Theodred pénetra par la porte arrière, Hori de l'autre côté. Je réussisais à me dégager pour rouler héroiquement hors de la zone de combat. Theodred qui courait vers la table laissa de côté les couteaux et autres ustensiles dangereux pour lancer un bol de soupe au visage de notre ennemi. Quelle présence d'esprit !

Enfin bref grâce à un support divin dont ton fils était le relais nous sommes venus à bout d'une femme à 3 contre 1.

Pendant ce temps Thagan découvrait un livre de comptes truqué et déclenchait une révolte au sein des clients de l'auberge. Non mais quoi de qui se moque t on !! On est dans un club select ici genre le Fouquet's, pas dans un boui-boui crasseux qui vend de la drogue... Hum... Enfin bon ça a déclenché une émeute.

Qui aurait pu se retourner contre lui si je n'étais pas intervenu avec ma nouvelle voie de fausset qui m'a permis une imitation de la patronne d'une fort belle facture.

Un bien beau bordel que tout cela !!!

Bref nous avons réussi le test (oui oui, notre ami mercenaire n'avait vraiment pas du trouver grand monde pour sa mission).

Et bien il est déjà tard et une grande journée m'attend encore demain alors je t'écrirai la suite plus tard.

Je t'embrasse

Ton peypey.

PS : ah oui si tu pouvais m'envoyer ta recette de bonbon au miel pour la gorge ça serait sympa.

scar
Elfe Solüniste Cobalien
Messages : 88
Enregistré le : sam. 23 janv. 2016 19:18
Date de naissance : 28 août 1990

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par scar » ven. 11 mai 2018 12:09

long résumé qui s'attaque à plusieurs parties...


La chambre n'était pas du grand luxe mais bien meilleur que ce dont j'ai l'habitude depuis des années.

Je pousse un long soupire de satisfaction, celle de pouvoir se reposer après une telle journée de merde et même d'être toujours en vie.

Je jette un regard noir à Suave qui est de dos occupé à défaire ses affaires sur le lit fortement rembourré de paille. Ses plans à la con je m'en passerai bien, pensais-je mais je ne me permet pas de le lui dire. C'est grâce à lui que je suis sorti de prison et peut être grâce à lui que j'ai eu un ami dans mon enfance. Mais j'me suis toujours méfié de la magie et ça ne va pas changer après aujourd'hui.

J'peux dire que suave doit se sentir un peu responsable, ou pas? Enfin il me paie la chambre pour la nuit ça me donnera un endroit à l'abri des regards pour changer mes vêtements en ruine et me laver la gueule.

Je m'allonge sur mon lit, contente de constater que la magie m'a soulagé des douleurs. Par Besmara j'ai souffert aujourd'hui.

En regardant les ombres porté par la bougie sur le plafond je repense à notre voyage.

A peine commencé Suave s'est senti obligé de faire un tour à ce lourdeau de paladin en écrivant avec de la magie son nom dans le ciel. Ca m'a foutu une peur bleue, j'aime pas la magie et ça ne va pas changer. C'est toujours marrant de se jouer de Thagan mais si on continue comme ça ses mollets vont déchirer son pantalon à force de lui faire enfler les chevilles...
Après on a croisé cette magicienne. Mignonne, c'est sur!, mais putain qu'elle était chiante avec une voix insupportable. Une belle gueule quand elle reste fermée!! Elle bloquée la route avec sa charrette. Un truc jamais vu: une énorme limace qui porte une cabane! Y a de ces trucs dans les terres. Et on dit que les marins ne sont pas sains d'esprits!
Les autres se sont chargés de faire bouger l'attirail, j'ai déjà oublié comment ils ont réussi.Pendant que Suave m'a demandé de voler la deuxième charrue: Un truc de marchand avec deux cons aussi gueulards que la magicienne. J'ai pas réussi à forcer les caisses qu'ils transportaient, y avait des trucs de valeurs d'après eux. Mais j'ai pas été repérée. Suave a été plus chanceux avec la cabane de la magicienne.

Après on est parti et on s'est arrêté au relai. A peine arrivé y a un gars qui nous a invité à manger avec lui, du mouton, du bon mouton. Une viande comme j'en avais plus mangé depuis que j'ai quitté ma maison. Pas en mer ou en prison qu'on mange bien... On a appris pourquoi y a un petit mur le long de la route: Restez sur le chemin ou crevez c'est le deal fait avec les gobelins qui dominent la région. Ca va peut être limité les risques de voleurs ou autres vu que les gobelins les tueront s'ils trainent sur leur territoire.

Suave a fait le tour du propriétaire pour voir qui on allait voler dans la nuit. On a dormi dans la tente et la charrette car ce pingre de Odion ne voulait pas dépenser un sou pour les chambres.
On en a profité pour aller dans la roulotte d'une diseuse de bonne aventure. J'parie qu'elle n'a pas vu ce coup venir.

Faudra que Suave comprenne par contre que je suis pas un voleur!! Je sais voler à la tire, à l'arraché et menacer des gens avec une dague mais putain du crochetage j'en ai jamais fait! Je n'entrais pas dans les maisons des gens moi. Trop peu d'issue pour s'enfuir. C'est dans ma nature, de demie-elfe et de marin j'pense je préfère voir l'horizon que des murs m'entourant. Et mes années en prison m'ont pas fait changer d'avis! Il a vite compris que j'ai pas changé quand j'ai pété les outils dans la serrure. On a du se casser mais la porte s’est ouverte quand la vieille est sortie pour voir ce qui s'passait. Suave l'a endormie et j'lui ai volé le collier que j'ai caché en bordure de la route.

La vieille a criée et a réveillé tout le monde, juste après que j'ai pu finir mon petit tag sur la charrette. Le constructeur voulait qu'on lui fasse de la publicité maintenant tout le monde pourra savoir qu'il a une petite bite, ce con. Thagan encore la grosse tête a tenté de calmer la vieille et a fini par dormir dans sa charrette pour la protéger. Au petit matin cette vieille carne l'a accusé de l'avoir volé le collier. J'ai pas pu m'empêcher de rire. Encore plus quand il a vu que j'avais aussi pensé à lui sur le tag en disant qu'il est flamboyant. Semblerait que j'ai mal écrit le mot: c'est pas flamboillant??
On va finir par le faire éclater à faire de gonfler son égo...

Avant de partir Suave a réussi à convaincre Thagan de porter un ruban, de je ne sais pas quoi, comme symbole d'amour ou autre pour plaire à Hori, la magicienne... Encore une blague qui va mal tourner pour ma part j'ai offert à Hori des gâteaux que je venais d'acheter histoire de rendre jaloux le paladin qui me regarde pas mal aussi. Je ne sais pas s'il a compris à mon sujet ou s'il carbure à tout mais dans tous les cas il risque d'être très déçu... Il s'est mis en tête de faire de moi son écuyer... Je vais lui crever le bide un de ces quatre.
On a croisé l'autre criarde de magicienne mais on a vite fait route pour pas lui parler.

Sur la route on a cassé un essieu. J'aurai pu le réparer mais le paladin a brisé sa lance pour nous servir de essieu de rechange. J'sais pas s'il fait cela pour impressionner Odion, notre recruteur bien emmerdant ou s'il voulait vraiment qu'on aille vite. Son geste est digne des paladins: jolie sacrifice et tout mais maintenant il n'a plus d'arme... Bref ça ne sert à rien sur le long terme.
Il a voulu ensuite nous montrer comment il est fort et après des heures a tenté de soulever cette maudite charrue il a fini par accepter qu'on l'a vide avant qu'il ne recommence. On a réussi à réparer la charrue sous la forte chaleur de l'après midi et on a refait route.

Le paysage a changé un peu plus de verdure, de longs arbres et petits buissons éparpillés au milieu des pierres et de la terre éclatée par la chaleur. Un peu de fraicheur apporté par le vent qui soulève de petit nuage de poussière. C'est agréable.

On a été obligé de s'arrêter au relai le plus bizarre qu'y doit exister! Un ancien fort ou un truc du genre. Les gens étaient surpris de nous voir, ils n'attendaient aucun client en cette période de l'année mais le tenancier avait une chier de personne sous ses ordres. Trop pour un gars qui fait aucune rentrée d'argent durant le mois. P'être des esclaves? J'aurai du lui piquer la gorge pour qu'il le dise ce porc. Mais l'endroit était trop malsain pour que je m'y attarde. Quand on a demandé s'ils avaient pas un type capable de réparer la charrue ils nous ont dit qu'y en avait un au prochain relai et ont insisté pour qu'on trace notre route alors que le soleil se couchait. Ils ont jeté leur seuls clients du mois à la porte...
On a décidé d'aller à la tour où un magicienne vivait pour lui demander un peu d'aide.

Suave m'a dit et je m'en souviendrai de cette connerie: "un magicien ça a toujours des objets intéressants" et pendant qu'il occupait le magicien, qui semblait être un vrai manche à couille en matière de magie, avec la charrue je me suis glissée dans la tour.

A part des bouquins, comme si j'y comprenais quelque chose, y avait rien dans le rez de chaussé. Au premier étage y avait des ruches et des tonnes d'abeilles.
Je suis allé vers la porte que le mage avait verrouillée quand on est arrivé. Doit y avoir des trucs de valeurs, j'ai pensé! Tu parles d'une idée de merde. y avait un escalier qui descendait dans une salle si noir que malgré les dons que ma mère m'a donné je voyais que dalle; aussi noir que le cul d'un chat de rue lors d'une nuit sans lune. J'ai allumé une torche et autour de moi j'ai pu voir un genre d'atelier d'alchimiste. J'ai cherché des potions mais j'ai renversé une poterie qui contenait de la poudre et pas du genre de celle que certains se foutent sur la gueule pour avoir l'air aussi blanc que des fesses mais de celle qu'on utilise pour tout faire sauter, comme durant l'attaque de l'escadron du capitaine Bolton. J'ai juste réussi à empêcher une flamme de tout faire sauter mais pas deux.

J'ai couru aussi vite que j'ai pu, remonter ce maudit escalier comme si Tarrasque me collait au cul pendant que j'entendais la poudre au sol s'enflammer. A peine remonté au rez de chaussé que tout a sauté. J'ai été propulsé hors de la tour, j'ai senti des flammes me lécher le dos et me cramer la peau. Le souffle était tellement puissant que ça a balayé les flammes de mon dos aussi vite qu'elles étaient arrivé. Sur le sol, j'ai pensé échapper au pire! Cette garce de Besmara a du rire! La tour s'est écroulée j'ai eu le temps d'éviter un pan de mur mais une pierre m'a écrasé la jambe. J'ai essayé de me protéger mais j'ai pris de sacré coup, pire que durant l'abordage contre le bâtiment elfe "L'étoile de l'aube". Quand le calme est revenu j'arrivais à peine à marcher, j'avais mal partout, tête, bras, mains, jambes. Je pouvais voir ma cuisse qui avait doublé de volume.

Suave est venu à mon secours et Peyrus le prêtre m'a sauvé la vie j'pense. Surprenant de se dire qu'y a quelques heures j'avais des os brisé et de la chair cramée et maintenant tout va bien. Comme quand il m'a soigné de l'énorme plaie à la joue.

On a quitté le relai comme les piètres voleurs qu'on est. En tout cas le vendeur de charrette a de la publicité.
Durant notre fuite Suave m'a raconté que de son côté c'était pas plus brillant. Il a remarqué que le mage était une merde incapable de lire un texte correctement. Je vais pas me moquer je sais à peine lire mais j'suis pas mage. Suave a tenté de lire le sort du mage pour réparer la charrette il a juste réussi à foutre le feu au grimoire du type. Ce corbeau a l'esprit affuté vu qu'il a répondu au mage que si ce dernier connaissait la formule de réparation qu'il tentait d'utiliser sur la charrette il pourrait s'en servir pour réparer son grimoire. Le mage n'a pas apprécié mais il parait que Thagan a accusé l'elfe d'être un imposteur! Le pauvre elfe qui voulait nous aider et qui s'est fait ruiné par ma faute et celle de Suave avant qu'un paladin l'accuse d'être un imposteur et d'avoir tuer le vrai mage.

Pour ma part je ne vais plus jamais cambrioler et encore moins un mage. Les légendes à leurs sujets sont fondés. Je suis peut être idiote et superstitieuse mais y a du vrai dedans et je sais qu'les esprits et la magie sont pas des trucs avec lesquels jouer.

Je regarde le plafond en me laissant emporter par le sommeil. J'espère qu'y aura plus de foutu magicien sur la route. Et je vais arrêter les conneries, je ne suis pas un cambrioleur et le serai jamais.

Je serre la pièce de mon père en pensant que c'est peut être lui qui m'a sauvée lorsque la tour s’écroulait, que son esprit veille sur moi. Il doit pas être fier de ce qu'il voit. J'aimerai vraiment qu'il soit là.

fabienh38
Anarchiste Damnyesque
Messages : 18
Enregistré le : lun. 29 janv. 2018 14:07
Date de naissance : 28 nov. 1977

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par fabienh38 » jeu. 17 mai 2018 15:21

Et bien et bien et bien.... C'est pas joli joli ce que je lis... Je m'absente (fichu mouton il devait être avarié) et voila ce qu'il se passe ! Et en plus je soigne des brigands à l'insu de mon plein gré... Sarenrae va me punir c'est certain...

Maman prépare du citrate de betaïne (ou un truc du genre) et d'autres onguents je sens que je vais dérouiller, et aussi ma canne blanche tu sais bien que Sarenrae aime rendre aveugle les brebis galeuses...

Vlad
Namtaroupette des clochers
Messages : 227
Enregistré le : mer. 8 sept. 2010 01:00
Date de naissance : 09 janv. 1986

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par Vlad » ven. 29 juin 2018 23:52

à écouter pendant la lecture:
https://www.youtube.com/watch?v=-ROUOLrwnDI


Le hero, Thagan, Dagol Von Wunderbar, git, face contre terre.
Cette face, qui fut jadis d'une beauté féerique, auréolé d'une crinière disciplinée d'un blond éclatant, n'est maintenant qu'un amas de pulpe sanguinolente.


L'obscurité, le néant. Tout n'est que ténèbre. Thagan lutte de tout son être.
Est ce comme ça que les héros meurent?
Sans valkyrie au corps radieux pour les emporter, le visage enfoui dans leur généreuse poitrine, vers un monde meilleur?
Sans trompettes et chants glorieux pour saluer leur dernier combat?
Ce n'est pas possible, cela ne ce peut.

Et puis cette douleur, cette douleur atroce et lancinante. Les morts ne ressentent pas la douleur...
Non cela ne ce peut.

Une lumière, une lumière au bout du tunnel.
Non, pas une lumière, une flamme, une femme, une femme ailée...
Serait ce ma valkyrie?

Image

Non! C'est la flamme ardente et perpétuelle de Sarenrae en personne, elle est là, elle est venu pour moi!
Pourquoi suis-je étonné! Je suis son champion éternel après tout, il est normal qu'elle vienne me chercher elle même!

Elle s'approche, elle me parle, je n'entend rien.
Que c'est il passé, pourquoi suis je ici.
Quel était mon dernier combat?

Mon visage, mon beau visage, arraché par les goules...
Mon sacrifice pour que le prêtre de Pharasma emprisonne de nouveau ces âmes damnées.
Ma charge héroïque, ignorant les blessures, mon corps béni est en perpétuelle régénération grâce à la divine aide de ma déesse, pour mettre à l’abri la jeune Mirna!
Mon fidèle écuyer Theodred à mes côtés, se battant comme un lion, se servant de mon corps comme un rempart, d'une meurtrière par lequel il peut lancer ses attaques dévastatrices contre l'ennemi impie. Brave garçon, il fera un merveilleux chevalier.
Mon acolyte dans la prière, mon confesseur Peyrus, lui aussi dans la tourmente, soignant ma troupe. Le brave homme, il sait que je n'aurais supporté la mort de l'un deux en étant toujours debout. Soignant les autres avant lui même, l'abnégation même!
Et la touche féminine de ma valeureuse troupe! La belle et merveilleuse Hori, lançant sortilèges sur sortilèges. Bon elle n'a pas fait grand chose, c'est vrai, mais après tout, ce n'est qu'une femme. Mal grès tout, de par sa seule présence, elle égaille mon humble compagnie, elle m'est d'un soutient sans faille.
Et l'oiseau de malheur, qu'a t'il fait? Je n'ai pas très bien compris son rôle dans cette histoire, lui et Theodred semblait avoir résisté au puissant sortilège qui avait mis moi et les autres dans une étrange torpeur.
Il semblait vouloir que Mirna accomplisse son terrible acte, aurait il trahit?

Dit moi Sarenrae? Aurais je un traitre dans ma compagnie?
Parle plus fort, je n'entend rien...
Oui rapproche toi, j'entendrais mieux... non toujours rien.
Ta main, sur mon épaule, elle brule, elle me fait mal, on dirait une serre prête à me déchirer la chair!
La lumière se rapproche, ton aura est aveuglante, je ne peux plus ouvrir les yeux, la douleur est insoutenable.
Je ne suis que souffrance.

Mes yeux s'ouvrent enfin, la main de la déesse n'est pas là, c'est une serre, la serre d'un corbeau qui m'emporte!
Serait ce un sbire de Zon-Kuthon qui me traine vers ma dernière demeure?

Non! C'est ce brave Suave! Comment ai je pu douter de sa fidélité!
La brave bête m'extrait de ce tombeau à ciel ouvert, alors que les goules l'ont presque submergé.

Sarenrae, déesse de la rédemption sait décidément se faire comprendre! La fripouille sauve le héro.
Elle a fait un nouveau disciple, j'en suis sur!
Par mon sacrifice, j'ai aussi sauvé son cœur et son âme déviante!

Je sais que je suis entre de bonnes mains maintenant, je peux refermer les yeux désormais, je sais que je peux compter sur mes suivants.
Ma fidèle compagnie veillera sur son héro.
Un peu de ma gloire rejaillira sur mes compagnons, je suis comblé.

Le visage de Thagan se ferme à nouveau, un sourire figé éclatant et niai contraste avec la masse sanguinolente de son visage.
Modifié en dernier par Vlad le sam. 30 juin 2018 15:50, modifié 1 fois.

Useless
Initié Actarusien
Messages : 28
Enregistré le : dim. 11 mars 2018 00:44
Date de naissance : 21 mars 1989

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par Useless » sam. 30 juin 2018 14:56

Journal d’un esprit tourmenté

...

- Par les cornes de Dahak… Théo doit apprendre à percer ces serrures. Elle a vraiment perdu la main !
- Tu sais qu’elle fait un bon chapardeur, mais question cambriole, on a vu mieux. Inutile de la pousser. Elle apprendra avec le temps.
- Tu dois être plus dur avec elle. Il faut la former. Ses séjours en mer lui ont mis des rêves idiots de liberté dans la tête. Il est temps d’en faire une véritable tueuse.
- La mort nous divisera. Nous devons nous en tenir éloigné.
- Elle est nécessaire. Tu ne feras jamais fortune sans sacrifier quelques âmes.
- Je vis pour la poésie du geste. Pas pour la fortune.
- Crois-tu… tu te berces d’illusions. Je ne serais pas là si tu étais si pur.
- Chaque esprit a son côté obscure. J’ai appris à négocier avec le miens.
- Tu te berces de douces illusions, toi et moi sommes un et unis. Tu l’apprendras à tes dépends.
- Connais-toi toi-même, tu connaîtra le monde.
- Pffff….

...

- Par les tentacules de Norgorber, cette petite Mirna a du potentiel… mais sa jeunesse la limite. Si seulement nous pouvions lui faire perdre sa si mièvre innocence…
- Mais c’est justement cela qui est touchant, rappelle-toi quand Théo n’était encore qu’une petite fille des rues, son doux regard encore ignorant de toute la fourberie du genre humain. Elle était la seule à qui je pouvais faire confiance, à ne pas me rejeter comme un malpropre.
- Tu te complais dans le passé, ça ne t’attirera rien de bon.
- Et toi tu te complais dans la perversité…
- Ils nous détestent tous. Nous sommes des piaffes... de sales piaffes... ils se moquent de nous. Ils exècrent tous ceux de notre espèce... et notre réputation de voleurs.
- Il faut de tout pour faire un monde.



- Ce paladin commence à me fatiguer. Ne peut-il la laisser choisir ? Un peu de respect que diable ! Cette petite doit apprendre les dures leçons de la vie. Ce n’est pas lui faire un cadeau, que de l’empêcher de prendre son destin en main, ce n’est pas respecter son libre arbitre.
- Chacun doit accomplir son destin, mais tout de même, on ne sait pas ce que recèle ce caveau… il pourrait y avoir des morts.
- Ca n’en sera que plus dramatique. Cette région est d’un calme sinistre, il est temps de réveiller ses habitants par quelque malheur. Et puis leur esprit étriqué de paysan mérite d’être secoué. Ils détestent tant ce qui leur est inconnu… cette méfiance et cette xénophobie que tu méprises tant. Et puis… un peu de chaos pourrait faciliter notre petite intrusion à l’abbaye.
- Mais cela ne mérite pas la mort de paysans...
- Vraiment ? Tu as vu comme ils vivent ? Leur idiotie, leur ignorance, leur médiocrité. C’est déjà une petite mort. On leur rend service. Et puis, cela vengerait ce triste sire d’Odion, ne crois-tu pas ?
- Oui peut-être… mais je ne veux pas mettre en danger nos compagnons.
- Ils sont assez grands pour se défendre. Et puis… tu le sais, ils n’attendent que cela, de se battre, pour prouver leur valeur. Surtout Thagan.
- Oui c’est vrai qu’il aurait besoin d’un peu d’adversité. Cela lui détendrait les burnes.
- Alors, tu vois…
- Pour Mirna, alors.



- Par les fourches de Besmera, ce bon vieux Thagan va céder…
- Laisse-le mourir, il n’est pas digne de ton aide.
- Il est drôle pourtant…
- Mais si mégalo, prétentieux, et suffisant.
- Oui c’est ce qui fait son charme. J’ai toujours aimé les humains excessifs.
- Respecte la volonté de Pharasma… il doit mourir.
- Cette déesse qui se cache derrière le destin pour ne pas choisir ? Médiocre.
- Tu l’auras voulu. Tu verras, ces humains ne sont pas capables de reconnaissance.
- Je dois regagner la confiance des autres. Laisse-moi faire et tais-toi… je saurai le corrompre grâce aux charmes d’Hori.
- Cette petite garce en est incapable. Il faut d’abord briser son esprit.
- Fais-moi confiance, un long travail nous attend...

scar
Elfe Solüniste Cobalien
Messages : 88
Enregistré le : sam. 23 janv. 2016 19:18
Date de naissance : 28 août 1990

Re: Le journal de la Compagnie Noire

Message par scar » lun. 2 juil. 2018 01:26

Mirna me rappelle moi quand j'étais qu'une gamine qui passait son temps à faire des gestes obscènes, des sales coups et à me battre. Enfin seule contre plusieurs je finissais le plus souvent la gueule dans la boue avant d'aller pleurer papa. Il me manque.
Elle a la même rage, la même colère envers ceux qui vivent à côté d'elle. J'ai fini par partir, par fuir. Rester là où on ne veut pas de toi, y a rien de bon à moins qu'tu sois trop aveugle et eux trop hypocrites pour te le dire ou alors juste un bon casse-burne qui reste rien que pour faire chier les voisins.

Les autorités lui chient à la gueule en lui volant le peut qu'elle pouvait avoir et en la ruinant pour une faute qu'elle a pas fait. J'comprends qu'elle veut les voir crever mais là c'était une connerie monumentale.
Y a rien de bon à espérer de la part des autres plans, divins, Besmera m'a pris mon père et elle n'a jamais rien donné, des démons et diable et même des morts. J'suis peut être un peu limitée et superstitieuse mais la magie et les morts ça ne fait pas bon ménage et ce qui est mort doit le rester.
Elle a essayé de les libérer pour qu'ils foutent le chaos dans ce havre de paix et de merde.

Une chance qu'on était là. Enfin une chance... J'aurai jamais cru que Suave me trahisse comme ça, libérer des morts vivants... Y a pas pire comme engeance. La prochaine étape c'est quoi? L'esclavagisme?

Par contre je dois avouer que c'est la première durant un combat à mort que je m'amuse. Sur les abordages, j'ai jamais tué quelqu'un et j'avais peur d'y passer. Là c'était du cadavre qui devait retourner à son état de cadavre alors j'ai pas retenu mes coups. Avec ce crétin de Thagan qui continue de m'appeler écuyer on leur a foutu une branlée. Le premier je l'ai décapité, le cap'taine Presley aurait été fier d'un tel coup. J'en ai embroché plusieurs et ça m'amusait mais à chaque fois qu'une de ces saloperies crevaient plusieurs autres sortaient du caveau. En plus le preux chevalier a pris des coups pour moi, pas que je lui aurai botté les fesses pour qu'il intercepte une goule mais j'ai pas eu à le faire.

J'y crois pas qu'en plein combat j'en ai profité pour poser des mains aux culs d'Hori et Mirna comme si j'avais pas plus important à faire. P't'être que je pensais crever et que j'voulais mourir avec un petit plaisir au passage.

Enfin maintenant le mal est passé, monsieur je bègue a trouvé comment aligner trois mots d'affilés et a réparé la connerie de Mirna, et de Suave...

Avec l'adrénaline du combat, j'crois que c'est comme ça qu'on dit, J'ai comme des envies de meurtres... Mais de qui?

Répondre

Retourner vers « D&D 5 "Le Tombeau d'Andromède" par Troll Traya »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités