Edogaï Argona - Fiche/Carnet de voyages

Image
Répondre
Avatar du membre
Namtarou
Beketien Exalté
Messages : 2019
Enregistré le : ven. 11 sept. 2009 01:00

Edogaï Argona - Fiche/Carnet de voyages

Message par Namtarou » lun. 19 juin 2017 14:19

Edogaï Argona, Chevalier
"Qu'attendez vous, qu'un gobelin fasse le travail à votre place ?"

Race : Ambrien (Humain)
Traits : Privilégié
Atouts : Privilégié, Résistance au poison, Résistant
Fardeaux : Code d'honneur, Protégé
Agilité 14 (+4), Astuce 11 (+1), Discrétion 6 (-4), Force 15 (+5), Persuasion 5 (-5), Précision 6 (-4), Vigilance 10 (0), Volonté 13 (+3)
Talents : Epreuve de Force (Novice), Homme d'armes (Novice), Inébranlable (Adepte), Poigne de fer (Novice), Puissance à deux mains (Adepte)
Armes : Massue à deux mains 1D12, Couteau de chasse D6 (Court)
Armure : Brigandine D6+1 (Gênant, Renforcé)
Endurance : 20/20, Défense : 12, Résistance à la douleur 8, Seuil de corruption 7
Ombre : Dorée étincelante et auréolée du vert couleur des feuilles de sauge (Corruption 0)
Expérience : 27 (91 points dépensés)

Equipement :

Massue à deux mains, Couteau de chasse, Matériel de voyage (Sac d'écorces de bouleau, Corde, Gourde, Marmite en fer, Sac de couchage en feutre, silex), un exemplaire annoté du Porteur de Lumière.
Brigandine
Pierre à aiguiser, Kit d'entretien d'armes, Sac à dos, Hamac avec toit et moustiquaire, Couverture, Equipement d'escalade, Echelle de corde, Nécessaire de couture, Fil de pêche et hameçon, Filet de pêche, Lanterne, 2 flasques d'huile pour lampe, Corne à boire, Antidote moyen x1, 3 remèdes à base de plantes, 1 dose d'eau bénite, Bandages, Savon, Vêtements simples et renforcés de rechange, Cape de voyage, Licence d'exploration, Matériel d'excavation, Pain de voyage pour 15 jours, Outre de vesa (5 litres)
22 thalers
Artefact (lié) : Anneau d'Okran
Guidé par la lumière : Dévoile les points faibles d'une abomination, +1 dégâts, coût 1 corruption
Rayons de lumière : inflige 1D8 dégâts sans tenir compte de la protection, coût 1D4 corruption

Spoiler :

Fiche d'origine
Image
Modifié en dernier par Namtarou le sam. 21 avr. 2018 20:21, modifié 4 fois.
Membre du comité de protection du mode texte.

Avatar du membre
Namtarou
Beketien Exalté
Messages : 2019
Enregistré le : ven. 11 sept. 2009 01:00

Re: Edogaï Argona - Fiche/Carnet de voyages

Message par Namtarou » mar. 11 juil. 2017 22:48

L'éclair fut presque immédiatement suivi par le roulement du tonnerre et le crépitement de la pluie sur l'auvent de bois. Déméon jura et se recula un peu plus contre le mur de la ferme, essayant vainement de protéger son arc du déluge sans pour autant quitter des yeux l'orée de la forêt. Il était pratiquement certain que ces démons de patrouilleurs étaient quelque part, sans doute tapis dans l'obscurité et c'est à lui que la malchance avait désigné pour monter la garde pendant que les autres s'amusaient à l'intérieur. Il jeta un bref regard maussade vers la porte. La vieille avait cessé de hurler, elle devait être soit morte soit évanouie et aucune des deux possibilités ne l'enthousiasmait particulièrement. Il se préparait à évacuer une partie de sa frustration en frappant du pied dans un billot qui traînait quand lui vint la pensée que si les autres étaient fatigués, il pourrait peut être prétendre à s'occuper le premier de la fille qu'il avait entraperçu. L'idée le rasséréna quelque peu et il s'adossa dans le coin le moins exposé de la cour, se laissant aller à rêvasser à tout ce qu'il se proposait de faire dès qu'il serait relevé.
Cet état d'esprit explique sans doute pourquoi il ne vit pas les ombres indistinctes qui rampaient hors de la mare boueuse à la lisière des bois. Il ne fut pas plus alerté par le changement de son quand l'une des formes releva la tête et que la pluie tambourina sur elle avec le bruit caractéristique de l'eau sur un cuir épais. Un nouvel éclair déchira le ciel éclairant brièvement la cour et l'attention de Déméon fut enfin alerté. Il était incapable de définir ce qu'il venait d'apercevoir du coin de l'oeil mais il savait confusément que cela n'aurait pas du se trouver là. Quels que puissent être ses vices, il était toutefois un vétéran de la Grande Guerre, pas du genre à paniquer juste parce qu'il faisait nuit, et l'image de la fille ne quittait pas ses pensées. Il n'allait pas risquer de se mettre les autres à dos en sonnant inutilement l'alarme au risque de perdre toutes chances au privilège qu'il se voyait déjà octroyé. Piochant une flèche barbelée dans son carquois de ceinture, il banda son arc et fit un pas en avant, les yeux plissés pour essayer d'identifier à travers la pluie ce qu'il venait de voir dans la cour. Avant qu'il ne puisse en faire un second, une main vint se coller sur sa bouche, bloquant le cri instinctif qu'il allait pousser, un genou pressa durement entre ses reins et un sentiment de froid métallique traversa sa gorge quand un tranchant affûté la trancha proprement. Les dernières pensées qui occupèrent son esprit pendant qu'il étouffait dans son propre sang furent celle de la fille  : elle riait aux éclats en le pointant du doigt.
Membre du comité de protection du mode texte.

Avatar du membre
Namtarou
Beketien Exalté
Messages : 2019
Enregistré le : ven. 11 sept. 2009 01:00

Re: Edogaï Argona - Fiche/Carnet de voyages

Message par Namtarou » sam. 5 août 2017 21:54

Le jeune homme, accroupi devant la porte redressa la tête avec un large sourire et leva le pouce. Dans la lumière lunaire, son visage habituellement poupin, apparaissait anormalement pâle sous le barbouillage de boue et de sang. La main droite crispée sur un levier, il articula un « un » muet à l'adresse de ses compagnons. La femme qui lui faisait face, se pencha légèrement sur le côté et frappa quelques coups retentissants au panneau de bois. Des murmures indistincts provenaient de l'intérieur. L'oreille collée au mur, elle attendait, puis, au bout de quelques secondes, hocha simplement la tête . L'homme encore à genoux, alluma une mèche. Tous deux firent un pas en arrière au moment où la charge alchimique transformait la porte en petit bois.
A travers la tempête d'esquilles de bois enflammées et de fumée, le troisième membre de la petite escouade pénétra dans la pièce. Nul doute que si les membres de sa famille avaient pu le voir à cet instant, ils auraient été horrifié. Le temps passé à ramper dans la mare de boue pour atteindre la ferme, avait laissé des traces répugnantes sur son armure. Ses vêtements empestaient tellement la peur, la sueur et le sang qu'ils devraient être brûlés.
Le premier homme qu'il croisa, se dirigeait vers la porte lorsque celle ci avait explosé. Il était, à cet instant, occupé à gémir pitoyablement, le visage ruisselant de sang à travers ses doigts crispés. Maniée à deux mains, l'épée fendit l'air et l'envoya s'étaler sur la terre battue. Ses cris redoublèrent pour ne cesser que quand une botte ferrée lui broya la trachée.
Son acolyte était plus rapide, ou plus chanceux. La bouche s'entre-ouvrit dans un cri indistinct tandis qu'il amorçait le geste de lever une hache d'armes. L'épée ne ralentit pas, et frappa à la lisière des bottes montantes. Le jarret sectionné, l'artère fémorale tranchée, l'homme s'écroula au sol avec des jappements de souffrance et de peur alors qu'il essayait frénétiquement, mais vainement de limiter l'hémorragie.
Un choc sourd et une douleur soudaine manquèrent de lui faire lâcher son épée et il dut se mordre les lèvres pour ne pas hurler.
L'avant dernier homme, tenait encore son arbalète déchargée après s'en être servie. Son sourire satisfait disparut rapidement lorsque la femme qui dirigeait l'escouade renversa une table sur lui. Il ne lui fallut qu'un coup de pied avant de simplement lui briser la nuque sans lui laisser le temps de se dégager. Elle disparut d'un bond dans l'escalier qui grimpait vers l'étage. Laissant ainsi son partenaire se charger seul du dernier homme encore debout.
Il aurait du sans doute dire quelque chose, laisser à l'autre une chance de se rendre. Mais le souvenir des gémissements et des suppliques entendus ces dernières heures était encore vivace dans son . Le sang coulait de son bras blessé, lui rappelant ainsi que le temps était compté, il ne pouvait pas s'attarder. Il chargea son ennemi et les instants qui suivirent se perdirent dans le chaos d'une lutte à mort.
Un silence de mort régnait dans la pièce lorsque l'officier redescendit, une jeune femme sur le dos. Les deux blessés avaient fini par mourir, et même si le dernier se tenait encore debout, il ne le devait qu'au poignard qui l'avait cloué à une des parois de bois. Appuyé sur son épée, le soldat reprenait lentement son souffle. Son armure était saturée de sang au niveau du bras gauche.
Membre du comité de protection du mode texte.

Répondre

Retourner vers « Symbaroum par Erik »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités