« Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Image
Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » ven. 15 juil. 2016 19:53

Les quartiers d’Everett.
Cœur de la ville historique d’Everett, Old Everett est situé le plus au nord du district, mais constitue aussi le point le plus septentrional du métroplexe. Le quartier est depuis de nombreuses années un quartier essentiellement résidentiel, destiné aux classes modestes et aux classes moyennes inférieures, même si quelques corporations locales se sont établies ici. La chance d’Old Everett fut, en raison de l’ancienneté des propriétés d’être presque totalement épargné par la perte du cadastre électronique de Seattle. La crise économique a globalement épargné les corporations locales, ce qui a permis à Old Everett de devenir un havre de prospérité au sein du district. Old Everett, en outre, comporte de nombreuses installations portuaires, notamment celles de Wuxing et de Telestrian.
Image
À son sud et longeant le Puget Sound, Old Everett abrite en son sein le chantier naval d’Everett, la seule installation navale des UCAS dans le Pacifique et la base d’un important groupe aéronaval désormais. La Naval Station Everett est le port d’attache d’une flotte nucléaire des UCAS, groupée sous le commandement du super porte-avions USS Colin Powell. En plus de celui-ci, elle comporte deux destroyers, trois frégates et une escouade de gardes-côtes. Environ 8 000 personnes, civiles ou militaires, sont assignées à la base navale, et 500 d’entre eux travaillent sur site.

Le vice-amiral John Lienhard est aux commandes du super porte-avions USS Colin Powell et du groupe aéronaval associé, outre le chantier lui-même, et ce n’est pas un boulot facile, puisqu’une base salish-shidhe se situe de l’autre côté de la frontière. Lienhard passe énormément de temps à cultiver d’excellentes relations avec les commandants salish-shidhes, mais dans le même temps, il mène un programme vigoureux de contre-espionnage contre le Conseil salish-shidhe et a débusqué trois espions l’année dernière. Les runs pour infiltrer la base sont peu courants à cause de l'étroite sécurité assurée par l'armée, mais il y a toujours des jobs de surveillance des entrées et sorties de la base.

  • o Les relations entre Lienhard et le brigadier général Ethan Darcy, commandant de la Joint Task Force Seattle, sont notoirement mauvaises. Le style autoritaire et brutal de Darcy est totalement contraire à celui, toutes en nuance, du vice-amiral. Bien que Lienhard soit d’une certaine manière soumis à Darcy (celui-ci le dépasse d’un grade au sein de la JTFS), il joue son propre jeu et le considère comme trop peu subtil pour survivre dans les arcanes diplomatico-militaires de Seattle. Darcy trouve son rival au contraire pusillanime et manipulateur. Je ne sais pas où ce petit jeu va les mener, mais il est clair que tout cela pourrait aller loin. Très loin, même.
    > Il Principe

    o Occasionnellement, il arrive qu’un vaisseau salish-shidhe mouille au chantier naval d’Everett, conformément aux dispositions du traité de Denver et d’accords bilatéraux entre le Conseil salish-shidhe et le métroplexe de Seattle. Si Lienhard accueille cordialement une telle présence, en rehaussant d’un cran la sécurité, Darcy joue des muscles et se montre peu diplomate à l’égard des salish-shidhes, prenant ses propres mesures de sécurité. Le dernier passage d’un vaisseau salish-shidhe au chantier, en novembre 2069, a frisé l’incident diplomatique et a mené à la convocation de l’ambassadeur de Seattle auprès des Nations des Américains d’Origine. Le gouverneur Julius Strouthers a adressé suite à cela un memo incendiaire au Département d’État et au Département de la Défense, ce qui a fait passé les relations entre Darcy et le gouverneur de froides à polaires.
    > Lost in Space

    o Le vice-amiral John Lienhard a proposé récemment d’étendre la base navale d’Everett vers le sud et l’est par expropriation, en visant notamment un certain nombre de terrains sans propriétaire ou abandonnés suite au Crash. Ces propositions ont mécontenté un grand nombre de corporations, dont certaines ont rachetés les titres de propriété ou mènent des actions en justice, notamment à cause de leurs propres projets de développement. Lienhard s’est retrouvé ainsi en porte-à-faux avec Banque de Genève, NeoNET, Telestrian Industries et Wuxing (entre autres), qui veulent justement investir massivement dans les zones concernées pour diverses raisons. Si pour l’instant il n’y a pas vraiment d’hostilités déclarées et que le Congrès, seul apte à approuver une telle expropriation, n’a pas encore examiné la question, les acteurs concernés commencent à mener divers runs pour s’informer sur les atouts et les intérêts de chacun.
    > Kay St. Irregular

    o La triade des Quatre-vingt huit contrôle la plupart des activités mafieuses autour et dans la base navale, proposant aux marins leurs augmentations, leurs drogues récréatives, leurs puces, leurs prostituées et toutes autres sortes de loisirs de contrebande. Le Yakuza rêve de croquer une part du butin, mais la police militaire des UCAS demeure très méfiante envers les Japonais, surtout parce que le Japon impérial regarde d’un œil sévère et attentif la seule base militaire des UCAS du Pacifique capable de lancer une attaque sur lui.
    > Fallen Angel


Old Everett est délimitée du reste du district par l’Interstate 5 et Multikeo Boulevard. La grande majorité de la partie urbanisée d’Everett se trouve d’ailleurs à l’ouest de l’Interstate 5. Au sud-ouest d’Old Everett, le quartier d’Edgewater a échappé au désastre d’Everett, grâce à son statut de quartier mi-résidentiel luxueux (ses villas ultra-surveillées étaient destinées aux plus hauts cadres des corporations majeures du district), mi-corporatiste (il abrite un certain nombre de bureaux et de sièges corporatistes). Aujourd’hui encore, Edgewater compte de nombreux gratte-ciels et des projets de développement urbanistique du même genre, même si la perte du cadastre retarde certaines opérations. Situé à l’est d’Edgewater, Darlington a beaucoup plus souffert de la crise. Autrefois vaste quartier pavillonnaire destiné aux classes moyennes supérieures, généralement au sein d’enclaves corporatistes soigneusement protégés, le secteur a vu sa population fondre avec le départ de certaines corporations et la disparition d’autres. À plusieurs endroits du quartier désormais, des communautés de squatteurs se sont établis, généralement parce que la propriété effective est trouble ou parce que les corporations propriétaires ont jugé trop chers de protéger, ne serait-ce qu’à minima, ces pavillons.
Image
  • o Darlington, cependant, n’est pas tant sur la brèche que ça. Maintenant que la crise est passée et que certaines corporations formulent des projets d’investissement, les propriétés pourraient bien atterrir dans d’autres mains. Brackhaven Investments, Banque de Genève, Wuxing et Telestrian Industries commencent à s’intéresser à des rachats, afin de les réhabiliter à destinations d’autres corporations ou pour les leurs. Les corpos, plutôt que de se tirer dans les pattes, ont décidé de procéder à un partage relativement équitable du gâteau, laissant sur la touche Monobe et Ares, eux aussi intéressés dans l’affaire. Préparez-vous à de l’action, car je doute que les deux corpos vont laisser ça passer.
    > Fix That


Enfin, tout à l’est et longeant l’Interstate 5, le quartier de Beverly Park a préservé l’essentiel de sa faune économique et de ses habitants. Principalement composé de résidences corporatistes et de petites communautés fermées destinées aux classes supérieures et moyennes, Beverly Park comporte aussi de nombreuses installations de Monobe, d’Ares, de Thomas Lake Mining & Oil et Dadson Vision Entertainments (une A californienne, spécialisée dans le simsens), ainsi que des corporations locales spécialisées dans la recherche fondamentale, l’électronique, le software et les services. Même si le marasme a aussi touché le quartier, son impact a été globalement limité par la vigilance de nombreuses corporations. Beverly Park s’étend très loin vers le sud, allant jusqu’à Intercity, et longeant à l’ouest d’abord Darlington, puis Federated-Boeing Everett Facilities et enfin Casino Corner. Ce dernier quartier abrite de nombreux casinos, boutiques et hôtels, et demeure l’un des endroits les plus attractifs d’Everett. La crise a partiellement entamé la fréquentation des habitants d’Everett, mais le quartier a une excellente santé économique.

  • o Beverly Park comporte l’un des plus célèbres bars à runners du métroplexe, l’Ebey’s Bar in Exile, à l’intersection de Beverly Park Road et Gibson Road. L’Ebey’s Bar original se situait à moins d’une borne de là, sur Airport Road. Tenu par l’inestimable Jenny Ebey, l’endroit était un véritable havre pour tous les gens des Ombres d’Everett dans les années 2040 et 2050. Il a été brusquement fermé quand les vagues corporatistes commencèrent à déferler pour « réhabiliter » Everett. Ebey commença alors à migrer d’endroit en endroit, adoptant le nom de « Ebey’s Bar in Exile ». Après le Crash 2.0, l’établissement s’installa finalement sur Beverly Park Road, dans un ancien complexe de bureaux corporatistes (car Ebey possède un certain sens de l’ironie). Maintenant, l’endroit tourne de nouveau à plein régime, et vous pouvez y trouver une sélection de ce que Seattle fait de mieux (ou de pire) en termes de shadowrunners, s’envoyant les breuvages diaboliques d’Ebey tout en parlant business. Si vous voulez y accéder, demandez-moi en privé, je vous passerai une invitation. Par contre, vous êtes responsable de votre comportement sur place.
    > Pistons

    o Le Casino Corner était fermement maintenu sous la coupe de la famille Ciarniello, qui réunit les activités de différents commerces individuels sous le même « toit » financier afin de mieux masquer leur blanchiment d’argent. Depuis un peu plus de dix ans, le Yakuza a empiété petit à petit sur le territoire de la Mafia, s’immisçant grâce à des commerces que la Famille ne touche pas, comme les salons bunrakus ou des services illicites plus chauds... Certes, le Yakuza doit manœuvrer finement, car la Mafia lui fait payer de son sang chaque nuyen perdu.
    > Pepper

    o Les deux établissements actuellement phares du Casino Corner sont le Garden of Eden et le Shangri-La. Les deux appartiennent tous les deux à un « entrepreneur indépendant » : Alex Harrison. Ce dernier est apparu comme par magie après le Crash 2.0, dans le milieu des années 2060, avec un CV qui a tout du préfabriqué de toutes pièces. Il gère ses enseignes avec une attitude très conservatrice, gardant ses établissements dans l’ensemble libres de toute amélioration RA et autres distractions. Il semble aussi tenir à son indépendance, gardant son business loin des mains du crime organisé du district. Jusqu’ici, il paraît jouir d’un bon réseau de contacts dans les Ombres, et possède assez de liquidités pour le maintenir. Seul le temps nous dira si cela va durer.
    > Mr. Harlan

Image
Parlons maintenant justement de Federated-Boeing Everett Facilities. Cette vaste enclave corporatiste appartient depuis très longtemps à Fed-Boeing: c’est même leur usine historique. L’enclave s’est notablement agrandie depuis les années 2040 et les succès de Fed-Boeing. C’est dans ces usines que sont assemblés les avions gros-porteurs et les navettes spatiales qui valent à la corporation sa renommée mondiale. Ce site compte dix usines (en plus des machines d’assemblage et des ateliers), dont cinq réunies sous le même toit, celui d’un des bâtiments les plus grands au monde, qui accueille les chaînes d’assemblage du colossal Boeing 828. Partout autour de ces usines et des pistes d’atterrissage de Paine Field, se déploie un immense lotissement résidentiel corporatiste surnommé « Boeingville ». L’entreprise équipe et aménage certains des condos et des appartements destinés à ses employés du site, qu’elle fournit aussi en commodités et autres loisirs, selon les clauses de leur contrat. Federated-Boeing Security assure les services de police et de secours au sein de cette communauté corporatiste, ce qui fait de Boeingville l’une des banlieues les plus propres et les plus sûres de Seattle.

  • o Cette volonté affichée de Fed-Boeing de fournir des logements de fonction aussi proches des usines à tant d’employés provient du caractère éminemment sensible de ceux-ci. Chacun des employés bossant dans ces usines, en raison de ses compétences et de ses connaissances, et même s’il ne s’agit que d’un pauvre électronicien, présente une valeur importante en travaillant sur les projets phares et juteux de Boeing. Saeder-Krupp, Ares, Mitsuhama, Aérospatiale SA, Sikorsky-Bell et Lockheed Corporation, tous des cadors de l’aérospatiale, sont très intéressés par la possibilité de récupérer ces personnels compétents et porteurs de certains secrets industriels. Les employés en question vivent donc dans cette communauté corpo, envoient leurs enfants dans des écoles corpos, font leurs courses dans les boutiques corpos et s’offrent parfois une sortie nocturne dans le centre commercial et de loisirs corpo, où ils dépensent leur salaire qui n’est valable que chez Federated-Boeing. De temps à autre, la corporation permet à certains de sortir de cette prison dorée, mais toujours sous étroite surveillance.
    > Springfield

    o Les cadres, eux, vivent en général en dehors de Boeingville, dans des logements tout aussi sécurisés. Vu qu’ils ont plus souvent besoin de se déplacer, leur présence à Boeingville n’est ni importante ni stratégique. Certains cadres intermédiaires et ingénieurs systèmes vivent cependant au sein de Boeingville, profitant des pavillons situés à l’extrême-sud de l’enclave.
    > Mr. Bonds


o En parlant de ça, les endroits comme Boeingville, ainsi que toute la F-B Everett Facility, font un usage intensif des marqueurs RIFD pour déterminer si quelqu’un est autorisé à s’y trouver ou non. C’est pratiquement un État policier. La sécurité peut exiger de voir et vérifier votre identité à tout instant, sans raison apparente, et refuser d’obtempérer peut vous attirer un monde d’emmerdes. Le leitmotiv de l’entreprise est que tout cela est nécessaire à la sécurité, pour protéger ses employés des éventuels dangers extérieurs, mais ces règles sont surtout là pour s’assurer que tout le monde demeure loyal et sache que, si vous effleurez même la pensée de vous enfuir ou de trahir les secrets de la corpo, la sécurité le découvrira forcément.
> Stone

o F-B n’a pratiquement aucun sous-traitant pour ses activités à l’Everett Facilities, si l’on excepte quelques corporations de design liées jusqu’à la moelle au géant de l’aérospatiale, et Ares, pour certaines coopérations militaires. Dans ces deux cas, F-B établit des listes strictement nominatives des personnels liés autorisés à pénétrer au sein de l’enclave, et toute nouvelle tête subira une tonne de vérifications, ce qui fera tomber votre couverture trop rapidement pour être d’une quelconque utilité – sauf si vous avez un truc particulièrement béton, parce que je peux vous dire que même le vol d’identité peut s’avérer extrêmement délicat. Donc, si vous préférez éviter de vous la jouer à la Joey Allen, une dernière solution existe : être embauchée comme prostituée par la corporation. Fed-Boeing a bien entendu ses propres prostituées corporatistes, mais ils doivent gérer aussi bien certaines demandes de leurs cadres que les périodes de sursollicitation de leurs employés (qui ont lieu lorsqu’un prototype doit être réalisé ou qu’une grosse commande a été passée). Du coup, ils embauchent des « intermittents » pour satisfaire à la demande temporaire, ce qui peut être une porte d’entrée très intéressante. Bon, après, le rôle peut ne pas plaire à certain(e)s ; mais c’est probablement la solution la plus facile que je connaisse.
> Miss R.

o Oui, enfin, ça dépend après de comment vous jouez votre rôle. N’est-ce pas Firefly ?
> OnePunchMan

o Oh, ça va. Ce troll n’a pas été si désagréable que ça. Mais j’avoue que les premières minutes, ce n’était quand même pas facile.
> Firefly

o ( ͡° ͜ ʖ ͡°)
> Mytho Man

o ( ͠°∀ °)
> GWL [/list][/size]

Au nord-est, la Federated-Boeing Everett Facilities est bordé par le quartier de Multikeo, un quartier corporatiste relativement épargné par la crise. Même si de nombreux procès ont lieu pour débattre de la propriété des résidences du quartier, la propriété des installations corporatistes a été peu contestée. Monobe et Telestrian Industries, très présents dans le quartier, entretiennent des bureaux et divers centres pour leurs services sur Seattle. Outre cela, Multikeo abrite une importante partie de l’Everett Marina. Le quartier de Nelson’s Corner, situé au sud-est, est lui plus sinistré. Composé en grande partie d’installations portuaires, la chute de l’activité maritime et la crise à Everett ont sérieusement porté un coup à l’économie locale. Le quartier est durement frappé également par la perte du cadastre électronique. Quant à la partie résidentielle de Nelson’s Corner, autrefois située à la frontière avec le Federated-Boeing Everett Facilities, elle est désormais pratiquement déserte. Autrefois une paisible banlieue résidentielle destinée aux classes moyennes composé de nombreux pavillons et petites résidences, elle fait l’objet d’une guerre sans fin entre les banques, les anciens propriétaires, les vautours de l’immobilier et plusieurs mégacorporations intéressées par des perspectives de développement économique dans l’endroit.

  • o Ce vaste micmac empêche toute progression dans le règlement de la crise, chaque partie lançant procès sur procès pour obtenir gain de cause. Si Multikeo s’en sort bien, la situation de Nelson’s Corner fait rire les juristes de tout Seattle. On estime qu’actuellement, près de 1 300 affaires sont pendantes devant l’Everett District Cour, un chiffre ahurissant au regard de la taille du quartier. Toutefois, des mégacorporations comme Telestrian, Wuxing et Federated-Boeing ont d’énormes intérêts en jeu, ce qui explique la « bataille de Nelson’s Corner ».
    > Mr. Harlan


Entre la State Road 9, l’Interstate 5 et la State Road 95, en dessous de Beverly Park, le quartier d’Intercity est aujourd’hui au fond. Autrefois un quartier populaire, il était en voie rapide de gentrification et un certain nombre de corporations, locales ou non, construisaient des bureaux, des centres de recherche et des entrepôts sur place. La crise qui suivit le Crash anéantit tous ces efforts, et aujourd’hui, Intercity comporte des dizaines de chantiers à l’arrêt et des résidences vides de tout habitant. Aucune corporation ne s’est finalement installée suite à la débâcle financière, et les terrains sont empêtrés dans des conflits légaux, comme c’es souvent le cas. Fairmount, situé à l’ouest de l’Interstate 5 et au sud de la State Road 99, s’étend jusqu’à Lake Stickney. Vaste quartier résidentiel destinée aux classes moyennes, bénéficiant de vastes espaces verts et de zones encore non-bâties, la construction s’est brutalement arrêtée avec la crise économique. Fairmount comprend à son centre des installations corporatistes d’Ares, de Mærsk, de Monobe et de Telestrian Industries, mais aussi quelques corporations locales et l’immense centre commercial de l’Everett Beacon Mall à son sud.

  • o La situation d’Intercity est catastrophique, en vérité. La majorité des anciens habitants ont quitté l’endroit, généralement contre une bouchée de pain. Ceux qui sont restés se sont retrouvés piégés dans un quartier en crise, sans espoir de véritable sortie puisqu’avec la crise est arrivé le chômage et la perte de leurs emplois. Les squatteurs ont envahi le quartier, et du coup, les SINners se sont retrouvés avec une meute de camés, de sans-domiciles fixes et de délinquants dans leurs rues. Pas forcément la situation la plus sympa qui existe.
    > Pepper

    o Les deux catégories sont victimes du système, Pepper. Ces camés, ces sans-domiciles fixes, ces « délinquants », comme tu le dis si bien, ce sont ceux qui n’ont pas réussi à s’extraire de la fange. Oublierais-tu à qui tu parles, le nain ?
    > FailedSystem

    o Je suis réaliste et je me considère pas comme l’une de ces vermines, Fidel Castro. Je considère pas que se camer, tabasser la première fille venue pour la violer parce qu’on est chargé comme un bombardier au Yucatan, ou poignarder un mec pour quarante nuyens, ce soit permis par une situation de détresse ou la consommation de novacoke. Et tant pis si ça heurte tes bons sentiments de tapette.
    > Pepper

    o Du calme, les enfants. Je vous rappelle que vous êtes dans mon système et qu’en y entrant, vous avez acceptés de tolérer les autres et d’éviter les invectives personnelles. Si vous avez plus à vous dire, je vous invite à le faire en privé.
    > Facet

    o Concernant l’Everett Beacon Mall, il a été récemment agrandi et forme probablement le plus gros complexe commercial du métroplexe. Bien qu’il draine un certain nombre de gars d’autres districts, il est à la peine économiquement. Ces agrandissements impliquent aussi l’installation d’une nouvelle couverture de surveillance par des systèmes experts, couplée à des contrôles en ligne réguliers, mais aussi des gardes en uniforme armés de matraques et de balles en caoutchouc et de grandes portes pouvant sceller hermétiquement certaines zones du centre en cas d’urgence. Dans les faits, le centre est une vraie forteresse, de sorte que l’on ne peut que se sentir en sécurité quand on vient y faire du lèche-vitrine... Enfin, c’est d’ailleurs l’activité la plus facile à faire : l’Everett Beacon comprend de nombreuses vitrines vides, à cause de la crise. De nombreux emplacements restent vacants, malgré tous les efforts déployés par l’association du Mall pour les remplir.
    > Oliver Tweet


Situé au sud de Nelson’s Corner et de la Federated-Boeing Everett Facilities, et à l’ouest de la State Road 99, Serene est un vaste quartier de loisirs encore non-bâti, centré autour du Serene Lake et comprenant des parcs de loisirs et des centres de repos administrés par Monobe, Telestrian Industries, Regency MegaMedia et Gaeatronics. Gaeatronics y a également un important centre de production d’énergie renouvelable, et exploite deux sources d’eau pour sa marque Gaea’s Gift. Ils ont également un centre de recherche et de développement sur place, travaillant sur le stockage de l’énergie. À l’est de la State Road 99 et au sud de Fairmount, Lake Stickney est centré autour du lac éponyme. Peu peuplé, il comprend une vaste forêt exploitée par Gaeatronics afin de fournir le métroplexe en bois, un complexe minier de Thomas Lake Mining & Oil, et des installations corporatistes de Telestrian Industries spécialisées dans les biotechnologies.

  • o Les installations de Gaeatronics à Serene et Lake Stickney sont généralement très grandes. Bien qu’il soit facile d’y entrer, je vous conseillerai de la préparation : des patrouilles lourdement armées y circulent, et des paracréatures sont lâchées entre la clôture intérieure et la clôture extérieure. Alors, si vous franchissez les barrières électrifiées couvertes de monofilaments et autres pièges vicieux, évitez de crever comme une pauvre merde en vous faisant bouffer par une meute de chiens de l’enfer ou une connerie du même goût.
    > Firefly


L’extrême-sud du district est composé de villes principalement résidentielles, et généralement plutôt riches. Norma Beach, situé au sud-ouest de Serene, est un quartier principalement corporatiste avec des résidences pour les personnes les plus aisées d’Everett. Comprenant des studios de Dadson Vision Entertainments, mais aussi des bureaux et des usines d’Universal Omnitech et de Federated-Boeing, l’endroit comporte des condoplexes luxueux pour les hauts cadres. Norma Beach n’a pas vraiment souffert de la crise économique. A contrario, sa voisine située au sud, Meadowdale, est passé d’un quartier luxueux à un quartier sur le déclin. Comprenant un grand nombre d’institutions corporatistes d’éducation, des installations de Dadson Vision Entertainments, des centres de recherche, et des bureaux assurantiels liés à Mærsk et à Monobe, Meadowdale comprenait des communautés fermées extrêmement appréciées des cadres les plus riches et des retraités corporatistes. La baisse de l’activité économique a entraîné le départ de nombreux hauts cadres vers d’autres quartiers voire d’autres districts. La construction s’est arrêtée, tandis que Monobe, principal fournisseur d’emplois et de fonds du quartier, s’est empêtré dans des conflits juridiques sans fin à propos de certaines propriétés. Sans subir le sort d’autres quartiers, Meadowdale n’a plus vu le moindre investissement majeur depuis bientôt cinq ans.

  • o Monobe commence à montrer un certain agacement à propos de Meadowdale, où la corporation a largement investi, et se retrouve aujourd’hui poursuivi par de nombreux anciens propriétaires, mais aussi Wuxing, Telestrian Industries et une dizaine de promoteurs locaux. Si Monobe ne lâche pas l’affaire, c’est que de nombreux investissements d’une grande valeur pour la méga ont été fait, notamment dans le domaine de l’enseignement, de la recherche et du bâtiment. Tout cela, elle ne peut le déplacer en une nuit. Toshio Mitsukuri, le patron de Monobe Seattle, a néanmoins publié un memo pour « prendre toutes les mesures nécessaires ». Je vous garantis que les runs vont bientôt pleuvoir.
    > Ayumi

Image
Keeler’s Corner, situé à l’est de Norma Beach et Meadowdale, au sud de Lake Stickney, reste un crève-cœur pour Everett. Autrefois un large repaire de squatteurs, un vaste projet d’aménagement avait commencé sous l’égide d’un consortium réunissant Ares, Brackhaven Investments et Monobe. Un Crash plus tard, toutes les constructions ont été abandonnées et les squatteurs se sont réinstallés, entraînant le départ des habitants fraîchement installés. C’est depuis une zone de non-droit, mais pour les shadowrunners, elle présente un intérêt majeur : c’est plus ou moins un marché à ciel ouvert de la contrebande, les locaux vendant par petites quantités ce qu’ils achètent auprès de transporteurs indépendants et des gros poissons du crime. Si vous trouverez essentiellement des puces, de la came, des armes de poing et du matos illégal de qualité faible ou moyenne, certains vendeurs proposent de bonnes surprises.

  • o Keeler’s Corner, c’est l’un des endroits où flâner si vous voulez dégotter de bonnes affaires. Le Lotus jaune et la Famille Ciarniello contrôlent une bonne partie du trafic, et l’alimentent par leurs propres moyens. Si, essentiellement, c’est des trucs assez inintéressants pour les runners (il y a quantité d’endroits où vous choperez des Ares Predator qui ne seront pas des contrefaçons, pour un prix à peine plus élevé), certains trucs revendus peuvent être difficilement trouvables ou vendus à des prix bien inférieurs à leur véritable valeur. C’est notamment le cas pour les pièces détachées pour les voitures et le cyberware.
    > Meritori

    o Attention si vous vous y promenez seuls. Pas mal de lascars pourraient décider que votre équipement peut rejoindre leurs propres étals.
    > Slamm-0!


Lynwood, situé au sud de Keeler’s Corner, est une communauté dynamique. Certes, des chantiers sont à l’arrêt et des propriétés restent abandonnées, mais l’activité économique reste importante et des projets commencent à relancer. Mélange de résidences, de pavillons, de petites corporations, d’installations de Gaeatronics et de bureaux de Mærsk, Lynwood entretient une forme détonante à Everett. C’est un véritable royaume des classes moyennes. Tout au sud, Alderwood Manor s’adresse aux classes moyennes supérieures et aux classes supérieures. Elle comprend un petit centre commercial, l’Alderwood Mall, ainsi que des bureaux de Thomas Lake Mining & Oil et d’Universal Omnitech. Telestrian Industries, en outre, mène de vastes opérations de développement immobilier.

  • o Les deux quartiers sont des bastions de l’Humanis, depuis la nuit de temps. La crise économique a amplifié le phénomène et les locaux tiennent soigneusement à ce que les « oreilles pointues », synonyme de délinquance et de criminalité à leurs yeux, restent de passage.
    > Fatima

Image
À l’ouest de Lynwood et de Keeler’s Corner, et au sud de Meadowdale, l’ancienne ville d’Edmonds s’étend paresseusement. Autrefois prospère, mélange d’infrastructures portuaires, de banlieues résidentiels mi-pavillonnaires mi-collectives et de petites corporations locales spécialisées dans le transport, la logistique et les services maritimes. Mærsk et Telestrian, mais aussi Wuxing, Evo et Aztechnology dans une moindre mesure, ont de grosses activités ici. Federated-Boeing a aussi quelques unités de construction. Si l’économie d’Edmonds a majoritairement survécue, le chômage s’est élevé et un appauvrissement de nombreux habitants s’est constaté. Ajoutons à cela des problèmes de délinquance, et on comprend pourquoi Edmonds s’est majoritairement ralliée à Brackhaven et à sa quête pour la conquête du pouvoir de Seattle. Perryville, ancien quartier des classes moyennes inférieures et situé au sud d’Edmonds, a subi pour sa part de plein fouet la crise et comprend un taux de chômage démentiel de 31 %. Autrefois prospère et comportant de nombreuses installations corporatistes, il a vu la plupart de ses activités économiques disparaître ces dernières années. La descente en enfer économique des habitants a entraîné une augmentation des tensions raciales et des crimes haineux. Le gouverneur Strouthers s’est dit lui-même « particulièrement préoccupé » et a demandé à la Lone Star de sévir, ce qui s’est traduit par une vague d’arrestations. Toutefois, la situation continue d’être problématique.

  • o « Problématique » ? J’aime ton sens de la formule Ilwaco, et ça se voit que tu n’as jamais foutu les pieds là-bas. Les familles d’elfes et d’orks qui vivent là-bas sont victimes quotidiennement d’agressions et d’intimidations menées par les salauds de l’Humanis, avec la complicité tacite des habitants et sous le regard passif de la Lone Star. Les flics de la Star ne font que des arrestations cosmétiques et mènent avec une lenteur soignée les enquêtes, en partie parce qu’un certain nombre de gars affectés vivent à Perryville et sont aussi racistes que les autres. Si on en entend moins parler, c’est parce que les hommes du commissariat local ont demandés d’être moins « expressif » à l’Humanis.
    > Slamm-0!

    o Mothers of Metahumans a soulevé ce problème de faire intervenir des policiers locaux, mais la Lone Star a elle-même intérêt à étouffer l’affaire. Vu leur position actuelle, ils n’ont pas besoin d’un scandale supplémentaire liant ses hommes à des exactions racistes. Ils nient fermement le côté partisan de leurs citoyens et se contentent de sévir en interne contre les bavures les plus gênantes – généralement grâce à des shadowrunners.
    > Fatima


Maintenant que nous avons parlé de ce qui se trouvait à l’ouest de l’Interstate 5, parlons de ce qui se trouve à l’est. La partie est d’Everett, en effet, n’a pas été touchée par le développement urbain et reste très rural. Situé entre l’Interstate et la Snohomish River, Lowell a subi le mal d’autres quartiers d’Everett : en pleine rénovation urbaine après en avoir chassé les squatteurs, le Crash a arrêté tous les projets et permis le retour de ses anciens habitants. C’est une zone très mal famée, abritant de nombreuses maisons de passe peu chères, et faisant l’objet d’une guerre acharnée entre la Mafia et le Yakuza. À l’est de Lowell, il s’étend tout un ensemble de fermes de soja contrôlées par Ingersoll & Berkeley, jusqu’au quartier d’Eby Slough, comprenant de nombreux centres de recherche d’Universal Omnitech, des fermes d’Aztechnology et des serres de Telestrian Industries. Pinehurst, ancienne ville rattachée à Everett avant même la formation du métroplexe, comporte des pavillons vieillissants et quelques résidences collectives corporatistes destinées aux citoyens corporatistes les moins importants. Le quartier, décrépi, devait faire l’objet de rénovations, ce qui ne s’est jamais passé en raison du Crash. Au sud de Pinehurst et de la Snohomish River, il s’étend un grand nombre de fermes, notamment aquatiques, possédées par Aqua Arcana, Aztechnology et surtout Ingersoll & Berkeley. Quelques fermes indépendantes subsistent, mais l’économie en chute libre d’Everett a tué la plupart de celles existant avant le Crash.

  • o Ces fermes abandonnées ont généralement étés colonisées par des squatteurs et sont des planques idéales. Les corpos, à l’origine, se sont ruées sur ces fermes avant d’avoir quantité de problèmes suite à l’évaporation du cadastre. Du coup, il y a une sorte de flou légal autour de leur véritable propriétaire, et la Lone Star préfère ne pas y intervenir dans l’attente d’une clarification juridique sur leur réel propriétaire (et donc si l’extraterritorialité s’y applique). Et vu qu’actuellement, les corporations n’ont guère d’intérêt économique à les réhabiliter et les relancer, elles ne se préoccupent pas vraiment de la rapidité des procédures. Si vous proposez un peu d’argent ou d’aide aux squatteurs, ils vous accueilleront sans problème.
    > Schtiel


Vision Acres, très forestier et agricole, s’étend de Pinehurst au nord-ouest jusqu’à la frontière du district, et est arrêté au sud par Larimer Road. Elle abrite principalement des installations corporatistes d’aquaculture, mais aussi quelques centres de recherche d’Universal Omnitech et des centres miniers exploités par Thomas Lake Mining & Oil. En descendant, Silver Lake propose un cadre champêtre, avec des centres de loisir exploités par Horizon, VisionQuest et Regency MegaMedia. Telestrian Industries et Universal Omnitech exploitent des fermes céréalières ici, tout comme Gaeatronics a des activités en matière de bétail non-génétiquement modifiés. Toutle, plus bas, est composé de quelques zones résidentiels pavillonnaires et d’exploitations minières de Thomas Lake Mining & Oil. Enfin, le quartier de Martha Lake, situé le plus au sud, est une destination touristique appréciée ; il comporte de nombreux clubs de pêche, mais aussi de sportifs. Monobe possède également sur place des installations corporatistes, destinées à la fabrication d’un certain nombre de bioware.
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » ven. 15 juil. 2016 20:55

Renton.

[tableborder="1"][tr][td]RENTON EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Maire : Samuel Usinki (Parti républicain, anciennement Parti archiconservateur).
  • Superficie: 249 kilomètres carrés.
  • Population : 218 000 habitants.
    • Humains : 65 %.
    • Elfes : 10 %.
    • Nains : 2 %.
    • Orks : 20 %.
    • Trolls : 1 %.
    • Autres : 2 %.
  • Densité de population : 840 par kilomètre carré.
  • Revenu annuel moyen par habitant : 90 000 ¥.
  • Taux d’affiliation corporatiste : 68 %.
  • Hôpitaux et cliniques : 13.
  • Circonscriptions électorales : 5.
  • Éducation :
    • Niveau collège : 19 %.
    • Niveau lycée : 43 %.
    • Enseignement supérieur : 26 %.
    • Masters et doctorats : 12 %.
  • Principales installations corporatistes : Ares Macrotechnology Incorporated, Brackhaven Investments, Federated-Boeing, Horizon, Yakashima Technologies.
  • Principaux syndicats du crime : Familles Finnigan et Gianelli (Mafia), Shotozumi-gumi et Shigeda-gumi (Yakuza).
  • Principaux gangs : Blood Mountain Boys, Night Hunters.
[/td][/tr][/table]

Même si beaucoup l’appellent « l’appartement de Seattle », Renton est bien plus qu’une banlieue-dortoir, faite de condoplexes et de résidences où nombre de citoyens du métroplexe rentrent se reposer après une longue journée de travail (quel que soit ce travail). Renton englobe aussi les plus hauts sommets de Seattle, offrant ainsi aux randonneurs des vues spectaculaires par temps clair. Sa vie nocturne est réputée, tout comme ses nombreux parcs et lacs. Renton est entouré par les autres districts de Seattle sur trois côtés : Bellevue et Redmond au nord, Downtown et Tacoma à l’ouest et Auburn au sud. À l’est, on trouve le Conseil salish-shidhe. En dépit de sa démographie en pleine expansion, le district a su conserver sa beauté naturelle. Un ruban de collines verdoyantes le traverse du sud-est au nord-ouest, comportant Cougar Mountain et Tiger Mountain, deux des plus hauts sommets de la région. On y retrouve aussi quantité de petit lacs, dont le plus vaste, le Young Lake, fait plus de deux kilomètres de long.

Culturellement, la population de Renton affiche un mélange éclectique d’origines allemandes, scandinaves et asiatiques (dont des Chinois, des Japonais, des Coréens et des Philippins). Les métahumains représentent environ trente-cinq pour cent des habitants, avec une importante communauté orke. Et c’est là que le bât blesse : Renton, en tant que plus gros bastion de l’Humanis à Seattle, voit ce développement de la communauté métahumaine comme une menace. Sous le mandat de la gouverneur Marylin Schultz, les velléités anti-métahumaines des habitants furent mises en sourdine par une politique volontariste et d’importants relais dans l’administration. La disparition de la gouverneur Schultz dans la catastrophe de l’ex-arcologie Renraku marqua une hausse des pratiques anti-métahumaines et des tensions raciales, tandis que les successeurs de Schultz se montrèrent indifférents (Lindstorm) ou inefficace (Strouthers) dans leur gestion du problème. Et vu le taux de natalité des orks, le problème ne devrait que croître : après tout, les diatribes alarmantes du type « les orks veulent votre job / terrain / maison / femme / etc. » sont un slogan connu et utilisé par les connards de l’Humanis depuis longtemps, bien même avant la Nuit de la rage.

  • o Je n’ai pas de mots assez durs pour qualifier la situation de Renton. Comment peut-on soutenir majoritairement l’idée que son voisin de pallier, sous prétexte qu’il a des oreilles pointues, doit être haï ? Toute cette connerie me dépasse et me débecte.
    > Rionecrip

    o Depuis la Nuit de la Rage, l’Humanis a cependant évolué. À l’époque, son influence était si grande qu’il était impossible de différencier un membre chevronné d’un simple sympathisant, car tout simplement la grande majorité des humains supportaient le policlub Humanis et fermaient les yeux. Pourtant, le mouvement a perdu de son ampleur lorsque les feux se répandirent sur le front de mer. D’un seul coup, les gens se sont écriés : « Qu’est-ce qu’on fout ? Qu’est-ce qu’on laisse faire ? » Cet évènement a finalement mis à bas l’influence de l’Humanis à Seattle pendant de nombreuses années, tout simplement en montrant aux gens que les métahumains souffraient et mourraient comme les autres. L’Humanis ne pouvait plus prospérer sur son credo d’auparavant, en dénonçant simplement les « mutants ». D’une bande organisée de lyncheurs, l’Humanis est passé à un groupe d’intérêt politique bien établi, étendant son influence en rendant service aux communautés humaines, d’une manière qui rendrait le Yakuza jaloux.
    Il est parvenu, en vérité, à distiller l’idée que « soutenir l’humanité » était un devoir et un droit civique, en faisant apparaître les métahumains comme des criminels en puissance ou des victimes pleurnichardes qui tentent de priver les humains classiques de leurs droits civiques tout en bénéficiant d’aides financières disproportionnées. Toute cette propagande a permis à l’Humanis de devenir une force politique majeure en Amérique du Nord, même son influence est fluctuante. Alors qu’actuellement l’Humanis est sur la pente descendante aux UCAS, le chapitre de Seattle, le plus puissant d’Amérique du Nord, a gagné énormément en influence (et Dieu seul sait qu’elle était importante auparavant). La victoire de Kenneth Brackhaven à l’investiture républicaine en est bien le signe. L’avenir est bien sombre, car croyez-moi, il suffit de quelques minutes à n’importe quel métahumain, en se baladant à Renton, pour s’imaginer le futur de Seattle si Brackhaven était élu.
    > SPD

    o Il faut noter que Brackhaven n’est pas un membre officiel du policlub Humanis, même si les liens qu’il entretient à son égard sont plutôt clairs : durant la jeunesse du gouverneur, son oncle Karl était à la tête de l’organisation.
    > Kay St. Irregular

    o En vérité, je me demande comment la propagande de l’Humanis peut encore avoir un effet sur les gens intelligents. Je pense qu’il manque à tout membre actif du policlub Humanis au moins un hémisphère cérébral.
    > FailedSystem

    o J’ai l’impression, personnellement, que les gens de l’Humanis sont les prototypes aboutis de nos concitoyens, qui craignent tout ce qui ne leur ressemble pas et préfèrent vivre entre gens du même milieu. Pour les uns, c’est vivre sans ces dégoûtants SINless, tous ces pauvres qui pourraient leur faire du mal ; pour les hommes de l’Humanis, c’est plus restreint, et la peur et le dégoût se transforme en véritable haine.
    > AnarRator

    o Personnellement, je ne pense pas que les membres de l’Humanis puissent se réduire simplement à leur stupidité ou à une haine de classe. Le phénomène n’est pas réductible à une simple sensation d’ « anormalité » provenant des tripes ou à une médiocre intelligence. C’est à mon avis quelque chose d’une nature plus consciente, face à un monde changeant.
    > Good Samaritan

    o Personnellement, je trouve que nous avons la chance de vivre dans un pays à peu près civilisé. Ceux qui me connaissent savent que je viens du Califat d’Arabie, mais qu’avant d’arriver en Amérique du Nord, j’ai longtemps runné en Iran. Chez moi, les métahumains ont pleinement acceptés à partir des années 2030, car les oulémas se sont rapidement prononcés sur le fait que les métahumains étaient bels et bien humains. Ils ont insisté sur le fait que c’était avant tout des musulmans et qu’ils méritaient à ce titre le respect dans leurs existences. Je haïs profondément le régime des Saoud et leur islam préhistorique, véritable insulte au Coran et à l’œuvre du Prophète, mais je ne saurais les accuser d’intolérance envers les métahumains. Évidemment, vous pouvez toujours trouver des arabes racistes, mais les crimes racistes sont durement châtiés par le Mudaween, la détestable police religieuse du Califat, en ce qu’ils concernent une « atteinte à l’ordre divin », à la manière de la sodomie (!).
    Au contraire, les mollahs iraniens n’ont jamais eu la même unanimité autour de la question métahumaine. Dans les années 2040, la loi a finalement protégé les métahumains, mais il n’y a jamais eu de prise de position aussi ferme en faveur des métahumains. J’ai déjà vu des Iraniens se presser contre un ork, un nain ou un elfe, hurlant qu’il était « pratiquant de la magie noire », avant de le lyncher sous l’œil complice des Pasdarans. Et vous voulez que je vous dise ce que je pense de tout ça ? Je pense que ces gens ne sont pas cons, loin de là. Ce sont juste d’immondes connards, la variante la plus primitive et haïssable de l’être humain, dénué de toute compassion et discernement, tuant car la meute a vu quelque chose qui lui déplaît. Les hommes de l’Humanis ne sont qu’une variante plus civilisé de ces lyncheurs. Ils ne peuvent pas lyncher car tous condamnent la Nuit de la Rage. Alors, ils font différemment pour exclure les métahumains et saper leurs droits, les mettre dans une position d’infériorité, jusqu’au moment où personne ne pourra plus les défendre. En soi, ils sont bien plus nuisibles et dangereux que ces bandes de lyncheurs. Ils sont au stade supérieur de la sauvagerie, celle qui est organisée, celle d’Hitler, du Japon impérial avant 2061, de l’Aztlan au Yucatan et de Deborah Jim… Ne vous y trompez pas : ces gens sont des bêtes immondes, simplement déguisés sous des atours humains pour les rendre plus présentables. Ils ont l’intelligence de la bête, et les considérer comme stupides, cela revient gravement à les sous-estimer.
    > Mytho Man

    o Wouah.
    > DataJack-in-the-Box

    o Oui, je peux être aussi sérieux. Tu me fais un câlin ? ^^
    > Mytho Man

    o Si je te rencontre, je crois que oui.
    > DataJack-in-the-Box

    o Je rappelle que nous sommes sur ShadowSEA, pas sur MeetTime les enfants.
    > Slamm-0!

    o L'amour est un bouquet de data-violettes après tout.
    > Pistons

    o Je vais le dire sans détours : je ne supporte en rien le policlub Humanis, ni aucune forme d’idée faisant l’apologie du racisme. Mais je pense que c’est une erreur de dépeindre ces gens comme des ploucs bas du front. C’est une incompréhension fondamentale de ce qu’ils sont en vérité, et cela sous-estime ce dont ils sont capables, ce qui leur permet justement d’accéder à des positions d’autorité. En vérité, comme l’a souligné le politologue norvégien Stein Rokkan au début du siècle, les principaux supporters des mouvements extrémistes de l’époque étaient des « perdants » de la mondialisation naissante, ce qui était menacés dans leurs traditions, leurs normes et leur vie quotidienne par l’arrivée des migrants. Les gens de l’Humanis sont ces « perdants », qui se croient menacés par les métahumains, car eux-mêmes sont bien intégrés dans la société et bénéficient de positions socialement enviables. La majorité des activistes de l’Humanis sont peut-être haineux, mais vous croiserez majoritairement des gens éduqués, à la vision certes déformée du réel, mais bels et bien éduqués et intelligents. Et je pense tant qu’une majorité d’entre nous n’auront pas compris cela, alors il sera difficile d’endiguer le phénomène de l’Humanis.
    > Oliver Tweet

    o Personnellement, si vous voulez mon avis, alors que beaucoup de monde dépeint l’Humanis et ses membres comme des gens emplis de haine, ils ne sont en fait, en grande majorité, que des personnes animées par la peur. Et pas seulement la peur de ce qui est différent, nouveau ou étrange comme l’évangéliste moyen qui vomit sa haine contre les homosexuels, mais une peur bien tenace que leurs coutumes, leurs croyances, même leur espèce et leur monde, deviennent obsolètes. Tout le monde parle du « Sixième Monde » ou de l’ « Ère de l’Éveil ». Les métahumains clament que « leur » époque est venue, et les éco-activistes en rajoutent sur le fait que les Éveillés bénéficient de faveurs spéciales de la Terre mère et sauront survivre aux changements qui s’annoncent. C’est trop à supporter pour des gens qui crèvent de peur, traumatisés qu’ils ont été par tout ce qui s’est déroulé ces soixante dernières années. Pour mieux gérer, ils transforment donc cette peur en colère et la dirigent tout naturellement vers ces gens que l’on décrit partout comme étant « spéciaux ». Alors, dites ce que vous voulez sur les racistes et les haineux, mais ce n’est pas là une guerre que l’on gagne en attisant leurs peurs. Putain, ce n’est même pas une guerre du tout !
    > Traveler Jones

Image
Carte de Renton (Miniature).
[tableborder="1"][tr][td]LES QUARTIERS DE RENTON EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Christopher : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : A).
  • Cougar Mountain : Aisé et luxe, résidentiel/loisirs/tertiaire (Évaluation Lone Star : AAA).
  • East Hill : Supérieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : AA).
  • East Renton : Moyen, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Four Lakes : Supérieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : AA).
  • Issaquah : Moyen, résidentiel/tertiaire/agricole (Évaluation Lone Star : AA).
  • Kent : Moyen, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Lake Youngs : Luxe, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Maple Valley : Supérieur, résidentiel/tertiaire/agricole (Évaluation Lone Star : AA).
  • Maplewood : Moyen, résidentiel (Évaluation Lone Star : AA).
  • Merideth : Inférieur et moyen, résidentiel (Évaluation Lone Star : A).
  • Mirrormont : Moyen, résidentiel (Évaluation Lone Star : A).
  • Renton : Supérieur et aisé, résidentiel/industriel/tertiaire/loisirs (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Spring Lake : Supérieur et aisé, résidentiel/loisirs (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Thomas : Moyen, résidentiel (Évaluation Lone Star : AA).
  • Tiger Mountain : Aisé, résidentiel/loisirs/industriel (Évaluation Lone Star : AAA).
[/td][/tr][/table]
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » ven. 15 juil. 2016 20:58

Les quartiers de Renton.
Image
Situé sur la pointe sud-ouest du district, Renton, la ville originale, comprend des activités corporatistes et commerciales notables. Renton comprend, à la manière d’autres districts, une immense zone corporatiste de Federated-Boeing, à sa frontière avec Bellevue. Ces installations corporatistes de Federated-Boeing sont spécialisées pour leur part dans la production de drones et la recherche et développement. Outre cette vaste zone corporatiste de Fed-Boeing, Brackhaven Investments a de nombreuses installations à Renton et Ares dispose de vastes installations. La mégacorpo de Detroit dispose de bureaux, mais aussi de la vaste Knight Errant Seattle Training Academy. Cette dernière forme de nombreux hommes de rang et officiers non seulement pour Seattle, mais en fait pour toute l’Amérique du Nord. Outre cette présence corporatiste, Renton comporte son lot de restaurants et de clubs privés, ainsi qu’un vaste centre commercial, le Renton Mall Center, et quelques corporations de services aux personnes. L’habitat du quartier est principalement composé de condoplexes corporatistes, de communautés fermées pavillonnaires appartenant à Brackhaven Investments, et de résidences collectives luxueuses. Bien qu’avec une très forte urbanisation, Renton demeure un quartier avec de nombreux parcs et de vastes zones piétonnes. Globalement, la population de Renton se compose principalement de classes moyennes supérieures et de classes supérieures.

  • o Beaucoup des clubs privés mentionnés par Ilwaco sont réservés, explicitement ou non, aux humains et juste à eux. C’est le genre d’endroits où le policlub Humanis a ses entrées, et dont les propriétaires sont au moins des sympathisants. De nombreux Johnson reçoivent ici, indifférents au cadre idéologique, afin de brouiller les pistes. Mais faites attention quand vous acceptez ce genre d’invitations : il peut s’agir de pièges, notamment si vous nuisez de manière régulière à l’Humanis.
    > Slamm-0!

    o Les zones publiques de la KE Academy ressemblent beaucoup au campus d’une université moderne (et sont, en fait, appelées « le campus » par les cadets). Les zones que la plupart des civils ne verront jamais ont plus l’allure d’une base militaire, avec des parcours d’obstacles et des simulateurs de combat urbains. Knight Errant a ouvert cette académie à Renton voilà près de trente ans. Elle entre dans l’organigramme de la division Nord-Ouest d’Ares North America. Si sa principale utilité est de fournir Knight Errant Seattle en hommes, certains programmes servent à la formation d’officiers ou de membres des unités FireWatch.
    > Mr. Bonds


Le quartier de Maplewood, situé au sud-est de Renton, est un quartier résidentiel pavillonnaire pour classes moyennes. Fairwood, situé dans le prolongement est de Maplewood, est un vaste quartier d’affaires, abritant des installations d’Horizon, de Brackhaven Investments, de corporations financières et de corporations spécialisées dans les services aux corporations. Au sud-ouest de Renton, Kent, comprend la majorité de l’ancienne ville divisée aujourd’hui entre les districts de Tacoma, Downtown et Renton. Au niveau corporatiste, Brackhaven Investments a sur place de nombreuses filiales spécialisées dans la construction, comme Ares a des bureaux spécialisées dans la finance et la banque de détail, Aztechnology quelques installations spécialisées dans les services, et Federated-Boeing des bureaux d’études. Kent est essentiellement composé, outre ces installations corporatistes, de communautés fermées corporatistes ou possédées par Brackhaven Investments. Kent s’étend de nos jours de Maplewood et Renton au nord jusqu’à Thomas au sud, ainsi que de l’ouest à l’est du district. Situé au sud de Kent et à l’ouest de la Green River, trois quartiers s’enchaînent du nord au sud : Thomas, Merideth et enfin Christopher. Il s’agit de quartiers complètement résidentiels, mélange de pavillons, de communautés fermées et de résidences collectives, accueillant des classes moyennes et des classes populaires (principalement sur Christopher et Merideth).
Image
  • o Attention lorsque vous runnerez à Fairwood ou à Kent, mais la majorité des corporations sans leurs propres services de sécurité font appel à Knight Errant. Et je vous garantis, vu les ambitions de KE pour le métroplexe, qu’ils ne plaisanteront pas s’ils doivent intervenir pour empêcher une intrusion. Beaucoup de leurs cocontractants ont donné des ordres dans le sens « tire d’abord, retire pour t’assurer qu’ils soient morts, et pose les questions ensuite ».
    > Stone

    o Fairwood et Kent comprennent de nombreuses installations corporatistes intéressantes, notamment en ce qui concerne la finance, la banque et l’assurance. Aujourd’hui, quantité d’informations relatives à des corporations circulent par ces canaux, parce qu’il s’agit de clients ou simplement d’intelligence économique. Or, ce genre d’informations peut vous être particulièrement utile ; en lisant entre les lignes d’une police d’assurance, on peut apprendre la dangerosité d’un site, son importance stratégique, la présence de paranimaux ou une sous-traitance partielle ou totale de la sécurité. Des informations bancaires, elles, peuvent vous être utiles pour comprendre si les activités menées sont importantes ou non, au vu des fonds investis, des paiements pour le personnel… ou même de certains vides. Enfin, les corporations financières disposent généralement d’informations plus stratégiques, mais vitales, sur certains projets et investissements. Le runner intelligent peut exploiter toutes ces informations avec une grande aisance, ce qui peut largement faciliter la préparation de son travail d’infiltration.
    > Mr. Bonds

    o Les quartiers de Thomas, Merideth et Christopher présentent probablement la plus forte concentration d’orks du district, ce qui n’est pas sans créer de nombreux problèmes pour les nombreux partisans de l’Humanis installés ici. Les orks font l’objet de nombreuses pratiques discriminatoires, notamment en matière foncière, éducative et locative. C’est notamment ici qu’a eu lieu l’affaire du Renton Estate Public Consortium, mais aussi qu’un certain nombre d’affaires de violations des droits civiques par la Lone Star.
    > Fatima


Entre Kent au sud, la Cedar River au nord et la State Road 18 (marquant la frontière du district), il s’étend tout un ensemble de quartiers très peu urbanisés. Spring Lake, situé à l’est de Fairwood, est un quartier destiné à classes aisées voire très riches, avec quelques communautés fermées au milieu des nombreux lacs. Le quartier comprend de nombreux lieux de villégiature et des installations touristiques, pour beaucoup entretenues par Horizon, VisionQuest et Regency MegaMedia, mais aussi quelques propriétaires plus modestes. Spring Lake comprend quelques boîtes de nuit et bars intéressantes, où vous serez à l’abri des vexations habituelles concernant les métahumains à Renton. Le quartier de Lake Youngs, situé au sud de Spring Lake et centré autour du lac éponyme (le plus grand du district, accessoirement), comprend de luxueuses villas entretenus par de riches propriétaires et personnalités de Renton (et parfois même au-delà du district). Il comprend quelques installations corporatistes isolées, appartenant à Yakashima Technologies et à Horizon. East Hill, situé à l’ouest de Lake Youngs et au sud de Fairwood, comporte une série de communautés fermées clairsemé de verdoyants parcs pour les cadres en quête de sécurité et de tranquillité dans un cadre agréable. Enfin, Maple Valley, situé au sud-est des trois, est un quartier aisé mais plus urbanisé, comprenant quelques installations corporatistes de Yakashima Technologies et d’Ares. Il comprend également une partie au-delà de la Cedar River, beaucoup moins urbanisé et avec la présence d’agricorps, s’étendant jusqu’à Webster Lake.

  • o Ilwaco l’oublie, mais Maple Valley dispose d’un gros centre commercial, le Maple Valley Mall. Voilà vingt-cinq ans, ce centre commercial figurait parmi les projets de développement les plus ambitieux de Renton. Il comportait même son propre petit parc d’attractions et son lot de boutiques high-tech. Toutefois, quelques années après son ouverture, un certain nombre de phénomènes magiques et d’apparitions se produisirent, poussant la coopérative à contacter les autorités. Le gouvernement du métroplexe, perplexe, fit alors appel au Conseil salish-shidhe, qui mandata alors des experts pour régler la situation. Il s’avéra que les promoteurs immobiliers (des prête-noms de Brackhaven Investments !) avait caché un site salish consacré, que la construction avait dérangé. Le Conseil salish-shidhe ordonna au métroplexe de creuser, et ils emmenèrent dans les terres tribales tous les éléments de l’ancien lieu consacré.
    Et même si les problèmes étaient résolus, les dégâts étaient faits. La réputation du centre était ruinée, l’association se retourna contre les promoteurs qui avaient disparu, et les gens cessèrent de venir. Les boutiques fermèrent ou déménagèrent, et finalement, le centre dépérit. L’histoire du « centre commercial hanté » a dissuadé les éventuels investisseurs de développer de nouveaux projets ici, même si les experts semblaient assurés qu’il n’y avait rien à craindre. Alors que le centre ressemblait de plus en plus à une foire du crime, comme
    le Crime Mall à Puyallup, la direction et les propriétaires prirent un virage plutôt intéressant : louer l’endroit pour des séries régulières de raves, de fêtes et autres concerts néo-tribaux, qui devinrent notoirement connus sous le nom de Tribe. Depuis, une petite communauté de ravers néo-tribaux vit ici et prépare l’endroit tous les mois pour un gros festival. Tout cela a attiré beaucoup d’attention, ce qui ne ravit pas toute la communauté.
    > xSar

    o Si Lake Youngs est un bastion du conservatisme humain et de la « vie américaine comme avant », avec ses country clubs sur invitation, ses restaurants chics mais destinés aux humains, et ses mini-golfs privés, Spring Lake affiche une population progressiste et comporte une importante communauté elfe, généralement un mélange de cadres de Telestrian Industries et d’exilés du Tir Tairngire qui ont vécu des success story.
    > Rionecrip

    o Un certain nombre de ces exilés se sont enrichis dans les services de transport et de logistique, généralement en lien avec Telestrian Industries. Si vous avez besoin d’aller au Tir ou de faire circuler de la marchandise depuis ou vers, ce seront probablement les meilleures personnes à contacter.
    > Tarlan

    o L’une de mes bars préférés à Spring Lake est le One Day. C’est un lieu relativement mythique parmi les amateurs de rock, puisque la prog’, de qualité, a permis à des groupes rock et punk de se faire connaître – c’est notamment ici que les japonais d’Omega Rythm se sont faits remarqués. Outre l’ambiance et la musique, le One Day est un bar à runners. La vieille canaille qui lui sert de patron, Patrick Vaughn, était autrefois un runner connu sous le nom de Socio Pat (oui, certains d’entre vous l’ont probablement connu sur l’ancien ShadowLand !), avant de toucher le gros lot peu après le Crash et de se ranger. Mais l’appel des Ombres étant le plus fort, il continue aujourd’hui d’agir comme entremetteur pour mettre en relation des runners ensemble ou avec d’autres professionnels du milieu, contre évidemment une petite commission. L’endroit fournit aussi quelques salles sécurisées d’une qualité exceptionnelle : Pat’ fait payer au prix fort, mais elles sont virtuellement invulnérables.
    > Firefly

    o On parle de moi ?
    > Socio Pat

    o !
    > Firefly

    o C’est une plaisanterie ?
    > SPD

    o Pat ? Comment t’es arrivé ici ?
    > Nuyen Nick

    o I’m out. *Drops the mic*
    > Slamm-0!

    o Bon, je suis refaite. Je ne sais pas comment il a réussi à arriver là, mais je suis décidément trop vieille pour ces conneries.
    > Facet


Situé au nord de la State Road 90, le district fait place à des quartiers beaucoup moins urbanisés. Issaquah, situé sur la pointe nord-ouest du district, est un quartier diversifié. Composé majoritairement de résidences collectives pour classes moyennes, il abrite aussi des installations de Yakashima Technologies spécialisées dans la médecine et les biotechnologies alimentaires, ainsi que d’importants bureaux d’Horizon. Issaquah comprend, en outre, quelques élevages de saumon bio, possédés par trois familles indépendantes et Telestrian Industries : cette activité est à l’origine d’un festival annuel de deux jours, le très populaire Issaquah Salmon Days. Situé un peu au sud-ouest d’Issaquah, le quartier de Cougar Mountain comprend la moitié est de l’ancien parc, situé à cheval sur Bellevue et Renton. Très peu urbanisé, Cougar Mountain comprend essentiellement des lieux de villégiature touristique très huppés, ainsi que quelques villas luxueuses. Horizon a notamment établi l’un de ses « centres d’épanouissement créatif » et son siège ici. De même, le quartier comprend le Cougar Mountain Resort, l’un des lieux de villégiature les plus célèbres du métroplexe situé sur la montagne éponyme, et l’un des rares endroits à Seattle où il est possible de faire du ski. De manière générale, le quartier est un lieu de villégiature très sollicité par les cadres corpos désireux de rester au sein du métroplexe ou de divertir des invités étrangers à la ville.

  • o Le saumon sauvage d’Issaquah, protégé par la loi du métroplexe, est l’objet de divers intérêts. En raison de la loi, les prélèvements autorisés visent à pérenniser l’élevage et sont strictement limités, avec un système de licences distribué par le maire de Renton après avis du gouvernement du métroplexe. L’élevage de saumons est entre les mains d’une demi-douzaine de familles, auquel il faut rajouter Telestrian Industries, qui avait racheté l’un de ces élevages. Plusieurs mégacorporations de l’agroalimentaire sont intéressés par la possibilité d’avoir leurs propres élevages, notamment Universal Omnitech, Yakashima Technologies et Gaeatronics, mais le gouvernement du métroplexe l’a refusé en raison de la fragilité des ressources. Pour l’instant, les querelles relatives à la « question du saumon » ont été enterrés, notamment à cause de cette opposition politique, mais aussi locale (les habitants d’Issaquah sont nombreux à penser qu’une surproduction du saumon d’Issaquah dénatureraient sa valeur, et ils n’ont pas tout à fait tort), mais dès que l’élection au poste de gouverneur sera passée, je pense qu’elle resurgira en force.
    > Delikatessen

    o Dans l’optique de nourrir cette célèbre ambition corpo qui consiste à péter plus haut que tout le monde, Horizon a décidé voilà deux ans d’installer sa nouvelle « Creative Focus Retreat » sur Cougar Mountain, à une hauteur dépassant celle de tous les autres complexes hôteliers, et même de tous les autres bâtiments édifiés ici. Ils y ont même construit une nouvelle route et de nouvelles passerelles d’atterrissage pour VTOL. À la base, il s’agit d’une sorte de combinaison d’hôtel de luxe et de bureaux corporatistes, où les employés méritants ou de grande valeur peuvent venir passer des « vacances de travail », en profitant des installations tout en se ressourçant de la façon qui leur convient le mieux.
    Vous risquez donc d’y croiser des « Horizoneux », aussi bien engagés dans des matchs de basket ou plongés dans des jeux en RA que dans des réunions de travail tout à fait sérieuses. Après tout, parler business tout en jouant au basket, c’est bien là l’idée qu’Horizon se fait de la réunion de travail. Ainsi, en plus des traditionnelles salles de conférences, bureaux et autres laboratoires de créativité, l’endroit possède un spa, des salles de fitness, une piscine et ses propres restaurants à faire pâlir le Cougar Mountain Resort, pourtant mètre-étalon en la matière.
    Mais ne vous laissez pas tromper par l’atmosphère relax et ouverte, car la sécurité de cette retraite est stricte. Tout d’abord, l’accès au site est restreint, et toute approche est surveillée de loin. Il n’existe qu’une seule route pour y accéder, à moins d’escalader la montagne jusqu’au sommet. Ensuite, des marqueurs RIFD spécifiques sont requis pour évoluer sur le site, combinés avec toute une série de mots de passe pour accéder (aussi bien physiquement que matriciellement) aux zones sensibles.
    > Fix That

    o Il arrive, aussi, que Gary Cline (ou d’autres personnalités très importantes de la corpo) vienne ici, vu que c’est l’un des lieux majeurs d’Horizon North America. Si c’est le cas, il vous faudra éviter à tout prix d’y runner : la sécurité sera drastiquement renforcée, et à cette occasion, la direction locale fera appel à Centurion Industries pour assurer leur sécurité à l’extérieur du bâtiment. Je vous garantis que vous n’avez pas envie de vous retrouver face à leurs gardes : surarmés, en armure corporelle intégrale, chargés comme des Marines des UCAS, accompagnés molosses semi-cybernétisés surentraînés et soutenus par des magiciens de sécurité.
    > Dr. Spin

Image
Au sud-est d’Issaquah, Tiger Mountain s’avère un double de Cougar Mountain, abritant de nombreuses installations corporatistes touristiques. Ares Arms possède également un grand centre de production dans la montagne, strictement protégé et destiné principalement à la fourniture de Knight Errant et des forces de sécurité locales. Entre Tiger Mountain et l’Issaquah-Hobart Road, une petite portion sud porte le nom de Mirrormont. Quartier pavillonnaire destinée aux classes moyennes, Mirrormont reste encore relativement peu urbanisé et fait l’objet de projets de développement par Ares et Brackhaven Investments. Au sud de Cougar Mountain et à l’est de Renton, à l’est de l’Issaquah-Hobart Road, le quartier d’East Renton comporte des communautés fermées pour les classes supérieures, mais aussi deux centres de recherche en biotechnologies de Yakashima Technologies. Elle abrite également plusieurs institutions éducatives réputées pour leur excellence, notamment le Liberty High School, fréquenté par les enfants de certaines des plus riches personnalités du métroplexe. Bien que connu pour sa perfection et ses méthodes éducatives novatrices, le LHS a connu de nombreux problèmes de tensions interraciales au cours entre 2058 et 2061, menant à une mise sous tutelle de l’établissement et à la présence, toujours d’actualité, de membres de la police. Enfin, entre Mirrormont, East Renton et Maple Valley, Four Lakes est un quartier résidentiel aisé, encore peu urbanisé et centré autour de quatre lacs (d’où son nom). Comme beaucoup d’autres à Renton, c’est un quartier pavillonnaire.

  • o Parlons un peu des problèmes de la Liberty High School. Bénéficiant d’un statut bâtard à mi-chemin entre l’établissement privé et public, le financement LHS repose sur les droits d’inscription des étudiants, ainsi qu’un mélange de fonds publics, corporatistes et associatifs. L’Humanis représente, encore aujourd’hui, un important soutien financier de l’établissement et s’employa très longtemps à le conditionner à l’absence de métahumains son soutien financier. Dans les années 2050, le gouverneur Schultz a mené une politique active pour ouvrir le lycée aux métahumains. S’appuyant sur le contrat liant le LHS et le gouvernement du métroplexe, ils ont viré la direction vendue à l’Humanis et ont trouvé d’autres soutiens, moins nauséabonds, que l’Humanis. Bien qu’il y ait quantité d’affrontements, Schultz a gagné son bras de fer et la situation n’a jamais changé, même sous le gouverneur Lindstorm (qui, disons-le, était dans son genre une putain de lavette), notamment car c’était un point de fixation très important pour de nombreuses organisations pro-métas. Aujourd’hui, l’Humanis déploie toujours son influence, mais généralement à travers des associations étudiantes et de nombreux heurts opposent les élèves métahumains, généralement boursiers, aux élèves humains majoritaires.
    > Firefly
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » ven. 15 juil. 2016 22:05

Auburn.

[tableborder="1"][tr][td]AUBURN EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Maire : Tyrone Monzo (Parti républicain).
  • Superficie: 363 kilomètres carrés.
  • Population : 218 000 habitants.
    • Humains : 65 %.
    • Elfes : 11 %.
    • Nains : 2 %.
    • Orks : 19 %.
    • Trolls : 2 %.
    • Autres : 1 %.
  • Densité de population : 601 par kilomètre carré.
  • Revenu annuel moyen par habitant : 32 000 ¥.
  • Taux d’affiliation corporatiste : 63 %.
  • Hôpitaux et cliniques : 7.
  • Circonscriptions électorales : 5.
  • Éducation :
    • Niveau collège : 30 %.
    • Niveau lycée : 42 %.
    • Enseignement supérieur : 26 %.
    • Masters et doctorats : 2 %.
  • Principales installations corporatistes : Federated-Boeing, Komatsu Limited, Mitsuhama Computer Technologies, Monobe International, Prometheus Engineering, United Oil Industries.
  • Principaux syndicats du crime : Famille Gianelli (Mafia), Shigeda-gumi (Yakuza).
  • Principaux gangs : Aucun.
[/td][/tr][/table]

« Travailler et vivre à la dure » pourrait être la devise d’Auburn, car il résume bien ce que font les gens ici. Auburn est la cheville ouvrière de Seattle, dont les habitants font tourner les usines sans discontinuer. L’activité est telle que les gens ici parlent du « bourdonnement d’Auburn », en hommage au bruit de fond qu’émettent les usines et autres centrales qui travaillent vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour produire des biens et des denrées qui sont ensuite expédiés partout dans le monde. Le Crash 2.0 a ici porté un sérieux coup aux centaines de systèmes d'assemblages automatisés, ce qui a estropié certaines compagnies (comme United Oil). Ce désastre a poussé un certain nombre de compagnies comme Mitsuhama, Federated-Boeing et Monobe à se ruer sur leurs concurrents ruinés pour les racheter, traçant plus profondément dans le district les frontières de leurs fiefs.

Malgré toutes les nouvelles et rutilantes usines automatisées, avec leurs lignes de production pilotées par drones, les mégacorpos ont toujours besoin de main d'œuvre métahumaine classique. Les travailleurs vivent dans des lotissements corporatistes délabrés et infestés de cafards, font leurs courses dans des enseignes de la compagnie, s'endettent en épargne et crédits corporatistes et envoient leurs enfants dans des formations professionnelles de la compagnie. Les métahumains constituent une quantité disproportionnée de la main d’œuvre locale, aussi des groupes comme l'Humanis sont prompts à envenimer les conflits dans des directions raciales.

Pourtant, Auburn reste un district vivant. Les sports sont très populaires ici, et le district héberge probablement la meilleure équipe amateurs de baseball et de combat urbain du métroplexe (les Auburn Cardinals et les Auburn Rumblers), et nombre de gymnases et de clubs de fitness parsèment le paysage urbain. Le district offre une grande variété de bars et de clubs (et d’autres divertissements, si vous aimez la drogue ou le sexe), pour un grand nombre à petit prix, mais certains plus classieux.
Image
Carte d’Auburn (Miniature).
[tableborder="1"][tr][td]LES QUARTIERS D’AUBURN EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Algoma : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : BB).
  • Auburn : Moyen supérieur et supérieur, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : AA).
  • Berry Dale : Moyen inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : BBB).
  • Black Diamond : Inférieur, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : B).
  • Boise : Squatter, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : C).
  • Bonney Lake : Inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : B).
  • Covington : Inférieur, résidentiel/loisirs (Évaluation Lone Star : B).
  • Enumclaw : Inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : BB).
  • Federated-Boeing Auburn Facility : Industriel (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Franklin : Industriel (Évaluation Lone Star : BB).
  • Georgetown : Inférieur et moyen, résidentiel (Évaluation Lone Star : A).
  • Lake Morton : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : BB).
  • Lake Tapps : Supérieur, résidentiel/loisirs/tertiaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Lake Wilderness : Supérieur, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Maple Valley : Moyen, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : A).
  • Pacific : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : B).
  • Stuck : Moyen, résidentiel/loisirs (Évaluation Lone Star : B).
  • Sumner : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : BB).
  • Timberlane : Moyen, résidentiel/industriel (Évaluation Lone Star : A).
[/td][/tr][/table]
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » ven. 15 juil. 2016 22:05

Les quartiers d’Auburn.
Au nord du district, le quartier de Maple Valley s’avère un prolongement du quartier situé à Renton. Bien qu’il soit moins riche que le Maple Valley de l’autre côté (il est plutôt destiné aux classes moyennes qu’aisé), il reprend les mêmes recettes en termes d’habitation (mélange de pavillons et de résidences collectives) et comporte quelques installations d’Ares en matière de logistique et de recherche et développement. Timberlane, situé au sud-ouest de Maple Valley, est un mélange entre un quartier résidentiel pavillonnaire (sur sa moitié est, à la frontière de Lake Wilderness) et un quartier d’industries légères spécialisées dans les biens de consommation (sur sa moitié ouest) appartenant principalement à Monobe et Mitsuhama, mais aussi à Aztechnology, Ares et à Evo. Lake Wilderness, situé au sud de Maple Valley, est centré autour du lac éponyme : c’est un quartier aisé très essentiellement résidentiel, composé de communautés fermées et de condoplexes, avec quelques bureaux d’études possédés par Monobe et Komatsu. Le lac présente quelques installations touristiques, notamment des restaurants et des clubs de pêcheurs (l’eau est d’une excellente qualité). Enfin, au sud-ouest de Mapple Valley, le quartier de Georgetown est surtout résidentiel, destinée aux classes moyennes et populaires. Georgetown connaît d’importants problèmes de cadastre, à la manière d’Everett ou d’autres quartiers de Tacoma. Par conséquent, le quartier, en plein développement lors du Crash, a vu un arrêt net des activités des promoteurs immobiliers et des constructeurs.

  • o Timberlane est l’un de ces bastions du policlub Humanis à Auburn. Les oreilles pointues sont très mal vues, et la Lone Star est très pointilleuse sur une présence métahumaine : les associations de quartier et les zones résidentielles corporatistes ont souvent contracté avec, ce qui les rend très attentifs aux « attentes » des habitants.
    > Beaker

    o Prometheus Engineering et son compagnon des mauvais coups la Banque de Genève se sont associés dans l’optique d’un « redéveloppement » de Georgetown. Plus que sur des concurrents, ils trébuchent sur la mauvaise volonté du Yakuza, qui réclament leur part du gâteau, mais aussi la justice, inhabituellement protectrice des droits des propriétaires supposés et soucieuse de l’intérêt général.
    > Mr. Harlan

    o Tu veux dire que ça les fait chier que la justice fasse son boulot ?
    > Slamm-0!

    o Exact. Sans compter que le Yakuza n’y est pour rien : c’est juste que les juges se sont avérés très attentifs à la question, au grand plaisir des habitants concernés.
    > Mr. Harlan

Image
Covington, situé au sud de Timberlane, est un quartier résidentiel populaire, avec de nombreux lotissements corporatistes pavillonnaires et de grosses résidences. Le quartier comprend son lot d’hôtels-cercueils peu regardants, mais aussi de bars sportifs, de restaurants bon marché et de lieux de débauche gérés par la Mafia. Plus au sud-est, le quartier autrefois aisé de Berry Dale a chuté avec l’économie de Seattle : beaucoup de ses habitants, des employés nécessaires au fonctionnement administratif des usines et des cadres intermédiaires, ont perdu leur travail suite au Crash et à la réorganisation économique qui s’ensuivit. Aujourd’hui, le quartier est empêtré dans le marasme économique et les problèmes liés au cadastre. La majorité des anciens habitants sont désormais partis vers d’autres quartiers d’Auburn. Quant au quartier, il devient progressivement un bastion de Prometheus Engineering : beaucoup d’anciennes propriétés ont été rachetées par la mégacorporation afin de fournir des lotissements corporatistes à bas prix pour ses ouvriers et employés situés au bas de l’échelle. Lake Morton, un quartier semi-résidentiel situé à l’est de Berry Dale et destiné aux classes populaires et moyennes inférieures, a failli subir un destin similaire après la faillite de la quasi-totalité des industries sidérurgiques du quartier. La reprise de nombreuses usines par Mitsuhama et Monobe a cependant sauvé le quartier, bien que le taux de chômage reste élevé.

  • o Berry Dale est un crève-cœur pour ceux qui le connaissaient avant. Le quartier était le siège d’une vie nocturne intense, mais la crise a tout balayé d’un revers de main et il ne reste plus rien de sa gloire passée. L’une des boîtes les plus emblématiques du quartier, The Flying Cowboy, était un coin bien connu des hackers et des runners. Le proprio était une personnalité chaleureuse et bien connu des runners, Stu Rogers, un ork black coiffé d’une impressionnante coiffure afro. Stu est mort pendant le Crash, comme des milliers d’autres personnes tuées par le virus. Son rade a fermé peu après, personne ne pouvant ou ne souhaitant le reprendre. C’était un sacré chouette type, et sa boîte était encore plus cool que lui. Putain, Stu et son rade me manquent tellement.
    > Slamm-0!

    o Une rumeur persistante veut d’ailleurs que Stu hante désormais son ancienne boîte. Si c’était vrai, j’irais bien discuter avec lui. La mort est vraiment imbécile dans ses choix.
    > Demonseed Elite

    o Si vous voulez mon avis, il y a tellement de nouvelles histoires concernant les fantômes à Seattle qu’ils devraient être recensés comme minorité ethnique.
    > Soul

    o Les activités de Mitsuhama à Lake Morton inclut notamment deux usines spécialisées dans le traitement des terres rares, afin de fournir les industries d’électronique de la mégacorpo. Ces activités sont extrêmement polluantes, et normalement, les rejets (dans les eaux usés comme l’air) doivent être spécialement traités. MCT, pour des questions de rentabilité, aurait néanmoins assoupli ses normes pour les rejets dans les eaux usés. Pas mal d’éco-activistes tentent donc de trouver des preuves, embauchant des shadowrunners, mais MCT considère l’installation comme suffisamment sensible pour en avoir fait une zéro zone dès sa création.
    > Under Fire

    o Il faut dire que c’est aussi une question éminemment politique. Pas mal de politiciens d’Auburn s’opposent, au nom de la reprise économique du district, à toute investigation contre MCT. L’usine emploie actuellement plusieurs centaines d’habitants de Lake Morton, ce qui est loin d’être négligeable.
    > Camilla

Image
Black Diamond, situé à l’est des quartiers précédents, est un quartier principalement industriel, bien que son tiers sud comporte de nombreuses résidences corporatistes pour les ouvriers et les petits employés. Black Diamond a plutôt bien résisté à la crise économique, ses industries de drones ayant provoqué un intérêt massif de Prometheus Engineering, Mitsuhama et Federated-Boeing pour leur reprise. Densément urbanisé, Black Diamond est situé près du Sawyer Lake, une étendue d’eau particulièrement polluée pour les rejets industriels. Tout à l’est, sur la Green River, Franklin est un quartier industriel très peu dense. Autrefois une ville fantôme, Franklin a été « reconquise » par Mitsuhama dans le courant des années 2050, suite à la découverte d’importants gisements de graphite. Mitsuhama, outre ses activités minières, a quelques installations spécialisées dans le traitement et la transformation du graphite. Quelques corporations locales se sont également installées, généralement pour transformer le graphite. Au-delà de ces quartiers et ceux cités précédemment, il n’y a guère d’espaces urbanisés et le paysage se compose de quelques usines et quelques lotissements corporatistes à destination des travailleurs mal payés des corporations et de leurs sous-traitants. De l’autre côté de la Green River, les choses sont néanmoins différentes. D’abord, Federated-Boeing dispose de l’immense Federated-Boeing Auburn Facility, où ils fabriquent de nombreux prototypes mais surtout du matériel militaire. D’une façon très similaire à leur gigantesque zone corporatiste à Everett, celle-ci est sous haute surveillance. Toutefois, à l’inverse de cette dernière, la main d’œuvre a un caractère moins sensible et n’est donc pas forcément hébergé sur place, mais dans des lotissements et des résidences corporatistes situés un peu partout dans le reste du district.

  • o La pollution du Sawyer Lake est un gros problème, mais beaucoup considère que c’est un peu trop tard tant l’eau est acide et contaminé par des métaux lourds. Le milieu ne contient plus qu’une poignée de plantes très résistantes, notamment quelques variétés Éveillées qui ne pousseraient pas autre part. Eta Engineering, soutenu par Gaeatronics, a proposé au métroplexe un ambitieux plan de dépollution du lac, grâce à des technologies écologiques et Éveillés. Mais certaines corporations s’y opposent, car la pollution du lac leur permet de déverser quantité de saloperies sans que personne ne s’en rende compte.
    > Under Fire

    o L’une des corporations les plus emblématiques de Franklin est Versus Mechanics, spécialisée dans la transformation de la graphite pour des applications mécaniques. Versus Mechanics est une petite boîte locale, mais ses produits sont très réputés à Seattle et la plupart des fabricants de drones font appel à leurs services pour la fabrication de joints d’étanchéité et de pièces de frottement. Versus Industries réalise ces pièces selon les besoins spécifiques de ces clients, ce qui la met sous le coup de nombreux runs vu que ces pièces peuvent servir à la rétro-ingénierie. Versus Mechanics, qui a bien compris le danger, fait appel à Parashield et à Centurion Industries pour assurer sa sécurité, et je vous garantis qu’il faut pas faire les malins avec eux.
    > Madlife

    o Si le Federated-Boeing Auburn Facility présente un niveau de sécurité important, notamment à cause des commandes militaires réalisées pour le compte en son sein, la sécurité s’avère plus lâche. D’abord, vu le nombre de petites mains qui vont et viennent, il est possible de prendre l’apparence d’une, même si les vérifications faites (de nature physique, matricielle et magique) rendent cette possibilité extrêmement délicate. Sur le plan de l’infiltration, ces installations présentent la particularité d’être protégé par une armée de drones et de senseurs, renforcés par des patrouilles astrales et par des équipes de sécurité lourdement armées en journée. Le facteur humain semble assez déterminant, puisque les gardes semblent beaucoup se reposer sur les drones et les appareils de surveillance.
    > Naira


De vastes zones au sud de la Green River sont sous-urbanisées : le Crash a durement frappé la majorité des installations s’y trouvent, et désormais, les usines abandonnées sont pléthores. La seule exception est Enumclaw, situé au nord-est de la State Road 164 à la frontière est du district, et qui court sur le long de celle-ci sur plusieurs kilomètres. Communauté populaire, elle est composée de résidences et de lotissements destinés aux masses laborieuses et populaires. Enumclaw reste très essentiellement résidentiel : la communauté comporte comme seules activités quelques restaurants et bars très populaires, et une poignée de magasins. Mais en vérité, comparativement au reste du district, c’est au sud de la White River et dans l’extrémité sud-ouest du district que se concentrent la majorité des industries et des habitants. Auburn, quartier issu de la ville ayant donné son nom au district, est une ville de classes moyennes et supérieures, abritant de nombreux centres logistiques et des lotissements corporatistes plutôt classieux. Elle abrite, sur les rives de la White River, plusieurs complexes pétrochimiques, dont notamment ceux de Komatsu, United Oil et Prometheus Engineering ; United Oil y a notamment son principal centre de recherche à Seattle. Au sud-est d’Auburn, on trouve Stuck, véritable Mecque du jeu et du divertissement peu cher. Propriété de Mitchell Stuck, l’endroit bénéficie de l’extraterritorialité en raison d’un vide juridique lors de l’incorporation d’Auburn dans le métroplexe. L’endroit comporte un certain nombre d’activités illégales en raison de l’impossibilité pour la Lone Star d’y intervenir, mais il est surtout connu pour son casino et cabaret, le Stuck’s Carnival, ses bars et ses restaurants. Au sud-ouest, le quartier d’Algoma se compose d’un mélange d’industries lourdes, de résidences collectives et de lotissements pavillonnaires destiné aux classes moyennes inférieures et populaires.
Image
  • o La fameuse installation d’United Oil dont parle Ilwaco est un complexe de recherche et développement parmi les plus en pointe de la corporation. Même si UniOil a été rétrogradée d’une mégacorporation AA à une corporation A, elle reste une bête de course dans le monde de l’industrie pétrochimique. Ce centre, essentiel à leurs activités, fit partie de ceux qui ne furent pas vendu suite au Crash et aux manipulations de la corporation. C’est souvent la cible de runs, mais c’est presque une zone zéro : plus de cent cinquante agents de sécurité armés (et avec du matériel militaire), des pararanimaux de garde, des drones, des véhicules de patrouille, et un périmètre de sécurité jonché de détecteurs de mouvement et de scanners dissimulés. La sécurité a pourtant été plus étroite encore par le passé, mais les revers de la corpo l’ont poussée à effectuer quelques coupes dans son budget sécurité, cette dernière n’étant plus aussi sophistiquée qu’avant.
    > Fix That

    o C’est surtout la sécurité magique du complexe qui a morflé. Si les zones clés du site sont minées de runes de garde et recouvertes de lierre Éveillé ou de truc du même genre, les esprits gardiens sont en nombre réduits et très espacés dans leur patrouille. Il est donc possible, pour peu que l’on soit discret, de se projeter astralement à de nombreux endroits du périmètre sans se faire détecter. J’ai aussi entendu dire que les coupes budgétaires d’UniOil ciblaient aussi les mises à jour de leur système informatique, dont la sécurité doit comporter quelques trous et autres backdoors encore actives.
    > Red Ragnar

    o Stuck comprend, outre le Stuck’s Carnival, le Stuck’s Bag-Your-Body, spécialisée dans les modifs corporelles, le Stuck’s Sleephouse, un hôtel-cercueil pas cher, le Stuck’s Zeotrope, un magasin de puces et de simsens illégaux, le Stuck’s Watcher, un ensemble de consignes peu regardante sur ce qui est mis à l’intérieur, et trois bars (le Stuck’s Ginshop, le Stuck’s Drunkard, où on vend des tord-boyaux « réputés » et où on trouve de gentilles dames, et le Stuck’s Athletic Bar, un bar sportif). C’est aussi un lieu important du marché noir à Auburn, car la Mafia fournit Stuck en échange d’un « libre passage » et d’un usage ponctuel de ses commodités, surtout que beaucoup de prostituées et d’escort-girls officiant à Stuck sont généralement sous la coupe de la Mafia.
    > 2XL

    o Stuck est en affaires avec le maire d’Auburn, Tyrone Monzo. C’est d’ailleurs le seul syndicat du crime (parce que oui, on peut considérer que Stuck et sa clique en constituent !), avec qui l’ancien flic et ancien procureur est en affaires.
    > Sunshine

Image
Pacific est situé au sud d’Algoma et s’étend entre la White River et la frontière ouest du district, jusqu’au moment où la White River sort du district. Frappé par la crise, un certain nombre d’industries légères ont quitté le quartier et du même coup un certain nombre d’habitants. Bien que des usines chimiques de Komatsu et de Wuxing subsistent, tout comme celles de nombreux sous-traitants, les habitants connaissent un fort taux de chômage. Pacific, qui autrefois abritait une population variant entre les classes populaires et les classes moyennes intermédiaires, s’est (relativement) appauvri avec tout. Sumner, situé de l’autre côté de la White River, a mieux résisté à la crise. Avec ses complexes résidentiels, ses installations spécialisées dans l’assemblage de biens de consommation, le traitement des matériaux de construction et la chimie « légère ». Prometheus Engineering a d’ailleurs un énorme complexe spécialisée dans la fabrication de nanites. Un peu plus au sud, Bonney Lake est essentiellement résidentielle, destinée aux travailleurs de Sumner et de Pacific.

  • o Les choses, à Pacific, ont été aussi compliquées par les problèmes de cadastre. UniOil, qui possédait de nombreuses installations dans le coin, les a revendus de manière assez cavalière au lendemain du Crash pour combler ses pertes. Du coup, ceux qui les ont acheté, le Crash aidant, n’ont plus de titres de propriété valables. Pour compliquer le tout, beaucoup de ces acheteurs ont disparu dans les remous matriciels ou dans des faillites, ce qui fait qu’une interrogation demeure sur le véritable propriétaire de certains bâtiments et lots. Komatsu et Wuxing ont fait part de leur intérêt au gouverneur, mais celui-ci ne semble pas pressé de résoudre la situation.
    > Ayumi

    o L’énorme complexe de fabrication de nanites de Sumner de Prometheus Engineering attire la curiosité de nombreuses corporations, notamment leur concurrent direct, Evo. Les deux mégacorporations ont des intérêts importants dans la construction et les nanotechnologies, et d’ailleurs, utilisent les secondes pour aider la première. Même si Evo conserve une avance sur le marché et la recherche nanotech, Prometheus a fait des progrès notables pour certains nanites de construction. Vu que ces progrès sont de nature à nuire à la place royale d’Evo sur le marché de la construction, et qu’Evo ne parvient pas à ralentir les progrès de leurs rivaux UCASiens, ils ont changé de méthode : ils sabotent désormais certaines nanites utilisées, afin d’entraîner retards et avaries. Sur Seattle, vu que Prometheus produit une part importante de ses nanites ici (et notamment celles destinées à la construction), Evo envoie fréquemment des runners pour saboter le tout. Le géant UCASien de la construction en a bien conscience, et a donc relevé la sécurité drastiquement, ce qui a largement compliqué les efforts d’Evo.
    > Fallen Angel


Au nord de Bonney Lake et de Sumner, et au sud de la White River, il est possible de trouver l’immense quartier de Lake Tapps. Le quartier tire son nom d’un gigantesque réservoir, troisième lac en taille du métroplexe derrière le Washington Lake et le Sammamish Lake. À l’origine formé pour l’exploitation d’un barrage hydroélectrique, le Lake Tapps appartient aujourd’hui au métroplexe de Seattle, qui compte tenu de la qualité de l’eau, le loue à Gaeatronics pour assurer une partie de la fourniture en eau potable du métroplexe. Au nord du lac, le gigantesque Lake Tapps North Park est un endroit apprécié des habitants d’Auburn, et il est courant d’y voir en été des barbecues, des baigneurs et des pique-niqueurs. Outre cela, Lake Tapps comprend d’un point de vue corporatiste quelques usines papetières et un important centre de recherche et développement de Komatsu spécialisée dans les éco-biotechs. En ce qui concerne le résidentiel, des résidences collectives destinées aux classes moyennes et des communautés fermées corporatistes (destinées aux cadres de Prometheus Engineering) sont présentes un peu partout dans le quartier. Enfin, quelques bons restaurants sont présents ici et là à Lake Tapps. Malgré tout, la densité du quartier reste très faible.

  • o L’un des restaurants en question est le White Flower, un restaurant japonais spécialisé dans les sushis. Étonnamment, son propriétaire est un occidental, Jimmy Fading, l’un des rares qui a réussi à faire reconnaître sa maîtrise du sujet. Très discret, son établissement se compose d’une petite salle, tandis que Fading officie directement sous les yeux de ses clients. Le menu est hors de prix et il faut réserver longtemps à l’avance, mais le sushi est d’une qualité à vous retourner l’estomac. Fading est sous la protection d’Hanzo Shotozumi, le grand patron du Yakuza de Seattle, et accueille celui-ci plusieurs fois par mois dans son restaurant.
    > Delikatessen

    o Le Lake Tapps est une source constante de bagarres corporatistes. Certaines corpos ont des plans de développement dans le quartier, mais ceux-ci sont empêchés pour protéger le lac (qui, outre son intérêt pour la fourniture en eau potable de Seattle, est un lieu de loisir, rappelons-le). Gaeatronics et le métroplexe luttent pour maintenir le lac dans son état, mais Prometheus, Wuxing et Shiawase (entre autres) ont proposé des solutions alternatives au lac, en promettant du développement économique. Les éco-activistes sont vent debout contre ces projets, mais les politiciens d’Auburn hésitent, tant toute activité économique supplémentaire ferait du bien à leurs électeurs.
    > Fallen Angel

    o Lake Tapps North Park est un endroit idéal pour rencontrer quelqu’un au printemps et en été, tant il y a du monde et que personne ne vous remarquera (sauf si vous baladez à poil entre les gamins en hurlant des insanités). La Lone Star veille au grain par contre, donc évitez des actions un peu suspectes ici.
    > Stone


Enfin, au sud-est de Lake Tapps et à la frontière avec le district voisin de Puyallup, le quartier de Boise est en pleine descente aux enfers économiques. Après une décennie de prospérité suite à un plan d’investissement, le Crash a complètement anéanti toute dynamique. Aujourd’hui, seule une poignée d’usines subsistent et d’innombrables squatteurs (sur)vivent ici, généralement en travaillant pour une misère dans les installations les plus proches.

  • o Certaines usines de Boise sont à peine différentes de celles, voisines, de Puyallup. Ce sont de sales endroits, où les gens travaillent pour une misère, dans des conditions épouvantables et en manipulant le genre de produits qui donnent un cancer en quelques années à peine. La souffrance est si perceptible que ces usines sont polluées astralement, ce qui n’est pas sans plaire aux corpos intéressées : ça représente une certaine forme de sécurité magique, en empêchant les Éveillés de se servir de leurs capacités.
    > Seventeen
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » dim. 14 août 2016 14:49

Snohomish.

[tableborder="1"][tr][td]SNOHOMISH EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Maire : Karl Feddersen (Indépendant).
  • Superficie: 217 kilomètres carrés.
  • Population : 115 000 habitants.
    • Humains : 86 %.
    • Elfes : 6 %.
    • Nains : 1 %.
    • Orks : 5 %.
    • Trolls : 1 %.
    • Autres : 1 %.
  • Densité de population : 530 par kilomètre carré.
  • Revenu annuel moyen par habitant : 34 000 ¥.
  • Taux d’affiliation corporatiste : 71 %.
  • Hôpitaux et cliniques : 8.
  • Circonscriptions électorales : 2.
  • Éducation :
    • Niveau collège : 23 %.
    • Niveau lycée : 52 %.
    • Enseignement supérieur : 20 %.
    • Masters et doctorats : 5 %.
  • Principales installations corporatistes : Aqua Arcana, Telestrian Industries Corporation, Universal Omnitech, Visioncrafters.
  • Principaux syndicats du crime : Famille Ciarniello (Mafia), Shigeda-gumi (Yakuza).
  • Principaux gangs : Aucun.
[/td][/tr][/table]

Seattle n’a rien d’une immense conurbation. Si l’on excepte Downtown, en vérité, le métroplexe comprend de nombreuses forêts ou zones agricoles. Mais il n’y a qu’à Snohomish où cet aspect encore sous-urbanisé du métroplexe apparaît. Avec ses vastes champs plats, entourés par le fleuve Snohomish et ses affluents, le district présente une densité démographique parmi les plus basses du métroplexe, et l’administration fera tout pour la conserver ainsi pendant des décennies. Si Everett et Renton présentent des zones agricoles, Snohomish demeure le « potager » du métroplexe, produisant sur ses terres une grande majorité de la nourriture que peuvent consommer les millions d’habitants des zones urbaines alentour.

Outre ses grands espaces agricoles, avec de multiples fermes sources d’innombrables runs, Snohomish propose un certain nombre de lieux sympathiques (même s’il faut avouer qu’en immense majorité, les activités récréatives à Snohomish se résument souvent à se bourrer la gueule, à se shooter jusqu’aux yeux ou/et à casser la gueule à quelqu’un) et de boutiques d’antiquaires, dissimulant des marchands de talismans parmi les plus célèbres du métroplexe.

  • o Beaucoup de ces boutiques cachent leurs objets magiques à la vue de tous, au beau milieu de l’artisanat amérindien et des pièces « certifiées » du début du siècle. Bien entendu, une bonne partie des trucs « magiques » que les antiquaires revendent se résument à des merdes pour touristes, mais beaucoup parmi eux savent faire des affaires, et revendent et achètent ainsi de véritables objets magiques.
    > Lyran

    o Snohomish est le deuxième bastion de l’Humanis, derrière Renton. De manière générale, le policlub Humanis et le Parti archiconservateur bénéficient de soutiens importants tant des notables que des habitants, généralement issus des couches populaires. La situation est toutefois plus contrastée qu’à Renton, car de nombreuses personnes sont loin d’être en accord avec les thèses de l’Humanis. Le maire du district, l’indépendant Karl Feddersen, dispose ainsi d’un des programmes plus progressistes du métroplexe. Avec sa femme Jassila, une elfe, ils s’efforcent de lutter depuis des années contre l’influence de l’Humanis tant dans le district que le métroplexe, ce qui a été à l’origine de nombreuses prises de bec avec l’Administration Lindstorm. Feddersen dispose d’une solide popularité parmi ses administrés, mais mentionner son nom dans de nombreux milieux de Snohomish vous vaudra au mieux un accueil glacial.
    > Camilla

    o Ces constatations sur le « conservatisme humain » sont d’autant plus vraies dans le milieu des ouvriers agricoles et des derniers propriétaires indépendants de fermes. Tout ce beau monde vit dans l’Amérique fantasmée d’avant, celle des fermiers de la grande époque du capitalisme américain, où tout le monde était à sa place et où la société était mieux organisée. Les « conservateurs humains » du district sont en vérité bien plus conservateurs socialement que leurs homologues de Renton, notamment parce qu’un nombre important d’eux fricotent avec des Églises évangélistes peu réputées pour leur progressisme et leur amitié pour les métahumains.
    > Good Samaritan

Image
Carte de Snohomish (Miniature).
[tableborder="1"][tr][td]LES QUARTIERS DE SNOHOMISH EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Bothell : Moyen et supérieur, résidentiel/industriel/tertiaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Brier : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel/agricole (Évaluation Lone Star : CCC).
  • Cathcart : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel/agricole (Évaluation Lone Star : BB).
  • Edmonds : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : BB).
  • Kenmore : Moyen, résidentiel/tertiaire/loisirs (Évaluation Lone Star : A).
  • Kennard Corner : Moyen, résidentiel/agricole (Évaluation Lone Star : A).
  • Lynwood : Inférieur, résidentiel/agricole/industriel (Évaluation Lone Star : B).
  • Maltby : Moyen, résidentiel/agricole/tertiaire (Évaluation Lone Star : A).
  • Monroe : Inférieur, résidentiel/agricole (Évaluation Lone Star : BB).
  • Mountlake Terrace : Supérieur, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Snohomish : Moyen, résidentiel/loisirs/agricole/industriel/tertiaire (Évaluation Lone Star : A).
  • Thrasher’s Corner : Inférieur, résidentiel/tertiaire (Évaluation Lone Star : CCC).
  • Turner Corner : Moyen, résidentiel/agricole (Évaluation Lone Star : BBB).
[/td][/tr][/table]
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » lun. 15 août 2016 00:52

Les quartiers de Snohomish.
Même la ville éponyme qui a donné son nom au district reste relativement rurale. Située sur une bonne portion sud-est du district, Snohomish est limité au nord, l’est et l’ouest par les frontières du district ; elle s’arrête au sud-ouest aux environs de Shadow Lake et au sud-est par le quartier de Monroe. Le cœur historique de Snohomish, situé entre le Snohomish River et la Pilchuck River, comprend l’essentiel des habitations et de la vie corporatiste du quartier. VisionCrafters, mais aussi d’autres corporations locales spécialisées dans les services, l’industrie de précision et le tourisme se sont établies ici. Une partie de l’ancien centre-ville de Snohomish est d’ailleurs classé au National Register of Historic Places, et demeure une zone touristique importante. Le niveau de vie du quartier est moyen, voire supérieur, dans quelques communautés fermées. Si l’on descend plus bas dans le quartier, la majorité de la présence humaine se limite à des fermes et d’innombrables aqua-fermes le long de la Snohomish River, exploités notamment par Ingersoll & Berkeley, Aztechnology et Aqua Arcana. Le quartier comprend d’ailleurs la plus grosse ferme indépendante du district, le French W. Ranch, spécialisée dans l’élevage de bœufs non-génétiquement modifiés.
Image
  • o Snohomish est le cœur du district en termes du loisirs, mais compte de nombreux bars et restaurants réservés plus ou moins tacitement aux « vrais » êtres humains. Faites gaffe à où vous foutez les pieds, sauf à être animé de pulsions morbides. Et faites tout particulièrement gaffe aux pubs irlandais « traditionnels » si vous êtes un elfe : ici, traditionnel signifie non pas « vive le pays de la jeunesse éternelle », mais plutôt « ces tafioles d’elfes nous ont volés notre pays ! »…
    > Tarlan

    o Aqua Arcana a de nombreuses installations dans le quartier et demeure un important demandeur de main d’œuvre dans le district. La mégacorporation est bien appréciée par les locaux, notamment parce qu’en reprenant de nombreuses aqua-fermes touchés par le Crash, elle n’a pas massivement licenciée et au contraire a beaucoup embauché.
    > Fallen Angel

    o Le complexe de Visioncrafters dans le quartier est relativement petit, et se concentre sur la création d’éléments d’optique, de systèmes informatiques basé sur l’optique et d’autres appareils optroniques. Leur sécurité physique se limite à une poignée de flics-à-louer d’une firme locale, mais leur sécurité magique est assurée par Wuxing et leur sécurité matricielle est top niveau. Ils font notamment un usage intensif de scanners à rayons optiques et d’améliorations RA : les rayons peuvent intercepter et repérer un mouvement en réponse à une illusion en RA : par exemple, vous tapez sur un clavier qui n’existe pas physiquement. Une bonne méthode pour cacher à la fois ce qu’il y a d’intéressant et le moyen d’y accéder.
    > Glitch

    o Le French W. Ranch est exploité par Matthew « Matt » Hoepfner, descendant d’une longue lignée de proprios qui se sont établis dans le district en 2018. Comme son père Carl Hoepfner (paix à ton âme, mon vieux), Hoepfner est un troll, une tête de con et un amoureux farouche de la « vraie bouffe », comme il le dit. Hoepfner est l’un des plus fervents soutiens des causes métahumaines et de Feddersen. Contrairement à son père, qui avait survécu à la Nuit de la Rage et éprouvait d’une méfiance pathologique envers les humains, son fils s’est ouvert et emploie désormais des humains dans le personnel de la ferme. Lui-même a épousé une humaine, Judith, ce qui avait fait s’étrangler son père à l’époque. En raison de son métatype, mais aussi de sa politique d’emploi et de son soutien à Feddersen, Hoepfner fait souvent l’objet de menaces et d’attaques des racistes contre son ranch. Vu que le gars apporte une confiance très limitée à la Star, il a tendance à régler ces problèmes en faisant appel à ses nombreux contacts dans les Ombres.
    > H&S

    o Si vous êtes en affaire avec Hoepfner pour régler ses problèmes avec les « fils de pute » (il n’a aucun autre terme dans son vocabulaire pour désigner les membres de l’Humanis), je vous conseille de rogner sur votre paie. Bien que ça semble très con, Matt s’en souviendra et saura vous fournir une planque au cas où. C’est aussi une bonne source d’informations sur les bestioles, si vous commencez à runner dans l’agrobusiness.
    > Madlife


Au sud-est de Snohomish, le quartier de Monroe reste un endroit peu urbanisé, mélange de zones pavillonnaires destinées aux classes inférieures et d’installations corporatistes agricoles de taille modeste. Cathcart, situé au sud-ouest, comprend la principale installation d’aquaculture d’Ingersoll & Berkeley, Ingersoll Aquaculture. Outre cela, le quartier présente des zones résidentielles un peu partout, mais aussi de petites fermes indépendantes spécialisées dans le bio, une grosse installation d’Aztechnology spécialisée dans la culture hydroponique de divers légumes, et deux élevages de saumons d’Aqua Arcana. La population est modeste dans le quartier. Maltby, plus bas, est un quartier plus riche. L’autre installation géante d’Ingersoll & Berkeley, Berkeley Soy Cuisines, se trouve ici. De grosses installations de Telestrian Industries sont également présentes ici, et sont d’ailleurs couplées à un centre de recherche et développement, spécialisée dans les plantes à croissance rapide.

  • o L’installation de Berkeley Soy Cuisines concentre son activité sur la culture en terre ou hydroponique de soja, mais s’ils font aussi d’autres légumes et céréales génétiquement modifiés (notamment des pommes de terre, des tomates et de l’orge traité pour les besoins alimentaires de certains enfants dotés d’intolérance alimentaire). Une grande majorité de leurs recherches de pointe concerne les cultures génétiquement modifiées, capables de survivre dans des environnements à haute concentration de polluants, et même « nettoyer » ces derniers tout en produisant, en toute sécurité, des produits alimentaires consommables (souvent, après une grande phase de transformation). En ce qui concerne Ingersoll Aquaculture, ils élèvent du saumon argenté, du poisson-chat, de l’écrevisse, de la truite, des algues et des plantes fluviales. Ils travaillent depuis des années sur des modifications génétiques destinées à améliorer les rendements, la résistance des élevages aux polluants, et d’assurer le renouvellement des stocks dans les rivières et les lacs.
    > Mr. Bonds

    o Les recherches de Telestrian Industries intéressent énormément les autres agri-corps, parce qu’ils ont fait des progrès phénoménaux en quelques années, notamment dans leurs céréales. Petit bonus : ils ont travaillés à des méthodes de culture et à des modifications génétiques permettant une exploitation intensive sur sol, sans épuiser ceux-ci – ce qui reste un gros problème actuellement pour les agri-corps. Autant dire que leurs recherches sont à la pointe et bénéficient d’une valeur plus qu’intéressante. Malheureusement, la plupart des runs ont misérablement échoués, car la sécurité sur le site est particulièrement élevée. Et il faut dire que le bois entourant leur installation est mortel : ils lâchent des barghests la nuit, ce qui ne facilite pas les intrusions…
    > Stone

    o À Cathcart, l’une des fermes indépendantes est la Circle Farm, autrefois une plantation de roses prospère. Si aujourd’hui elle présente une quantité importante de roses, notamment un labyrinthe de rosiers, Circle Farm se définit comme une coopérative agricole biologique et abrite le siège de la Sororité, un groupe magique wiccan, très investi dans les causes écologiques.
    > Lyran


En continuant à l’ouest de Matlby, le petit quartier de Turner Corner abrite une poignée d’installations corpos agricoles et des résidences pour classes moyennes. Le quartier subit, malheureusement, un certain nombre de difficultés économiques liées à la perte du cadastre et à d’innombrables disputes juridiques. Toujours à l’ouest, Thrasher’s Corner demeure un vaste quartier résidentiel, bien qu’il abrite quelques corpos locales spécialisées dans les services et une prison particulièrement surveillée (et peu appréciée de ceux qui y séjournent). Kennard Corner, situé au nord de Thrasher’s Corner et séparé de celui-ci par la 208th Street, est un quartier mi-pavillonnaire moyen mi-agricole. Dans le prolongement de Kennard Corner, entre la State Road 9 et la State Road 527, le district ne se compose plus qu’uniquement de vastes terrains agricoles, de terres inexploitées et de forêts : l’endroit comporte la Snohomish Society Farm, deuxième plus grosse ferme indépendante du district derrière le French W. Ranch.
Image
  • o Les propriétés de Turner Corner font actuellement l’objet d’une vaste bataille juridique entre Aztechnology et Universal Omnitech. Le développement dans l’agro-business de chaque corpo a besoin de ces terrains, mais la Big A lutte avec d’autant plus d’opiniâtreté qu’elle considère cela comme des représailles contre UO.
    > Pyramid Watcher

    o Cela pourrait se terminer, cependant. UO commence à se lasser et pense acheter des terres plus hauts, au sud de Kennard Corner, pour continuer son développement. Tout ça n e lui plaît pas forcément, mais elle doit bien faire avec.
    > Fix That

    o Je ne suis pas sûr de ce que tu dis, Fix That. J’ai l’impression qu’UO cherche à intoxiquer Aztechnology, car certaines corporations désormais intéressées par ces terrains me semblent ressembler énormément à des faux-nez d’Universal Omnitech.
    > Naira

    o La prison dont parle Ilwaco, le Thrasher’s Correctional Facility, est privée et jouit d’un contrat depuis longtemps avec le métroplexe. C’est l’une des rares à avoir échappé au contrôle de la Lone Star, mais il faut dire qu’il faudrait être un sacré tordu pour en vouloir. C’est ici qu’atterrissent un certain nombre de détenus réputés pour être des durs, en faisant la « plaque tournante » du système carcéral du district. Malheureusement, la prison emploie des gens qui sont le ramassis de merde le plus mauvais et psychotique que j’ai croisé dans toute ma carrière. Si certains sont corruptibles, la majorité des gardiens se contenteront de vous ramasser la gueule après avoir tiré le plus possible de vos poches. Ils ont aussi tendance à détester particulièrement les métas, les magiciens, et à peu près tout ce qui n’est pas humain et blanc.
    > Pepper

    o L’avantage, c’est que si vous vous en aidez quelqu’un à s’en évader, casser quelques crânes au passage transformera l’expérience en quelque chose de très agréable.
    > Hombre

    o C'est l'une des rares prisons de Seattle qui incarne le principe de l'Ironie, puisque les plus dangereux et dégénérés sont du mauvais côté des barreaux.
    > GWL

    o Mais omae, tu énonces une règle générale là, pas une exception !
    > FailedSystem

    o Puisqu’on parle de la Snohomish Society Farms, sachez que le propriétaire de la société, la famille Shofner, est réputée pour ses généreuses contributions aux causes racistes humanistes, et parmi elles la campagne électorale du gouverneur Brackhaven, mais aussi pour sa stricte (et officieuse, bien entendu) politique de recrutement qui consiste à ne jamais embaucher de travailleur métahumain.
    > Mr. Bonds


Au sud de Thrasher’s Corner et jusqu’à l’Interstate 405, Bothell prend place et accueille une population issue des classes moyennes et supérieures. Contrairement au reste du district, Bothell n’accueille aucune installation agricole. Par contre, il comprend une quantité impressionnante de petites corporations, de restaurants, de commerces et d’installations corporatistes de Telestrian Industries et d’Universal Omnitech, qu’il s’agisse de bureaux, de centres de recherche, d’entrepôts ou d’usines spécialisées dans l’agro-alimentaire. Bothell comprend de nombreux parcs et bois, mais connaît une forte pression urbanistique depuis que Telestrian Industries s’est décidé, vu la politique de la Chambre de l’Étoile, de rapatrier un certain nombre d’actifs sur la Cité Émeraude. Plus loin au nord-ouest, Brier accueille une population issue des classes populaires et moyennes inférieures, outre quelques implantations agricoles. Au nord-est, Kenmore présente une population issue des classes moyennes, ainsi que quelques corporations industrielles locales et une antenne de Visioncrafts spécialisée dans l’optique pour commlinks. Kenmore accueille notamment un important et réputé marché de produits bios, mais c’est aussi le lieu d’un festival musical apprécié, le Kenmore Summer Concert Series. Kenmore accueille également le Lake Forest Park, un parc apprécié des habitants de Snohomish.

  • o Bothell et Brier sont deux bastions de l’Humanis, mais leur voisine Kenmore s’avère beaucoup plus ouverte. On y trouve d’ailleurs une importante minorité métahumaine, pour autant qu’importante ait un sens dans un district très largement dominé par les humains. C’est plus ou moins l’un des bastions électoraux de Feddersen.
    > Fatima

    o Le Kenmore Summer Concert Series est probablement l’un des festivals les plus cools de Seattle. Sa programmation s’avère très éclectique et comprend aussi bien des artistes débutants (mais professionnels) que des pontes. L’année dernière, les trois jours du Kenmore Summer Concert Series ont notamment compris une performance d’Omega Rythm et un concert de Sound of the Pacific. La programmation est rarement connue à l’avance, mais le festival attire désormais 80 000 personnes en trois jours, ce qui est loin d’être négligeable pour un petit patelin comme Kenmore.
    > Red Ragnar

    o Le Lake Forest Park est un endroit très sympathique en journée, mais en soirée il est fermé. Il faut dire qu’il devient à ce moment-là le territoire des gangs locaux et de prédateurs à deux jambes, qui se jettent sur n’importe qui d’assez dérangé susceptible d’y venir. Toutefois, pas mal de gens viennent ici pour en fait chopper des puces, de la drogue ou d’autres merdes que les gangers sont susceptibles de leur refourguer.
    > Firefly


Au nord de Brier, la partie sud de l’ancienne ville de Lynwood occupe une vaste portion du district de Snohomish, courant de l’Interstate 405 jusqu’à la State Road 99. Vaste quartier résidentiel pour classes inférieures entrecoupées d’usines agro-alimentaires et de fermes hydroponiques exploitées par Aztechnology, Universal Omnitech et Telestrian Industries, le quartier est un havre bien connu de la haine anti-métahumaine et comprend parmi les plus solides supporters de Brackhaven. Mountlake Terrace, un quartier résidentiel plutôt aisé, comprend de nombreuses corporations spécialisées dans les services et la recherche et développement en agriculture. Enfin, le quartier d’Edmonds est un quartier majoritairement résidentiel, destiné aux classes inférieures et moyennes inférieures.

  • o Ilwaco est plutôt peu au fait des réalités politiques, mais quand elle dit que Lynwood est un bastion bien connu de la haine anti-méta, elle ne plaisante pas. Arborer des crocs ou des oreilles pointues peut vous valoir des insultes et de multiples refus, et les locaux hésiteront pas, si vous ne savez pas vous tenir à votre place, à appeler les flics pour causer tout un tas d’ennuis. Et tout ça, c’est sans compter les gangs de racistes qui pourraient vous agresser à la nuit tombée.
    > Sunshine

    o Mountlake Terrace comprend notamment un gros centre de recherche et développement de Fungitek, et ce qui s’y trame intéresse beaucoup les autres corporations. Je suis sûr qu’il y a un paquet d’argent à se faire là.
    > Nuyen Nick

    o En parlant de recherche et développement agricole, Mountlake Terrace abrite une start-up prometteuse, intitulée Gearability, spécialisée dans le retraitement des sols usés par une agriculture trop intensive. Ces quelques chercheurs en agronomie et en biologie ont commencé à publier des travaux très intéressants sur de nouveaux fertilisants, capables de servir de substrat pour une agriculture intensive. Ces recherches intéressent énormément Aztechnology, Yakashima et Universal Omnitech, mais pour l’instant, aucune des mégacorporations en question n’a mis le grappin sur la prometteuse start-up, ni même à voler ses recherches. Il paraît que la sécurité est bien au-delà de ce qui est attendu.
    > Mr. Bonds

    o Ce qui pourrait s’expliquer par la présence d’un acteur tiers. Personne n’a remarqué qu’ils n’ont eu aucun problème pour réunir des fonds aussi vite ?
    > Naira

    o La réponse, mes amis, tient en quelques lettres à mon avis : LVIH. Je mets ma main à couper que les projets en biotechnologies de la mégacorporation impliquent ce genre de recherches.
    > L’Habitué
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » lun. 15 août 2016 09:07

Fort Lewis.

[tableborder="1"][tr][td]FORT LEWIS EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Maire : Brigadier général John Ethan Darcy.
  • Superficie: 197 kilomètres carrés.
  • Population : 98 000 habitants.
    • Humains : 61 %.
    • Elfes : 14 %.
    • Nains : 3 %.
    • Orks : 15 %.
    • Trolls : 3 %.
    • Autres : 3 %.
  • Densité de population : 530 par kilomètre carré.
  • Revenu annuel moyen par habitant : 41 000 ¥.
  • Taux d’affiliation corporatiste : 39 %.
  • Hôpitaux et cliniques : 4.
  • Circonscriptions électorales : 2.
  • Éducation :
    • Niveau collège : 30 %.
    • Niveau lycée : 56 %.
    • Enseignement supérieur : 13 %.
    • Masters et doctorats : 1 %.
  • Principales installations corporatistes : Aucune.
  • Principaux syndicats du crime : Famille Gianelli (Mafia), Shigeda-gumi (Yakuza).
  • Principaux gangs : Aucun.
[/td][/tr][/table]

C’est donc bien loin de l’agitation des districts centraux du métroplexe que se dressent les forêts verdoyantes de Fort Lewis. Ce qui est, toutefois, plutôt ironique si l’on considère que cette bande de verdure tranquille appartient, en fait, à une réserve de l’armée des UCAS, et héberge la base militaire de Fort Lewis ainsi que la base de l’Air Force de McChord. Le district se résume donc à une grande étendue de forêts et de marécages, à quelques exceptions prêt, qui s’étire jusqu’au Puget Sound. La population, moins de 100 000 habitants, est très peu nombreuse selon les standards de Seattle, même si l’on trouve de nombreux transports en commun, au départ d’autres zones du métroplexe ou des terres du Conseil salish-shidhe, pour venir travailler dans le district.

Fort Lewis est principalement agencé pour répondre aux besoins des soldats et de leurs familles qui vivent dans le district, et l’activité corporatiste est généralement absente. Ici, il n’y a guère qu’une poignée de quartiers résidentiels, perdu au milieu d’une gigantesque forêt. La plupart des bâtiments et des installations se concentrent autour de la principale réserve militaire, qui s’étire de part et d’autre de l’Intercity 5. Cette dernière comporte les quartiers généraux, les magasins de l’armée et les commissariats, ainsi que les lotissements d’habitation au sud de l’I-5. La majorité des zones résidentielles, qui logent les officiers et les soldats avec leurs conjoints et leurs familles, se situent dans la partie ouest du camp. Le nord de l’I-5 est appelé Fort North, qui héberge principalement l’UCAS Army Pacific Command (le commandement de l’armée des UCAS pour le Pacifique) et la Joint Task Force Seattle (la Force opérationnelle conjointe de Seattle). Le district abrite également la Garde du métroplexe, la force opérationnelle militaire du métroplexe.

Il faut savoir quelque chose d’important à propos du district : sa sécurité est assurée non par la Lone Star, mais par la Military Police et la Criminal Investigation Division (composée d’officiers, d’agents fédéraux et d’UCAS Marshalls). La Lone Star et la CID entretiennent des relations cordiales, chacun tenant soigneusement à ne pas empiéter sur leurs plates-bandes, et à s’aider mutuellement. En vérité, c’est plus des hommes que de la corporation ou de la hiérarchie que le CID a des problèmes.

  • o Ce qui n’empêche pas les agents du CID de considérer les agents de la Lone Star comme des fainéants, des pourris ou des incapables, voire un mélange des trois. Si les relations entre chaque hiérarchie sont bonnes, celles entre les hommes sont glaciales et les agents coopèrent entre eux sans enthousiasme.
    > Errant Knight

    o À noter que beaucoup des travailleurs du CSS qui entrent dans Seattle par Fort Lewis viennent à bosser sur les territoires de la réserve militaire. L’armée des UCAS n’a ni le personnel ni l’expertise pour entretenir et répondre aux besoins des centaines d’hectares de forêts, du moins, quand il ne s’agit pas de patrouiller pour tenter de faire fuir les braconniers et les vandales occasionnels qui y pénètrent. Des sous-traitants américains d’origine issus des terres tribales s’occupent de l’entretien de la faune et de la flore, du fait de leur longue expérience en ce qui concerne la réhabilitation et la préservation des terres naturelles. Bien entendu, les contrôles à la frontière sont plutôt stricts, mais on parle quand même là de centaines de travailleurs étrangers qui entrent et qui sortent du district, traversant ses frontières plusieurs fois par jour.
    > Tarlan

    o En parlant de frontières. Il est utile de préciser que, quand le district de Fort Lewis, plutôt récent, fut créé, il a absorbé une bonne tranche des territoires de Tacoma et de Puyallup (ou plutôt de leurs communes satellites) pour remplir ses frontières. Si Puyallup a d’autres fauves à fouetter, cela reste un sujet délicat pour de nombreuses personnes à Tacoma, qui pensent que leur district pourrait faire un meilleur usage des terres qui leur furent confisquées. Cela a aussi créé une alliance étrange et surprenante entre les militaires des UCAS, le Conseil salish-shidhe et les activistes environnementaux, ces derniers jugeant qu’il est préférable que ces terres demeurent sous l’égide de la réserve militaire pour éviter qu’elles soient surexploitées. Ces disputes de frontières ne sont restées, jusque-là, que purement politiques, mais on sait tous très bien que tout ce qui est politique finit par créer souvent une activité bien concrète dans les Ombres.
    > Kay St. Irregular

Image
Carte de Fort Lewis (Miniature).
[tableborder="1"][tr][td]LES QUARTIERS DE FORT LEWIS EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Bridgeport Housing : Inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : BBB).
  • Fort Lewis Zoological Garden : Loisirs/tertiaire (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Gray Field : Militaire (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Gray Housing : Inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : BBB).
  • Lake View : Inférieur et moyen inférieur, résidentiel (Évaluation Lone Star : BBB).
  • Madigan : Moyen, résidentiel (Évaluation Lone Star : A).
  • McChord Air Force Base : Militaire (Évaluation Lone Star : AAA).
  • Parkland : Moyen, résidentiel/militaire/tertiaire/universitaire (Évaluation Lone Star : AA).
  • Spanway : Supérieur, résidentiel/loisirs (Évaluation Lone Star : AA).
[/td][/tr][/table]
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » lun. 15 août 2016 09:08

Les quartiers de Fort Lewis.
Bien que le nombre de quartiers à Fort Lewis soit limité et que leur intérêt pour le shadowrunner le soit tout autant (sauf si vous bossez contre ou pour l’armée), je vais me permettre de faire un petit tour d’horizon du tout. L’essentiel de la partie urbanisée du district se concentre dans le nord-ouest, à proximité de la base militaire de McChord et de l’Urban Combat Simulator. La majorité des quartiers sont néanmoins concentrés au nord-est du district. Parkland est un vaste quartier résidentiel moyen, et le principal en termes de population de Fort Lewis. Parkland comprend de nombreuses installations de l’armée, mais aussi un nombre appréciable de centres de recherche corporatistes et centres attachés à l’armée. Parkland comporte aussi le prestigieux campus de la Pacific University, longtemps « Pacific Lutherian University », une institution privée réputée pour ses programmes spécialisées en arts, en thaumaturgie, en commerce, en éducation et son école d’infirmières. Plus au sud, Spanway accueille une population bien plus aisée, notamment composé de cadres corporatistes travaillant ici ou à Tacoma, mais aussi de nombreux officiers de l’armée des UCAS. Le Spanway Lake voisin comporte un certain nombre d’installations touristiques, exploitées par l’armée et quelques corporations spécialisées dans le divertissement. Il y a également quelques installations corporatistes mineures ici et là dans le quartier.

  • o Parkland est la cible de la plupart de vos runs. Vu que c’est le cœur des activités de l’armée des UCAS (outre évidemment la base de McChord et l’Urban Combat Simulator), la plupart de vos commanditaires vous enverront ici. Les centres de recherche en question intéressent particulièrement les forces militaires étrangères, mais aussi de manière non négligeable les mégacorporations. Certaines des recherches effectuées ici peuvent donner des indicateurs sur ce que recherchent l’armée, ou mieux, de savoir ce qu’il est possible de développer pour contrer ces nouvelles technologies. Par contre, si de tels runs étaient si faciles, tout le ferait.
    > Stone

    o La Pacific University tire la langue, tout de même. De nombreux programmes qui faisaient sa réputation, en thaumaturgie, en éducation et en arts, ont perdu de leur éclat ces dernières années face à la concurrence de l’University of Puget Sound, l’University of Seattle et l’University of Washington. Elle a depuis souffert pour attirer de meilleurs professeurs tout en maintenant sa population d’étudiants intacte. L’école est sous pression, poussée par le besoin d’attirer l’attention sur ses recherches, ses publications et ses étudiants.
    > Lyran

    o Récemment, la Pacific University a reçu des financements de Manadyne. La mégacorporation UCASienne semble très intéressée par des perspectives de développement en manatech efficace contre les magiciens, afin de servir d’alternative aux masquamages, particulièrement éprouvants psychologiquement, et pas toujours d’efficacité certaine face aux magiciens les plus puissants ou les plus tordus. Tout cela semble balbutiant, mais Manadyne semble mettre une grande confiance dans ces projets.
    > Lothan

    o Notons qu’un autre programme a reçu de généreuses aides financières, et pas qu’un peu : l’école des infirmiers de la Pacific University, avec sa qualité, a attiré l’attention de l’armée et celle-ci l’a chargé de former ses infirmiers contre des dons substantiels. C’est du donnant-donnant : l’université a plus que nécessaire pour ses projets, et l’armée gagne des praticiens particulièrement compétents, ce qu’elle a justement du mal à former en interne.
    > Butch

    o Spanway Lake abrite des coins très sympathiques. Le centre de VisionQuest est notamment particulièrement reposant et apprécié des cadres, qui viennent généralement pour passer un week-end à totalement décompresser avant de reprendre leurs 60 heures hebdomadaires.
    > Impresario


À l’est, le quartier de Lake View présente une population de divers travailleurs civils, administratifs et membres de la Garde du métroplexe. C’est un quartier relativement populaire. À son sud, la McChord Air Force Base accueille une importante force opérationnelle de l’UCAS Air Force, actuellement en plein développement sous les ordres de John E. Darcy. Enfin, ces installations militaires sont complétées par le gigantesque Urban Combat Simulator. Ce simulateur de combat, entretenu par l’armée des UCAS, est surnommé le « Centre-ville de l’enfer » par les soldats, simule, comme son nom l’indique, des conditions de combat en environnement urbain. L’UCS a été construit en 2035, quand le gouvernement des UCAS s’est décidé à créer un centre d’entraînement au combat à Fort Lewis. La construction s’est achevée en 2038, et l’armée a commencé à y faire tourner d’autres troupes dès 2039. Afin de garder les forces vives des UCAS en forme, l’armée envoie régulièrement d’autres troupes extérieures à Seattle s’entraîner et s’exercer dans le simulateur. Le programme typique dure environ un mois, dont deux semaines passées « dans la boîte ». L’armée y expédie à peu près deux mille soldats en même temps, et même parfois un régiment issu d’une des cinq divisions des UCAS, ou un bataillon à part.
Image
Le décor de l’UCS est presque identique à Central Waterfront, et des animations RA donnent vie à certains détails une fois que vous êtes dedans. On se croirait presque dans Downtown. Des senseurs dissimulés, des caméras téléguidées et des postes de simsens en circuit fermé sont implantés à chaque coin de rue. L’armée entretient même une surveillance satellitaire sur le simulateur. Toutes les données de ces différentes sources sont compilées et envoyées dans un superordinateur hébergé dans un bunker (appelé le « Spacefleet HQ » par les opérateurs locaux), qui est enterré au centre même du complexe. Le simulateur maintient aussi une batterie de machines virtuelles pour entraîner les hackers militaires au cybercombat. Au sein du simulateur, les soldats utilisent des projecteurs de tags lasers qui se fixent au canon des armes et crachent un rayon infrarouge au moment même où elles tirent des balles à blanc. Quand un soldat réussit son tir sur un autre soldat, la veste de ce dernier, bourrée de senseurs, détecte l’impulsion laser et simule en RA une « blessure » ou une « mort » tout en envoyant ces données dans le système central.

  • o Sacrément chouette ce truc !
    > Slamm-0!

    o L’Urban Combat Simulator fournit aux fédéraux des UCAS une excuse bien pratique pour faire transiter des troupes dans et hors de Seattle sans faire tiquer les voisins, du moins pas autant que ne le ferait un véritable déploiement militaire. Ces dernières années, ils ont accéléré les rotations et les utilisations de l’UCS.
    > Kay St. Irregular

    o Le rôle des forces d’opposition, dénommées « forces adverses » (nom de code FORAD), est souvent attribué aux membres de la garde du métroplexe, mais il est arrivé aux officiers de Fort Lewis d’embaucher des shadowrunners pour cela. Après tout, qui peut mieux que nous élaborer des scénarios tordus de guérilla urbaine ? On le fait au quotidien ! Parfois, les runners connaissent les tenants et les aboutissants de la mission, mais parfois ils l’ignorent, ce qui ajoute à l’entraînement une touche de « réalisme ».
    > Hombre

    o Ce qui signifie que j’aurais peut-être un jour l’occasion d’y faire un tour ? Youpi !
    > Slamm-0!



Au sud-ouest de l’UCS, le quartier de Madigan accueille une population issue des classes moyennes, généralement des sous-officiers, des travailleurs civils importants et quelques locaux. Toujours au sud-ouest de Madigan, le Fort Lewis Zoological Garden accueille de nombreux paranimaux pour le bonheur des spectateurs. Il s’agissait au départ d’une installation de l’armée créée pour étudier les métacréatures, mais le gouvernement des UCAS a fini par le privatiser partiellement et l’ouvrir ainsi au public, tout en maintenant en place les différents programmes de recherche parazoologique. Si le zoo est très prospère, c’est en grande partie à cause des bourses gouvernementales et corporatistes afin d’étudier les paranimaux. Certaines zones restent la propriété de l’armée et interdites au public, mais l’étendue des recherches menées ici reste difficile à appréhender.

  • o Outre les classiques études comportementales et tentatives de dressage, les caractéristiques biologiques et génétiques de ces créatures soulèvent un vif intérêt, à cause de toutes les applications potentielles qui peuvent découler de leur étude et leur compréhension. Certains paranimaux manipulent aussi bien, voire mieux, le mana que certains êtres « conscients », et cela dans de nombreuses situations bien particulières. Trouver le déclencheur biologique, disons, du pouvoir de pétrification du basilic ou des flammes d’un chien de l’enfer peut être particulièrement utile. Jusqu’ici, il n’y a eu aucune avancée notable, à ce que j’en sais (en partie parce qu’ils cherchent, je pense, au mauvais endroit), mais il n’en résulte pas moins des gigapulses de données de recherche potentiellement intéressantes.
    > xSar

    o Au demeurant, je connais quantité d’éco-activistes qui seraient intéressés par ce que trame l’armée dans ses installations secrètes et pour en libérer les paranimaux enfermés.
    > Under Fire


Enfin, les parties urbanisées de Fort Lewis comprennent, juste à l’ouest du Fort Lewis Zoological Garden, les quartiers de Gray Housing et de Bridgeport Housing, comprenant des résidences destinées à la masse des soldats et des ouvriers de l’armée. À proximité de ceux-ci, le Gray Field est un aérodrome complémentaire à la base de McChord, notamment utilisée par les véhicules des officiels en visite. Certaines zones ont été néanmoins semi-privatisées au profit de mégacorporations, qui utilisent pour leurs propres transports aériens privés celles-ci.

  • o Ce qui fait que vous pouvez, contrairement à ce que dit Ilwaco, à faire du boulot en lien avec les corpos à Fort Lewis. Vous allez juste devoir vous introduire sur un aérodrome militaire bien protégé pour devoir mener une extraction. Pas forcément le job le plus simple du monde, mais c’est bien payé.
    > Bueno

Image
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Avatar du membre
Uskomaton Murmeli
Wyvern Bigyosaure
Messages : 536
Enregistré le : mer. 20 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 26 juin 1995

Re: « Seattle, le tour du proprio », sur ShadowSEA.

Message par Uskomaton Murmeli » lun. 15 août 2016 10:17

Council Island.

[tableborder="1"][tr][td]COUNCIL ISLAND EN UN COUP D’ŒIL[/td][/tr][tr][td]
  • Ambassadeur des Nations des Américains d’Origine : Jacob Keelaunax.
  • Superficie: 25 kilomètres carrés.
  • Population : 545 000 habitants.
    • Humains : 34 %.
    • Elfes : 31 %.
    • Nains : 4 %.
    • Orks : 21 %.
    • Trolls : 4 %.
    • Autres : 6 %.
  • Densité de population : 120 par kilomètre carré.
  • Revenu annuel moyen par habitant : 65 000 ¥.
  • Taux d’affiliation corporatiste : 2 %.
  • Hôpitaux et cliniques : 2.
  • Éducation :
    • Niveau collège : 0 %.
    • Niveau lycée : 15 %.
    • Enseignement supérieur : 58 %.
    • Masters et doctorats : 29 %.
  • Principales installations corporatistes : Aucune.
  • Principaux syndicats du crime : Aucun.
  • Principaux gangs : Aucun.
[/td][/tr][/table]

Council Island (précédemment connue sous le nom de Mercer Island) a été cédée aux Nations des Américains d’origine par le Traité de Denver, pour devenir une enclave et une ambassade tribale implantée au cœur du métroplexe de Seattle. Le Conseil salish-shidhe a manœuvré presque immédiatement pour transformer l’île en ambassade tribale digne de ce nom, au point que ses habitants du début du siècle ne la reconnaîtraient certainement pas. Les différents bâtiments qui se dressaient sur l’île ont été rasés, les routes éventrées et retirées, laissant place à de nouvelles structures composées de technologies et de matériaux de construction verts, destinés à la fois à se marier harmonieusement avec l’environnement naturel et à refléter les styles tribaux traditionnels. Les accès routiers ont été strictement restreints, et les câbles ont été soit enterrés, soit remplacés par des réseaux sans fils.
Image
En l’espace de quelques années, l’île a été transformée en un lieu hors du temps. Si l’endroit tient à première vue du piège à touristes, il ne faut pas oublier que l’endroit reste le lieu diplomatique de Seattle par excellence, accueillant non seulement l’ambassade du Conseil tribal souverain, mais celles d’un grand nombre de pays depuis que Seattle a obtenu le droit en 2042 d’envoyer des ambassadeurs dans « toutes les nations nécessaires » à sa survie. Le métroplexe entretient des relations avec vingt-quatre nations différentes, pour la plupart des nations du Pacifique et des Nations des Américains d’Origine, ce qui fait de l’île un lieu important pour tous les shadowrunners qui comptent. La plupart des habitants de longue durée sont des diplomates ou des membres de leur famille, ou encore des attachés et des employés d’ambassade des NAO, sans oublier les gardes forestiers et membres du personnel chargés d’entretenir et de veiller sur la faune et la flore sauvages du site.

  • o Selon le Traité de Denver, Council Island est interdite au survol et le trafic aérien du métroplexe en est dévié. En contrepartie, le Conseil tribal souverain n’avait ni l’autorisation d’entretenir des troupes sur l’île, ni à faire atterrir le moindre appareil aérien sur le site, même si le traité exclut les vols diplomatiques ou liées aux urgences médicales. Le métroplexe tolère en vérité les drones aériens à basse altitude, tant qu’ils ne sortent pas de l’espace aérien de Council Island. Dans les faits, le Conseil s’est débrouillé pour les seuls appareils aériens pouvant se poser sur l’île soient des hélicoptères ou des VTOL.
    > Lost in Space

    o Cette politique de non-survol est maintenue principalement par des drones et des esprits. Bien qu’ils nient toujours être responsables de certains incidents de vol au-dessus du lac Washington, les esprits de l’air utilisés font fréquemment du zèle pour appliquer strictement la politique en question.
    > Lothan

    o L’Intercity Bridge traverse le lac Washington et longe la pointe nord de Council Island avant d’atteindre l’autre rive du lac. Cette voie routière est peut-être ce qu’il y a de plus moderne sur cette île, car, pour des raisons aussi bien esthétiques que sécuritaires, elle est entourée d’une haute enceinte, elle-même trop rarement trouée de rampes d’accès ou de sorties. Ces dernières sont sous étroite surveillance, chargées en péages et en barrages, avec barricades amovibles, clous pour les pneus et tout le bazar, renforcés de quelques mecs de la police de l’île, qui sont rattachés aux forces de sécurité des NAO. Ils vérifient vos visas pour voir si vous avez l’accréditation nécessaire pour accéder à l’île, et renvoient les gens dont les passes ne sont pas valides vers l’autoroute. L’enceinte autour de la route est étroitement surveillée, et les véhicules n’ont la permission de s’arrêter que pour les urgences.
    > 2XL

    o Notez que le pourcentage « Autres » indiqué comprend des zoocanthropes issus des terres tribales (principalement des aigles et des ours) et les sasquatchs. Ces derniers, membres de la tribu Growp'skitch !, disposent d’un statut étrange : bien que reconnus citoyens par les NAO, ils ne tombent pas sous la juridiction de ceux-ci mais celles des UCAS, qui les considèrent comme une espèce protégée. Sachez qu’en vertu des accords entre les UCAS et les NAO, les rangers du parc ont ordre d’abattre toute personne tentant de capturer ou de tuer un sasquatch, donc ne le faites surtout pas.
    > Seventeen

Image
Carte de Council Island (Miniature).
Campagnes actuelles :

* Lundi soir : Shadowrun (MJ).
* Jeudi soir : Shadowrun (MJ).
* Samedi après-midi : Trinités (MJ).
* En pause : Trinités (PJ : Aleksandr Nekrassov).

Répondre

Retourner vers « Shadowrun "Groupe 1" par Uskomaton Murmeli »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité