Le monologue de Liliana

Image
Répondre
hein
Ruloft Roah Hurleur
Messages : 20
Enregistré le : jeu. 14 avr. 2016 14:45
Date de naissance : 09 avr. 1976

Le monologue de Liliana

Message par hein » dim. 16 juil. 2017 22:17

Après ces révélations, liliana resta muette tout le reste de l’après midi. Ses compagnons s’affairaient dans le camp de fortune établi par les orques. Les corps de la troupes de gobelins jonchaient le sol par dizaines dont certains dans des positions grotesques. Au centre de la clairière, près du foyer, trônaient les caisses de sel. Les marchands de Zobeck auraient donné une fortune pour cette cargaison.

Sur les conseils de la druidesse, Oeil de Nuit, Stedd et Olrik avaient entassés dans un coin reculé de la clairière les corps inertes des peaux vertes afin de les offrir à la forêt. Liliana s'était elle assise à l'écart du feu. Elle tenait entre ses mains le vieux livre de son maître qu’elle compulsait frénétiquement. Le cuir usé et rongé de la couverture en avait effacé l’emblème mais un oeil averti aurait reconnu sans hésiter celui de Sarastra, déesse de la magie et de la nuit. En revanche, trois mots se detachaient distinctement sur la tranche “DE TELLUS MAGIA”.

Les cartes des régions civilisées et sauvages défilaient sous ses yeux de mais ce n'était pas ce qu’elle cherchait. Son doigt parcourait less pages en s’attardant parfois sur les mentions manuscrites en marges dans un alphabet aujourd’hui disparu. Peu de gens encore vivant seraient capable de reconnaître ces lettres et encore moins de connaître leur sens. Dans cette habitude ancestrale du secret jalousement gardé, chaque magicien écrit dans une langue qui lui est propre et qu’il est le seul à connaître. Certains maîtres enseignent leurs idéogrammes à leur disciple le plus prometteur, afin de leur léguer le fruit de ses recherches et Bohumil en a fait don à Liliana dans les derniers mois de sa vie. La magicienne tenait entre ses mains le fruit de quarante années de recherches d’un des esprits le plus brillant du siècle dernier. Elle se faisait l’effet d’une naine sur le dos d’un géant.

Des mots défilaient sous ses yeux tandis qu’elle effleurait les symboles “Fée… Scathesidhe… sacrifice… Sarastra… pouvoir... guerre… Ombre Castel… le Chêne Noir… le tribunal de l’ombre”. A la vue des derniers mots son regard se perdait dans le vide, les pièces se mettaient en place. Ses lèvres remuaient répétant dans un murmure ses propres paroles : “Le monde que vous avez connu n’existe plus”


Au loin, le rire gras et puissant d’Olrik retentissait dans la clairière comme un coup de semonce.

Liliana se leva et commença a arpenter la clairière en long et en large afin de mettre de l’ordre dans ses idées. Les idéogrammes défilaient devant ses yeux écarquillés. L’orque n’avait pas menti, elle le savait depuis le début ! Depuis son retour elle en avait le pressentiment , rien de bon ne pouvait découler de la chute des Stross. Depuis son réveil, elle n’avait pas osé ouvrir le livre de Bohumil mais l’urgence de la situation l’imposait.

Liliana comprenait maintenant que sans l’alliance avec les fées et le tribunal de l’ombre, Zobeck aurait tout simplement été rasée. Tout le monde savait mais devant la réussite insolente de Zobeck, ils fermaient tous les yeux. Le village médiéval et austère s’est transformée en une cité riche et prospère en moins d’une génération. La guerre contre les kobolds avait ouvert une ère de prospérité pour Zobeck sans commune mesure dans le monde civilisé et qui dura pendant six siècles. Les Stross dirigeaient la ville d’une main de fer et étaient sans pitié avec leurs ennemis. Pourtant, l’esprit Zobeckien était devenu proverbial et le modèle à suivre. L’excentricité des Stoss cachait des sombres secrets à commencer par leur résidence d’été, Ombre Castel au sein duquel le chêne noir tenait un rôle funeste dans la réussite des Stross et de Zobeck.

La magicienne s'arrêta dans son élan comme si un mur invisible lui faisait face, elle essayait de se remémorer tout ce qu’elle avait lu sur le sujet. Parmi de nombreux écrits, Liliana se souvint que d’anciens textes décrivaient la pratique de sacrifices humains et de dons d’enfants pour attirer les faveurs des fées sur des clans. Cet équilibre précaire a été jeté au sol par une poignée de fous. Ils ont appelé ça la Grande Révolte mais ce qu’ils ignoraient c’est que le jour de la libération de Zobeck du joug des Stross a aussi sonné la rupture de l’alliance avec le tribunal de l’ombre.

Et on ne rompt pas impunément une telle alliance. Bohumil aimait à répéter aux magiciens séduit pas la nécromancie : “Ce qui naît par le sang périra par le sang.” Sarastra, pardonne-leur ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient

Le soleil léchait la cime des arbres, cela faisait plusieurs heures maintenant que la disciple du magicien gnome était perdue dans ses pensées et suivait le fil de sa réflexion. Elle se souvenait avoir accompagné à deux reprises son maître au conseil des sages de Zobeck. Il siégeait généralement dans l’immense bibliothèque d’Ombre Castel. Ce conseil aussi vieux que Zobeck avait l’oreille des Stross. Car, sans être un organe officiel, il faisait autorité et regroupait les plus grands représentants de chacune des académies de magies. Chacun des sept sièges était attribué par cooptation, sur la base de recommandations.

Les séances se tenaient généralement aux solstices d’hivers et d’été. Des décisions y étaient prises en matière magique et le conseil prenait fonction de tribunal à l’encontre des contrevenants. Un représentant des Stross assistait systématiquement à ces conseils et tranchait en dernier ressort. Bien que Bohumil en refusa les honneurs à trois reprises, il y était tenu en haute estime. C’est la raison pour laquelle le Conseil des Sages lui confia la tâche d'étudier les tracés telluriques.

Ces découvertes étaient en train de révolutionner la magie. L'énergie magique qui était perçu jusqu'à maintenant comme invisible, imprégnant le monde et le multivers avait une forme, une origine physique. Cette pure énergie magique n'était pas uniquement présente sous forme évanescente et éthérée mais aussi et surtout liquide.

Des rivières rouges sang d'énergie indomptée parcouraient sous la surface, des continents et des mers et convergaient vers de véritables lacs souterrains. Nous effleurions tout juste avec nos recherches le potentiel de ces “noeuds” de magie.

La cartographie, largement entamée, était toute entière dans le livre que tenaient Liliana entre ses doigts mais nous n’en avions pas encore percés toute les propriétés. Le Conseil des Sages suivait de près le moindre de nos progrès se tenant informé semaine après semaine de nos avancées. Bohumil avait la lourde tâche de rédiger un rapport de nos activités et devait rendre compte de vive voix à chaque session auprès des érudits.

Rétrospectivement nos soucis ont commencé à apparaître lorsque nous avons commencé a pointé du doigt Ombre Castel. En effet, nous nous sommes rapidement rendu compte que de nombreuses rivières telluriques convergaient vers des lacs et que ces lacs étaient sous Ombre Castel. La rencontre avec le diable épineu n’avait rien de fortuite. La mort de mon maître n’était pas un accident mais un meurtre.

hein
Ruloft Roah Hurleur
Messages : 20
Enregistré le : jeu. 14 avr. 2016 14:45
Date de naissance : 09 avr. 1976

Re: Le monologue de Liliana

Message par hein » mar. 18 juil. 2017 20:07

Ombre Castel : ce lieu de tous les fantasmes de mes contemporains. La résidence d’été et le lieu de pouvoir des Stross durant les 600 ans de leur règne. L’histoire des Stross est profondément lié à Ombre Castel à toutes les étapes de leur fulgurante ascension.

En cherchant un peu, on trouve trace de nombreuses rumeurs qui circulaient sur ce qui s’y déroulait : Arts Occultes, Bacchanales sanglantes, rituels à la déesse de la nuit et de la magie. Ces histoires qu’on racontait au début du règne des Stross, ces histoires qu’on murmurait dans les coins sombre des tavernes de Zobeck prirent rapidement la dimension de légendes et personne n’y prêta plus vraiment attention. Mais, on en trouve encore aujourd’hui de nombreux exemples dans le folklore Zobeckien et dans les contes pour endormir les enfants.

Toutefois, personne n’allait de gaité de coeur à Ombre Castel et il était de notoriété publique que de nombreuses personnes conviées n’en revenaient pas ou bien quand ils revenaient n'était plus les même. Selon nos recherches, Ombre Castel aurait été bâti il y a de cela des siècles sur un lieu unique avec sous ses pieds un véritable lac tellurique dont les profondeurs sont insondables et incontestablement hors de nos connaissances magiques.

D'après les premières constatations dont j’ai pu être témoin à mon réveil, les rivières telluriques se sont solidifiées. Les hypothèses se bousculent dans ma tête, et même en m’appuyant sur le livre de Bohumil, j’ai encore du mal à en cerner les raisons : est ce le tarissement de la source ou le manque d’activité magique qui en est la raison ?

La pratique de la magie a connu un ralentissement important durant mon demi-siècle de sommeil. Les rivières telluriques sont la source de toute magie, le doute n’est plus possible. Ces pierres rouges sont des concentrés de pure magie hautement dangereux pour celui qui ne sait pas les manipuler. Si les sous-sols d’Ombre Castel parvenaient entre de mauvaise mains, Je n’ose imaginer ce qu’elles pourraient en faire.

Mon maître soupçonnait que l’importance qu’accordait le Conseil des Sages à Ombre Castel était étroitement liée aux rivières telluriques. Étant parfaitement conscient des dangers de telles allégations, Il n’avait évoqué ces soupçons qu’en ma compagnie.

Ombre Castel est la clé de ce mystère, il en est le commencement, et l’enjeu.

A l’autre bout de la clairière, dans la pénombre grandissante, certains corps des peaux vertes tombées au combat étaient déjà noués par de minces branches recouverte de jeunes pousses. La forêt commençait à les assimiler.

J'espère que cela suffira à apaiser la forêt pour les actes d’Olrik et de ses ancêtres. Où en étais-je ?

Ah oui, les Stross sont tombés et il faut conclure un autre pacte. Zobeck n'était qu’un faire-valoir, une monnaie d'échange pour protéger Ombre Castel. C’est incontestable, une nouvelle alliance a été scellée entre le tribunal de l’ombre et un autre seigneur matériel : un shaman orque cette fois ci. L’orque avait fait mention d’un shaman qui avait reussit à unir les clans. Cette idée est juste incroyable car c’est une situation inédite dans toute l’histoire des Orques. Et en temps normal cette affirmation aurait été risible mais elle devient terrifiante lorsqu’on met les pièces bout à bout.

Avec le pouvoir de Sarastra le Shaman orque devient irrésistible, car ajouté à la puissance physique des tribus orques réunis, le monde civilisé ne peut résister. Ce monde moderne est divisé, faible et corrompu. Sarastra séduit en promettant la réalisation des rêves les plus fous.

En son temps, c'était de l’argent et de la puissance pour les humains. Mais avec les peaux vertes, il est fort à parier que ce sont des ruines fumantes et des esclaves par milliers qui leurs sont promis. Les gérants de Zobeck puisque c’est ainsi qu’il faut les appeler ne sont pas prêt à faire face à une telle menace. De ce que j’en ai vu, ils sont faible, corrompu et l’argent n’est que leur seul intérêt. Ils sont tout autant incapables les uns que les autres. Si le monde civilisé n’est pas unis, la barbarie l’emportera.

Si nous voulons sauver Zobeck et la civilisation, nous devons prendre les choses en mains sans eux. En allant à l’Est vers les tribues orques unies nous allons vers une mort certaine. Nous ne sommes pas en mesure de leur résister : Il nous faut de l’aide car nous ne pourrons les vaincres seuls et il nous faut comprendre l’ennemie avant de nous précipiter tête baissé.

Les druides ne pourront résister même avec notre aide, nous devons les prévenir de ce qui se trame afin qu’ils se mettent à l’abri en lieu sûr afin de laisser passer l’orage. Non, la solution est à l’Ouest, j’en ai l’intime conviction. La clé est et a toujours été Ombre Castel.

Le soleil était maintenant couché, les compagnons de Liliana sont maintenant tous réuni autour du feu de camps à palabrer tandis qu’Oeil de Nuit jetait un coup d’oeil aux alentours. A mon approche j’entendais Stedd qui vantait bruyamment les vertues de la bière zobeckienne sur la bière naine.

Liliana se plante devant eux, la lumière du feu faisant ressortir le teint livide de la magicienne. Les mains fermement appuyés sur les hanches pour ne pas qu’ils les voient trembler elle dit d’une voix claire et haute : “j’ai quelque chose à vous dire.”

Répondre

Retourner vers « D&D 5 - "Zobeck-TA" par Adarmis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités