Pathfinders : l'eveil du seigneur des runes

Image
Répondre
Avatar du membre
BenScott
Doppleganger
Messages : 378
Enregistré le : ven. 14 nov. 2008 01:00
Date de naissance : 11 mai 1974

Pathfinders : l'eveil du seigneur des runes

Message par BenScott » lun. 8 juil. 2013 12:28

Récit une chasseuse de prime.

Image

_ jour 1 :

Voyagent à travers le monde a la recherche d’indice d’éventuel géant encore vivant, mon chemin me mena au petit village de Pointesable ou l’on m'avais dit qu’il y avait des anciennes traces de civilisation de géant. Une fois arrivé dans ce charmant petit village je m’aperçue qu’il y a avais une grande fête donner en l’honneur de la fin des travaux d’un grand édifice religieux. Ce fut pour moi un moment de répit. Il y a avait un grand banquet j’en profitai donc pour me restaurer quelque peu.
Image
En allant m’assoir a l’une des nombreuses table du banquais deux homme s’assière à ma gauche. A en jugé par leur tenue vestimentaire se devais être des hommes de foi d’une religion quelconque. Sais dernier commencèrent à engager la discussion avec moi, je leur répondis par pure politesse. Une fois mon assiette terminer je les saluai, me leva de table et commença à me diriger vers le vieux phare de la ville afin d’y continuer mes investigation. Quand soudain un vent de panique gagna la foule les gens couraient de toute part. Un danger était imminent, je sauta sur l’une des table afin d’avoir une meilleur vue de la place. Je me saisis mon arc suivie de l’une de mes flèches à la pointe bien aiguisé tout en observent d’où pouvais bien provenir cette panique. Quand peu de temps après je vis une petite créature a la peau verdâtre éventrer un pauvre malheureux chien. Il était clair que j’avais devant moi des gobelins, de répugnante petite saloperie verte qui prenaient un malin plaisir à détruire et à tuer tout ce qui les entourait. Ni une ni deux je décochai une flèche qui alla se planter dans l’œil de l’une de ces saloperies, le laissant pour mort dans une marre de de sang qui s’écoulais du sommet de son petit crane vert, car ma flèche était entré par l’œil et la pointe était ressortie par le somment de sa petite tête verte. Tandis que les deux hommes qui avais engagé la conversation avec moi peu de temps avant, était au corps à corps avec ces gobelins pendant que je continuai d’arroser la zone de mes flèches. Un court repris s’offrait à nous et sais deux homme voulurent interroger l’un des survivants gobelins. C’était sans conpté mon mépris pour sais créature verdâtre répugnante, je banda alors mon arc et d’une flèche bien placer en plein cœur j’acheva ce dernier.
Les deux hommes me demandèrent pourquoi j’avais fait ça et je leur répondis que les parole de sais créature n’ont aucune valeur et qu’il valait mieux les voire morte ! Quand peu de temps après une autre vague de c’est saloperie arrivais le combat fut alors réengager et se fut un carnage. A mon grand regret le commando gobelin réussis à prendre la fuite. Quand le combat fut fini plusieurs personne du village nous rejoignirent afin d’interroger le gobelin survivant. Je leur conseillai qu’une fois leur interrogatoire terminer il fallait éliminer cette bête !
[flash(425,350)]http://www.youtube.com/v/zTIv1B4nnhk[/flash]

Image

Le calme était revenue dans sur la place du village je me diriga vers les deux hommes qui ont combattu fièrement à mes coté afin les félicité pour leur fait d’arme, quand l’un des hommes m’interpella et me demanda si je ne souhaitais pas entrée avec lui dans le temple afin de savoir ce qui s’y trame.
Je lui répondis ne non, l’intérieur de ce temple ne m’intéressaient pas plus que ça. Je déclina donc sa proposition. Je me mis en route pour le vieux phare quand soudain je senti une main sur mon épaule il s’agissait de l’aristocrate dont le chien avais été sauvagement tué par c’est gobelin peut de temps avant. Il ne tarda pas a se présenter Alderne, cette homme me dit-il venait de la ville de Magnimar plus au sud d’ici.
L’homme insistât pour nous récompenser moi et les deux hommes avec qui J’ai combattu et nous invita à le rejoindre le lendemain dans l’auberge du dragon roulier. Une fois ma conversation avec ce dernier terminé j’informa les homme qui était avec moi qu’il était invité par ce Alderne demain à l’auberge du dragon roulier. Une fois l’invitation transmise je me dirigea donc vers le vieux phare.
Une fois arrivé au pied des ruines du vieux phare, j’aperçois un vielle homme qui me regarde de derrière la fenêtre de sa maison, je ne prêta pas plus attention que ça a ce vielle homme. Je commença donc mes investigations autour de ces ruines et la première chose qui me frappa était que les pierres de la construction était si grosse que seule des géants aurait pu concevoir cette édifice. Quand une petite vois retentit à mes oreille, il s’agissait du vielle homme qui m’observais de sa fenêtre. Une longue conversation s’engagea alors et j’appris que cette tour fut jadis construite par les tassiloniens et qu’n fait cette tour n’était autre qu’une fabuleuse machine de guerre piloter par les gens de l’époque et pouvant lancer des jets de flamme a plus d’un kilomètre détruisant toute menasse éventuel pouvant provenir de la mer. Au cours de ma discussion avec le vielle homme j’entendis une voix au loin, je regarda par-dessus l’épaule du vielle homme et je vis au bout de la route les deux homme avec qui j’avais combattu. Une fois ma conversation terminé je me dirigea vers eux quand l’un des deux homme me demande si je sais où dormir pour la nuit. Je lui indiqua alors le nom de l’auberge dans la quel j’avais prévue de me rendre. Le moine, le prêtre et moi-même nous nous dirigeâmes donc en direction de l’auberge du cerf blanc. Quand le moine nous abandonna pour aller dormir dans le temple. A peine nous hume passer le pas de la porte de l’auberge que des applaudissements et des « hourra » fusèrent de toute pars.
Image
Je me dirigea au bar et demanda un chambre et un repas chaud. Puis je m’assoie a une table en compagnie du prête noetria. La nuit était tomber et pour mon repas du soir je commanda une reblochonnade tandis que mon compagnon de tablé commanda un macro.
Image
Dans l’attente d’être servie noetria et moi commencions a faire connaissance. A la fin du repart nous nous dirigeâmes chacun dans une chambre afin d’y passer une nuit des plus reposante.

_ jour 2 :

Au petit matin, je me lève la mine fraiche d’avoir passé une bonne nuit reposante, je rassemble mes affaire et descend dans la salle de restauration afin d’y prendre mon petit déjeuner en compagnie de moetria qui était la assis a une table. Une fois mon petit déjeuner pris nous sortîmes de l’auberge car tous les frais était offert par le propriétaire des lieux et nous partîmes explorer quelque peut la ville en direction de notre rendez-vous qui se trouvait à l’auberge du dragon roulier. En me promènent dans la ville je me retrouve vite séparer de noetria que je retrouva peu de temps après et quoi en me voyant arriver m’offris gracieusement une potion de soin. Car en effet noetria souhaite se payer mes services de chasseuse de prime. Et par la même occasion me venta le faite qu’on lui avais offert un petit travail de comédien dans le théâtre de la ville et il était très désireux de me voire y participé. Chose que je déclina bien évidement, car étant chasseuse de prime je ne suis pas là pour me montre en spectacle devant plusieurs centaine de personnes. Quand surgie du bout de la rue une petit enfant affoler et à la recherche du prévôt. Ce dernier nous indiqua qu’il y avais un problème a l’Académie de Turandorok. Nous partîmes donc dans la direction de l’académie afin de voire de quoi il en retournait, quand nous fume accueillie par le recteur de cette dernière Ilsoari Gandethus.
L’homme nous conduit au prêt d’un petit garçon qui avait a première vue frapper violement un de c’est camarade. S’en suivie alors un long interrogatoire au court du quel nous apprîmes la présence d’un chuchoteur des greniers. Cette chose ressemble à un enfant émacié et grisâtre, avec des habits faits de toiles d’araignée et de poussière et un crâne de renard à la place de la tête. Les chuchoteurs du grenier résultent généralement de la mort d’un enfant solitaire ou négligé. Plutôt que d’animer le corps de l’enfant mort, la créature se forme à partir d’un amalgame de vieux jouets, d’habits, de poussière et d’autres objets associés au défunt, des icônes de la négligence dont l’enfant a été victime. Les matériaux qui s’assemblent pour former ces créatures peuvent être tellement divers qu’on retrouve chez les chuchoteurs du grenier des apparences très variées. Les chuchoteurs du grenier hantent les endroits où ils se sont formés. Il s’agit généralement de vieilles maisons, d’orphelinats, d’écoles, de prisons, d’ateliers et d’autres endroits où les enfants peuvent être abandonnés. Nous montâmes donc au grenier afin de vaincre cette créature.
Image
Ce que nous fîmes avec quelques difficultés il faut bien l’avouer. Une fois la créature vaincu nous redescendîmes rassurer le petit garçon et par la même occasion Ilsoari Gandethus le recteur. Une fois sortie de l’académie nous reprime notre route en direction de l’auberge du dragon roulier. Au détour d’une ruelle j’aperçue mon petit vieux dans une librairie en plaine conversation. Il m’invita a le rejoindre je me sépara donc de des deux compagnons de routes un court moment une nouvelle fois. La librairie se nommait Au Gobelin Curieux. le panneau devant la boutique représente un gobelin aux yeux écarquillés qui lit un livre presque aussi grand que lui. À l'intérieur, cette librairie témoigne de l'obsession d'un homme pour les mots imprimés. Chask Haladan maintient une histoire d'amour avec les livres depuis près de 70 ans et ne semble pas prêt d'y renoncer de sitôt. Son magasin est étonnamment complet, et si la quasi-totalité de ses marchandises sont beaucoup trop chères pour les locaux, son mode de vie frugal fait passer le succès de son activité professionnelle au second plan, après sa propre satisfaction. Au moment où je sors de la boutique des crie se font entendre non loin de moi dans la rue perpendiculaire à la mienne. Je penche ma tête au coin de la rue et j’aperçois mes deux compagnon en pleine dispute avec un marchant. Je me dirigea donc vers eux en leur demandent ce qui c’était passer. Quand en regardant par la porte vitrée de la boutique et voyant le propriétaire gronder sa fille je compris vite que quelque chose de louche s’était dérouler ici. les temps ont bien changer je rétorqua au moine avec un petit sourire. Apres ce sombre évènement nous arrivâmes enfin à l’auberge du dragon roulier ou nous fumes accueillis et installer par la maitresse des lieux. Ce grand bâtiment, la plus ancienne auberge de Pointesable, est facilement identifiable par l'impressionnant dragon de fer sur son toit. Détenue et exploitée depuis ces six dernières années par la belle et exotique Ameiko Kaijitsu, le Dragon rouillé est non seulement l'une des cantines les plus populaires du village, mais aussi un bon endroit pour rencontrer les visiteurs puisque la plupart des nouveaux arrivants tombent sur cette auberge en premier, la route du nord de la Côte Perdue étant moins fréquentée. Rares sont les soirées qui s'y passent sans que la talentueuse jeune femme ne chantent deux ou trois chansons.

[flash(425,350)]http://www.youtube.com/v/As6xdTKndxw[/flash]

Apres avoir pris notre commande la serveuse de l’auberge une petite halfelin nous informe que la propriétaire ne va pas tarder à venir chanter. A peine eu tel le temps de finir sa phrase qu’Ameiko monta sur scène le silence se fit dans la salle.
Image
Elle s’installa sur un tabouret et commença à gratter une petite guitare quel avais soigneusement posé sur ses genoux et commença à chanter. Peu de temps après, Aldern l’homme qui nous avais donné rendez-vous dans cette auberge descendit les escaliers qui menaient à l’étage et se dirigea vers notre table.
Image
S’assoie quelque minute et tout en nous remerciant de lui avoir sauvé la vie nous demanda si nous voulions participer à une chasse au sanglier. Nous acceptons donc son invitation. L’homme se leva sortie de l’auberge afin de préparer notre départ à la chasse. Une petite demi-heure se passa le temps que nous finissions notre repas. Une fois ce dernier terminé nous sortîmes de l’auberge et nous aperçûmes notre homme accompagner de trois chevaux. Tout en nous donnant les raine il fit un grand sourire et nous annonça que ces dernier était un présent en guise de remercîment pour lui avoir sauvé la vie. Nous le remercions, toucher de cette généreuse attention. Nous montâmes donc à cheval afin de nous diriger vers notre lieu de chasse. En chemin nous discutons afin de faire plus ample connaissance.
Une fois arrivera destination nous mettons pied à terre afin de continuer à pied pour pouvoir débusquer un éventuel sanglier.
Image
Nous nous répartissons quelque peu sur la chemin, quand l’homme vi un sanglier. Ce dernier banda son arc et décocha une flèche qui alla se planter dans un buisson non loin de la bête. Ce dernier pris de peur par la flèche qui vient de tomber non loin de lui s’enfuit a toute jambe dans notre direction. Je me saisis alors de mon arc, prie une flèche, banda ce dernier et tira en direction du sanglier. Cette fit mouche et alla se planter en plein dans son épaule. Ce dernier pousser un cri de douleur. Pendant ce temps noetria se dirigea vers moi et d’un simple contact me béni. Prie de fureur le sanglier se mis à me charger. Son attaque rata tandis qu’aldern pris de panique tenta reculer, mais il trébucha et tomba au sol. Je m’éloignai de la zone de combat afin de pouvoir être à distance de tir de la créature tandis que noetria partie au corps à corps avec cette dernière. Une lutte acharner s’engagea alors. Epauler par les tirs de soutien d’aldern et de moi-même, noetria se retrouva assez vite en mauvaise posture car un sanglier de cette taille n’était pas du genre à se laisser faire. Une fois la bête au sol nous nous dépêchons d’aller secourir noetria, qui sous les attaque du sanglier était en bien mauvaise état. Nous décidions donc aldern et moi-même ne ramener en urgence noetria en ville fin qui se face soigner au plus vite. Nous n’oublions bien sûr pas notre sanglier. Une fois arrivé en ville nous nous dirigeons ver le temple de desna afin de prodiguer sur noetria des soins qui lui permettront de se sentir mieux. Le père Abstalar Zantus arrive alors et applique des soins magiques sur mon compagnon qui se sent instantanément mieux.
Image
Pendant ce temps aldern mis le corps du sanglier inerte sur son cheval et partie en direction de l’auberge le dragon roulier afin de nous faire préparer se sanglier. Noetria et moi-même décidions donc de nous rendre a notre auberge quand chemin faisant des jeune garde de la ville nous fon signe de nous arrêter et nous informe que le prévôt Bélor Ciguë requière notre présence à la garnison. Nous nous dirigeâmes donc en direction de cette dernière. En arrivant à la garnison un garde nous indiqua que le prévôt était à l’hôtel de ville en compagnie du maire. Nous entrâmes donc à l’hôtel de ville pour arriver à un accueil. Nous nous annonçons et peu de temps après nous voilà dans le bureau du maire. Dans ce dernier se trouve madame le maire Kendra Deverin, le prévôt Bélor Ciguë, et une jeune elfe Shalelu Andosana.
Image
Image
Image
ces dernier nous informe que les mouvement des gobelin aux alentour se déplacement de façon curieuse et organiser, chose qui impossible pour de simple gobelin, sauf si une créature douer d’intelligence les diriges. Afin de faire la lumière sur cette affaire le prévôt va partir en direction de la citée de Magnimar afin de ramener une garnison de soldat. En l’absence de ce denier il nous nomma capitaine temporaire de la ville de pointe sable. Shalelu décide alors de se diriger vers la foret du bois de la mousse afin d’y surveiller les alea des gobelins. Mais avant de partir nous l’invitons à se restaurer en notre compagnie à l’auberge du dragon roulier. Une fois à l’auberge la serveuse nous installe et me donne une note provenant d’aldern. Shalelu profite du temps d’attente pour être servis pour nous parler des tribus gobelins des alentour.
Image
Sais alors quel se lance dans son exposer.

Les tribus gobelins des environs de Sandpoint

Il existe cinq principales tribus gobelines dans la région de Sandpoint, souvent déchirées par des disputes internes ou des guerres de clans. Ces conflits assurent une relative tranquilité aux habitants : ils empêchent les gobelins de s’unir et de représenter une réelle menace. Il est plutôt rare pour un gobelin de vivre suffisamment longtemps pour acquérir une certaine notoriété. Les quelques-uns qui parviennent à être reconnus en tant que « héros » par l ’une ou l ’autre des tribus ont certainement grandement mérité ce prestige.

La tribu des Ecraseurs d’Oiseaux

La tribu gobeline la plus proche de Sandpoint est celle des Ecraseurs d ’Oiseaux, qui vit dans des grottes situées sur le bord ouest du Plateau du Diable. Traditionnellement, il s’agit d ’une des tribus les plus paisibles. Ils tirent leur nom des nombreux nids qu’on peut trouver à proximité de leurs grottes. C’est là également leur principale source de nourriture.

La tribu des Lèche-Grenouilles

Plus au sud, la tribu des Lèche-Grenouilles habitent le Marais des souches marines. Ces gobelins ont pour coutume de lécher le dos de grenouilles des marais avant d ’entrer en combat. Ces grenouilles sécrètent une sorte de drogue qui semble rendre les gobelins plus résistants et moins peureux pour quelques heures. D’après mes observations, cette substance aurait également un effet secondaire d ’affaiblissement qui n’apparaîtrait que plus tard, ainsi qu’un effet d ’accoutumance. Ces gobelins sont d ’excellents nageurs.
Vorka est un gobelin solitaire du Marais des Souches Marines connu pour sa propension à dévorer d ’autres gobelins. Il a principalement la réputation de « héros » au sein des quatre autres tribus ... qui vivent suffisamment loin de des marais pour ne pas avoir à souffrir pour combler la faim de l ’hermite gobelin.

La tribu des Sept Dents

A l ’est, on trouve la tribu gobeline des Sept Dents, dans le Bois de Shank. Ces gobelins subsistent en pillant régulièrement (et discrètement) les détritus de la décharge de Sand point et en construisant armes et armures à partir des restes trouvés. Pendant de nombreuses années, les gobelins des Sept Dents ont considéré Koruvus comme leur champion. C’était un gobelin réputé pour son mauvais caractère et pour son bien le plus précieux : une épée longue magique dérobée à un humain (que Koruvus garde précieusement même si l’arme est trop grande pour lui). Koruvus aurait disparu il y a de cela plusieurs mois, après avoir trouvé une « cachette secrète » dans une grotte le long des falaises. Les gobelins des Sept Dents restent convaincus que Koruvus monte la garde dans cette cachette, en tant que fantôme, prêt à tuer tout qui viendrait à y pénétrer.

Les gobelins du Bois de la Mousse

Encore plus loin à l ’est, on trouve les gobelins du Bois de la Mousse. Il s’agit là sans aucun doute de la tribu la plus grande, mais aussi la plus déchirée par des luttes intestines. De temps en temps, les gobelins du Bois de la Mousse mènent des raids contre les fermes au sud-ouest. Gugmut le Grand est un gobelin tout particulièrement grand et puissant de la tribu du Bois de la Mousse. Selon ses pairs, il serait né d ’une mère hobgobeline et d ’un sanglier sauvage et posséderait l ’intelligence de la première et la force du second.

Les gobelins du Sommet du Chardon

Enfin, les gobelins du Sommet du Chardon vivent le long de la côte au nord du Bois aux Orties, au sommet d ’une petite île vaguement ressemblante à une tête décapitée (et appelée le Sommet du Chardon). Il s’agit là sans doute du repaire de gobelins le plus sûr et le plus facile à défendre de la région (ce qui cause de nombreuses jalousies au sein des quatre autres clans de gobelins). Le héros et chef actuel des gobelins du Sommet du Chardon est un certain Ripnugget, connu pour le gecko géant qui lui sert de monture.

Bruthazmus le gobelours

Bien que ne faisant pas partie à proprement parler des gobelins, il convient de citer ici Bruthazmus, un gobelours qui vit dans le nord du Bois aux Orties mais visite fréquemment les cinq tribus pour troquer les biens qu’il vole aux caravanes marchandes. Ce gobelours nourrit une haine particulièrement féroce envers les elfes; je l’ai d’ailleurs combattu à de nombreuses reprises.
Image
A la fin de cette exposer notre sanglier bien préparer arrive alors sur la table et nous commençons à manger. Noetria se jeté littéralement sur le plat comme un affamé. Dans la salle les clients réclame a corps et à cri Ameiko, mais cette dernière ne se montre pas. Noetria interpelle a lors la serveuse et demande pourquoi Ameiko ne se montre pas, elle lui répond quel n’est pas là ce soir et que si ils veulent de la distraction les gens n’ont cas aller au théâtre. On ne sait comment peu de temps après me voilà embarquer dans un spectacle au théâtre. Ce dernier se passa plutôt bien et j’informai noetria que c’était l’unique et seule fois que je participais à ça. De retour à l’auberge à la nuit tombée je montai dans ma chambre afin de le reposer. La nuit fut bonne reposante

_ jour 3 :

Au petit matin je me réveille au doux chant des oiseaux, me prépare et descend dans la salle de restauration afin d’y prendre mon petit déjeuner. Peu de temps après noetria me rejoint. Quand soudain des cris se font entendre dans la rue les deux jeune garde au quels nous avons déjà eu a faire se son présenter devant l’auberge et nous appel en hurlant. Sois disent une affaire urgente. Nous nous dirigeâmes donc à l’endroit indiqué par les deux jeunes grades pour arriver devant une petite maison ou une dame nous y attendais avec son fils. Cette dernière nous informe qu’un gobelin se trouve dans la chambre de son fils et que son mari est monté pour l’y déloger.
Image
Nous pénétrons alors dans la chambre du gamin quand nous vîmes un spectacle d’horreur le chien était mort éventré et le mari était sous l’armoire à moitié dévorer par la petite saloperie. S’en suivie alors un combat assez coup pour éliminer cette vermine. Une fois la taches achevé je déposai discrètement 3 pièces d’or afin d’aider cette famille en difficulté. Une fois sortie de la maison noetria et moi décidions donc d’aller faire un tour en ville afin de nous détendre. Une fois notre agréable balade terminée nous retournons à l’auberge. Cette dernière était vide et la pauvre serveuse était encore toute seule. Quand peu de temps après un cri retentit de la cuisine la serveuse accourra vers nous et nous montra une note qu’avais reçue Ameiko. Vue la gravité de l’affaire nous décidions donc de partir mener l’enquête du côté de la verrerie.

[flash(425,350)]http://www.youtube.com/v/MEZwsPHEW-o[/flash]

Une fois arrivé je constate qu’il y a beaucoup d’activité autour du bâtiment. Noetria prend alors une sage décision et décide d’allé chercher du renfort au prêt de la garnison du village. Peut temps après Noetria revient avec deux soldat. Nous décidons donc d’entré dans la bâtisse l’ambiance était lourde et sombre.
Une fois à l’intérieur nous progressons pièce par pièce quand nous arrivons dans l’une de celle-ci pleine de sang. Visiblement un massacre a été commis ici. Au fur et à mesure de notre progression nous entendîmes des sons provenant d’autre pièce. Quand peu de temps après nous arrivâmes derrière une porte ou visiblement était en pleine activité une horde de gobelin.
Nous ouvrîmes alors violement la porte afin d’avoir le bénéfice de la surprise, sais alors que s’engagea un combat des plus rude. Plusieurs gobelin se jetèrent dans la mêlé tandis que d’autre s’enfuir par les fenêtres afin de nous prendre a revers. Le combat était terrible mes flèche fusais de toutes part. Les deux grades qui nous accompagnais était au corps à corps avec sais créature. Quant aux beaux milieux du combat Tsuto fit son apparition. La déduction était simple, tsuto était avec les gobelins, de ce faite était ma cible N°1. Une fois le combat terminer nous continuons à explorer la verrerie quand arriver au sous-sol, dans une petite pièce nous trouvons un tunnel. En revenant sur nos pas nous trouvons ameiko dans une pièce fermé par une lourde porte. Nous décidâmes donc de la faire raccompagner par un des deux gardes pendant que l’autre allait chercher du renfort afin de quadriller la zone. A leurs retours nous partîmes en direction du tunnel qui nous mena rapidement à la plage situé au pied de la vielle tour. Mais le tunnel continuait de l’autre côté de la plage pour s’engouffrer sous la ville. Nous décidions donc de le suivre. Quand peu de temps après en arpentant de dédale qui était en dessous de la vile nous entrâmes dans une pièce qui ressemblais a un petit sanctuaire ou ce dressais devant nous une créature immonde c’était elyrium.
Image
Un combat hors du commun s’engagea alors ce dernier invoqua deux créatures qui petit à petit nous repoussa dans nous retranchement. Le combat était d’une rare violence ! Quand nous deux soldats tombèrent au combat nous décidions de fuir mais hélas trop tard la créature par un malin stratagème nous rattrapa et nous tua avec peu de temps après ! Ainsi fini les aventure d’une chasseuse de prime laissant derrière elle une mère et une sœur jumelle .

[flash(425,350)]http://www.youtube.com/v/dlL3AF-4baY[/flash]
Ce n'est pas la vie qui est trop courte...
... c'est la mort qui est trop longue.

Avatar du membre
BenScott
Doppleganger
Messages : 378
Enregistré le : ven. 14 nov. 2008 01:00
Date de naissance : 11 mai 1974

Re: Pathfinders : l'eveil du seigneur des runes

Message par BenScott » ven. 20 sept. 2013 18:58

La vengeance au doux visage



Notre histoire commença avec une charmante petite elfe qui se nommait Alexia PARKER.
Cette dernière se trouvait quelque part dans le monde entrain de chasser, quand un frisson lui parcouru le corps. Elle venais d'avais un très mauvais pressentiment. quelque chose de terrible venais d'arrivé a ca sœur.


- Jours 1

Alexia ce dirigeais en direction du nord vers la petite ville de pointesable. Quand un homme arriva a ca hauteur et se présenta.

Nous continuâmes a marché en direction de pointesable. Avant que le soleil se couche je proposai à Logmir le paladin de monter un bivouac avant que le soleil ne se couche. A fait de ne mourir de faim je partageai ma chasse du jour (deux petits lapin). Une fois le bivouac installé nous vîmes un homme surgir des bois. Je m’empressai de me saisir de mon arc, le tenant prêt a décocher une flèche a cette intrus. L’homme déclina son identité, il se nommait kiras, il nous informa également qu’il était druide.

Sais avec plaisir que nous l’invitons à notre bivouac en compagnie de son loup nommé câlin.

La nuit se passe des plus tranquillement possible. Nous reprenons donc la route au petit quand peu de temps nous tombons sur un groupe de gobelin.

Un combat s’engagea alors, ce dernier fur assez bref. Nous continuons notre progression pour arriver sur un petit massif montagneux. Une fois arrivé en haut nous nous dirigeons vers une colonne de fumé situé non loin de nous. Un combat des plus terribles s’engagea alors contre une bande de gobelins. Quand peu de temps après une orge attirée par le bruit du combat entra dans la bataille. Le combat fessait rage étant relativement blessé l’ogre se saisi du cadavre d’un gobelin et me le lança de toute sais force sur moi.

Ce dernier me heurta de plein fouet le laissant inconsistante et mortellement blesser. C’était sans compté sur le courage de met compagnon de route, qui n’écoutant que leur courage affrontèrent la bête et la mise à terre. Me sauvant la vie par la même occasion. Ils m’emmenèrent a dans une petite ferme qui était non loin de là. Le fermier nous accueillait généreusement pour que nous puissions nous reposer.



Nous passons donc la nuit dans la grange afin de nous remettre de nos émotions. Quant au petit matin je fus réveillé par un violent cauchemar, l’image terrifiante que ma sœur essayait de m’étouffer. Reprenant mon souffle lentement je me remets de mes émotions. Visiblement mes compagnons on passer une mauvaise nuit également.

- Jour 2

Au petit matin nous nous remettons donc en route en direction de pointe sable. Sur notre chemin nous retournons au campement gobelin. Nous escaladons la falaise afin de nous retrouver sur le plateau ou se trouve le campement des gobelins. C’est dernier c’était de nouveau réuni. Sais alors qu’un combat sans suivie, Logmir chargea le premier gobelin, le pourfendit de sa lame et se dernier tomba sur le sol mort. Pendant ce temps le gobelin chante guerre commença à taper sur ses tambours. Le combat faisais rage Kyras et Logmir repoussais les vague de gobelin qui venais se fracasser sur leur lames. Tandis qu’un gobelin se précipite vers moi, il ne me fallut pas longtemps pour armé et décoché une flèche bien placer sur ce dernier, qui tomber raid mort sous la puissance et la précision du tir. Nos ennemis tombaient les uns après les autres, sais alors que l’une se sait petite saloperie me lança un de leur petit javelot de bois qui alla se planter directement dans ma cuisse. Une vive douleur se fit ressentir, sais alors que je répliquai sans tarder d’une flèche qui alla ce planter dans sa gorge le laissant pour mort dans une mare de sang. Dans un cri de douleur je me retirai le javelot qui était planté dans ma cuisse. Kyras usa de sa magie et de ces connaissances afin de me soigner ce qu’il fit parfaitement. Une fois le combat terminer nous reprîmes notre route et descendirent dans le trou qui semblais être le repère des gobelins. Nous progressons lentement dans ce gouffre sombre, Kyras en tête suivie de logmir et le moi-même.

Nos yeux elfe et de demis elfe a kyras et à moi-même nous permette de voir plus loin que mes sire logmir qui lui éclair le tunnel à l’aide de sa torche. Le climat dans ce tunnel est humide et sombre plusieurs petit insecte s’enfuit à chaque pas que nous faisons. Pour ma per je me tien prête a tiré à la moindre alerte. Peu de temps après nous arrivons à un premier embranchement. Sais alors que kyras perçu la présence de gobelins en direction du sud. Nous décidions donc de nous déplacer de manière stratégique. Vue qu’il y a deux chemin possible, je tien ma position à l’embranchement afin de couvrir les deux directions. Quand Logmir aperçoit deux gobelins dans le couloir qui conduit à l’est. Je fais alors signe à Logmir de ce décalé légèrement pour que je puisse tirer. Ce qu’il fit, je bandit alors mon arc et ma flèche fila tel un éclair alla se planter dans l’épaule de ce dernier le mettant hors combat. Le deuxième gobelin voyant cela donna l’alerte. Sans suivie alors un combat assez difficile il faut bien l’avouer vue l’ergonomie du terrain et le nombre des adversaires. Je fis signe à mes compagnons que je commence à être à court de flèche. Une fois le combat terminé je récupère quelque flèche afin de ne pas être pris de court lors d’un éventuel autre combat. Puis nous reprenons l’exploration de cette dernière quand nous tombons sur le reste de la tribu gobelins composé de femelles et d’enfants.

_________________
Ce n'est pas la vie qui est trop courte...
... c'est la mort qui est trop longue.

Avatar du membre
BenScott
Doppleganger
Messages : 378
Enregistré le : ven. 14 nov. 2008 01:00
Date de naissance : 11 mai 1974

Re: Pathfinders : l'eveil du seigneur des runes

Message par BenScott » lun. 16 juin 2014 13:07

Image

[Image

Les fléches noires : http://youtu.be/wOWweWN8gII
Ce n'est pas la vie qui est trop courte...
... c'est la mort qui est trop longue.

Avatar du membre
BenScott
Doppleganger
Messages : 378
Enregistré le : ven. 14 nov. 2008 01:00
Date de naissance : 11 mai 1974

Re: Pathfinders : l'eveil du seigneur des runes

Message par BenScott » dim. 27 juil. 2014 15:08

Appolo se fait brinquebaler sur l’épaule inconfortable de l’Ogrelin, dont la laideur égale la puanteur. La créature marche bon train et Appolo n’ose encore agir, il attendrait le bon moment, si il ose se présenter.
Les voilà qui arrivent dans une clairière sombre, malgré la pluie qui se déverse inlassablement le barde aperçoit une vieille bâtisse. Lorsqu’un éclair tonitruant illumine les environs, il lui semble même distinguer deux personnes sur le perron, un couple qui s’enlace …

A cette instant, à Bac la Tortue, James se goinfre de crêpes, assis sur la marche faites de brique près de l’âtre ou brule un feu vif revigorant.
‘Quel sotte, pense t’il alors que de la confiture lui coule sur le menton, elle comprend rien, je voudrais juste l’invité au bal de la nouvelle ère, mais comment lui dire… Je sais, je vais lui offrir une de ces délicieuses crêpes que maman a faite’
Le gamin glousse et rougi jusqu'à la pointe de ses oreilles en pensant à la jolie Cassandra qui lui sourira quand il lui offrira, demain …

Dans une grange délabrée secouée par le vent, empestant les déjections animal, Furya est terrorisée, au prise avec deux effroyables Ogrelins qui la tiraille de droite à gauche faisant craquer douloureusement ses articulations, elle a bien pensée à user de ses pouvoirs mais dans cette espace clos cela serait du suicide, elle voit sa fin approcher, déjà les monstres se disputes à qui aura les yeux, à qui aura la langue, quant au reste il est promis à un certain Biggins, sa maigreur ne semblant pas satisfaire la tribus des Grauls.
A deux doigts d’être écartelée Furya poussa un long hurlement de souffrance et de désespoir…

Non loin de là, a demi allongée dans la boue, une petite fille perdue rendais son dernier souffle, emportée par le froid glacial, sa dernière pensée fut pour ses parents, elle espérait qu’il ne s’inquiète pas trop de sa disparition, et une folle envie de succulentes crêpes chaudes l’accompagna dans les limbes…

Aldross et Shallullu, sur le seuil de la maison de l’horreur, se tiennent par la main, la jeune elfe se remet péniblement de ses graves blessures, et ensemble, ils contemplent l’orage qui se déchaine, en se remémorant les pénibles épreuves qu’ils ont enduré, elle se mit à murmurer d’une petite voix tremblotante :
‘Pauvre Xena, c’est horrible… Promet moi, promet moi Aldross que jamais tu ne m’abandonneras’
Une larme roule doucement sur la joue de la jeune fille qui s’approchant embrasse tendrement cette homme des bois dont elle est tombée amoureuse, puis, elle l’enlace, le serre dans ses bras pour y trouver du réconfort, sur le perron de cette maudite demeure emplie de cadavre ensanglantés…

C’est alors qu’un Ogre semblant porter un curieux fardeau se précipita a grande enjambée vers eux transperçant le rideau de pluie et faisant voltiger la bouillasse a chacun de ses imposants pas, et, que, venant de la grange, un terrible hurlement à glacer le sang se fait entendre…


Des douzaines de braves qui formaient l’ordre des Flèches noires, il ne reste aujourd’hui que trois survivants bien mal en point. Et s’ils sont encore en vie, c’est seulement parce qu’ils étaient en mission au loin la nuit du massacre. Leur chef, un vieux rôdeur dont l’expérience se lit sur un visage tanné aussi dur que du cuir, se nomme Jakardros. Lui et deux de ses hommes (Kaven et Vale) sont les derniers survivants. Les autres membres de la patrouille ont succombé aux tortures des Ogrelins Grauls. Quand sa patrouille est rentrée, il a trouvé le fort aux mains des ogres et il a perdu un tiers de ses hommes en essayant de le reprendre. Il a été obligé de fuir au sud dans le bois des Kreeg, voulant regagner Magnigmar pour y trouver du renfort, mais le reste de son équipe a fait une cible facile pour les Graul. La perte du fort Rannick pèse lourdement sur ses épaules et il estime que c’est de sa faute si les ogres ont pu s’en emparer. S’il avait été un peu plus rapide lors de sa patrouille, il serait revenu à temps pour défendre la place.

Libéré des Grauls par de courageux aventuriers, les trois survivant abandonnent leur idée d’aller chercher de l’aide à Magnigmar, non seulement cela les éloignerait durant des semaines de Bac la tortue, laissant les villageois a leurs sort et aux ogres, mais pire, cela serait avoué leur défaite et renier leurs voeux. Ils optent donc pour l’infiltration, faire tomber les chefs sèmera le chaos parmi les ogres et il sera plus facile de reprendre la place forte.

Quand ce matin, Jakardros appris la mort de Cassandra a Furya, celle-ci fut bouleversée, et annoncer cette tragique disparition aux parents de la petite fille ne fut pas chose aisée, elle tient tous de même à assurer sa mission et partira faire ses cours après un rapide petit déjeuné.

Iriale et Appollo semble s’être rapproché durant la nuit, pourtant le barde a un gout amer au petit matin, et semble avoir été l’instrument d’Iriale et de sa déesse dépravée. Mais son flegme naturel reprend vite le dessus, après tout il aura eu lui aussi ce qu’il désirait.

Shallellu eu une longue conversation avec Aldross, et sur son étrange comportement la veille avec le chef des fléche noirs, une quinzaine d’année auparavant Jakardros a été soigné par une prêtresse elfe de Desna et ils sont tombés amoureux. Jakardros aurait passé le reste de sa vie à Feuille-Pleureuse si son aimée, Seanthia, n’avait pas péri trois ans plus tard, quand un dragon a attaqué le village. Jakardros était bien trop affecté pour rester. Dans la minute qui a suivi la mort du
Dragon, il a rassemblé ses affaires et laissé Feuille-Pleureuse loin derrière lui, laissant à sa belle-fille Shallellu le triste devoir de s’occuper des funérailles de Seanthia. Le cœur endurci, il a entendu parler des Flèches noires et posé sa candidature, dans l’espoir d’enfouir son cœur brisé en servant l’ordre.

C’est ainsi qu’en ce petit matin pluvieux, tous les survivant de cette horrible nuit sont réunis autour d’une table à l’auberge du Salon de la tortue et qu’ils préparent avec soin l’invasion de fort Rannick.


Rejoindre fort Rannick sous les trombes d’eau se déversant inlassablement fut pénible mais cette longue route se fit sans heurt, au petit matin alors que la plupart des ogres sont endormis, cuvant les défuntes réserves de vins des flèches noirs, le commando prend le fort d’assaut. Malheureusement leurs discrétion est mise à rude épreuve dès leurs arrivée sur les contreforts de la montagne, et, ils sont repéré par les ogres de la porte sud. Appolo encourage ses amis de chant bardique mélodieux qui ne manque pas d’insuffler vaillance et force à ses compagnons, tandis qu’Iriale canalise son incroyable énergie divine pour guérir les blessures qui ne se font pas attendre. Une première victoire pour nos héros, qui fut si rapide et couverte par le tonnerre qu’ils ne furent pas repéré par l’armée monstrueuse, Aldross se débarrasse bien vite des corps inerte, les précipitants dans les douves ou se déchaine un torrent.

Une deuxième épreuve s’offre alors à eux, en effet pour rejoindre la grotte sous la cascade, il faut traverser un large bras d’eaux tumultueuses, et la précipitation de la petite troupe manque bien de voir la perte de Furya et de Kaven qui sont emporté bien malgré eau par le violent courant qui les entraine au loin. Aldross vole au secours de Shallellu et l’arrache aux éléments déchainés. Furya et Kaven après plusieurs tasse se retrouve suffoquant sur la berge a plus de 100 mètres de la cascades et la magicienne se jette dans les fourrés pour échapper a la vigilance du garde ogre de la porte est.

A bac la tortue James préparait son baluchon, il avait pleuré la mort de Cassandra toute la nuit et au petit matin, il en était arrivée à cette terrible conclusion : tout, tout était de sa fautes, la mort de son amie, le désespoir de ses parents, le départ de la gentille maitresse... Son père ne lui avait même pas flanqué de raclé, ni même adressé la parole, sa mère ne pouvait plus le regarder dans les yeux, ses camarade de classe le traitaient en paria… Il était un criminel et devrait payer pour ses fautes, c’était décidé, il irait a fort Rannick, prononcerais les vœux sacré de l’ordre et deviendrais une flèche noire.

Les réseaux de galerie qui zigzaguent au-delà de la cascade sont bien humide et tapissé de petit champignon gris qui sont la friandise de lézard voltaïque alors que deux de ces créatures s’en goinfre Grognon ouvre les hostilités et se prend un méchante décharge, nos courageux aventuriers sont prévenus, ces créatures pourrait bien se révéler bien plus dangereuse qu’elle ne le semble.
Premier accrochage parmi ces nouveaux amis, quand Appolo découvre de magnifiques flèches enchantées qu’il refuse de partager avec Shallelu, Aldross pousse un grognement d’insatisfaction, son attitude protectrice n’échappe pas à Jakardross qui ne pipe mot, pourtant c’est en restant soudé qu’ils parviendront à venir à bout de ce périple.

Ses cheveux dégoulinaient déjà et un frisson lui parcourra le dos. Son baluchon caler sur l’épaule, James fit sont premier pas hors du village empruntant le sentier en direction du nord.
Au loin, un loup poussa un long hurlement…

Un éclair de génie traverse l’esprit de Fyrya quand derrière un rideau de lierre Vale lui montre la nouvelle caserne a quelque pas de là, cette immense bâtisse semble pleine d’ogre endormis et son unique porte en fait un véritable piège a rat que la magicienne s’empresse d’enflammer à l’aide de sa puissante magie, les flammes commencent à faire leurs offices rongeant les rondin et bien vite une épaisse fumée noirâtre s’élève au-dessus du brasier qui s’amplifie inexorablement, c’est alors que d’effroyable hurlement se mette à se faire entendre à l’intérieur du bâtiment et qu’un titanesque bras explose une vitre s’infligeant de larges entailles sanglante, cherchant à faire pénétrer l’air frais qui se fait de plus en plus rare a l’intérieur de ce qui sera bientôt un charnier empli de corps calciné.


Il fallait du courage pour s’enfoncer dans les galeries obscures qui pénétrait dans le ventre de la montagne crochue, et nos aventuriers préférèrent ne pas se perdre dans d’étranges terriers, il était plus sage de couper court en traversant un gouffre qu’enjambe un vieux pont aux planches pourries, si Appolo fit une vertigineuse chute suite à un faux pas malheureux, Shallellu elle, vit la mort de prêt quand elle passa au travers des planches vermoulues et se retrouva pendue dans le vide par une corde qui commençait à s’effilocher brin après brin, mais tout finit bien, grâce à la force d’Aldros et grace à l’aide de ses compagnons.
Iriale insouciante parlait fort et Apollo craint de se faire repérer, mais il était trop tard, un râle spectral raisonna dans les couloirs et s’approchant des niches funéraires creusées dans la roche, un terrible Mort vivant pris forme, réclamant vengeance contre les flèche noire. La froideur de la mort s’insinua dans le cœur d’Iriale et d’Apollo qui en porterait certainement la marque durant plusieurs jours.

Enfin sorti des sous terrain, c‘est dans la cours du fort qu’il fallait se faufiler pour atteindre l’entrée de la forteresse. Dehors le déluge de l’orage ne faiblissait pas et l’épaisse fumée provoqué par l’incendie de la nouvelle caserne leurs serait profitable. Plusieurs Ogres étaient occupés à sortir les corps calcinés de leurs compagnons et la pile de cadavres montait tel une horrible tour de chairs carbonisées. Profitant du chaos des éléments et de l’occupation funeste des Ogres, la petite troupe longea sans problème la muraille pour atteindre l’imposante double porte de chêne du fort.

James sauta dans les fourrées, des créatures approchait, il venait de salement s’écorcher le coude et grimaça de douleur. Il réprima un cris quant au travers des feuillages il aperçut une patrouille de quatre ogres hideux, l’un d’eux bien plus grand que les autres porté à son cou un collier d’oreilles humaines qui semblait ravir un troupeau de grosses mouches vertes. Sa main tâtonnant le sol trouva un bout de charbonnette qui avait dû rouler hors d’un chariot, et ses doigts se refermèrent sur cette arme improvisée en tremblotant. James fut empli de terreur quand l’immonde collectionneur d’oreilles se dirigea vers son buisson d’un pas vif en grognant sauvagement. Le petit garçon ferma les yeux très fort, et ses lèvres se mirent a murmuré :
‘- Entendez mes paroles, et soyez témoins de mes vœux, les ténèbres s'amassent et voici que ma garde commence…’

Dans le hall d’entrée, Aldros pris la tête, suivit de prêt de ses amis, mais alors qu’Iriale s’exclamait au sujet du sang inondant les couloirs, aspergeant les murs ainsi que des nombreux débris jugeant le corridor, un grognement se fit entendre. Le combat s’engagea, mais le bruit des armes s’entrechoquant et des hurlements de la créature attirèrent bien vite ses acolytes et c’est contre une demi-douzaine d’ogre et de leur capitaine qu’ils durent faire face. Un combat épique qui révéla la puissance de Vale et de ses haches. L’affrontement venait juste de prendre fin, nos héros reprenaient leurs souffles et Aldros et Iriale prodiguèrent leurs soins au blessé, ils n’en étaient pourtant qu’au début …
Ce n'est pas la vie qui est trop courte...
... c'est la mort qui est trop longue.

Répondre

Retourner vers « L'Oeil Noir par BenScott »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité